L’AEEPS, une communauté de pratique en action

Si je vous dis « engagement mutuel et complémentarité, entreprise commune et répertoire partagé de ressources »…vous me répondrez : communauté de pratiques bien sûr ! A cet égard, on peut avancer que, par ses caractéristiques de participation et d’échanges (avec des structurations thématiques et territoriales), par la production de contenus – en particulier via groupes de travail et par l’organisation de ses nombreuses rencontres, l’AEEPS contribue à nourrir et faire évoluer les métiers d’enseignant.e.s en EPS, et répond à cette définition. 

L’Association pour l’Enseignement de l’Education Physique et Sportive… de la maternelle à l’université comprend 4 groupes de travail :

  • – Plaisir en EPS ;
  • – CEDREPS collectifd’études et de réflexions pour l’intégration des finalités sociales et démocratiques de l’école;
  • – EPIC évaluation par indicateur des compétenceset
  • – Analyses de pratiques 
  • Voici un modeste aperçu de la richesse des présentations de la journée  Jean Zoro de ce 24 novembre 2018, vous pourrez trouver une partie des références des intervenants dans la bibliographie finale.

    Comprendre et faire apprendre des élèves« difficiles » dans une société qui se fragmente

    La thématique retenue pour cette journée « Enseigner dans les banlieues… et ailleurs, quelles difficultés ? quels leviers pour les dépasser ? » a été prise à bras le corps dans le lieu emblématique du campus de Bobigny de l’université Paris 13, au cœur du département 93.

    Dans son mot d’accueil, le directeur du STAPS de Bobigny a souligné que les zones urbaines sensibles, point de passage de nombreux jeunes nouvellement arrivés dans l’enseignement,  peuvent être considérées comme des lieux incubateurs d’enseignants experts. Ils y apprennent à faire face à la diversité des élèves, à des comportements impulsifs, à des rapports à la règle qui se distinguent des rapports verticaux, prônés par l’Ecole, à une culture juvénile et des risques de replis identitaires. La pratique du sport scolaire a pour double défi des visées de socialisation et d’apprentissage, qui rentrent en concurrence, dans les zones défavorisées la première tend à prendre le pas sur la seconde.

    « Ce qui socialise, dans les limites de ce que peut l’école, c’est d’apprendre quelque chose qui vaille le respect de la règle et de ses contraintes » (Davisse citée par LeMeur) .

    Photos de Michael Newton sur Flikr et Peter Saxon sur Wikimedia Commons

    Apprendre à mobiliser son corps dans une société sédentaire

    De par leur spécificité disciplinaire, les professeurs d’éducation physique et sportive ont une approche des élèves en mouvement. Pour décrire les attitudes des adolescents face l’activité physique scolaire, de nombreuses typologies existent, qui opposent par exemple les têtes brûlées aux peureux, les résignés aux persévérants, les apathiques aux passionnés, les isolés aux leaders, les sédentaires aux hyperactifs… Certaines études relèvent que 45% des élèves viennent en voiture à l’école alors qu’ils habitent en moyenne à moins de deux kilomètres. Où commence l’éducation physique proprement dite et comment intègre-t-elle les pratiques quotidiennes des élèves dans une approche environnementale ?


    Dans la période de transformation qui caractérise le passage de la préadolescence à l’adolescence, l’EPS aide tous les collégiens et collégiennes à acquérir de nouveaux repères, sur soi, sur les autres, sur l’environnement pour construire une image positive de soi dans le respect des différences. 

    (Programme EPS 2015) 

    L’EPS est révélatrice du hiatus entre une société hédoniste(et néanmoins culpabilisante) qui incite à consommer et une morale républicaine à contre courant qui encourage à différer les plaisirs aux profit d’accomplissements plus élevés. Surseoir est une notion difficilement compréhensible pour les élèves habitués au « tout, tout de suite ». Nombreux sont les élèves qui décrochent de l’EPS, à coup de dispenses, rebutés par les objectifs dans lesquels ils ne se reconnaissent pas, découragés par avance (« je n’y arriverai pas »). Pour éviter cette spirale du désengagement, pour lutter contre les sentiments d’incompétence développés par des échecs répétés, les enseignant.e.s d’EPS, parfois en lien avec la recherche, déploient des trésors d’ingéniosité par des méthodes de petits pas. Aller chercher les élèves où ils se trouvent pour susciter progressivement une appétence de l’effort tout en veillant à ne pas développer une attitude moralisatrice, a été un des fils rouges des différentes interventions. L’objectif étant de rendre les élèves lucides, critiques et autonomes.


