Gestes professionnels, gestes de métier : de l’analyse à la formation

Le 5 février dernier, la Chaire UNESCO « Former les enseignants au XXIe siècle » organisait une journée d’étude sur « Les gestes professionnels des enseignants comme objet d’étude et objet de formation ». La colonne vertébrale de cette journée a été deux extraits vidéos, des moments de vie d’une même classe et deux enseignants, l’une de français, l’autre de maths.

Dans son introduction à la journée, Luc Ria a posé le décor, sur le fond et sur la forme que pouvaient prendre les réflexions et travaux sur les gestes professionnels[1]. Quelles méthodes pour les étudier ? Existe-t-il une culture partagée sur des gestes professionnels ? Les enseignants sont isolés, dans des espaces clos et s’ils inventent, testent des gestes professionnels, ils peuvent avoir des difficultés à partager ces gestes, à créer des référentiels. Par ailleurs, il existe des gestes porteurs d’un héritage culturel, historique et de valeurs symboliques. Enfin pour le travail scolaire, il peut exister des lourdeurs qui empêchent de faire un pas de côté pour observer ces gestes.

Ces gestes professionnels sont-ils révélateurs des préoccupations des enseignants ? On peut observer par exemple une posture d’attente des enseignants, marque d’une préoccupation de contrôler les élèves. Existe-t-il des gestes pédagogiques ou didactiques, pour enseigner et faire apprendre ? Certains gestes d’enseignement sont co-construits en classe, induisant une double signification pour l’enseignant et les élèves : quelles peuvent être les interprétations des gestes professionnels par les élèves ? Continuer la lecture de Gestes professionnels, gestes de métier : de l’analyse à la formation 

couv_programme_lecture

Conférence de consensus sur la lecture : le programme est paru

La troisième conférence de consensus organisée par le CNESCO et l’IFÉ porte sur le thème de la lecture. Son titre officiel “Lire, apprendre, comprendre : comment enseigner la lecture tout au long de la scolarité ?”.  Le jury a été constitué et  s’est mis au travail le 30 janvier dernier. Le déroulé des deux journées publiques, qui se dérouleront à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 mars 2016,  vient d’être publié : consulter ici le programme prévisionnel.

Les inscriptions sont ouvertes : n’attendez pas pour réserver votre place !

La conférence a pour objectif de faire le point sur les acquis des élèves en lecture, d’identifier les pratiques enseignantes susceptibles de mieux former les élèves à la lecture, de repérer les difficultés pour mieux les traiter, de prendre en compte l’apport et le rôle de la lecture à favoriser dans l’ensemble des disciplines scolaires mais aussi de prendre en compte les enjeux de la lecture au delà de l’école et en tenant compte des nouveaux éléments apportés par le développement des pratiques numériques.

IMG_20160130_143205
Première séance de travail du jury (30 janvier 2016)

Elle vise ainsi à repartir des acquis de la conférence de consensus de 2003 sur le même thème, pour élargir les conclusions de l’époque sur de nouvelles perspectives et en prenant mieux en compte la questions des pratiques éducatives et de leur continuité.

La conférence est présidée par Olivier Dezutter, didacticien du français actuellement en poste à l’université de Sherbrooke (Canada), pendant que le jury est présidé par Jean-Emile Gombert, psychologue de l’université de Rennes 2, dont il a été Président.

A l’image de cette double présidence, les experts mobilisés pour cette conférence sont issus de plusieurs courants de recherche et  disciplines universitaires (psychologie cognitive, sciences de l’éducation, didactique, sciences du langage, sociologie, etc.) de nature à permettre des points de vue diversifiés et pluralistes.

L’Institut français de l’Éducation recrute !

Dans le cadre du renouvellement d’une partie de ses chargé(e)s d’études, l’IFÉ recrute 6 personnes pour la rentrée 2016 par voie de détachement pour une durée limitée.  Ces candidatures s’adressent à des personnels du premier ou second degré (professeur des écoles, certifié, agrégé, CPE, inspecteurs, chefs d’établisssement…) selon des profils variés en fonction des postes proposés.

