Recherche et éducation : que dit le prescrit ? (1/2)

Une fois n’est pas coutume, la question « Que dit la recherche ? » fait place aujourd’hui à une réflexion sur les liens entre recherches et pratiques en éducation au regard de ce que différents textes officiels (référentiels, circulaires, etc. ) prescrivent aux acteurs et actrices du système éducatif français. Les métiers, fonctions, missions et statuts de ces professionnels ont durant la dernière décennie été souvent renouvelés par de nombreux documents institutionnels. Ces textes contiennent divers attendus pouvant guider le rapport des professionnels à la recherche, même s’ils sont peu diserts sur les moyens d’appliquer ces prescriptions et que ces dernières ne sont pas toujours explicites ou détaillées. Alors que le ministère envisage une refonte de l’ESENESR en un institut des hautes études de l’éducation et de la formation de l’éducation nationale ainsi qu’une nouvelle réforme de la formation des enseignants, et en écho à la session 1 de la formation « mobiliser la recherche pour remplir une fonction de passeur en éducation » qui s’est tenue le mois dernier, il peut être utile de revenir sur ces textes, qui traduisent des conceptions ou idées dominantes sur ce que l’institution considère à un moment donné comme la norme désirable en matière d’intégration des recherches dans les pratiques éducatives.

Les quelques éléments suivants servent de points d’entrée dans une lecture croisée des attentes de l’institution scolaire envers ses agents, exposées de façon plus approfondie dans un second billet, de l’enseignement à la formation, en passant par les personnels de direction et d’encadrement ou par la place occupée par les chercheurs et chercheuses et les ESPÉ dans ce domaine.

Pour commencer, la recherche en éducation peut être présentée sous l’angle de produits à mobiliser dans sa pratique, compris comme des « concepts », des «résultats », des « acquis », notamment dans le référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation de 2013, ou comme une activité dynamique, un processus dans lequel un individu s’engage, faisant large place aux choix réfléchi de cadres théoriques et méthodologiques, à la collecte et au traitement des données, à leur mise en débat et à leur diffusion au sein d’une communauté de pratiques scientifiques le plus souvent disciplinaire, comme dans le cas de l’initiation à la recherche ayant lieu dans les ESPÉ en master MEEF.

Par ailleurs, certaines disciplines universitaires en lien avec les pratiques éducatives, en particulier la didactique, sont explicitement mentionnées dans plusieurs des textes analysés, d’autres plus rarement.

L’universitarisation des modalités d’apprentissage et de certification des compétences entre autres liées à la recherche a justement été entérinée par la mastérisation de la formation initiale des professeurs des écoles et du second degré et des CPE, mais reste pour les formateurs ou les personnels de direction et d’encadrement découplée de l’obtention de leur qualification professionnelle, par concours ou certification, même si des masters en formation de formateurs ou en management des organisations scolaires sont aussi délivrés. C’est entre autres dans ce cadre universitaire que, selon les textes, se déploie l’articulation entre des expériences et des savoirs issus de la pratique et ceux souvent qualifiés de « théoriques », qui se retrouve également en formation continue ;

De façon connexe se pose enfin la question de l’évaluation en formation initiale et tout au long de la carrière professionnelle du degré de compétence acquis dans le domaine des recherches et de leurs liens avec leurs pratiques par les enseignant.e.s ou d’autres professionnels.

Les différents textes exploités dans le second article consacré à ce thèmes relèvent d’une forme de prescription institutionnelle à la fois récente et de nature variée, inégalement connue, appropriée et mise en œuvre, dans la mesure où les acteurs et actrices concerné.e.s s’en emparent toujours à leur manière, en fonction des situations professionnelles rencontrées.

De quoi nourrir la réflexion collective lors de la session 2 de la formation « mobiliser la recherche pour remplir une fonction de passeur en éducation » en avril 2019 !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.