    Enseigner avec ruses 1 : construire des évaluations dynamiques

    Comment inscrire les élèves dans un parcours de réussite obligatoire, sans qu’ils en soient conscients et sans que ces réussites,atteignables, n’enlèvent de la valeur à leur travail ? La mise en place de grilles de notation évolutives est une des solutions explorées. Ainsi en déplaçant subtilement l’objectif à atteindre en badminton afin d’obliger les élèves à viser des zones excentrées pour sortir de la zone centrale facile à atteindre et « gagner ou perdre avec la manière ». Ou en évaluant de façon différentielle en tir, afin d’intégrer les élèves en situation de handicap. Ou encore en notant les séances d’acrosport par capitalisation, par une décomposition des figures complexes en étapes simples pour intégrer progressivement de plus grandes difficultés. La notation s’intéresse à ce que l’élève est parvenu à faire et valorise la persévérance dans le temps et la réussite des étapes.

    La connexion à un imaginaire de réussite est une autre façon d’embarquer les élèves, comme l’enseignant qui propose de « battre un record du monde de saut en longueur en pentabon… » et permet aux groupes d’élèves d’additionner leurs longueurs. Ainsi nombreux sont les enseignant.e.s d’EPS qui élaborent des normes qui épousent les progrès des élèves.

    Enseigner avec ruses 2 : construire des règles évolutives

    Comment intégrer la citoyenneté dans la pratique  sportive ? Les sports collectifs se prêtent-ils aux exigences d’équité de l’école ? Les incivilités liées à la pratique du football, du rugby de compétition font que ces sports apparaissent difficiles à mettre en œuvre dans le cadre scolaire. De plus, les différences d’engagement entre pratiquants et novices, filles et garçons sont importantes et les élèves atteints de handicap peuvent se trouver mis de coté. Afin d’assurer une pleine intégration de tous les élèves dans ces activités les enseignants tordent les règles de ces sports pour qu’elles s’adaptent au réel de la classe, et favorisent le savoir-vivre. Et le jeu d’équipe.

    Pour prendre en compte la propension des élèves à contester les décisions de l’arbitre, (comme dans la vraie vie des stades), des possibilités de contester sont offertes aux élèves dans un cadre défini-respect du code de communication, 2 contests maximum par match, vérification vidéo, enseignant garde fou de la procédure. L’objectif étant d’intégrer la subjectivité de l’activité humaine et  les possibilités de mauvaises interprétations comme des conditions de jeu, et de construire une tolérance à la frustration.

    Pour assurer plus d’égalités entre filles et garçons,l’attribution des points ne se fait pas seulement en fonction du nombre de paniers mais aussi en fonction de la répartition des envois et réceptions de ballons sur le terrain, et de la variété des élèves qui se placent et qui marquent.Le positionnements sur le terrain, intègrent les filles qui, spontanément,dribblent moins que les garçons, auront des points collectifs.  Pour permettre aux collégien.ne.s de concilier,pendant une séance de gymnastique la dyade « s’amuser »  et « progresser dans les apprentissages proposés », un assouplissement des règles est nécessaire. En effet ces objectifs apparemment contradictoires ne rentrent pas en concurrence mais se succèdent dans le temps, comme l’illustre une captation vidéo jubilatoire où l’on voit un élève zapper de l’une à l’autre activité avec beaucoup de sérieux. Au cours d’une séance de gymnastique en Zep, la fréquence moyenne des actions hors norme est de l’ordre de toutes les 10 secondes.

    L’une des croyances encore tenace chez les novices est de penser qu’il est d’abord nécessaire d’obtenir l’ordre en classe pour commencer à délivrer les consignes et faire travailler les élèves
    Luc Ria in Tizou Perez-Roux et Xavière Lanéelle (2010)

    Des postures individuelles aux postures d’équipe

    Les postures professionnelles ont aussi été questionnées au cours de cette journée, celle qui permet de trouver l’équilibre entre la protection psychologique des élèves et l’apport de la discipline, celle qui permet de mettre le corps et la voix des enseignant.e.s au service des apprentissages des élèves dans une perspective de long terme, celle qui intègre les affects des professionnels, au-delà de la neutralité républicaine, sans pour autant renier les exigences de la discipline.

