Archives du mot-clé rythmes scolaires

Rythmes scolaires : vingt (et pas vains) avis sur la question

Les Cahiers pédagogiques publient, sous format électronique,  des points de vue différents, divergents ou convergents sur la réforme des rythmes scolaires, récoltés depuis la rentrée. Ce document intitulé « Rythmes scolaires : à la recherche du tempo perdu » déclinent donc les avis comme autant d’allures (tempo) : des plus modérées (adagio) aux plus enlevées (allegretto). On y trouve les points de vue de tous les acteurs concernés par les rythmes scolaires : élus, représentants de parents, responsables d’activités extra ou périscolaires, chercheurs, enseignants, etc.
Dans une dernière partie (vivace), les coordonnateurs de cette enquête, Christine Vallin et Jean-Michel Zakhartchouk, ont repris quinze arguments contre les rythmes et y ont apporté des réponses s’appuyant sur les avis exprimés.
Comme le disent les auteurs, le CRAP s’est engagé dans la réforme des rythmes et la soutient globalement, ce document met en avant ce qui marche plus que les dysfonctionnements et C. Vallin et J.-M. Zakhartchouk de citer une fable chinoise, bien sympathique :

 » Teng était un grand passionné de dragons, il collectionnait les images de dragons et lisait de nombreux ouvrages sur les dragons. Son rêve était d’en rencontrer un. Or, ce jour arriva quand un dragon eut envie de rendre visite à Teng. Mais quand celui-ci vit surgie le dragon, il s’enfuit à toutes jambes« .

Vallin Christine, Zakhartchouk Jean-Michel (dir) (2013). « Rythmes scolaires : à la recherche du tempo perdu ». Cahiers pédagogiques, Hors-série numérique, n° 0, décembre. (PDF, 46 p.)

Rythmes scolaires : le temps (de la) presse

Une  revue de la presse de ce début de semaine et notamment celle du CRAP montre que la réforme sur les rythmes scolaires a du plomb dans l’aile.

Philippe Watrelot fait un historique des épisodes qui ont précédé puis suivi la concertation sur l’école. Rien de réjouissant pour les élèves…
Parmi les articles de presse et autres blogs, figure le billet d’humeur de Catherine Chabrun, enseignante pédagogie Freinet qui rappelle qu’en 2008, le passage de 26 à 24 heures d’enseignement avait fait un tollé parmi les  enseignants, qui réclamaient de garder une semaine de 4,5 jours et leurs 27 heures de services (dont deux heures d’aide personnalisée et une heure de concertation).
Certes, en 2008 comme en 2012 les enseignants demandent que la question des rythmes soit intégrée dans une réflexion plus vaste sur l’école, mais les critiques tenant au temps de services faites en 2008-2010 sont parfois en contradiction avec celles d’aujourd’hui… du moins pour une minorité d’enseignants.

Reporter l’organisation et la charge des heures où les élèves ne sont plus en groupe classe, face à l’enseignant, sur les collectivités locales, ce que semble vouloir certains enseignants (ou syndicats enseignants ?) faciliterait la vie de ces derniers mais pas des collectivités. La presse généraliste offre quelques exemples de mairie qui ont déjà mis en place la semaine de quatre jours et demi, avec activités péri-extra-scolaires. Ça marche mais ça coûte. Exemple :
A Lomme, l’école des fans des quatre jours et demi, Libération, 15 novembre 2012

L’humeur chagrine de C. Chabrun (et d’autres) tient au constat suivant:  « Les enseignants ont donc une heure de moins devant les élèves par rapport à 2007, mais une heure de plus par rapport à 2012. Et coup de tonnerre, les syndicats surfent sur cette heure supplémentaire, les communiqués indignés se succèdent, les enseignants se sentent maltraités… On a même l’impression que la semaine de 4 jours avec les 24 heures devant la classe entière est un acquis qu’il faut défendre. On oublie les rythmes, le temps compressé, les programmes qui ne suivent pas et l’aide personnalisée…« .

Mais si la presse s’empare des rythmes scolaires, c’est sans doute parce que cela parle aux parents. Hors, au delà de la forme, il faut aussi s’occuper du fond. L’enquête réalisée par le SNUipp (syndicat majoritaire chez les enseignants du premier degré) montre qu’il y a aussi d’autres choses à dire et d’autres discussions à mener. Le résumé des faits par le SNUipp :

