Faire de l’excellence en situation contrainte

La Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a lancé en janvier dernier le Pacte pour un enseignement d’excellence. Prévu dès juillet 2014, dans la cadre de la Déclaration de politique communautaire de la Fédération, ce pacte porte sur les dix prochaines années et devra « identifier les moyens d’atteindre les objectifs d’amélioration des performances [du] système éducatif et de réduction des inégalités qui influencent la réussite ».

Son lancement a été l’occasion, pour les médias belges, quelques semaines après les attentats français, d’insister sur la nécessité d’accompagner les enseignants face aux changements de la société et des élèves (ici). Continuer la lecture de Faire de l’excellence en situation contrainte

C’est sur l’éducation, c’est nouveau, c’est EduNews !

Nous venons de réaliser la première vidéo d’une série, EduNews : l’actualité des Dossiers de veille de l’Ifé, visant à présenter dynamiquement nos publications par un entretien avec son auteur. C’est Catherine Reverdy qui s’est prêtée au jeu en premier pour vous donner envie de lire notre Dossier n°100 paru un peu plus tôt cette année sur le thème de l’interdisciplinarité.

lire-ecrire

Lecture-écriture : quelles pratiques pour quels résultats ?

Cela fait plusieurs mois qu’une étude sans précédent sur les pratiques d’enseignement dans le domaine du lire et écrire a été lancée, à l’initiative de l’IFÉ et de la direction de l’enseignement scolaire (DGESCO) du ministère. Coordonnée par Roland Goigoux, l’enquête mobilise une soixantaine de chercheurs de 13 laboratoires de toute la France.

Le vendredi 25 septembre prochain, les premiers résultats en seront présentés en public à l’ENS de Lyon sur ce qui concerne le niveau du cours préparatoire (d’autres éléments concernant le CE1 seront apportés en 2016).

 

Les chercheurs ont en effet pu mobiliser un corpus remarquable : plus de 3 000 heures d’enseignement filmées et indexées dans 131 classes, des traces écrites (cahiers par exemple) analysées, des entretiens avec les professeurs des écoles de l’échantillon, les performances des 2507 élèves concernées évaluées régulièrement….

L’objectif : restituer précisément ce qui se passe dans les classes, avec des enseignants d’origine diverse, qui  utilisent des méthodes variées mais dans l’ordinaire de leur métier et sans dispositif expérimental.

De quoi en finir avec la querelle des méthodes ? Premiers éléments de réponse le 25 septembre…

Programme et inscriptions : http://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/lire-ecrire/lire-et-ecrire

Continuum -3 +3 : des ambitions qui mobilisent des réseaux d’acteurs

Le rapport parlementaire de la Commission des affaires culturelles et de l’éducation, sur les liens entre le lycée et l’enseignement supérieur (rapporteur M. Emeric Bréhier) a été adopté le 8 juillet. Plus de 120 personnes ont été auditionnées au cours de cette mission dont nos collègues Laure Endrizzi pour ses travaux sur l’enseignement supérieur et l’aspect continuum dans différents systèmes éducatifs et Rémi Thibert sur les trajectoires des bacheliers professionnels.

Il fait état de 33 propositions, ciblant la pédagogie toute comme l’organisation des enseignements secondaire et supérieur et nombre d’entre elles sont en faveur d’une orientation revue et corrigée. Un point commun à l’ensemble des recommandations concerne de multiples actions en réseaux mobilisant les groupes d’acteurs : lycéens, étudiants, enseignants, conseillers pédagogiques, conseillers d’orientation, équipes pédagogiques, représentants des formations du supérieur…

Rapprocher concrètement les équipes éducatives du secondaire et du supérieur…
Les propositions vont largement dans le sens de coopérations entre les établissements des « deux mondes » : travail en réseau des équipes éducatives dans le cadre de conventions entre lycées et universités, pour un « dialogue régulier » visant des rapprochements pédagogiques (journées pédagogiques) ; création de conseils d’orientation lycée-supérieur pour évaluer les «vœux atypiques», les orientations souhaitées sans lien direct avec la filière d’origine ; partenariat des lycées et des universités lors de journées portes-ouvertes ; promotion de l’orientation active qui nécessite l’implication conjointe des acteurs ; échanges de service d’enseignement entre membres du secondaire et du supérieur.

L’enjeu est ici de parfaire la connaissance et d’organiser la rencontre du secondaire et du supérieur, d’avancer vers une « culture commune » qui semble faire défaut.

… et accompagner à la réussite à l’aide de réponses pédagogiques
L’enjeu est aussi de soutenir les étudiants en difficulté, le plus tôt possible.
Parmi les recommandations énoncées, il est fait mention de formations méthodologiques, courtes et spécialisées, en complément des enseignements généraux, pour « développer l’apprentissage des codes et des comportements », à l’instar du dispositif du pôle universitaire de proximité (PUP) de l’université Lyon 3 (modules : expression orale, gestion du temps, gestion du stress, etc.) adressés aux lycéens.
Autre nouveauté : pratiquer des tests systématiques de positionnement à l’entrée en licence qui permettent à l’étudiant d’avoir conscience de ses forces et de ses faiblesses. L’initiative d’Unisciel avec la récente plateforme Faq2sciences en est un exemple. Chacun individuellement accéderait à un dispositif pédagogique en ligne, en autonomie ou avec un tuteur-étudiant ou un tuteur-enseignant. Ce tutorat pédagogique conduirait à de meilleurs résultats dans un fonctionnement en « équipe pédagogique » et avec un « contrat pédagogique » qui en structurerait les modalités.

Considérant la réussite dans le cycle 1, au vu des préconisations, le regard se porte entre autre sur l’investissement et l’engagement d’acteurs, toujours plus présents pédagogiquement.

Les tests initiaux de prérequis à l’université : du diagnostic à la remédiation ?

Sélectionner pour réduire l’échec ou sélectionner par l’échec ?

Difficile d’exiger des universités qu’elles fassent réussir le plus grand nombre alors qu’elles ont obligation d’accueillir tous les néo-bacheliers qui en feraient la demande… qu’il s’agisse de leur premier ou de leur troisième choix. Difficile pour elles de mobiliser leurs personnels pour être performantes en matière d’enseignement alors que la pédagogie ne fait l’objet d’aucune reconnaissance professionnelle et que l’excellence scientifique se trouve dopée depuis quelques années par la multiplication des Labex, Idex et autres programmes d’investissement…

Comme le montrent les travaux de François Sarfati (2013 ; 2015), pour faire avec ces injonctions paradoxales, les universités biaisent, elles trouvent des moyens d’inoculer de la sélection dans le système : par tirage au sort quand le nombre de postulants est pléthorique au vu des capacités d’accueil ; sur dossier scolaire dans les filières médicales évidemment, mais aussi de plus en plus dans certains cursus dérogatoires, tels que les doubles licences ou bilicences, dont l’offre en sciences, moins importante qu’en sciences humaines et sociales, a explosé ces dernières années en région parisienne. Sans doute faudrait-il aussi mentionner au nombre des mécanismes de sélection, les préinscriptions via APB, autorisées par les établissements sur la base des moyennes de la classe de Première et des deux premiers trimestres de Terminale.