L’ensemble des profils peuvent être consultés sur le site de l’ENS de Lyon (descendre à la rubrique “campagne de recrutement des chargés d’études”).

Un poste est notamment ouvert pour intégrer l’équipe de Veille scientifique de l’IFÉ, dont les membres sont notamment rédacteurs de ce carnet, mais aussi des dossiers et notes de veille et des rubriques d’actualités de la recherche en éducation.

Voir aussi le descriptif du poste pour l’unité de Veille :  poste-325-charge-e-d-etudes-veille-scientifique-et-analyses-en-education

Missions de lutte contre le décrochage scolaire : des pratiques en mutation

J’ai été convié à une réunion académique des MLDS (mission de lutte contre le décrochage scolaire) à Lyon pour y faire une intervention sur les différentes approches du décrochage scolaire selon les pays et sur les différentes prise en charge du phénomène, suite au dossier publié en 2013 sur le sujet. J’ai aussi présenté la plateforme de formation que l’IFE est en train de  mettre en place dans le cadre d’un projet européen (projet TITA, sur le travail multi-partenarial au niveau des établissements pour lutter contre le décrochage scolaire). Cette plateforme s’inspire de ce que l’IFE a fait avec la plateforme néopass@action  : des situations réelles sont filmées dans les établissements, puis analysés par les protagonistes, ainsi que par d’autres professionnels, puis par des experts ou des chercheurs. Le but étant de faire émerger une réflexion sur les pratiques professionnelles réelles afin de comprendre les difficultés et envisager des réponses en contexte.
Le CSAIO, Yves Flammier, a commencé la journée par une présentation globale de la lutte contre le décrochage scolaire, en détaillant les actions menées au niveau de l’académie de Lyon, en articulation avec les préconisations ministérielles. Il a insisté sur la prise en charge collective des jeunes et sur le rôle central des coordonateurs MLDS. Quelques chiffres ont été donnés :
  • le taux de décrochage dans l’académie est plutôt en dessous des moyennes nationales ;
  • le nombre de jeunes effectivement pris en charge par les différents dispositifs reste très faible par rapport au nombre de jeunes repérés : en 2015, 467 jeunes ont été pris en charge par les PSAD, contre 5535 sans solution au départ ; 42 sont retournés en formation grâce à la plateforme « reviens te former », alors que le SAIO avait reçu 529 demandes.
  • Les prises en charge peuvent s’avérer efficaces. 79% des 1182 pris en charge par les MLDS ou les écoles de la seconde chance ont trouvé une solution après la prise en charge ;
  • les réseaux foquale se sont occupé de 1442 jeunes.
 Mais il n’en reste pas moins que de nombreux jeunes restent sans solution.
D’autres interventions se sont succédées :
  • présentation des plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs (PSAD) par Danielle Mackowiak (chargée de mission PSAD) ;
  • témoignages de coordonnateurs MLDS (Anne-Maëlle Comes pour le LP Emile Béjuit à Bron ; Frédéric Guillaume pour le lycée Alexandre Bérart d’Ambérieu en Bugey) sur la mise en oeuvre d’une organisation de repérage au sein d’un établissement scolaire ;
  • présentation de la semaine de la persévérance scolaire (du 4 au 8 avril) par Fatiha Kammoussi (chargée de mission), avec une conférence qui aura lieu le 7 avril au matin « la persévérance : un enjeu au quotidien ».
Des travaux en ateliers ont occupé une bonne partie de l’après midi avant restitution en plénière. Il m’a été demandé d’apporter un regard distancié et de mettre en perspective ce qui a été dit pendant la journée. Ce qui suit reprend ce que j’ai pu dire en fin de journée.

