Tout ne se joue pas à l’école

Aucune corrélation nette n’apparaît à l’échelle nationale ou internationale entre les progrès de la scolarisation de masse des cinquante dernières années et le taux de mobilité sociale : quand il y a des évolutions dans la répartition des positions sociales, l’école apparaît une variable marginale au regard d’autres facteurs tels que la structure des emplois.

La course aux diplômes produit même plus d’injustices sociales qu’elle n’en corrige. Du fait de la dévaluation relative des diplômes sur le marché du travail, les enfants de milieu populaire n’accèdent pas à des positions sociales plus élevées que leurs parents malgré des études plus élevées, pendant que les enfants des milieux socialement favorisés se réfugient dans les institutions scolaires les plus sélectives ou compensent par leur milieu le manque de diplômes distinctifs.
Comme en matière d’inflation monétaire, ce sont les plus pauvres qui payent le prix de l’inflation scolaire et subissent la frustration du déclassement.

En tant que dispositif destiné à trier l’accession aux postes les plus valorisants de la société, le système scolaire tend ces dernières années à jouer un rôle sans grand lien ni avec des principes de justice ou d’équité, ni même avec la recherche d’une certaine adéquation à la situation du marché du travail, tel qu’il est ou tel qu’on peut l’anticiper.Autrement dit, la « méritocratie » , idéologie légitime du système, est en grande partie un leurre.

Voilà résumées très grossièrement quelques conclusions du dernier ouvrage de Marie Duru-Bellat(1), qui mérite assurément de provoquer bon nombre de discussions, tant il remet en cause frontalement le présupposé implicite de la plupart des discours publics sur l’éducation : « tout développement de la scolarisation est bon, juste, efficace ».Si chacun individuellement a généralement intérêt à obtenir le diplôme le plus élevé possible, au niveau macrosociologique de la société l’élévation absolue du niveau moyen d’études ne change pas grand chose au positionnement relatif des différents groupes sociaux. Un constat qui interpelle la politique publique et la répartition des dépenses de la Nation en matière d’éducation!

Avec la rigueur et la clarté qui la caractérisent, l’auteure analyse méthodiquement de nombreuses études nationales et internationales pour mettre en pièces beaucoup d’a-priori ou d’affirmations peu étayées qui sous-tendent, reconnaissons-le, beaucoup de nos réflexions sur l’éducation.

Elle montre en fait qu’on attend souvent confusément de la hausse du capital scolaire une sorte d’augmentation « magique » du niveau de qualification des emplois, comme si une sorte de main invisible de l’éducation allait pouvoir réduire les effets indérisables de la main invisible du marché. Produisons plus de professionnels instruits et qualifiés, cela finira bien par produire une société plus « intelligente » !

Or, en la matière, le propos est lucide et démystificateur : l’égalité des chances scolaire, par ailleurs loin d’être assurée actuellement, ne peut résoudre les problèmes d’inégalité sociale plus larges, notamment dans la sphère économique et sociale. Et l’emprise du diplôme sur le contrat de travail est loin d’avoir les effets progressistes qu’on lui prête…

Au contraire, Duru-Bellat pointe les effets pervers de la posture laissant croire que tout passe par le diplôme : pression trop forte sur l’école, utilitarisme forcené des comportements des élèves et des étudiants, hiérarchisation exclusive des enseignements en fonction de leurs poids supposé dans la sélection sociale…
En fait, c’est toute la qualité du système, notamment dans l’enseignement supérieur, qui pâtit de cette logique, l’augmentation quantitative prenant le pas sur les autres considérations.

Elle plaide par conséquent pour une priorité redonnée à une école centrée autour de son contenu plutôt qu’autour de sa fonction de classement.
Aussi bien pour des raisons de qualité et d’efficacité, que pour des valeurs de justice : peut-on accepter que la hiérarchie sociale soit fixée une fois pour toutes en fonction du dernier diplôme obtenu dans la jeunesse ?
Cela passe par une dissociation nette entre la phase de la formation commune initiale (où l’égalité de résultat, comme principe de justice, prévaudrait sur la logique du mérite et de la sélection) et celle de l’enseignement à des niveaux plus élevés, où pourrait s’appliquer une logique de diversification associée à des principes de sélection.

(1) Marie Duru-Bellat. L’inflation scolaire. Les désillusions de la méritocratie. Paris, Seuil (La République des Idées), janvier 2006, 107 pages, 10,5 €.

————————————–

Sur cet ouvrage, voir aussi la note de lecture de Denis Clerc, relativement sceptique sur le réalisme des solutions proposées.

Note de lecture et extraits du livre , par Benoit Habert (Pdf) .Marie-Duru Bellat était invitée le 5 janvier aux “Matins de France-Culture” : l’archive de émission peut toujours s’écouter en ligne.

Dans Le Monde du 23 janvier 2006, article de François Dubet et Marie Duru-Bellat, Déclassement : quand l’ascenseur social descend.

Interview de M. Duru-Bellat par l’Observatoire Boivigny.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.