Bien sûr, toutes les filières universitaires ne sont pas logées à la même enseigne. Il y a celles qui jouent la dissuasion en pointant les faibles chances de réussite des bacheliers technologiques et professionnels dans la présentation même du diplôme, parce leurs effectifs sont de toutes les façons assurés, et il y a celles, déficitaires, peu regardantes sur l’origine des bacheliers, parce que leur existence est conditionnée par le nombre d’étudiants inscrits… Dans ce dernier cas, tout se passe comme si la sélection par l’échec était une modalité parmi d’autres : elle est tacitement cautionnée par certaines facultés comme un mal nécessaire, non pas pour assurer un service public égalitaire, mais pour maintenir leurs propres ressources, financières et humaines. En outre, les jeunes qui souhaitent un statut d’étudiant pour des raisons diverses et variées, y trouvent soi-disant aussi leur compte ; mais sait-on combien ils sont vraiment à vouloir endosser le rôle d’étudiant-fantôme ?

Personne n’est dupe, ce fonctionnement n’est bien entendu pas satisfaisant… Dans certaines académies, on voit apparaître (et disparaître ?) des circulaires stipulant la priorité des bacs technologiques et professionnels dans les filières courtes dites « sélectives » (STS et IUT), se risquant même parfois à fixer des quotas d’inscription en leur faveur, ou bien à flécher très explicitement les bacheliers titulaires d’une mention. Les meilleurs d’entre eux sont donc « orientés » vers les filières qui ont été créées pour eux à l’origine… Mais n’était-ce pas déjà le cas ?

Devant les inerties multiples, peu de politiques cherchent à éradiquer les racines du mal, et le système se maintient tant bien que mal. On se tourne alors vers les néo-bacheliers, on cherche à les responsabiliser… La mise en place de l’« orientation active », en visant à informer les lycéens de leurs chances de réussite dans telle ou telle filière du supérieur, s’inscrit dans cette démarche. Il s’agit de les accompagner « pour les aider à choisir les formations universitaires les mieux adaptées à leur parcours et à leur(s) projet(s) ». Les évaluations d’acquis, sous la forme de tests de prérequis ou de tests de positionnement, répondent à cette même logique de centration sur les étudiants, en fournissant des éléments d’appréciation de leur « adéquation » à la formation visée. Orientation active et évaluations d’acquis ciblent en définitive plutôt les jeunes qui ont un parcours difficile, pour les autres la question se pose à peine. Pourtant, si le choix final d’orientation reste à la seule appréciation des jeunes et de leur famille, la marge de manœuvre paraît en définitive bien réduite : dans un système où le « libre accès » est couplé à une offre d’éducation extrêmement hiérarchisée, les bons élèves s’orientent là où ils le souhaitent et les moins bons là où ils parviennent à s’inscrire !

 

Les évaluations d’acquis au service du continuum moins 3 plus 3 ?

À l’occasion du lancement de la plateforme Faq2sciences par Unisciel, il nous a semblé opportun d’essayer de comprendre les enjeux associés aux évaluations d’acquis à l’entrée dans le supérieur et d’examiner d’un peu plus près l’expérience belge menée depuis le début des années 2000 à l’initiative de l’université de Namur – la seule francophone qui soit suffisamment documentée – pour gagner un peu de hauteur de vue (Vieillevoye et al., 2012 ; Wathelet & Vieillevoye, 2013).

L’objectif poursuivi avec ce type de dispositif est d’amener les nouveaux étudiants à prendre conscience de leurs forces et de leurs faiblesses, tout en les incitant à être proactifs dans leurs apprentissages. La marge de manœuvre paraît d’emblée plus grande qu’avec l’orientation active, car la démarche échappe en partie aux forces d’inertie du système éducatif : les étudiants (avec ou sans les enseignants) peuvent avoir prise sur leurs faiblesses, contrairement à d’autres facteurs tels que l’origine sociale et surtout le parcours scolaire antérieur, qui conditionne fortement la réussite.

Pour autant, les modalités de mise en œuvre de ces évaluations d’acquis peuvent faire débat. En France où les réflexions sont récentes, certains plaident pour une épreuve externe commune par domaine disciplinaire d’étude : c’est notamment l’option qui vient d’être choisie par Unisciel pour Faq2sciences. D’autres argumentent pour des tests ajustés par les enseignants eux-mêmes dans chaque cursus : c’est le choix opéré en 2008 par l’Université Joseph Fourier à Grenoble, dont le dispositif s’inspire largement de ce qui est développé à Namur, et en 2009 par Unisciel qui a lancé le le projet POS, nourri par les enseignants de sciences des 18 universités partenaires participant aujourd’hui à cette action. Dans un cas, on focalise en quelque sorte sur des préacquis génériques, le test permet aux étudiants de se positionner sur une échelle globale ; dans l’autre, on cible les connaissances et compétences liées aux attendus de formation, à savoir les prérequis. Dans l’un et l’autre cas, il ne s’agit pas d’un test d’admission, la visée est formative et seuls les étudiants ont accès aux détails de leurs résultats. Les tests de positionnement misent sur les stratégies d’autorégulation des étudiants, les tests de prérequis sont plus impliquants pour les enseignants, en amont et en aval.

En l’absence d’éléments suffisants pour poursuivre l’analyse comparée, nous nous concentrons dans la suite de cet article sur les tests de prérequis. Tels que définis dans le dispositif belge, ils n’ont pas pour but de tester les connaissances de façon extensive à partir d’un inventaire exhaustif des préacquis, mais de sélectionner celles qui sont les mieux à même de prédire la réussite en première année. L’idée n’est pas pour les universités où ils sont déployés de s’ériger en juge de ce qui a été bien ou mal assimilé dans le secondaire…

L’évaluation des prérequis ne sanctionne pas, elle sert à établir un diagnostic et s’inscrit dans une démarche préventive ; l’étudiant autodiagnostiqué faible sur certains prérequis peut essayer d’y remédier seul, par son travail personnel, ou bien avec l’aide de ses enseignants dès les premiers cours, ou bien en rejoignant d’autres étudiants identifiés comme ayant des difficultés semblables, indépendamment du parcours antérieur, dans des groupes de tutorat ad hoc. L’enjeu n’est donc pas seulement le bagage de l’étudiant à son arrivée dans le supérieur, il est aussi question d’apprentissage de l’autonomie et en particulier de savoir apprendre (Beaumont et al., 2011 ; Boud & Molloy, 2013).

