Forme scolaire : concepts nationaux et internationaux, et réflexions sur l’Éducation nouvelle

Le concept de forme scolaire est souvent utilisé dans les recherches en éducation, et le colloque de Lyon des 29 et 30 juin derniers (« La forme scolaire, prisonnière de son succès ? ») permet de s’interroger sur la naissance de ce concept et sur les différentes formes qu’il a prises dans d’autres pays de tradition scolaire différente (voir également l’article de ma collègue Annie Feyfant sur les relations entre forme scolaire et savoirs).

Comment cerner la forme scolaire ?

Rita Hofstetter et Bernard Schneuwly, chercheur.se.s à Genève, examinent les différences culturelles et l’histoire de la forme scolaire, qui a connu un véritable succès en France. Ces chercheur.se.s définissent la forme scolaire comme étant une forme institutionnalisée de transmission de valeurs, de capacités, de savoirs, assumée par des professionnels et suivant des règles concernant le comportement des apprenants et enseignants. Cette « forme école » apparait au moment où le travail intellectuel se sépare du travail manuel, puisque les sociétés ont le « luxe » de se payer des enseignants.

Continuer la lecture de Forme scolaire : concepts nationaux et internationaux, et réflexions sur l’Éducation nouvelle 

JAPES 2017 – quelles actions pour développer les compétences en enseignement ?

La deuxième édition des JAPES (journées de l’accompagnement pédagogique des enseignants du supérieur) à Rennes le 4 et 5 juillet a été l’occasion de rassembler près de 120 personnes occupant des positions diverses dans les services RH, dans les SUP et services TIC, dans les ESPÉ… sans oublier les gouvernances, avec quelques VP formation et autres chargés de mission présents. En définitive, pas mal de personnes « nouvelles », que l’on croise rarement dans les cercles élargis de la pédagogie universitaire (type QPES), mais qui sont néanmoins investies sur le terrain ! La publication récente du Décret n° 2017-854 du 9 mai 2017 obligeant les établissements d’enseignement supérieur à mettre en oeuvre une formation pédagogique pour les MCF débutants et la préparation concomitante du référentiel métier des enseignants-chercheurs par le MESR ne sont sans doute pas étrangères à cette mobilisation. Continuer la lecture de JAPES 2017 – quelles actions pour développer les compétences en enseignement ? 

JAPES 2017 – une 2e édition centrée sur le référentiel métier des enseignants-chercheurs

La formation pédagogique des nouveaux maîtres de conférence est devenue obligatoire, cela ne vous a sans doute pas échappé (cf. articles 13 et 14 du Décret n° 2017-854 du 9 mai 2017)… Enfin plus exactement l’obligation est faite aux établissements d’enseignement supérieur relevant du MESR de proposer une formation pédagogique, à la fois « initiale » (pour les MCF stagiaires) et « continue » (dans les 5 années qui suivent la titularisation), si je peux me permettre ce raccourci.

Dans le décret, il est stipulé que les MCF stagiaires « bénéficient,  au cours de cette période de stage, d’une formation visant l’approfondissement des compétences pédagogiques nécessaires à l’exercice du métier, dans des conditions fixées par arrêté du ministre chargé de l’enseignement supérieur. Cette formation peut tenir compte de leur parcours antérieur et être accompagnée d’un tutorat. Le directeur de chaque service ou composante délivrant la formation du stagiaire établit un avis sur le suivi de la formation, transmis au conseil académique ou à l’organe compétent (…) ». Continuer la lecture de JAPES 2017 – une 2e édition centrée sur le référentiel métier des enseignants-chercheurs 

Accompagner les élèves : les dispositifs dits positifs le sont-ils réellement ?

Ce qui a été mis en œuvre à propos de l’aide aux élèves l’a souvent été sous forme de dispositif, comme les activités pédagogiques complémentaires en primaire ou l’accompagnement personnalisé en lycée. Ces dispositifs ont parfois été remplacés par d’autres et ont fini par se juxtaposer. Quelles sont les différences entre tous ces dispositifs ? Pourquoi les accumuler ? Pourquoi les modifier quand ils existent ? Sont-ils efficaces sur la réussite des élèves ? Ce sont les questions abordées par le Dossier de veille n° 119 (juin 2017) : « L’accompagnement à l’école : dispositifs et réussite des élèves », qui examine notamment le passage conceptuel de l’aide aux élèves en difficulté à l’accompagnement de l’apprentissage de tou.te.s les élèves.

Continuer la lecture de Accompagner les élèves : les dispositifs dits positifs le sont-ils réellement ? 

Avez vous vu la nouvelle version de l’annuaire ÉduObs des chercheurs en éducation ?

