Mai 68 : un « moment » qui a impacté l’éducation, à Lyon, comme ailleurs !

Fin octobre dernier, le « moment 68 », pour reprendre l’expression de Michèle Zancarini-Fournel, était à l’honneur à Lyon dans un colloque co-organisé par les laboratoires ECP, Larhra et Triangle, à l’initiative d’Yves Verneuil.

Acteurs de l’époque, chercheurs et étudiants d’aujourd’hui se sont ainsi retrouvés pour deux jours à l’université Lyon 2, pour échanger sur  « Le moment 68 à Lyon en milieu scolaire, universitaire et éducatif : contestations, mutations, résistances, trajectoires ».

Affichés comme inscrits dans la continuité du colloque de juin 2017 sur « La forme scolaire prisonnière de son succès », ces deux jours ont constitué également un « moment » un peu à part, riche de rencontres multiples, émaillées d’analyses historiques et de témoignages. Un moment consacré aux institutions éducatives, secondaires et supérieures, publiques et privées, de l’enseignement général à l’enseignement professionnel, en passant par l’enseignement spécialisé.

Le balayage proposé, centré sur le contexte lyonnais, deuxième plus gros pôle universitaire de France à la fin des années 1960, s’est avéré assez large donc. Quelques panneaux issus de l’exposition montée par la BM de Lyon lors du 40e anniversaire des événements (cf. L’intelligence d’une ville : Mai 68 à Lyon) sont opportunément venus illustrer ces rencontres.

Voici quelques clés de lecture, sans aucune prétention à l’exhaustivité.

Une historiographie qui souligne la pauvreté des travaux empiriques sur la dimension éducative

La première intervention de Christelle Dormoy-Rajmanan, dans la perspective de ce balayage, permettait de resituer les travaux existants dans une historiographie marquée par quatre périodes distinctes :

1968 – 1988 : réduction de 68 à mai et à sa dimension étudiante et parisienne.

1988 – 2000 : renouvellement des terrains (de Paris à la France entière) et des objets (du monde étudiant au monde ouvrier) et ouverture vers les 68 étrangers (Mexique…).

2000 – 2008 : à l’approche du 40e anniversaire, floraison éditoriale et mise en débats des apports ; repolitisation et territorialisation des analyses, intérêt pour de nouvelles bornes temporelles (avant / après), essor des approches thématiques, avec par exemple la prise en compte de nouveaux publics (immigrés, femmes, paysans…).

Moment du cinquantenaire : parmi les tendances, des mises en perspective avec d’autres mouvements culturels contestataires dans le monde (« global 68 »), un intérêt renforcé pour les témoignages d’acteurs ordinaires et récits d’anonymes, et une « conquête » de l’historiographie par les chercheurs français.

Malgré des publications foisonnantes, en particulier liées au cinquantenaire, peu de travaux portent sur la dimension éducative en tant que telle : beaucoup de débats ont nourri la pensée anti-68, mais en définitive les travaux empiriques sur cette question sont peu importants.

Un nouveau paysage syndical et des engagements qui s’inscrivent dans des parcours de vie

L’un des fils qui peut être tiré de ce colloque porte sur les formes d’engagement et leurs évolutions. Plusieurs interventions ont souligné la forte contribution des événements de mai 68 à la construction d’une trajectoire personnelle militante. Au delà des syndicats, donc, dont le rôle dans les universités reste assez confus de l’avis des participants, ce sont des individualités qui se sont forgées cette année-là.

À Lyon, certains enseignants ont choisi de rejoindre le SGEN-CFDT, déconfessionnalisé en 1964 mais encore marqué par la matrice de socialisation catholique (CFTC) et particulièrement actif dans le Rhône à cette période. Certains enseignants-chercheurs ont choisi le « camp de la liberté » et ont quitté Lyon 3 pour Lyon 2 (une poignée de juristes, dont André et Francine Demichel qui ont ensuite fait carrière à Vincennes), d’autres ont choisi Lyon 3 plutôt que Lyon 2 (les philosophes qui ne voulaient pas être avec les psychologues, les italianistes qui ne voulaient pas être avec les autres langues vivantes). D’autres encore, doyens et autres cadres du rectorat, ont préféré se mettre au vert, au sens propre, en attendant que ça passe. C’est à cette époque qu’un certain Charles Millon a créé un syndicat étudiant contre mai 68.

D’autres encore ont opté pour une approche anti-système : Deleuze par exemple qui a ouvert la voie au structuralisme à l’université, contribuant ainsi au « grand récit universitaire ».  Un Deleuze « anti-pédagogue » selon l’ouvrage de Gilles Boudinet, qui ne voulait pas de chaire, pas d’amphi, qui prônait l’horizontalité du savoir. Un Deleuze fondateur du Centre universitaire expérimental de Vincennes, précurseur des mouvements de déscolarisation (cf. unschooling).

