La direction d’école : quelle(s) recherche(s) !?

Une fois n’est pas coutume, les directeurs et directrices d’écoles maternelles, élémentaires et primaires sont en cette rentrée scolaire (un peu) plus sous le feu des projecteurs qu’à l’accoutumée : communication suite à une mission parlementaire « flash », réflexion à l’ordre du jour de l’agenda social du Ministère de l’Éducation nationale et de celui de différentes organisations syndicales.

Le moment semblait donc opportun pour proposer un état des lieux des recherches portant prioritairement sur la direction d’école et les enseignant.e.s en charge de cette fonction, ces travaux apparaissant par ailleurs comme peu mobilisés dans le discours des différents acteurs.

La solution de facilité semblait toute trouvée : effectuer une recension d’un numéro thématique paru en 2017 dans la Revue des sciences de l’éducation et intitulé « rôles, responsabilités, pratiques et compétences des directeurs d’école », soit huit articles allant des communautés d’apprentissage professionnelles à l’impact d’une formation internationale sur la notion de leadership. Peine perdue : des articles en accès libre en 2019 seulement (les résumés et la bibliographie sont heureusement déjà accessibles !) et une direction d’école qui recouvre dans de nombreux pays l’éducation à la fois primaire et secondaire, avec un personnel disposant d’un statut de chef d’établissement.

Il a donc fallu reprendre le chemin des bases de données, des bibliographies et notes de bas de page, et des discussions entre collègues, pour proposer ci-dessous quelques éléments d’analyse sur la place des directeurs et directrices d’école dans le paysage des recherches francophones en éducation. Trois grandes conclusions peuvent être retenues de ce balayage non exhaustif de la littérature de recherche publiée depuis une dizaine d’années.

Tout d’abord, une convergence des questions et résultats de recherche avec les préoccupations présentées sous d’autres formes dans les rapports parlementaires (en 2018, en 2010 et 2015) et certains dilemmes et tensions vécus et rapportés dans d’autres cadres (enquêtes, formation, réseaux sociaux) par les professionnels.

En France, la comparaison avec les personnels de direction des collèges et lycées sur les questions de statut, de moyens humains et financiers et de formation qui différencient les directeurs et directrices d’école des « managers de la République » (A. Barrère) du secondaire est souvent un passage obligé dans la rédaction d’un article sur la direction d’école primaire. La recomposition des identités professionnelles, entre autres en période de professionnalisation, étudiée par exemple dans deux thèses (parmi les articles de l’auteur, voir Duchauffour, 2013 ; Grave, 2016) souligne la complexité à jouer un rôle à la fois de pair (les directeurs et directrices n’exercent aucune autorité hiérarchique sur leurs collègues, tous et toutes étant placé.e.s sous celle de l’inspecteur ou inspectrice de l’éducation nationale de circonscription ; la direction n’intervient par exemple pas dans le recrutement ou l’évaluation de l’équipe enseignante) et d’interlocuteur de nombreux acteurs, institutionnels et parents d’élèves. Les difficultés ressenties à exercer les missions qui sont confiées aux directeurs et directrices d’école, que ce soit en termes d’allocation du temps de travail entre différents domaines d’activité (tâches administratives, gestion éducative, animation pédagogique, ouverture aux partenaires de l’école, développement professionnel), de définition et de perception de ces tâches et activités (en contexte québécois avec un statut de chef d’établissement, voir Lapointe et Archambault, 2014) ou de logiques d’action potentiellement contradictoires qui les sous-tendent (Glomeron, 2015) se retrouvent dans plusieurs publications. Un infléchissement de certaines de ces dernières dans le sens de la mise en avant de compétences en vue d’exercer un leadership entre autres pédagogique (en référence aux travaux de R. Normand et J.-L. Derouet ou aux concepts de cognition située et de leadership distribué ; voir entre autres IsaBelle, Gélinas-Proulx et Meunier, 2015 ; Rich, 2013 ; Le Bihan, 2013) rentre enfin en écho avec les mutations que connaissent recherches, formations et pratiques d’encadrement dans le second degré français. Les jalons historiques sur une durée plus ou moins longue, du milieu du dix-neuvième siècle aux tentatives avortées de créer un corps ad hoc depuis une trentaine d’années, sont cependant plus rarement présentés de façon approfondie (Rich, 2010).