Nous avons procédé cet hiver, dans un certaine discrétion, à la rénovation de l’annuaire des chercheurs en éducation, pour le rendre plus lisible, plus réactif et plus simple à renseigner comme à consulter : https://ife.ens-lyon.fr/eduObs/web

 Les premiers résultats sont encourageants, puisque nous avons constaté une augmentation significative des consultations mais aussi des inscriptions de chercheurs. Plus de 751 fiches sont aujourd’hui consultables, ce qui fait déjà de l’annuaire un outil bien utile pour retrouver des acteurs de la recherche dans le domaine de l’éducation.

Certains collègues rencontrent encore quelques difficultés pour retrouver leur mot de passe afin de modifier ou valider leur fiche. Si vous êtes dans ce cas, n’hésitez pas à nous envoyer un petit message électronique ( eduobs@ens-lyon.fr ) pour qu’on vous aide. Continuer la lecture de Avez vous vu la nouvelle version de l’annuaire ÉduObs des chercheurs en éducation ? 

Autre élément de mémoire sur les temps scolaires

Une des quatre mesures de la rentrée pour refonder l’École de la confiance portent sur l’adaptation des rythmes scolaires.
Pour quel objectif ? « L’objectif premier est de donner aux acteurs de terrain davantage de souplesse dans l’organisation de la semaine scolaire afin de répondre le mieux possible aux singularités de chaque contexte local, dans le souci constant de l’intérêt des enfants. »

À la question « Existe-t-il des études sur les impacts de la journée de 4 jours ou de 4,5 jours sur l’apprentissage des enfants ? », la réponse est : « Les études montrent que les effets de l’aménagement du temps scolaire – sur 4 jours ou 4,5 jours – sont négligeables, voire nuls, sur les résultats des élèves. Mais, conformément à la méthode retenue, une évaluation scientifique des différentes modalités d’organisation du temps scolaire sera conduite durant l’année scolaire 2017-2018 ». Continuer la lecture de Autre élément de mémoire sur les temps scolaires 

Éléments de mémoire, à court terme, sur la taille des classes

Constat : on peut utiliser les travaux de recherche au gré de ses besoins et  ce qui vaut en 2010 ne vaut plus en 2017.

Illustration :
2017. Le détail des quatre mesures de la rentrée « pour bâtir l’École de la confiance » est disponible sur le site du ministère de l’Éducation nationale. L’une des mesures a pour objectif de « dédoubler les classes de CP [et de CE1] en REP+ ».
Pour étayer cette disposition, le site pose la question : « Est-ce que la science prouve l’efficacité de ce dispositif ? » et donne la réponse suivante : « Pour être réellement efficace, la réduction de la taille de classe doit être importante pour conduire à un nombre d’élèves bien inférieur à 20. Une étude de terrain incontestable réalisée par Pascal Bressoux et Laurent Lima, « La place de l’évaluation dans les politiques éducatives : le cas de la taille des classes à l’école primaire en France », montre que les effets du dédoublement sont massifs pour la réduction de la grande difficulté scolaire. Cette étude a été menée en conditions réelles et à grande échelle (100 classes de ZEP dédoublées et 100 classes témoin) ».

2010. Cette utilisation d’une étude réalisée par Bressoux et Lima rappelle étrangement une situation qui avait conduit ces mêmes chercheurs à contester une note ministérielle du 4 mai 2010 (sous le ministère de Luc Chatel et alors que le DGESCO était Jean-Marie Blanquer) demandant aux inspecteurs d’académie et aux recteurs d’augmenter le nombre d’élèves par classe (les mauvaises langues indiquant que ce choix permettait ainsi de réduire le nombre de postes d’enseignants). Continuer la lecture de Éléments de mémoire, à court terme, sur la taille des classes 

Les ambiguïtés d’une formation secondaire technologique ou professionnelle

Alors que la DEPP donne des éléments de satisfaction quant à l’insertion des jeunes apprentis ou des jeunes diplômés de l’enseignement professionnel, une étude compare la relation entre niveau et type de diplômes et situation sur le marché du travail de population adulte (hommes) dans 18 pays dont 11 pays européens.
Si les élèves sortant d’une formation professionnelle avec un diplôme (si possible le plus élevé possible) ont de meilleures chances de trouver une emploi, et notamment un emploi mieux rémunéré, que les étudiants ou élèves ayant suivi une formation généraliste, il s’avère que sur le long terme ces derniers ont de meilleures perspectives d’emploi du fait d’une plus grande adaptabilité à un marché du travail en évolution constante (sans compter les différentiels en termes de salaires).
Ce constat est marqué pour la Suisse, l’Allemagne et le Danemark mais l’impact varie avec la structure institutionnelle spécifique de la scolarité et de la formation professionnelle, de même que la situation économique du pays. En Suisse, le solde économique (écart entre chômage et emplois par exemple) reste favorable à l’enseignement professionnel du fait d’une croissance plus lente, contrairement à l’Allemagne et au Danemark où la croissance économique est plus rapide.
Les contenus de formations professionnelles sont bien entendu hétérogène et ont sans doute un rôle à jouer dans cette inadéquation au marché du travail à retardement. Les auteurs pointent cependant la nécessité de ne pas sacrifier certaines compétences de bases solides et concomitamment d’investir dans l’« apprentissage tout au long de la vie », prôné par la Commission européenne.