Ce faisant, indirectement, l’étudiant est alerté sur les exigences liées aux études qu’il va suivre. Cette remarque n’a rien d’anodin, en tous cas dans le contexte universitaire français. Tous les travaux qui traitent des difficultés d’acculturation des étudiants à l’université pointent ce défaut d’explicitation des exigences pédagogiques comme un élément fort de rupture avec le secondaire. Tout aussi indirectement, en participant à la conception des tests en amont ou en réajustant les premiers cours en fonction des lacunes repérées dans les tests en aval, les enseignants fournissent cet effort d’explicitation qui contribue à la cohérence d’ensemble de la formation.

Les enjeux autour de ces tests de prérequis sont donc multiples… et leur contribution à quelques grandes causes telles que réduire les inégalités renforcées ou fabriquées dans la scolarité antérieure, favoriser la continuité entre le secondaire et le supérieur, sortir de la « rhétorique du déficit » dénonçant la baisse de niveau…, n’est sans doute pas à négliger, même si peu étayée en tant que telles par les recherches empiriques.

 

La mise en œuvre des tests de prérequis dans les universités belges

Pour mieux comprendre de quoi il retourne, tournons-nous vers la Belgique, et en particulier l’université de Namur, pionnière sur ces questions de prérequis depuis le début des années 2000 (Vieillevoye et al., 2012 ; Wathelet & Vieillevoye, 2013).

La question de savoir ce que savent ou ne savent pas les nouveaux étudiants s’y pose sans doute avec plus d’acuité qu’ailleurs, du fait de la forte décentralisation du système scolaire belge : la délivrance du certificat de fin d’études secondaires relève en effet de la responsabilité de pouvoirs organisateurs publics (collectivités) ou privés (associations, confessionnelles ou non) qui disposent d’une large autonomie dans les enseignements dispensés, bien que la législation sur les attendus « communs » se soit durcie ces dernières années. Difficile dans ce contexte pour les universités de connaître le bagage de connaissances et de compétences des jeunes qui arrivent, difficile aussi pour ces jeunes de savoir si leur bagage est suffisant pour aborder l’enseignement supérieur dans de bonnes conditions. Les enquêtes PISA confirment d’ailleurs la très forte hétérogénéité des acquis d’apprentissage en Belgique francophone, déterminée à la fois par l’origine sociale des élèves et par l’établissement scolaire fréquenté.

Après plus de dix ans d’expérience, le projet Passeports pour le bac [1], lancé en 2003 par la Commission de l’enseignement des facultés universitaires de Namur, puis étendu à partir de 2007 aux trois autres universités membres de l’Académie Louvain, préconise une démarche en quatre phases :

  • identification des prérequis,
  • mesure de leur maîtrise par les étudiants,
  • adaptation des enseignements au vu des résultats globaux,
  • actions spécifiques de remédiation, plus ou moins individualisées.

Dans le cadre des Passeports pour le bac, un soin particulier a été apporté au choix des prérequis, nécessaires à l’édification des fondations du projet : entretiens avec des enseignants, questionnaires auprès d’étudiants de 1ère année, analyse de matériaux pédagogiques ont permis d’identifier des prérequis à la fois disciplinaires et transversaux et, avec le temps, de stabiliser une définition.

Est ainsi considérée comme un « prérequis » toute connaissance ou compétence qui d’une part est nécessaire à la maîtrise d’un cours, d’une discipline ou d’un programme, ou plus généralement à l’affiliation aux pratiques d’étude, et qui d’autre part ne fait pas l’objet d’un enseignement systématique et explicite par les enseignants du premier cycle (soit parce qu’elle est supposée acquise dans le secondaire, soit parce qu’on estime qu’elle s’acquiert « en faisant », comme par exemple la prise de note).

D’autres propriétés ont pu être dégagées : un « bon » prérequis concerne nécessairement une certaine proportion d’étudiant ; il doit pouvoir être mesuré dès le début de l’année universitaire et faire l’objet d’un enseignement explicite dans un délai et avec des moyens raisonnables ; il doit aussi être sollicité dans différentes configurations (professeurs, cours, disciplines…). En définitive, la validité d’un prérequis se joue sur sa capacité à « faire mentir les prédictions » : la remédiation doit permettre de neutraliser les lacunes.

En 2015, 12 Passeports sont ainsi proposés aux nouveaux étudiants, autant en sciences humaines qu’en sciences, technologies et médecine. Ils sont disciplinaires (mathématiques, biologie, chimie, anglais…) ou transversaux (vocabulaire, compréhension globale, compréhension fine). Tous se présentent sous la forme de QCM en ligne ; ils ont été élaborés en collaboration avec les équipes pédagogiques et sont réévalués chaque année. Chaque questionnaire teste plusieurs prérequis, et chaque prérequis est testé avec plusieurs questions. Plusieurs versions des Passeports existent, pour éviter les fuites.

Les étudiants restent anonymes mais sont identifiés sur la plateforme à l’aide d’un code. La passation est facultative, mais elle est groupée et donc synchrone : les étudiants d’un même groupe sont réunis dans une salle et passent ensemble le test correspondant à leur passeport. Ils consultent en ligne leurs résultats quelques jours après la passation du test, et sont informés de leur niveau de maîtrise, prérequis par prérequis, selon une échelle à trois niveaux, inspirée de la taxonomie de Bloom : bonne maîtrise (score > 75%), maîtrise partielle (score entre 60 et 80%), non acquisition (score < 60%). Dans ce contexte, une note moyenne portant sur l’ensemble des questions du test n’aurait pas de sens pour l’étudiant. D’une façon générale, les notes, dans une approche formative, sont à utiliser avec modération : elles focalisent l’attention davantage sur les performances que sur les apprentissages et peuvent avoir un effet très négatif en terme d’estime de soi sur les étudiants peu compétents (Wiliam, 2010).

Un « bon » feedback ne se borne pas au diagnostic, il incite les étudiants à s’engager dans une activité consciente pour améliorer leur niveau de maîtrise, en autonomie ou avec l’appui de leurs enseignants, ces derniers recevant les résultats de l’ensemble du groupe. Une subvention est attribuée à chaque établissement participant aux Passeports pour le bac afin de mettre en place des actions de remédiation. Selon les équipes pédagogiques, ces actions prennent alors des formes variées : des séances tutorées par option en petits groupes, des séances thématiques de renforcement, des entretiens individuels, des activités d’autoremédiation en ligne… Les enseignants adaptent aussi parfois leurs premiers cours en fonction des résultats du groupe.