MLDS : on sait ce que ça n’est pas

Ou plutôt ce que ça ne devrait plus être… En effet, ces missions (voir la description sur le site de l’ESEN ou sur le site du ministère) ont évolué, changeant la posture des référents décrochage scolaire.
Les MLDS, ce n’est pas une externalisation de la prise en charge des difficultés scolaires des élèves. Cette externalisation, qui a été la logique pendant des années, n’a pas aidé à la prise en compte par les enseignants de la difficulté scolaire des élèves, dans la mesure où celle-ci relevait d’une intervention extérieure. Quel intérêt alors de se poser la question en terme d’approche pédagogique différente ? On peut renvoyer au débat sur « la médicalisation de l’échec scolaire » pour reprendre le titre du livre de Stanislas Morel.
On sait aussi que la MLDS n’est pas la seule solution existante à proposer aux élèves. Il existe d’autres structures, d’autres dispositifs , avec lesquels la MLDS doit d’ailleurs nouer des liens.
On sait aussi qu’il n’y a pas de recette toute faite, et que les solutions sont à trouver au cas par cas, en fonction des lieux, des situations, de ce qui existe déjà, des liens noués avec l’environnement, etc. Avec l’idée que le passage par les MLDS doit être aussi court que possible.

Vers un leadership pédagogique

Ce qui nous amène à envisager le rôle de la MLDS comme un pivot au sein d’un réseau. le coordonnateur MLDS joue un rôle de leadership pédagogique (voir Dossier de veille n°104 « Le leadership des enseignants au coeur de l’établissement »  – Reverdy & Thibert, 2015) : ils animent un réseau interne à l’établissement, mais aussi avec des partenaires extérieurs, institutionnels ou autres, au niveau d’un territoire donné, d’un bassin de formation, dans une démarche de projet. C’est donc un véritable travail d’ingénierie pédagogique qui leur est demandé, autrement dit, de passer d’une logique du« faire » à une logique du« faire faire » ? Ce n’est plus aux coordonnateurs de prendre en charge les élèves, mais il leur revient d’organiser leur prise en charge au sein d’un réseau, en fonction de projets différents selon les individus. Cette organisation est forcément complexe et multiple et demande des compétences communicationnelles et de pilotage importantes, de la souplesse, de l’adaptation, etc.
Tout ceci plaide pour un travail collectif important. Sans cette approche collective et partagée, la MLDS a peu de chance de se montrer efficace. Cela fait écho aux premiers résultats de l’enquête menée par le Cereq à propos du projet Tita mentionné précédemment, concernant le rôle et l’effet des GPDS (groupes de prévention du décrochage scolaire) mis en place dans les établissements. Les situations varient selon les établissements, mais un résultat m’a particulièrement interpelé : dans 18% des établissements analysés existe une action qui engagent l’ensemble de l’organisation scolaire au quotidien. Il s’agit principalement de collèges. Le fonctionnement de ces GPDS y est différent (rôle plus important des enseignants) et s’inscrit dans un ensemble de dispositifs plus large. Ainsi, lorsque le travail collectif est une réalité, la nécessité de ces instances est moins grande, mais elles permettent d’organiser efficacement ce collectif.

Des alliances éducatives

Ce travail collectif à initier gagne en efficacité s’il s’appuie aussi sur les ressources extérieures à l’établissement. Les coordonnateurs MLDS, même s’ils sont rattachés administrativement à un établissement, sont censés travailler à l’échelle d’un réseau, en lien avec les autres établissements du secteur. Le réseau comprend certes les partenaires « traditionnels » de l’école, mais il importe de lier des contacts privilégiés avec les mondes associatif et économique aussi. On peut penser à « Pôle emploi », à la mission école-entreprise du rectorat, aux associations de secteur, etc.
Ces alliances éducatives (voir Dossier de veille n°84 « Le décrochage scolaire : diversité des approches, diversité des dispositifs » – Thibert, 2013) ne doivent pas être réduites à venir en appui de ce qui se fait dans les établissements, mais permettre de construire ensemble (avec tous les acteurs) des solutions pour les jeunes concernés. L’approche territoriale est nécessairement contextualisée, située. Les réponses sont à construire et ne peuvent être issues de « bonnes pratiques » préexistantes que l’on dupliquerait à l’envi.

Quelle légitimité ?