    La dernière table ronde fut consacrée au travail en équipe,et les enseignant.e.s d’EPS ont à cet égard beaucoup à apporter dans leurs  établissements. Le projet d’EPS, présent dans les textes mais rarement mis en œuvre de façon complète dans les établissements, vise à organiser le suivi des élèves, pour assurer un parcours de formation et de réussite cohérent, en explicitant et articulant les choix retenus collectivement, jusqu’au niveau de détail des fiches des APSA (activités physiques, sportives et artistiques) et des évaluations. Il est actuellement peu valorisé. Dans une certaine mesure il peut apparaitre antinomique avec de nombreux vécus sportifs où il s’agit de battre l’autre.  Pourtant les équipes ont intérêt à partager leurs approches, leurs trouvailles, leur mode de fonctionnement, l’harmonisation des pratiques pouvant permettre un gain de temps  et faciliter l’inclusion scolaire.

    Ce mode de fonctionnement intraétablissement peut être qualifié de communauté d’apprentissage professionnelle et particulièrement lorsque l’équipe EPS de l’établissement est à même de mutualiser les bonnes pratiques avec le reste des professionnel.le.s de l’établissement.

     Au niveau plus large, interétablissements et académies, le travail collectif mérite aussi d’être renforcé, on en est actuellement aux balbutiements. Il manque des temps concertation et des lieux dédiés, une valorisation de ce travail à part entière, et une plus grande formation à ce mode de travail en équipe (ce qui met en cause les épreuves concours au professorat).


    Dans sa conférence conclusive, Philippe Meirieu a ouvert le champ des possibles, pour passer de l’impuissance à la puissance d’agir, soulignant la nécessité de la réflexivité, du travail collectif… et saluant l’intelligence collective de l’AEEPS.

    Bibliographie des intervenants


    • Barrière-Boizumault Magali (2013). Les communications non verbales des enseignants d’Education Physique et Sportive : Formes et fonctions des CNV, croyances et réalisation effective des enseignants, ressenti des effets par les élèves. these. Lyon1.
    • Boizumault Magali et Cogérino Geneviève (2012). La mise en scène corporelle de l’enseignant d’EPS : les communications non verbales au service de l’efficacité de l’enseignant. Staps,vol. n°98, n° 4, p. 67‑79.
    • CRIEPS (2018). Collectif de réflexion sur l’intervention en EPS. Le CRIEPS. En ligne https://lecrieps.wordpress.com/qui-sommes-nous/.
    • Dietsch Guillaume, Brière-Guénoun Fabienne et Wane Tidiane (2014). Forme de pratiques scolaire du football en EPS, débats d’idées et apprentissages en milieu difficile. Recherches en éducation, n° 23, p. 117‑131.
    • Jourdan Isabelle (2014). Posture, corps et voix de l’enseignant débutant :Une démarche clinique de formation. Recherches & éducations, n° 12,p. 105‑116.
    • Mascret Nicolas, Maïano Christophe et Vors Olivier (2016). Buts motivationnels d’accomplissement des enseignants : l’influence de l’appartenance à un établissement « difficile » et de l’ancienneté. Revue française de pédagogie. Recherches en éducation, n° 194, p. 29‑46.
    • Mascret Nicolas (2008). Créer les conditions de l’interaction entre élèves difficiles en éducation physique et sportive : un exemple de forme de pratique scolaire du badminton. thesis. Aix-Marseille 1.
    • Maurice Antoine et Montégut Benoît (2015). Gérér l’hétérogénéité avec les TICE. Rencontre avec Sébastien Lacroix. Le café pédagogique. En ligne http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/04/16042015Article635647649308750892.aspx.
    • Merieu Philippe (2018). La riposte – pour en finir avec le miroir aux alouettes. Paris : Autrement.
    • Patinet Catherine et Cogérino Geneviève (2013). Expériences de mixités vécues par les enseignants d’éducation physique et sportive : lien entre vigilance et équité sexuée. Revue française de pédagogie. Recherches en éducation,n° 182, p. 93‑106.
    • Piot Amandine et Sapin Stéphane (2012). CR : « Enseigner l’EPS à des classes difficiles » – Loïc Le Meur. Le bistrot pédagogique. En ligne https://www.aeeps.org/regionales/paris-ile-de-france/paris-ile-de-france-bistrots-pedagogiques/1753-fqdfqs.html.
    • Vors Olivier et Gal-Petitfaux Nathalie (2014). Formes d’expériences sensorielles structurant les stratégies d’intervention en classe difficile. Recherches& éducations, n° 12, p. 25‑42.
    • Vors Olivier, Sève Carole et Mathe Philippe (dir.) (2018). Les contextes difficiles. Paris, France :Éditions EP&S.

    👋


    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.