 

Quand la remédiation des prérequis fait mentir les prédictions

Les différents croisements opérés entre le passé biographique, le parcours scolaire antérieur, les résultats au certificat de fin d’études secondaires, et ceux obtenus aux Passeports et aux examens de fin de première année d’université confirment ce que de nombreuses recherches ont par ailleurs déjà mis en évidence en France (Endrizzi, 2010) : la scolarité antérieure, et en particulier les notes finales au certificat et le type de programme suivi (filière générale, renforcée en mathématiques et/ou avec des options sélectives telles que les langues anciennes) constituent des indicateurs fiables de la valeur scolaire générale des élèves et des prédicteurs tout aussi fiables de la réussite universitaire, alors que les caractéristiques socio-biographiques interviennent dans une moindre mesure à ce niveau d’éducation. Ce qui est nouveau avec les Passeports pour le bac, c’est le lien encore plus fort qui a pu être mis en évidence entre le passé scolaire et les résultats aux tests de prérequis, autorisant à conclure que les interventions visant une meilleure maîtrise de ces prérequis peuvent neutraliser en partie les effets d’un passé scolaire moyen, voire marqué par des difficultés chroniques. C’est ce que confirme en tout état de cause l’évaluation du dispositif menée en 2010-11 : la réussite académique des étudiants ayant bénéficié des remédiations s’est avérée supérieure à celle des étudiants qui n’y ont pas participé, à résultats identiques aux Passeports.

Les retours d’expérience du dispositif de l’UJF, réalisé dans le même esprit que les Passeports belges [2] et ajusté continuellement depuis 2008, vont dans le même sens (Hoffmann et al., 2013). Interrogés sur l’impact du test, les étudiants confirment sa fonction d’alerte, qu’il s’agisse simplement de comprendre que l’université exige une certaine implication en terme de travail personnel ou de réaliser plus précisément leurs faiblesses pour retravailler certains contenus lacunaires, seuls ou dans un groupe de tutorat. A contrario, ceux qui réussissent le test voit leur sentiment d’efficacité personnelle renforcé. La corrélation entre les résultats aux examens du semestre S1 et la maîtrise des prérequis apporte un éclairage également intéressant : elle montre que c’est le score global au test de prérequis qui constitue finalement le meilleur prédicteur de réussite académique. Autrement dit, un étudiant avec un score faible pour un nombre limité de prérequis a moins de difficulté à réussir son semestre qu’un étudiant dont le score global est insuffisant.

 

Des dispositifs intégrés… pour une première année de transition ?

Ce qui rend ces expériences intéressantes en termes de lutte contre l’échec à l’université, c’est leur caractère intégré : les tests sont mis en œuvre de façon articulée, par une triple opération d’identification des prérequis, de mesure de leur maîtrise et de remédiation auprès des étudiants, impliquante pour les étudiants et pour les enseignants. C’est une avancée tangible par rapport aux séances de tutorat des années 1990 en France qui ne captaient que les étudiants déjà presque acculturés, qui avaient besoin de se rassurer sur leurs acquis mais qui étaient surtout désireux de retrouver une configuration pédagogique mieux connue (la « classe »), pour échanger avec les tuteurs et leurs pairs et pour sortir de l’anonymat universitaire (Endrizzi, 2010).

Ces dispositifs intégrés donnent alors tout son sens à ce que l’évaluation peut avoir de « formatif » (William, 2010) : un feedback des forces et des faiblesses couplé à des pistes d’actions pour améliorer le niveau constaté ou remédier aux faiblesses identifiées d’une part, l’adhésion à la démarche formative, c’est-à-dire la reconnaissance de la valeur du feedback pour une meilleure intégration dans le processus d’apprentissage d’autre part. L’évaluation formative est prospective plutôt que rétrospective, elle dégage des solutions à mettre en œuvre dans l’action ou ultérieurement et vise à rendre l’étudiant actif en le guidant dans sa prise de décision. Dans un fonctionnement vertueux, les enseignants, de leur côté, mieux informés du niveau réel de leurs étudiants, peuvent adapter leur enseignement. Autrement dit, un feedback de qualité s’inscrit dans un processus d’amélioration qui engage l’étudiant et implique l’enseignant à différentes étapes. La perspective pour les étudiants n’est donc pas seulement la maîtrise de tel ou tel prérequis, comme on l’a déjà souligné, mais bien la capacité à réguler leurs propres apprentissages dans un environnement d’études où ils n’ont pas d’emblée leurs repères. Et l’autorégulation a besoin de ce feedback.

Considérer les nouveaux étudiants comme étant autonomes dans leurs apprentissages a été une erreur, les enseignants en sont désormais conscients. L’idée que les contenus disciplinaires puissent être mis au service des « compétences pour étudier » la première année ne semble dès lors pas si incongrue. Une année de transition, donc, durant laquelle le recours à l’évaluation formative se banaliserait, pas seulement en début d’année, mais dans les pratiques enseignantes ordinaires : la prochaine étape ? (Beaumont et al., 2011 ; Boud & Molloy, 2015 ; Sarfati, 2015 ; Wathelet & Vieillevoye, 2013).

 

Bibliographie

 

——————

[1]  Le « bac » en Belgique correspond au niveau « licence » en France.

[2]  Trois différences notables sont observées cependant. Le questionnaire, adressé aux étudiants inscrits en première année de licence sciences et technologies, est généré de façon aléatoire pour chaque étudiant à partir d’une banque de questions comportant une vingtaine de prérequis, pondérés selon les dominantes disciplinaires des parcours. Il est librement accessible avant et après le test calé en présentiel la première semaine de la rentrée. La communication des résultats se fait immédiatement après le test, prérequis par prérequis.

 

NB : cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat entre l’IFÉ et Unisciel.

Au primaire, je compte, tu calcules, elle dénombre, nous résolvons…

Non les petits français ne sont pas tous nuls en maths et si la proportion d’élèves en indélicatesse avec les nombres et les opérations augmente, il n’est pas permis de dire que c’est inéluctable. Si les didacticiens (et les psychologues) peuvent nous faire découvrir que le nombre a un sens, que « grandeur » n’est pas synonyme de « quantité », ils nous montrent aussi que la progression des apprentissages mathématiques est un élément essentiel. Et comme pour la lecture et l’écriture (plus peut-être ?), le développement cognitif de l’enfant entre en jeu, de manière très prégnante. Comment les enseignants du premier degré s’en sortent-ils avec tout ça ? Pas simple pour des enseignants qui, pour une très large majorité, ont arrêté de fréquenter les maths après le bac et de s’y intéresser bien avant. Et cela ne concerne pas que les profs des écoles français mais la plupart des enseignants en Europe. Et qui dit enseignement dit pratiques enseignantes ; pour que celles-ci soient mieux adaptées à la diversité des élèves, on évoque inévitablement le contenu de la formation initiale, l’accompagnement des enseignants et leur développement professionnel en maths.