L’école primaire jouit d’une bonne image auprès d’une majorité des enseignants1, qui jugent alors son fonctionnement global comme bon, même si certaines missions de l’Ecole qu’ils jugent comme importantes, ne demeurent pas, selon eux, totalement remplies ;
Pour autant sur le plan individuel, la situation apparaît relativement sombre pour les enseignants, qui dénoncent une mauvaise image de leur métier dans la société, des conditions de travail difficiles et dégradées, ainsi qu’un manque de ressources pour assurer la réussite de leurs élèves, même si ce métier reste, pour une majorité d’entre eux, passionnant ;
Si les enseignants plébiscitent, sur le principe, une réforme de l’école primaire, une majorité d’entre eux souhaiterait qu’elle se concentre sur les aspects qui fonctionnement le moins, fixant alors comme principales priorités la baisse du nombre d’élèves par classe, la refondation de la formation des enseignants ou encore le principe de plus de maîtres que de classes ;
Face à la réforme des rythmes scolaires, les enseignants déclarent manquer d’information. Un enseignant sur deux se déclare favorable au principe de l’ajout d’une demi-journée d’école par semaine, reste que ni l’ajout de cette demi-journée le mercredi matin ou le samedi matin ne convainc une majorité (34% étant favorables à l’ajout d’une demi-journée le mercredi matin et 27% au samedi matin). Ils soulignent également le fait que cette réforme doit être accompagnée d’autres mesures.

Autre point de vue sur le temps éducatif, celui du collectif des associations partenaires de l’école publique (CAPE) : « Refondation : il est temps d’avancer« , site du Collectif, lundi 19 novembre.

Pour mémoire :

– Conférence nationale sur les rythmes scolaires – Des rythmes plus équilibrés pour la réussite de tous : rapport d’orientation/ Odile Quentin, Christian Forestier; Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative. Paris : la documentation française, 2011. En ligne.

– Conférence nationale sur les rythmes scolaires – Rapport de synthèse des auditions, des débats en académie et des échanges sur internet/ Odile Quentin, Christian Forestier; Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative. Paris : la documentation française, 2011. En ligne.

Rythmes scolaires : quel « temps » fait-il à l’école ?

La question des rythmes scolaires est un de ces « vieux dossiers » qui reste pourtant toujours d’actualité, dont les enjeux et implications dépassent largement le strict cadre de l’institution scolaire. L’école a connu depuis 30 ans diverses réformes visant réguler la durée du temps et du calendrier scolaire, et à « aménager » les rythmes scolaires pour améliorer les conditions de vie et d’apprentissage des élèves. Tel est encore l’objet de la Conférence nationale ouverte au débat public en septembre 2010 en France.

Au-delà des polémiques sur l’étalement des vacances ou la semaine de quatre jours qui monopolisent trop souvent le débat, les recherches françaises et internationales mettent au jour des questions plus fondamentales, dont se fait l’écho notre dernier  Dossier d’actualité (n° 60, février 2011) , en privilégiant des publications récentes.

Principe organisateur du fonctionnement de l’enseignement secondaire, « l’heure de cours » (quelle que soit sa durée) n’est-elle pas la rythmique première qu’il convient d’interroger ? Les emplois du temps qui découpent la vie pédagogique en une succession d’heures de cours sont-ils encore adaptés aux besoins actuels de l’enseignement et au respect des rythmes d’apprentissage de chaque élève ? Quels autres modes d’organisation peut-on imaginer et mettre en oeuvre  pour sortir des grilles de la prison du temps ? Comment mettre réellement le temps « au service » de l’enseignement et de l’apprentissage pour pouvoir conjuguer avec lui ?

Le temps scolaire n’est-il pas également soumis à la rude concurrence du temps « libre » des enfants et des adolescents ? Comment l’école peut-elle y faire face : doit-elle résister et se réaffirmer comme le temps légitime de la transmission des savoirs ou au contraire se décentrer pour composer avec les autres temps éducatifs ? Et qu’implique alors pour l’école une telle perspective ?

Depuis dix ans, des dispositifs alternatifs d’aménagement des rythmes et d’organisation du temps scolaire se multiplient de par le monde, à l’échelle expérimentale de quelques établissements ou bien à l’échelle plus vaste d’un pays. Mieux connaître ces alternatives et les évaluations dont elles font l’objet nous paraît une clé essentielle pour sortir d’un débat franco-centré, renouveler la réflexion et ouvrir des pistes pour d’éventuelles réformes à venir en France.

Rythmes scolaires : perspectives internationales

Sur le site du ministère de l’éducation des loisirs et du sport québécois, la veille ministérielle nous propose un aperçu des rythmes et calendriers scolaires mis en place dans plusieurs pays dont la France, le Royaume-Uni et les États-Unis.
Alors que les jeunes français ont seulement 144 jours de cours, ce sont eux qui ont l’emploi du temps quotidien le plus chargé (6h en moyenne sur réparties sur 4 jours par semaine). Depuis la suppression du samedi matin pour les niveaux maternelles et primaires il y a 2 ans, les experts pointent les difficultés pour les enfants à s’adapter à cette alternance entre temps scolaires et temps de vacances.
La réflexion sur ces déséquilibres est d’ailleurs abordée sur le site du ministère de l’éducation nationale depuis le lancement en juin dernier de la Conférence nationale sur les rythmes scolaires.

Dans la plupart des autres pays étudiés, le nombre de journées scolaires va de 167 à 190 pour 21 heures de travail hebdomadaire.

Et aussi : Aménagement du temps scolaire et santé de l’enfant