Les travaux explicitement consacrés à la direction d’école s’inscrivent par ailleurs souvent dans un paradigme sociologique. Leurs méthodologies de recueil et d’analyse de données en sont tant quantitatifs que qualitatifs : questionnaires, entretiens semi-dirigés, observation participante ou auto-observation avec carnet de bord ou application informatique font l’objet de traitement statistique ou d’analyse de discours. Ces études se présentent souvent comme exploratoires, limitées sous la plume de leurs auteur.e.s par la taille et la composition des populations analysées, et appelant à des recherches complémentaires ou à leur réplication dans d’autres espaces géographiques. Dans le contexte français, ils sont antérieurs aux textes officiels (référentiel métier et organisation de la formation) qui régissent depuis 2014 la direction d’école. Les personnes interrogées sont majoritairement des directeurs et directrices d’école, mais certains travaux croisent leurs discours avec ceux des enseignant.e.s de leur école (Rich, 2013 ; Lapointe et Archambault, 2014). Outre leurs résultats, certains travaux permettent de rentrer dans leur logique de production, mettant à disposition de leur lectorat des questionnaires (Rich, 2013 ; Mercier-Wiart, 2013) ou des corpus textuels (verbatim) pouvant éventuellement être repris par d’autres acteurs dans des contextes de recherche ou de formation initiale ou continue. (Et, au détour d’un article, une piste de travail pour le lectorat des dossiers de veille de l’IFÉ : un focus group dont le guide d’entretien collectif s’appuie sur la controverse professionnelle suscitée par la lecture d’une revue de littérature ; Archambault, 2010).

Enfin, des objets de travail plus précis se dessinent de façon ponctuelle. La direction d’école étant au sein d’un corps enseignant du premier degré très féminisé relativement plus souvent confiée à des hommes, certains des mécanismes qui contribuent à cet état de fait ont été analysés dans la thèse de C. Burgevin (Combaz et Burgevin, 2015 ; Burgevin, 2012). La direction d’école en éducation prioritaire a fait pendant plusieurs années l’objet d’un programme de recherche-intervention québécois, dans l’optique de contribuer à l’élaboration de formations pertinentes pour le développement professionnel des personnels concernés (Archambault et al., 2010, 2012, 2014) ; rappelons qu’en France, les directeurs et directrices d’école sont inégalement inclus dans le périmètre des comités de pilotage des réseaux d’éducation prioritaire, ou plus généralement, dans les conseils école-collège. D’autres chantiers paraissent encore plus confidentiels : les modes de communication, de diffusion de l’information et leurs dysfonctionnements (Mercier-Wiart, 2013), l’usage des outils numériques (Glomeron, 2015), la mise en place de projets et partenariats culturels (Guétemme, 2013), l’ouverture des conseils d’école aux élèves dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté (dans des contextes étrangers : Pache-Hébert, Jutras et Guay, 2016 ; Burnitt et Gunter, 2013), la spécificité de la direction d’école dans l’enseignement privé catholique (Boncompain-Katz, 2013 ; Grave, 2016), le mentorat, institutionnalisé en Ontario mais pas au Québec, à mettre au regard du tutorat inscrit dans la formation initiale des directeurs et directrices d’école en France (Hadchiti et al., 2017). Entre les lignes se posent les questions du leadership pédagogique des directeurs et directrices en conseil d’école ou de cycle, en particulier face à des collègues formateurs et formatrices (PEMF), et donc par exemple de l’éventuelle spécificité de la direction d’écoles d’application (situées à proximité des Espé, celles-ci concentrent un nombre plus important de professeurs stagiaires) (Le Bihan, 2013).

Pour conclure, on retiendra l’idée de recherches somme toute peu visibles mais en renouvellement, reflet de la nécessité, de l’intérêt et de la difficulté à s’emparer d’une fonction dans une sociologie de l’éducation qui s’écrit au prisme des professions … un plaidoyer pour plus de publications scientifiques qui partent de l’analyse de l’activité réelle des directeurs et directrices d’école et non de leur (hypothétique nouveau) statut ?

Bibliographie

Archambault J., Garon R. et Harnois L (2014). Diriger une école en milieu défavorisé : observation des pratiques de travail de directions d’école primaire de la région de Montréal. McGill Journal of Education. Vol. 49, n° 2, p. 417-436.

Archambault J. et Harnois L. (2012). Diriger une école primaire de milieu urbain défavorisé : les perceptions des directions d’école de leur travail. Revue canadienne d’éducation. Vol. 35, n° 1, p. 3-21.

Archambault, J. et Harnois L. (2010). Les réactions de directions d’écoles de milieux défavorisés aux caractéristiques des écoles performantes de milieux défavorisés. Nouveaux cahiers de la recherche en éducation. Vol. 13, n° 2, p. 109-126.