Les programmes évoluent pour le cycle 2 et le cycle 3, mais comment associer didactique, sociologie et psychologie, etc. pour que les maths ne soient plus objet de sélection et que l’on cesse de se dire « nul en maths » et de ne pas les aimer.

Pour appréhender, experts à l’appui, toutes les problématiques (ou presque) liées aux apprentissages des nombres et des opérations au primaire, une conférence de consensus est organisée les 12 et 13 novembre prochain par le CNESCO (Conseil national de l’évaluation du système scolaire).

En amont, le Dossier de Veille de l’IFÉ du mois de juin 2015 (n° 102) pose quelques jalons quant au contexte de la situation : des données évaluatives, nationales et internationales et une synthèse des travaux de recherche sur les pratiques enseignantes et sur l’environnement d’apprentissage des élèves. En attendant la conférence et ses multiples documents…

QPES 2015 – Collaborer pour s’autoformer, et… ?

On en a bien conscience, la formation des enseignants du supérieur, obligatoire ou pas, réservée aux nouveaux enseignants ou pas, ponctuelle ou étalée dans le temps, théorique ou plutôt pratique, ne peut constituer une réponse unique à la professionnalisation. Son articulation avec des interventions au plus près des pratiques enseignantes, plus ciblées, d’une part, et avec des temps plus informels d’échanges, d’autre part, est une approche plébiscitée par tous les professionnels de l’accompagnement aujourd’hui… mais pas seulement ! Les enseignants eux-mêmes – certains du moins – adhèrent volontiers à des actions susceptibles de valoriser leur engagement pédagogique, les services des ressources humaines sont de plus en plus pris à partie…

J’aime bien cette formule de Rege Colet et Berthiaume (2010) qui en substance invite à penser le développement pédagogique dans un cadre multidimensionnel visant le passage d’un savoir individuel implicite à un savoir explicite partagé. La formule pourrait paraître creuse, mais je trouve qu’elle résume bien certaines difficultés auxquelles se heurtent les partisans d’un engagement des établissements en faveur de la qualité de l’enseignement.

Après un premier billet sur quelques dispositifs de formation « formelle » présentés lors du colloque QPES 2015 qui s’est tenu à Brest mi-juin, je me propose de consacrer ce billet à quelques initiatives misant sur une sorte de compagnonnage pour stimuler la réflexivité et renforcer la perception d’auto-efficacité.

logo-qpes

 

Véronique Hébrard et Anne Aveline – École supérieure d’agriculture, Angers
La formation continue des enseignants au groupe ESA d’Angers (session 1.5)

Tout d’abord, une première initiative menée à l’ESA d’Angers, école dépendant du Ministère de l’Agriculture dont l’offre de formations va du bac pro au doctorat, en passant par BTS, licence pro, master et diplôme d’ingénieur… avec des élèves en FI et en FC, des diplômes en alternance, d’autres en partie à distance… bref, une belle diversité de situations.

Mobilisée depuis Bologne en faveur de la qualité des enseignements délivrés par l’ESA, la Direction de l’enseignement a lancé dès 2009 des rendez-vous thématiques mensuels d’1h30 conçus essentiellement comme des espaces-temps de proximité pour faciliter les échanges de pratiques entre les enseignants de l’école, en complément des possibilités déjà offertes de participer à des formations pédagogiques externes via les réseaux CGE et FESIC.

Depuis 2009, ces rencontres ont évolué. Désormais programmées en fin de matinée (et donc accolées au déjeuner), les matinales ont gagné en convivialité. Elles ne sont plus le fait des 2 ou 3 personnes impliquées dans le lancement : les enseignants se sont appropriés la formule, certains ont sauté le pas pour devenir animateur d’une matinale. D’autres personnels ont commencé à s’y intéresser, en particulier ceux chargés de l’aide personnalisée aux étudiants en difficulté. Les thématiques ont également mûri, se sont affinées, au gré des changements technologiques et des questions proposées par les enseignants eux-mêmes, sollicités par questionnaire en fin d’année universitaire sur la programmation de l’année suivante. On ne se questionne plus sur « comment enseigner à distance » mais sur « quelle pédagogie pour les publics distants utilisant la visioconférence » ; on ne s’interroge plus sur l’interactivité en amphi, mais on privilégie une entrée plus ciblée, par exemple sur l’usage des boîtiers de vote interactifs… Un cahier des charges a du coup été rédigé, pour préserver une certaine homogénéité d’ensemble.

Deux éléments me semblent essentiels dans cette expérience : tout d’abord le fait que le développement de compétences visé par ces matinales prend place dans une réflexion plus globale sur la gestion de carrière des enseignants-chercheurs, chacun disposant d’un crédit forfaitaire de 32 heures pour participer à des événements pédagogiques ; ensuite le fait que ces matinales jouent un rôle d’émulation tant auprès des enseignants de l’école que de la Direction des études qui a décidé de créer une cellule d’appui pédagogique (c@p) chargée d’élargir l’offre d’accompagnement et de veiller à la cohérence des différentes actions. Ainsi donc, les matinales s’insèrent désormais dans un processus qui va de l’amorce d’un projet pédagogique (matinale) à l’accompagnement à la réalisation sous forme de groupes de travail thématiques, à l’approfondissement éventuel et la diffusion via la participation à un colloque ou l’écriture d’un article sur le blog dédié de l’ESA ou dans une revue pédagogique…

À court terme, la Direction des études envisage d’ouvrir les matinales à des enseignants extérieurs, afin de créer à l’échelle de la COMUE un pôle de réflexion commun à plusieurs établissements pour partager les moyens et les ressources et pour penser plus collectivement les actions pédagogiques…Elle souhaite aussi mobiliser « formellement » les étudiants restés plusieurs semaines à l’étranger en stage, pour recueillir leur appréciation sur les méthodes pédagogiques auxquels ils ont été confrontés…

Un bel exemple de politique des petits pas et une belle approche inclusive !