Si le travail des coordonnateurs MLDS est souvent reconnu, notamment à l’extérieur, il leur faut parfois se battre contre leur propre institution, tant on peut trouver des injonctions contradictoires. Les problèmes de moyens, financiers et humains, ont été mentionnés, pointant du doigt le risque d’épuisement des personnels. Le décrochage ne concerne pas uniquement les élèves ! (voir à ce sujet la formation organisée à l’IFE sur « accrocher les enseignants pour accrocher les élèves ? »). Le risque étant de décridibiliser le travail des coordonateurs.
La posture des coordonateurs, comme celle d’ailleurs de ces « nouveaux métiers » qui relèvent du leadership pédagogique, est parfois difficile à tenir : comment donner des conseils sans donner des leçons ? Comment se positionner dans l’institution scolaire qui par ailleurs favorise plutôt une approche disciplinaire et cloisonnée ? La légitimité ne va pas de soi, les coordonnateurs peuvent attendre qu’on la leur donne, mais ils doivent aussi la prendre, en s’affirmant dans ce rôle de « médiateur ».

Dans 10 ans, les chercheurs seront-ils devenus enseignants ?

… ou bien les “enseignants” ne représenteront-ils plus qu’un souvenir réduit en cire au musée de l’éducation ?

Edulab-2015-dessin-Tis

Tis, 2015 – http://www.phdelirium.com/

Pas sérieux ? oui, vous avez raison… ! Mais utile pour ouvrir la discussion sur l’avenir de l’enseignement dans le supérieur !

Vous vous souvenez de notre appel à contributions de l’automne dernier ? il s’agissait de recueillir vos visions prospectives de l’enseignement dans le supérieur pour nourrir les réflexions du laboratoire d’idées ÉDULAB… Un projet (très sérieux) lancé dans le cadre d’un partenariat entre l’IFÉ et la DGESIP, dont l’ambition était de créer une nouvelle dynamique entre des acteurs concernés à titre divers par les évolutions de l’enseignement.

Le projet s’est concrétisé par :

  • Constitution d’un groupe de travail d’une vingtaine de personnes occupant des fonctions diverses ;
  • Diffusion d’un appel à contributions, ouvert à tous, pour recueillir des témoignages « visionnaires » ;
  • Animation d’une journée engageant les membres du groupe de travail dans une démarche réflexive collective ;
  • Élaboration d’un document rassemblant l’ensemble des contributions reçues et quelques éléments de synthèse sur le projet.

Nous avons reçu 24 contributions, très diverses dans leurs formats (des textes mais aussi des dessins) et dans leurs contenus (certaines proposant par exemple un long détour par le passé). Elles ont servi de matière première aux membres du groupe de travail, qui avaient pour mission de défricher les évolutions – perceptibles ou souhaitables – de l’enseignement dans le supérieur.  Une journée stimulante, aux dires des participants, qui ont apprécié de disposer d’un temps pour questionner un peu les poncifs, loin d’un environnement institutionnel privilégiant trop souvent des échanges convenus…

L’objectif global était de faire émerger des convergences, au delà des divergences de vue exprimées dans les contributions et celles assumées par les membres du groupe. Donc de définir à un premier niveau des “problèmes communs” pour envisager à un second niveau les solutions qui pourraient y être apportées. Quatre défis ont ainsi pu être formulés :

  1. valoriser la mission d’enseignement ;
  2. gérer l’hétérogénéité des étudiants et lutter contre les inégalités ;
  3. définir des valeurs communes relatives aux finalités de l’enseignement ;
  4. penser l’humain dans les dispositifs pédagogiques.

Nous rendons publiques aujourd’hui les 24 “visions” que nous avons reçues : le document est à télécharger (pdf, 113 p.) sur notre blog Édupass.

Institut Carnot de l’Éducation : qui est intéressé ?

L’appel à manifestation d’intérêt de l’Institut Carnot de l’Éducation en Rhône-Alpes Auvergne est lancé !