Dans le secondaire aussi, l’engagement militant va de soi pour certains enseignants, il s’actualise dans leur profession. À la fin des années 1960, le paysage syndical se recompose : le SGEN-CFDT, la FSU viennent rejoindre le SNES et le SNALC.

Intuitivement, on soupçonne que tous ces choix n’ont rien d’anodin, qu’ils ont fourni une assise à une façon de travailler, une façon d’être, traduisant des clivages politiques forts.

Le rôle des « trimards », ces jeunes en rupture de ban avec leur famille, vagabonds épris d’anarchisme, adeptes des crises de « déglingue », reste plus confus : on sait que certains peuplaient la fac de lettres et attisaient parfois la révolte dans la rue ; on sait aussi que certains ont été accusés à tort d’être des fauteurs de troubles (cf. Trimards, « Pègre » et mauvais garçons de Mai 68, par Claire Auzias).

Une organisation universitaire émergente qui va marquer durablement l’histoire locale

C’est aussi à cette époque-là que le paysage universitaire lyonnais va se reconfigurer, Jérôme Aust évoque un moment fondateur, fait à la fois d’innovation et de permanence, dans le cadre de la loi Faure. Un cadre souple, qui laisse des marges de manœuvre importantes aux acteurs locaux pour créer des UER (unités d’enseignement et de recherche) et les rassembler dans des universités pluridisciplinaires, à la gouvernance renouvelée et dans une relation plus autonome avec l’administration centrale. À Lyon comme ailleurs, c’est donc l’occasion d’un renouvellement des acteurs, avec l’entrée dans les instances de gestion provisoire d’enseignants de rang non professoral (« assistants » au sens large) et d’étudiants (parallèlement au retrait de certains doyens).

Mais les négociations locales (décembre 68 – juin 69) sont difficiles, les facultés n’ont pas toutes les mêmes intérêts et aucune instance de délibération collective ne permet une régulation. La fac de médecine veut préserver son autonomie ; en sciences, la volonté de garder un lien entre toutes les UER prédomine ; en droit et aussi en lettres, des clivages idéologiques se cristallisent, il faudrait envisager deux implantations distinctes (à l’origine Bron et Lacroix-Laval, respectivement marqués à l’extrême gauche et à l’extrême droite) ; de nouvelles disciplines saisissent l’opportunité de s’installer dans le paysage en tant qu’UER (gestion et sociologie par exemple).

Le projet validé par Guichard (qui a succédé à Faure) en octobre 69 comporte deux universités : Lyon 1 (sciences et médecine) et Lyon 2 (droit et LSH). Mais il ne tiendra pas, la scission à Lyon 2 est inévitable : Lyon 2 restera l’université anti-bourgoise, qui se propose de « dérégler la grande machine de l’oppression intellectuelle » ; Lyon 3 sera créée comme une université anti-Vincennes (foyer « gauchiste » emblématique des contestations). Paradoxalement, ce sont ces clivages qui vont permettre une forme de pluridisciplinarité au sein des deux universités, car la solution retenue par le recteur sera de laisser chaque universitaire choisir son camp (donc éclatement des disciplines).

Ce mai fondateur a structuré les relations entre les établissements d’enseignement supérieur lyonnais au moins jusque dans les années 1990. Ceux qui ont été étudiant(e)s dans les deux décennies qui ont suivi s’en souviennent nécessairement 😉

Ce moment local aura aussi des répercussions nationales. C’est le cas par exemple avec la crise des équivalences dans les facultés catholiques de Lyon : les étudiants qui commencent une licence de droit dans le privé ne sont plus autorisés à la finir dans le public ; l’évêché ne s’engagera pas, se fera débordé par les étudiants en grève de la faim, et à terme en tirera la conclusion qu’il faut privilégier des formations qui n’existent pas ailleurs et signer des conventions au cas par cas avec des établissements publics. Donc cette question des équivalences ne trouvera aucune résolution nationale à cette période.

C’est aussi un moment charnière pour les études de médecine, avec la remise en cause (et la suppression) du concours d’externat, qui autorisait à l’issue de la première année ceux qui le réussissaient à bénéficier d’un statut de salarié des hôpitaux pour suivre une formation pratique (tandis que ceux qui échouaient ne suivaient qu’une formation universitaire théorique et obtenaient le même diplôme à la fin !). Plus encore, c’est après 68 que les CHU seront créés et que le numerus clausus sera mis en place…

Les organisateurs du colloque ont annoncé que les interventions des deux journées seront rédigées. Je n’ai pas compris quel serait le mode de publication des textes, mais je vais suivre…

C’était pour moi intéressant de rassembler ces fragments pour donner une densité à des événements éloignés de 50 ans, surtout après mon immersion récente dans l’histoire des réformes qui ont émaillé l’enseignement supérieur depuis 68.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.