Bazin-Malgras V. et Rilhac C. (2018). Mission « flash » sur les directeurs d’école. Assemblée nationale, commission des affaires culturelles et de l’éducation.

Boncompain-Katz L. (2013). Climat social et professionnel : un comparatif écoles publiques / écoles privées », Recherches en éducation. Vol. 15, p. 27-37.

Burgevin C. (2012). Enseignante, c’est bien pour une femme…Directeur, c’est mieux pour un homme ? Contribution à une sociologie des personnels de direction d’établissements scolaires. Lyon, Université Lumière Lyon 2 : thèse pour le doctorat en sciences de l’éducation.

Burnitt M. et Gunter H. (2013). Primary school councils: organization, composition and head teacher perceptions and values. Management in Education. Vol. 27, n° 2, p. 56-62.

Combaz G. et Christine Burgevin C. (2015). La direction d’école en France. Une opportunité pour les femmes d’accéder à un poste de responsabilités ? Travail, genre et sociétés. Vol. 34, n° 2, p. 131-150.

Duchêne M.-A. (2015). Les conseils d’école : pour une relation de confiance dans un cadre rénové. Rapport d’information fait au nom de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat.

Duchauffour H. (2013), Transition identitaire des directeurs d’école primaire. Trouble et crise de recrutement, conséquences d’une formation défaillante ? Recherche et formation. Vol. 74, p.87-100.

Glomeron F. (2015). L’action du directeur d’école : entre interface et coopération au sein de différents réseaux fonctionnels. Biennale internationale de l’éducation et de la formation et des pratiques professionnelles. <hal-01179860>

Grave, B (2016). Formes, dynamiques identitaires et professionnelles des chefs d’établissements privés du 1er degré : une typologie d’entretiens à partir de régimes de temporalités formatives et professionnelles. Montpellier, Université de Montpellier 3 : thèse de doctorat, Sciences de l’Éducation.

Guerrier A. (2013). Fonctions et rôles des directeurs d’école : apports métaphoriques, Recherches en éducation. Vol. 15, p. 19-26.

Guétemme, G. (2013). Le directeur d’école et le projet culturel : entre savoir et social ? AREF – actualité de la recherche en éducation et en formation, congrès 2013. <hal-01402599>

Hadchiti R., Frenette E., Dussault M. et D’amours-Raymond J. (2017). Élaboration d’un questionnaire sur le mentorat reçu par les directions d’école primaire et secondaire au Québec. Revue canadienne de l’éducation. Vol. 40, n°3, p. 26-59.

IsaBelle C., Gélinas-Proulx A. et Meunier H. (2015) Gérer l’école d’aujourd’hui : compétences actuelles et souhaitées chez les nouveaux directeurs au Canada. Education et sociétés. Vol. 36, n°2, p. 175-190.

Lapointe P. et Archambault J. (2014). Regards sur la gestion éducative des directions d’établissement de l’enseignement primaire au Québec, in M. Garant et al., Encadrement et leadership, Bruxelles : De Boeck, p. 55-69.

Le Bihan S. (2013). Leadership distribué, leadership partagé : coopération et pouvoir. Recherches en éducation. Vol. 15, p. 38-48.

Matthews P., Rea S., Hill R. et Gu Q. (2014). Freedom to lead: a study of outstanding school leadership in England. Research report. National College for Teaching and Leadership / Ofsted, 76 p.

Mercier-Wiart F. (2013). Le management de l’école à l’épreuve des réalités éducatives et sociales Entre confiance et défiance. Etude de cas. Université Charles de Gaulle – Lille III, thèse en sciences de l’éducation.

Pache-Hébert C., Jutras F. et Guay J.-H. (2016). Mise en relief des difficultés pour les acteurs des comités d’élèves au primaire : élèves, enseignants, directions d’établissement. Revue des sciences de l’éducation. Vol. 42, n°2, p. 95-121.

Reiss F. (2010). Quelle direction pour l’école du XXIe sicèle ? Rapport à M. le Premier Ministre. Assemblée nationale.

Rich J. (2013). Climat et pratiques de leadership dans les équipes enseignantes des écoles élémentaires. Recherches en éducation. Vol. 15, p. 7-18.

Rich J. (2010). Les Nouveaux directeurs d’école. Repenser l’encadrement des établissements scolaires, Bruxelles : De Boeck, 169 p.


2 réflexions au sujet de « La direction d’école : quelle(s) recherche(s) !? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.