Son principe : mettre en relation enseignants et chercheurs pour permettre aux praticiens de disposer de travaux de recherche qui répondent à leurs questionnements ou leurs difficultés. L’appel circule actuellement dans les académies, dans les rectorats, les ESPE et les laboratoires universitaires, notamment via les équipes d’animation ou d’encadrement (inspecteurs, chefs d’établissements, CARDIE, etc.).

Des écoles maternelles aux universités, les équipes pédagogiques qui sont intéressées par cette expérience sont invitées à soumettre leur projet  d’ici mars prochain en envoyant une description succincte à institutcarnot-education@ens-lyon.fr . L’esprit de l’appel est bien en effet celui d’une manifestation d’intérêt et non pas celui de la soumission d’un projet déjà finalisé.

De leur côté, les chercheurs sont invités à déjà faire part de leur disponibilité pour participer à l’expérience, soit pour mettre à disposition des travaux qu’ils pensent présenter un intérêt direct soit pour engager de nouveaux projets susceptibles de répondre aux attentes des praticiens qui se seront exprimées lors de la manifestation d’intérêt.

L’Institut Carnot de l’Éducation est une initiative soutenue par le ministère de l’Éducation nationale, expérimentée dans un premier temps sur les trois académies de Clermont-Ferrand, Lyon et Grenoble.

Pour aller plus loin :

Comment les changements pédagogiques sont mis en oeuvre

Pour paraphraser un célèbre général, des réformes annoncées on en trouve, des changements concrets on en cherche !

Une constante des travaux qui se sont penchés sur les réformes éducatives est en effet de conclure à une grande disproportion entre l’ampleur des changements espérés au regard des changements effectifs dans les pratiques quotidiennes. Pourquoi tant d’échecs ou de déceptions ?

La pente naturelle du décideur consiste à incriminer les corps intermédiaires, les corporatismes ou même les acteurs éducatifs qui seraient rétifs à toute évolution pour de trop nombreuses raisons contraires à l’intérêt général. L’inclination fréquente des praticiens pour la contestation est justifiée à leurs yeux par le manque de concertation ou la méconnaissance de la réalité du terrain qui caractérise trop souvent les initiatives politiques.

Les chercheurs qui se sont penchés sur ce problème ont pourtant identifié d’autres facteurs d’échec ou de réussite, d’autres variables susceptibles d’expliquer pourquoi il y a un décalage récurrent entre les objectifs et les résultats. En particulier, ils ont souligné que le problème réside fréquemment dans le “comment” de la réforme : on peut discuter des buts proclamés et des valeurs qui sous-tendent un changement souhaité, le “pourquoi“,  mais bien souvent c’est déjà la stratégie de changement mise en oeuvre qui a souvent une probabilité faible d’aboutir. La mauvaise compréhension du système éducatif et de la façon dont sont configurés et les organisations et les acteurs mène à bien des erreurs.

C’est pour avancer dans une meilleure compréhension des conditions institutionnelles et organisationnelles du changement éducatif que nous avons réalisé notre dossier  “le changement, c’est comment ?” , en mobilisant certaines théories particulièrement éclairantes sur le sujet.

Les références utilisées dans ce dossier sont également consultables dans notre entrepôt de données bibliographiques.

 

Tentons de faire court sur l’interdisciplinarité

Photo Essentiel

Dans le contexte de la réforme du collège, le service Veille & Analyses propose un document court, « L’utilisation de l’interdisciplinarité dans le secondaire », qui reprend l’essentiel des résultats de recherche sur une question d’actualité, l’interdisciplinarité.

Vous vous demandez pourquoi ce sujet cristallise tant les tensions ? Comment est-il abordé dans les autres pays ? Comment faire pour mener un projet dans le cadre des futurs enseignements pratiques interdisciplinaires ? Nous espérons que vous pourrez trouver dans ce document quelques pistes de réflexion pour alimenter vos pratiques ou simplement approfondir la question.

Ce document est disponible sur notre blog Edupass : http://edupass.hypotheses.org/929. Vous pouvez également vous reporter au Dossier de veille n° 100 de mars 2015 : « Éduquer au-delà des frontières disciplinaires ».