« La nécessité d’inciter, aussi bien les individus que les employeurs, à mettre en place une meilleure offre de formation continue tout au long de la carrière n’est pas comprise ».
« Cette analyse suggère que cet objectif devrait recevoir l’attention des décideurs politiques, en particulier si ceux-ci envisagent de faire bouger les systèmes scolaires en place vers une formation plus professionnelle ». (Hanushek et al., 2017)

Sources :

  • Hanushek Eric, Schwerdt Guido, Woessmann Ludger & Zhang Lei (2017). General Education, Vocational Education, and Labor-Market Outcomes over the Lifecycle. The Journal of Human Resources, vol. 52, n° 1, p. 48-87. Lien
  • Marchal Nathalie (2017). Le niveau de formation et de diplôme demeure toujours déterminant dans l’insertion des apprentis. Note d’information de la DEPP, n° 17.11, juin. Lien
  • Marchal Nathalie (2017). Le niveau de formation et de diplôme : déterminant dans l’insertion des lycéens professionnels. Note d’information de la DEPP, n° 17.12, juin. Lien

 

 

Une certaine vision de la qualité de vie à l’école

Le CNESCO publie en ce mois de juin une série de contributions sur « La qualité de vie à l’école ». Les premiers documents mis à disposition concernent les enfants en situation de précarité ou de handicap, la santé des élèves mais aussi la qualité de vie des enseignants ou encore l’interaction entre acteurs. Ceux à venir devraient porter sur la restauration scolaire et les performances scolaires.

Ce choix de thématiques signifie-t-il que le bien-être est garanti à tout enfant en bonne santé, non porteur de handicap, vivant dans un milieu socio-économique privilégié, avec des parents qui s’impliquent dans sa scolarité et au sein de l’école, bénéficiant d’une bonne alimentation et ayant de bons résultats scolaires ? On l’espère pour lui, il aurait tort de se plaindre, mais ces seuls critères suffisent-ils pour évaluer la qualité de vie à l’école?

Quelques questions s’imposent à la lecture (rapide) de ces documents :
On lit par exemple que la qualité de vie des enseignants est dépendante de leurs interactions avec les élèves ou encore que les pédagogies ou le mode de gouvernance publique impacte la qualité de vie des enseignants. Si la qualité de vie des enseignants est tributaire des relations qu’ils peuvent avoir les élèves et de leur pédagogie, pourquoi ne pas envisager le bien-être des élèves du point de vue de ces mêmes interrelations mais aussi de leurs apprentissages ?

Si la question du bien être est une question de santé, psychologique ou mentale, l’éducation à la santé est-elle l’unique bonne réponse pour contrer le mal être des élèves ? Les travaux de recherche s’intéressent aussi à l’écologie physique, sociale et culturelle de l’école : aménagement de l’espace, taille de l’école, taux d’encadrement des élèves, modalités d’évaluation, effet-maître, climat scolaire, objectifs structurels, activités extra-scolaires, temps des pauses, et aussi aux relations entre pairs, à la mise en place d’un apprentissage coopératif, par exemple. Les paramètres psychologiques sont incontournables mais des éléments de réflexion d’ordre sociologique, organisationnel et pédagogique, entre autres, éclairent le caractère multidimensionnel de la question de la qualité de vie à l’école.

On lira sans doute avec intérêt le Dossier de veille de l’IFÉ (à paraître à l’automne prochain; rédactrice : Marie Gaussel) : les compétences sociales devraient en être l’entrée principale et il abordera les questions de bien-être et de qualité de vie…

Et pour compléter les lectures : le dernier numéro de « Pisa à la loupe » publié par l’OCDE et qui apporte des éléments relatifs au bien-être des élèves, à partir de l’enquête PISA 2015, à savoir :
– réussite scolaire et satisfaction à l’égard de la vie;
– vie sociale des élèves à l’école;
– parents et environnement familial.
Quelques uns des résultats énoncés, au hasard :
– « Les élèves les plus performants sont seulement légèrement plus satisfaits de leur vie que les élèves moyennement performants. On n’observe aucune relation manifeste entre le temps consacré à l’étude et la satisfaction à l’égard de la vie« .
– « Dans 67 pays et économies, la majorité des élèves font part d’un sentiment d’appartenance à leur communauté scolaire. Dans de nombreux pays, toutefois, les élèves défavorisés et les élèves immigrés de la première génération sont moins susceptibles que leurs pairs d’exprimer un sentiment d’appartenance à leur établissement« .
– « La satisfaction d’un élève à l’égard de la vie est liée à son statut relatif au sein de son établissement, tel que mesuré par la différence entre son niveau de richesse et celui des autres élèves de l’établissement« .