 

Christian Hoffmann, Anne Briançon-Marjollet, Philippe Brulard, Jean-Luc Carcowski, Julien Douady, Myriam Houssay-Holzschuch, Pascal Lafourcade, Isabelle Le Brun, Signe Seidelin, Sophie Térouanne – UJF, Grenoble
Les émulateurs pédagogiques : une source d’innovation qui se construit à l’Université Joseph Fourier de Grenoble (session 2.6)

Le groupe des « émulateurs pédagogiques » lancé en 2011 à l’initiative des conseillers pédagogiques de l’UJF procède d’une préoccupation proche de celle de l’ESA : créer du lien entre enseignants, enseignants-chercheurs et personnels d’appui (conseillers et ingénieurs pédagogiques) pour d’une part stimuler le développement individuel de chaque participant et d’autre part favoriser des dynamiques plus collectives en matière d’enseignement. Ce groupe pluridisciplinaire rassemble une dizaine de personnes ; tous sont interlocuteurs du Service universitaire de pédagogie (SUP), créé en 2008, tous ont été « invités » à participer en fonction de l’intérêt préalablement manifesté pour les questions pédagogiques… Il ne s’agissait donc pas de systématiser le « recrutement » de correspondants dans chaque faculté, mais de sanctuariser un espace-temps pour que des personnes volontaires et motivées adoptent une posture réflexive dans un climat de confiance. De façon pragmatique donc, commencer avec ceux qui ont envie, exiger une certaine implication (participation aux rencontres mensuelles) et garantir une reconnaissance institutionnelle de cette implication (comptabilisée partiellement dans les heures d’enseignement statutairement dues).

L’objectif de développement professionnel, basé sur l’apprentissage par les pairs, a rapidement été rempli. Les demi-journées mensuelles dédiées aux rencontres du groupe se sont très vite avérées stimulantes, notamment du fait que l’engagement pédagogique, dans cet espace-temps, est valorisé.

Un équilibre satisfaisant a pu être trouvé, peu ou prou, entre les aspirations individuelles et les activités communes (information, réflexion, production) : lectures partagées et discutées, également relayées dans la newsletter du SUP, conseil collégial selon un canevas pré-existant, discussions autour de dispositifs pédagogiques déployés ou en cours de déploiement, etc.

Pour reprendre le cadre théorique du SoTL (scholarship of teaching and learning), on peut dire que tous ont adopté la posture du praticien réflexif, certains sont allés jusqu’à s’investir dans une posture de praticien chercheur. D’autres ont opté pour le transfert de compétences en co-animant certains ateliers de formation proposés par le SUP.

Mais de façon générale, le second objectif, stipulé dès la création du groupe mais laissé à l’appréciation de chacun, visant une fonction d’émulation dans l’entourage professionnel des participants, s’est révélé plus complexe à réaliser. Certains ont accepté d’emblée cette fonction, d’autres n’ont pas souhaité endosser cette responsabilité, soit parce que le statut de pionnier pédagogique dans un contexte où la recherche prédomine était considéré comme trop difficile à assumer, soit parce qu’ils ne se considéraient pas eux-mêmes légitimes pour exercer cette fonction, soit parce qu’ils ne savaient pas trop comment l’exercer…

Plusieurs types d’engagement ont cependant pu être observés :

  • au sein du groupe des émulateurs, avec notamment la création de sous-groupes thématiques (création d’enseignements de méthodologie, élaboration de mémo sur la définition des objectifs d’apprentissage,…)
  • via les actions du SUP, par la co-animation d’ateliers pédagogiques ou l’organisation de forums d’échanges (passage au contrôle continu intégral,…)
  • individuellement, dans son périmètre d’action, dans ses réseaux, en faisant émerger des attentes au sein de certaines composantes, en favorisant les rapprochements avec la cellule TICE, en stimulant les réflexions sur les curricula dans le cadre d’une approche programme plus ou moins prescrite (y compris hors du périmètre de l’UJF…)

Avec cette initiative, on comprend qu’il ne s’agit pas de faire du nombre, comme on pourrait le formuler de façon triviale… Là encore, la démarche est inclusive mais pas trop : privilégier un renouvellement mesuré du groupe et ne pas trop l’agrandir, c’est aussi en quelques sorte garantir sa pérennité. C”est le compagnonnage, à la fois formel et informel, qui est au cœur du développement professionnel des acteurs. Une modalité parmi d’autres bien entendu !

Encore une fois, semez, semez, essaimez, essaimez, il en restera toujours quelque chose ?

Faut-il enseigner selon des protocoles scientifiques ?

Quelles démarche scientifique sont susceptibles d’étayer les “bonnes” sinon les “meilleures” pratiques d’enseignement ? Dans les fantasmes de certains Think Tank, l’objectif est d’appliquer dans les salles de classe des protocoles techniques strictes, appuyés sur des résultats expérimentaux éprouvés, à l’image de ce qui est censé se faire dans les hôpitaux. L’éducateur deviendrait alors un technicien de haut niveau dont la qualification résiderait essentiellement dans sa capacité à connaitre et exécuter “ce que dit la recherche”, avec une vague mise en contexte. La standardisation et la “”procédurisation” de l’action éducative permettrait alors une plus grande efficacité.

On en a déjà  parlé dans ce carnet et dans différents dossiers de veille, dont les plus récents en janvier (“entre laboratoire et terrain : comment la recherche fait ses preuves en éducation“) et décembre 2014 (“production et valorisation des savoirs scientifiques sur l’éducation“).

Le sujet est pourtant inépuisable et il ne passe pas une semaine sans qu’un collègue de l’IFÉ ne relate une conférence ou un article préconisant d’en finir “enfin” avec l’idéologie des sciences de l’éducation pour adopter de “vraies” démarches scientifiques. On pourrait interpréter de telles irruptions comme le fruit les manoeuvres de collègues de tell ou telle discipline pour s’attirer l’attention publique (et les budgets de recherche qui vont avec..) dans un domaine d’avenir. Pourtant, les champs disciplinaires qui sont tour à tour valorisés ou stigmatisés ne sont généralement pas pour grand chose dans cet excès de louanges ou d’infamies. Ce qui se joue souvent c’est plutôt un énième version de la scène récurrente d’une pièce en plusieurs actes dont le titre général pourrait être Nature vs Culture.

Parmi les progrès des connaissances au XX° siècle (qu’on pense par exemple à l’anthropologie) et des réflexions, en SHS comme en sciences dures, certains des plus importants ont mis en lumière la fragilité de la distinction radicale entre “nature” et “culture”. Pour autant, le poids du sens commun, certains intérêts particuliers et une certaine paresse intellectuelle tendent à reconstituer des frontières étanches.

On rêve ainsi d’identifier dans des caractéristiques purement physiologiques la source des problèmes des solutions aux problèmes éducatifs. On peut penser évidemment à la dérive décrite ces dernières années en terme de “médicalisation” de l’échec scolaire. On peut aussi penser à la fascination récurrente exercée par les progrès scientifiques en matière de connaissance du fonctionnement du cerveau : on infère (trop) rapidement de certains constats sur ce qui se passe dans le cerveau des conclusions sur ce qui devrait être fait par l’enseignement. On imagine bien les dérives possibles tenant à la mise en avant d’un élève “moyen”, sans forcément expliciter certaines normes, et à l’identification de ressorts des apprentissages qui seraient indifférents à leur inscription dans des rapports culturels et sociaux qui varient selon le lieu et le temps.