Étudiants : des parcours et pratiques pluriels

Si l’on vous donne le mot « étudiant », quelle image vous vient à l’esprit ? Assurément, une représentation unique est impossible et ce sont plusieurs visages qui défilent, se succèdent, tant les parcours, connaissances, histoire et projections sont particuliers. Le dossier de veille n° 106 “Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui” pose ce regard sur les étudiants, au travers de leurs expériences et propose d’observer ce qu’ils vivent.

L’enseignement supérieur comptabilise de plus en plus d’étudiants aux profils hétérogènes : bacheliers professionnels, étudiants étrangers, publics adultes et en formation continue ; à temps partiel, à distance, en césure ; qui envisagent des études de plus en plus longues, ou des cumuls de diplômes soit pour retarder leur insertion, soit se donner plus de chances sur le marché du travail. Les cursus professionnalisants se sont multipliés, et les stages devenus quasi incontournables sont au programme y compris de cursus « classiques ». Le travail salarié étudiant, dont l’évolution est manifeste ces dernières années, n’est pas sans conséquence sur les études et les manières d’étudier.

Qu’en est-il de leur parcours dans le supérieur ? On les dit peu libres de leur choix d’études qu’ils subiraient ou qu’ils s’interdisent… Néanmoins, pour bon nombre d’entre eux, les filières universitaires sont aussi l’espace d’ajustement de trajectoires, qui entraînent réorientations, abandons, formations à la carte ou mises en suspens des études. Autant d’actions comptabilisées regrettablement en échec alors qu’elles concourent à leur expérience. La préoccupation récurrente sur leur devenir professionnel, appuyée par le poids de la société et de la conjoncture économique conduit à s’attacher au rôle du projet dans leur parcours : est-il prépondérant à la réussite des étudiants ? Dans cette perspective, le savoir utilitariste semble prendre le pas sur le savoir intellectuel pourtant plus favorable à leur réussite. Faire évoluer le sens accordé aux études, et par là-même mobiliser ses connaissances, développer de nouveaux apprentissages, réflexifs, avec une pensée critique, pour enfin développer une réflexion sur ses propres manières d’apprendre, sont des étapes progressives du « devenir  étudiant » qu’il s’agit d’accompagner.

Le dossier de veille questionne leur usage des technologies, leurs perceptions vis à vis du monde universitaire et des pratiques pédagogiques déployées, et souhaite apporter un éclairage sur leurs difficultés, déclarées ou observées, ainsi que sur leurs attentes, afin de mieux appréhender les univers des étudiants et poser la question de leur réussite.

Ce dossier est réalisé à l’occasion d’une conférence de consensus organisée conjointement par l’Institut français de l’Education (ENS de Lyon) et la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), à Paris les 16 et 17/12/2015, sur le thème « Réussite et échec dans l’enseignement supérieur ».

Qui veut devenir prof ?

enseignement-superieur-publicPas beaucoup de monde selon le dernier PISA in focus, une des publications mensuelles de l’OCDE.  Seulement 5% des étudiants des pays de l’OCDE s’orientent vers cette profession (3% sont des garçons, 6% des filles). Autre constat, ces étudiants obtiennent des scores en numératie et en littératie moindres que ceux des étudiants qui ne voulant pas être enseignants mais qui se destinent à d’autre professions à qualifications égales. De façon générale, on observe un pourcentage plus important d’une vocation vers le professorat dans les pays où le salaire des enseignants est plus élevé comme l’Indonésie, l’Irlande du sud, le Japon, la Corée, la Turquie et le Luxembourg.

Il n’y a pas que le faible  niveau de rémunération (85% à 92% du salaire d’un personne travaillant à plein temps dans le secteur tertiaire) comme facteur de motivation mais également le peu de valeurs sociales et professionnelles accordées à ce métier. Les étudiants les plus performants ont accès à une large éventail de profession et leur choix se portent sur des carrières mieux valorisées dans la société, plus prestigieuses et mieux rémunérées. Continuer la lecture de Qui veut devenir prof ?