Que se passe-t-il chez les passeur.e.s ? Retour sur notre formation

Le développement des relations entre la recherche et le monde éducatif nécessite de plus en plus l’intervention de professionnels de la médiation, souvent appelés « passeur.e.s », qui doivent intégrer savoirs d’expérience et savoirs scientifiques dans une perspective opérationnelle. Pour les passeur.e.s, l’enjeu est à la fois de montrer l’intérêt des recherches sur les pratiques d’enseignement aux praticien.ne.s et de donner de la légitimité aux savoirs et préoccupations de ces praticien.ne.s dans le monde de la recherche.

Après une première édition en 2017, L’IFÉ propose une « saison 2 » de formation sur l’année 2018-2019, intitulée « Mobiliser la recherche pour remplir une fonction de passeurs en éducation » et amendée en fonction de l’expérience de l’année passée. La formation est organisée en deux sessions complémentaires, dont la première s’est déroulée les 15 et 16 octobre derniers (2018).

Baignée dans le milieu de l’éducation par ma famille et très intéressée par les liens à construire entre les acteurs éducatifs et les sciences sociales, j’ai été stagiaire au Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) et à la Direction des Affaires scolaires de la ville de Paris (DASCO), avant d’avoir une réponse positive à ma candidature spontanée à l’IFÉ. Me voilà donc en stage pour trois mois au sein du service Veille & Analyses de l’Institut français de l’éducation. À ce titre, j’ai assisté à cette première session de formation et en ai dressé un bilan à la fin des deux jours. Je vous propose une synthèse de ce qu’il me semble intéressant d’en retenir – un regard subjectif donc, et nécessairement non exhaustif.

Des participant.e.s issu.e.s d’univers divers

Étaient présent.e.s des personnes issues des premier et second degrés comme du supérieur, avec des postes et des statuts variés. Toutes et tous ont joué le jeu des ateliers en groupe inter-métiers, permettant un réel croisement des regards. La variété des profils reflète la richesse et la complexité de la notion de passeur.e en éducation : il ne s’agit pas d’un statut mais d’une posture, que différent.e.s professionnel.le.s peuvent adopter. Les activités que peut mener un.e passeur.e sont donc multiples : formation, séminaire, suivi de projet, veille, etc. Néanmoins, plusieurs points de convergence sont ressortis :

  • Un intérêt pour l’articulation pratique-recherche ;
  • Le refus d’un modèle « applicationniste » ;
  • Une volonté de trouver comment la recherche en éducation et le terrain peuvent se nourrir mutuellement ;
  • Un intérêt pour le croisement des disciplines et des regards.

De nombreuses questions traversent aussi tous les profils de passeur.e.s :

  • Des questions autour de « la recherche » : quelles disciplines mobiliser ? Comment s’assurer de la validité scientifique d’une ressource ? Que faire des dissensus, des contradictions ou des incertitudes qui traversent un champ de recherche ? Comment mobiliser « pratiquement » la recherche ?…
  • Des questions autour du positionnement d’un.e passeur.e : comment faire des choix et comment les justifier ? Comment répondre aux demandes d’apports théoriques tout en s’assurant de leur appropriation ? Comment faire le lien aussi du terrain vers la recherche ?…

La question de la légitimité s’est révélée centrale. Quelle « casquette » revendiquer ? Quelle légitimité invoquer ? Comment transmettre sans entrer dans un rapport descendant – ou qui pourrait être vécu comme tel ?

Des questions très concrètes ont également été soulevées. Comment choisir ses mots ? Comment s’assurer d’une compréhension mutuelle des différents acteurs, par-delà des terminologies propres aux disciplines et aux contextes professionnels ? Comment gérer différentes conceptions des liens entre pratique et recherche ? Comment trouver le temps d’être passeur.e (travail de veille, de vérification, de synthèse, d’accompagnement, etc.) dans un contexte d’urgence permanente ?

De premières « ficelles » pour l’activité de passeur.e en éducation

Les échanges et les ateliers par groupes inter-métiers ont d’abord permis de formuler beaucoup de questions. Ils ont aussi permis d’identifier des spécificités propres à différentes configurations : les enjeux varient selon que l’on travaille auprès de personnels éducatifs du primaire, du secondaire, du supérieur, auprès de chercheurs ou chercheuses de telle ou telle discipline,…

Il n’y a pas de « bonne pratique » unique pour être passeur.e : c’est une posture de vigilance permanente, un processus toujours en cours, un travail opéré sur la base de « faisceaux d’indices » permettant de faire des choix qui s’avèrent pertinents pour répondre à une situation donnée. Lors de cette première session, l’équipe de l’IFÉ a notamment attiré l’attention sur :

  • La variété des disciplines mobilisables et leur éclatement ;
  • L’intérêt de les croiser et l’importance de s’interroger sur les conséquences des choix (nécessaires) entre ces disciplines ;
  • Les différents types de productions scientifiques, les contextes éditoriaux et scientifiques de leur production ;
  • La variabilité de leur validité scientifique (y compris au sein du champ « académique »), de leur portée et de leur « validité pratique » pour un.e passeur.e ;
  • La place des savoirs professionnels dans l’activité de passeur.e.

Les passeur.e.s bousculent les catégories et modes d’appréhension classiques des situations : ils ou elles peuvent (se) heurter (à) des identités et des cultures professionnelles. Les connaitre et les comprendre peut permettre de mieux ajuster son positionnement.

Recourir à des collectifs (collectifs de passeur.e.s, collectifs mixtes) peut permettre aux passeur.e.s de répondre aux sentiments d’urgence ou de solitude suscités par l’ampleur de ce que peut recouvrir la notion de passeur.e en éducation. La formation « Mobiliser la recherche pour remplir un rôle de passeurs en éducation » proposée par l’IFÉ a d’ailleurs aussi vocation à être un espace d’échange et de mutualisation d’expériences et de savoirs, pratiques comme théoriques…

> Pour accéder à la présentation du bilan en fin de session 1, cliquez ici


Pour rappel, la deuxième session se déroulera les 9 et 10 avril 2019. Il ne s’agit pas d’une « session 1bis » mais bien du prolongement de la session 1. Elle est cependant ouverte aux personnes qui n’étaient pas présentes à la première session.

> Pour en savoir plus sur la formation 2018-2019, cliquez ici

> Pour vous inscrire à la session 2, cliquez ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.