Une autre façon de “naturaliser” les situations éducatives, c’est à dire de réduire autant que possible la dimension sociale et culturelle de ces situations, consiste à aller très loin dans l’objectivation des interactions, pour aller vers une modélisation qui autorise des analyses en termes processus/produits.  Il s’agit ici d’isoler des variables et de contrôler autant que possible les différents déterminants d’une situation éducative pour comparer les effets de telle ou telle intervention “toutes choses égales par ailleurs”.

Cette démarche expérimentale a fait ses preuves pour un certain nombre de questions, mais peut-elle s’appliquer indifférent à toute problématique d’éducation ? Peut-on vraiment enfermer la complexité du réel dans un modèle, aussi peaufiné soit-il ? Le passage mécanique de la phase d’intelligibilité  à la phase de prescription peut laisser songeur.

QPES 2015 – Se former pour mieux enseigner ?

La conviction qu’enseigner dans le supérieur ne relève pas simplement d’une prédisposition individuelle, mais qu’il s’agit bien d’un métier qui devrait s’appuyer sur une formation initiale et/ou bénéficier d’une formation continue, semble se répandre progressivement en France.

logo-qpes

Les « lieux » de rencontres tels que le colloque biennal QPES (questions de pédagogie dans l’enseignement supérieur) ne sont sans doute pas étrangers à la dissémination de cette conviction… Ne serait-ce que parce qu’il existe déjà depuis… une quinzaine d’années ! La première édition, lancée en 2001 à l’initiative de quelques écoles d’ingénieurs bretonnes (ENST Bretagne, Telecom Bretagne, ENSIETA…) avait rencontré un franc succès, avec près de 150 participants à l’époque ! Depuis le nombre de participants n’a cessé de croître : l’édition 2015, qui s’est tenue à Brest la semaine dernière, a rassemblé plus de 300 inscrits – majoritairement des enseignants et des conseillers pédagogiques, issus des écoles d’ingénieurs et des universités, en provenance de France et d’autres pays francophones. Un « public » donc composé de fidèles et sans doute de futurs fidèles qui se présentent comme « praticiens » plutôt que comme « chercheurs » en éducation et qui, du fait qu’un tiers d’entre eux « seulement » communiquent, se montrent d’abord intéressés par le partage d’expériences, que par l’exposé du bien fondé épistémologique de leur recherche.
Depuis 15 ans, le colloque s’est ainsi installé dans le paysage de l’enseignement supérieur français et francophone, avec déjà deux éditions hors hexagone (à Louvain-La-Neuve, Belgique, en 2007 et à Sherbrooke, Canada, en 2013). Le format aussi a mûri, avec aujourd’hui une priorité donnée à des ateliers thématiques d’1h30, animés par un discutant qui introduit brièvement les 2 ou 3 communications à sa charge et propose déjà une première mise en perspective sur le mode point fort / point faible et convergence / divergence… donc pas d’intervention de 20mn : chaque intervenant dispose de 10mn de présentation, pour laisser une place aux échanges… et d’après ce que j’ai pu en voir, ça fonctionne !

Pour en revenir à la question de la formation des enseignants du supérieur, force est de constater que le débat entre des approches formelles, basées sur un programme de formation plutôt théorique, et des modalités plus informelles privilégiant l’expérience et/ou le projet pédagogique, est loin d’être tranché. Un rapport récent publié par l’ICED (International consortium for educational development) à l’occasion des 20 ans de l’association met bien en lumière la diversité des dispositifs existants à l’international et souligne les tensions entre les niveaux national, régional, institutionnel et facultaire d’une part et entre les approches formelles et le soutien en matière de développement professionnel d’autre part dans les choix opérés (cf The Preparation of University Teachers Internationally, 2014).

Faut-il rendre obligatoire l’obtention d’un diplôme ou le suivi d’une formation pour enseigner dans le supérieur, ou pour être titularisé comme enseignant(-chercheur) ? Faut-il contractualiser la formation continue (en la rendant statutaire) ou opter pour un accompagnement plus personnalisé auprès des équipes disciplinaires ? Former ou accompagner ? Les deux, mon capitaine, semble être la réponse adéquate… afin que chacun puisse, au gré de son parcours, de ses besoins et de ses disponibilités, s’engager dans une modalité plutôt qu’une autre.
En tout état de cause, la formation « formelle » est une modalité qui se développe, principalement à l’initiative des établissements d’enseignement supérieur. Plusieurs interventions au QPES 2015 en témoignent, notamment celles associées à la session S4.2, intitulée « former des enseignants innovants ».

(NB : un 2e billet intitulé “Collaborer pour s’autoformer, et… ?” rend compte d’initiatives misant davantage sur le compagnonnage).

 

Christophe Romano, Claude Maranges – INSAT, Toulouse
Comment et pourquoi innover dans la formation des enseignants ?

Le projet Défi Diversités , labellisé IDEFI, rassemble 4 écoles d’ingénieurs de Midi Pyrénées (Mines Albi, INP, INSA, ISAE) autour d’un triple objectif :

  • la sécurisation des parcours de formation, avec notamment la création du dispositif VIASUP, seule classe préparatoire à l’enseignement supérieur en France à accueillir des bacs technologiques ;
  • le développement d’une offre de formation trans-établissements, avec par exemple la généralisation de la semaine CREDIGE (où les élèves testent des enseignements dans une autre école que la leur) et l’ouverture du dernier semestre des formations à l’ensemble des élèves de Toulouse Tech ;
  • la valorisation de la mission enseignement pour faire face aux défis de la diversité : formation commune des nouveaux enseignants et organisation de sessions d’échange de pratiques ouvertes pour favoriser les liens entre les enseignants.

