Une école à corps perdu ?

http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA-Veille/126-novembre-2018.pdf

De façon ambivalente, le corps est un objet d’admiration, valorisé dans nos sociétés occidentales ; dans le même temps sa matérialité est dépréciée et les réalités physiques des corps font figure de désordre et d’incontrôlé.  L’articulation entre corps et esprit reste encore aujourd’hui une notion difficile à penser et à aborder et la question de la matérialité des corps en contextes scolaires est très peu évoquée dans la littérature de recherche. Dans l’espace scolaire, les corps semblent peu considérés et absents des préoccupations scolaires et didactiques.

Mais comment l’élève s’éprouve-t-elle ou il corporellement à l’école ? Est-ce l’élève dans sa globalité qui est accueilli ? Lors d’entretiens avec des adolescents, le terme de corps zombie est évoqué, qualifiant un corps passif, à la fois présent et absent voire non habité. Corps des élèves et corps des enseignant.e.s sont pourtant indissociables des personnes qu’ils incarnent et les « esprits » ne se promènent pas tous seuls dans la cour de récréation ni dans la salle des professeur.e.s.

Ce manque de questionnement sur la place du corps à l’école pointe la problématique de l’accueil des élèves de façon globale et souligne le paradoxe de la dualité de l’existence charnelle et d’une conscience désincarnée. Cette tension qui oppose les représentations du corps et de l’esprit à l’école est-elle  encore légitime ? Le Dossier de veille n°126 souhaite interroger cette question du corps à l’école, en particulier  lors de la période adolescente, que ce soit lors la prise en compte du corps physiologique des élèves dans l’enceinte scolaire, au niveau des représentations enseignantes et adolescentes liées au corps, pendant les apprentissages du et sur le corps et enfin dans les interactions corporelles. Les relations entre climat scolaire, bienêtre à l’école et usages sociaux du corps sont également évoquées en filigrane.


Une réflexion au sujet de « Une école à corps perdu ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.