École et migration : des frontières en questions

La prochaine édition des Entretiens Ferdinand Buisson se déroulera à Lyon le lundi 17 décembre 2018 (18h-20h, IFÉ- ENS de Lyon) et s’intéressera aux relations entre migration et scolarisation (entrée libre, sur inscription par courriel  à veille.scientifique@ens-lyon.fr).

Qu’il s’agisse des enfants d’immigrés installés depuis longtemps sur le territoire national ou de nouveaux élèves migrants, la place des enfants de la migration a nourri et nourrit encore de nombreux fantasmes et stéréotypes sociaux. Qu’ils soient considérés comme à priori en « échec scolaire » ou comme des sources de problèmes potentiels pour l’institution scolaire française, ils sont surtout méconnus dans leur diversité. Nationalité, origine sociale, genre, aspirations, capital scolaire des parents, parcours de vie : nombreuses sont les caractéristiques qui différencient en fait les trajectoires des enfants d’immigrés plus qu’elles ne contribuent à une commune situation à laquelle on les renvoie. 

Ainsi, comme des chercheurs l’ont souvent mis en relief, les immigrés sont d’abord des émigrés dont la vie ne commence pas avec leur arrivée en France. Une grande part des parcours scolaires des enfants, notamment, est liée à la position sociale de la famille dans la société d’origine. 

L’école est une des rares institutions publiques dans laquelle, à travers le droit à l’accès à l’éducation, la présence des enfants de la migration est légitime, quels que soient leurs parcours et le statut de leurs parents.

Comment réagit l’école à l’épreuve des circulations et des parcours des jeunes d’origine immigrée, des jeunes réfugiés ou des jeunes «du voyage» ? Fait-elle preuve de souplesse ou de rigidité ? Faut-il privilégier des dispositifs généraux, une inclusion dans l’ordinaire de la classe, des partenariats locaux et circonstanciels ?

A partir de la double considération des élèves migrants et des enfants d’immigrés, cet entretien Ferdinand Buisson ouvrira donc la réflexion sur les capacités et les limites actuelles de l’école à valoriser les migrations à la fois comme projets de mobilité sociale, comme épreuves de déclassement et comme parcours d’accès aux droits.

Intervenants :

  • Claire Schiff, maîtresse de conférences en sociologie, Université de Bordeaux
  • Mathieu Ichou (chargé de recherche à l’INED) ;
  • Geneviève Mottet (collaboratrice scientifique et chargée d’enseignement FPSE, Université de Genève) ;
  • Régis Guyon (directeur territorial adjoint Auvergne Rhône-Alpes du Réseau Canopé et rédacteur en chef de la revue Diversité) ;
  • Stéphane Kus (directeur de l’école élémentaire Youri Gagarine, Vaulx-en-Velin) ;
  • ​Jean-Luc Vidalenc ( conseiller pédagogique et formateur, DSDEN du Rhône, pôle allophones).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.