Dans sa communication, Christophe Romano revient plus précisément sur le dispositif de formation destiné aux nouveaux enseignants des 4 écoles, conçu selon un principe d’isomorphisme (on forme comme on aimerait qu’ils enseignent) à l’aide d’un référentiel de compétences composé de 4 axes thématiques : construction d’un enseignement, connaissance du public, communication et outil numérique.
Le projet est intéressant parce qu’il s’inscrit dans la durée. La formation, d’une durée totale de 15 jours, est étalée sur les 2 années qui suivent le recrutement, et découpée en 10 jours la première année et 5 la deuxième.
5 jours permettent en début d’année de poser les bases de la pédagogie, en abordant les différentes méthodes pédagogiques, leurs soubassements théoriques et les représentations du rôle de l’enseignant.
Ensuite des ateliers sont proposés tout au long de l’année sur une demi-journée, autour de questions concrètes : comment évaluer ? comment tutorer un APP ? comment introduire l’anglais dans son enseignement ? (cf. liste des ateliers). Les nouveaux enseignants ont le choix du thème et de la période, mais sont tenus de participer à 20 ateliers sur 2 ans. Ces ateliers sont par ailleurs ouverts à tous les enseignants-chercheurs afin de favoriser les échanges de pratiques et la constitution d’équipes multi-établissements.
L’offre des ateliers est ajustée chaque année, en fonction de l’intérêt constaté des participants…et de la disponibilité des intervenants ! Un principe de réalité auquel on n’échappe pas…
Le déploiement du conseil pédagogique dans les 4 établissements partenaires constitue une prochaine étape et permettra de proposer rapidement un accompagnement vers des pédagogies plus actives.

 

Geneviève David – AgroParisTech, Paris
Une formation incluant la concrétisation d’initiatives pédagogiques

La formation pédagogique présentée par Geneviève David d’AgroParisTech s’adresse également en priorité aux nouveaux enseignants, recrutés depuis 3 ans, mais elle n’est pas obligatoire (essentiellement pour des raisons budgétaires). Elle comporte 4 modules d’une semaine étalés sur 5 à 6 mois et étayés par la réalisation d’un projet pédagogique personnel. La formation, financée en partie par le Ministère de l’agriculture depuis 2001, est assurée par 3 établissements en France, 2 officiant chaque année : AgroParisTech, AgroSup Dijon et l’ENFA de Toulouse.
Conformément à la note de cadrage publiée par la DGER (direction de l’enseignement et de la recherche), les 3 premiers modules sont ancrés dans des analyses de pratiques,accompagnées d’apports théoriques, et mettent en oeuvre diverses méthodes de pédagogie active. Lors du 4e module, les enseignants soutiennent tour à tour leur projet qui fait ensuite l’objet d’une discussion avec tous les membres du groupe et reçoivent un feeedback du jury de soutenance.
Dans la formation animée àAgroParisTech, les 3 premiers modules se concentrent respectivement sur les points suivants :

  • enseignement aligné et centré sur l’apprenant, réalisation d’un plan de cours, rédaction des objectifs d’apprentissage et paramètres de la motivation ;
  • modalités d’évaluation des acquis des étudiants et d’évaluation des enseignements ;
  • compléments sur les méthodes de pédagogie active.

L’originalité du dispositif tient dans le fait que le projet personnel est intégré dès le premier module : l’équivalent d’une journée complète est ainsi mobilisé dans chaque module pour la préparation du projet. L’objectif est de développer la réflexivité et l’autonomie chez les jeunes enseignants en utilisant la pédagogie de projet comme levier, pour stimuler leur engagement dans l’activité et renforcer leur ambition pédagogique.

Pour autant les enseignants formés ne sont pas accompagnés à l’issue de la formation, donc a priori au moment de passer à la pratique. Là encore, comme à Toulouse, l’idée est d’aller vers la mise en place d’un accompagnement pédagogique après la formation. Les modalités de cet accompagnement sont actuellement à l’étude.

 

Pascale Rigaud, Marie Chédru – Institut polytechnique Lasalle-Beauvais, Beauvais
L’enseignant innovant : pourquoi ? comment ?

Le point fort du dispositif déployé à l’Institut polytechnique Lasalle-Beauvais semble être la synergie entre les différentes initiatives au service de l’amélioration de l’enseignement. Autrement dit, la formation formelle est conçue une modalité parmi d’autres, ni plus ni moins valorisée, juste complémentaire.
Dans sa communication, Pascale Rigaud montre comment la direction des études s’est investie pour que la pédagogie devienne un enjeu stratégique pour l’école, en s’inspirant de la démarche SoTL et en s’appuyant sur l’évaluation des enseignements. Plusieurs initiatives ont ainsi été lancées depuis 2012 :

  • la mise en place de déjeuners pédagogiques une fois par mois, animés par la direction des études, et plus récemment à l’initiative aussi de quelques enseignants désireux de partager leurs expériences, sur un thème prédéfini : le métier d’étudiant, l’évaluation interactive d’un rapport de stage,…) ;
  • la possibilité de bénéficier d’un coaching individualisé, notamment pour accompagner les enseignants après une évaluation de leurs enseignements ;
  • une formation à la pédagogie dans le cadre de la formation continue, équivalant à 3 jours par an, intégrée dans le parcours d’intégration des nouveaux enseignants, mais ouverte à tous sur la base du volontariat, dont l’objectif est que les participants prennent conscience de leur profil psycho-pédagogique, disposent d’outils et de méthodes pour enseigner en grands groupes et soient sensibilisés aux gestes professionnels ;
  • une recherche-action en pédagogie organisée, impliquant 6 enseignants, dont certains ont communiqué au QPES 2013.

Parallèlement à ces services, les liens avec la cellule TICE se sont renforcés, via le couplage de leurs formations bi-mensuelles dédiées aux TICE avec les rendez-vous pédagogiques (enseigner avec des tablettes, utiliser des boîtiers de vote,…). Enfin, un conseil de perfectionnement a été créé, composé d’une dizaine de professeurs et chercheurs en sciences de l’éducation extérieurs à l’établissement : il se réunit une fois par an pour réfléchir aux orientations pédagogiques de l’école.

———-
Les débats qui ont fait suite aux 3 présentations se sont concentrés sur 2 points :

  • la difficulté à pérenniser l’offre de formation et en particulier à s’appuyer sur une équipe de formateurs suffisamment stable et mobilisée pour préserver la cohérence de la formation dans la durée ;
  • la question de l’impact de ces formations (évolution de pratiques ? adoption d’une posture réflexive ?), d’autant plus difficile à évaluer qu’il existe toujours un décalage entre ceux qui ont suivi la formation (et qui sont peut être plus enclins à expérimenter dans leur enseignement) et ceux qui ne l’ont pas suivi et qui restent convaincus de la priorité à accorder à leur recherche.

Semez, semez, il en restera toujours quelque chose ?

Encore un coup de pied… des finlandais

Vous n’aimez pas les réformes? D’autres se chargent d’en faire pour vous… Un article du site Sputnik, daté de mars dernier lance un pavé dans la mare en titrant “La Finlande renonce à l’enseignement des maths et de la physique-chimie dans les écoles” (en 2020). L’information est trop importante pour en rester là et mérite quelques vérifications. Continuer la lecture de Encore un coup de pied… des finlandais