Archives pour la catégorie Tendances et prospective

Les enseignants anglais dopés à l’EX…cellence, …pertise

Un laboratoire d’idées anglais (Institute for Public Policy Research – IPPR) vient de publier un rapport (Hood & Clifton) proposant la création d’un nouvel institut de formation des enseignants, l’Institute for Advanced Teaching (IAT) dans l’objectif de former des enseignants experts, visant l’excellence dans leur enseignement.

Pour le réaliser, l’IAT avancera en trois étapes :

  • Recruter des enseignants qualifiés à haut potentiel, travaillant dans des écoles difficiles, à partir d’un processus rigoureux d’évaluation de leurs connaissances, habiletés et valeurs ;
  • Développer l’expertise de ces enseignants : deux années de formation à temps partiel pour une qualification complétant un emploi à plein temps, accréditation par une université puis à plus long terme par l’IAT, enseignement par des enseignants praticiens experts, sur des campus proches d’écoles performantes fréquentées par des communautés défavorisées ;
  • les transformer en force de changement pour l’éducation, après leur diplomation, pour plus de leadership (et devenir de futurs enseignants à l’IAT).

Pour étayer leur définition de ce que peut être un « enseignant expert », les auteurs du rapport s’appuie sur les travaux de Hattie, qui identifie cinq caractéristiques de l’enseignant expert : haut niveau de connaissances et de compréhension des matières enseignées ; capacité à guider les apprentissages des élèves pour des résultats marquants ; capacité de rétroagir avec les élèves et les faisant progresser, en les motivant, en développant leur auto-efficacité, etc. Pour Hattie, c’est là que réside la différence entre enseignant expert et enseignant expérimenté.

Par ailleurs, ce rapport s’inspire du rapport MCKinsey, publié en 2010, qui déjà, cherchait à construire un système d’enseignement plus performant, à l’instar de celui de l’Ontario, de Singapour ou de Hong-Kong (PISA 2009 était passé par là).

Le rapport de l’IPPR s’inspire cette fois des États-Unis (et des graduate schools of education indépendantes), de Singapour (Academy of Singapore Teachers et sa culture de l’excellence) et de Hong-Kong (Continuing professional development programme-CPD).

Le rapport a été présenté lors de la Schools Week par les huit « academies » contributives au laboratoire d’idées (il s’agit d’écoles publiques à financement mixte) et quelques écoles de formation des enseignants, qui ont lancé un « appel aux armes » pour être rejointe par d’autres écoles et facultés.

Les CROUS dans l’actualité

Les CROUS (centres régionaux des oeuvres universitaires et scolaires) ont eu 60 ans en 2015 ! Le saviez-vous ? En tous cas l’heure de la retraite n’a pas encore sonné, c’est le moins que l’on puisse dire… Alors que la nomination de son nouveau directeur est imminente, le CNOUS (centre national) fait aussi l’actualité avec l’accord-cadre signé fin mai avec la Conférence des présidents d’université (CPU). Cet accord national, en définissant le périmètre des actions communes aux deux organismes, renforce les coopérations déjà mises en oeuvre avec l’accord signé en 2012, et mise sur une convergence plus marquée en matière de qualité des conditions de vie et d’études comme facteur essentiel de réussite et d’épanouissement des étudiants.

Pour les CROUS, il ne s’agit plus seulement de gérer des restaurants et des résidences universitaires… Au delà de la « vie de campus », les questions d’accès et d’attractivité, y compris internationale, de l’enseignement supérieur ainsi que les préoccupations relatives à un développement territorial durable, sont de fait partagées avec d’autres acteurs, établissements d’enseignement supérieur (regroupés) et collectivités territoriales. Parmi les 35 mesures qui composent le Plan national de vie étudiante, présenté le 1er octobre 2015 par le Président de la République, certaines nourrissaient déjà la feuille de route des CROUS.

Leurs actions se sont effectivement diversifiées ces dernières années et plusieurs services ont été mutualisés. Parmi les initiatives récentes, on mentionnera en 2012 l’ouverture d’un site dédié au logement étudiant (Lokaviz.fr), en 2013 le lancement du site Jobaviz.fr (centrale du job étudiant), en 2014 la gestion dématérialisée du dossier social de l’étudiant (DSE) pour l’attribution et le suivi des bourses (sur messervices.etudiant.gouv.fr), en 2015 la mise en service d’Izly pour permettre aux étudiants de se restaurer dans tous les resto U de France pour 3,25 euros… Continuer la lecture de Les CROUS dans l’actualité 

Décrochage scolaire : que de chemin parcouru

2014-10-16_03-29-22Le travail accompli par l’IFE à propos du décrochage scolaire et de la persévérance scolaire, parmi lesquels deux Dossiers de veille (Enseignement primaire : les élèves à risque (de décrochage) – Feyfant, 2012 ; Le décrochage scolaire : diversité des approches, diversité des dispositifs – Thibert, 2013) nous amène à être régulièrement sollicités soit pour des projets (voir par exemple le projet européen d’envergure TITA porté par l’IFE), soit pour des interventions devant des publics variés.

La dernière intervention a eu lieu à l’ESEN pour une formation de formateurs sur la question du décrochage scolaire. Les différentes contributions, qu’elles soient proposées par des chercheurs, des inspecteurs, des chefs d’établissement, des formateurs, des chargés d’études, des enseignants, ou encore des médecins, montrent le chemin parcouru en seulement trois ans. Continuer la lecture de Décrochage scolaire : que de chemin parcouru 

Faut-il soigner « le cas désespéré » des évaluations internationales aux dépens des petits anglais?

Ce pourrait être la question posée par plus de 40 000 parents anglais, signataires d’une pétition appelant au boycott des tests au primaire.

Les SATs (standard assessment tests) ont évolué notablement en 2016, pour prendre en compte le nouveau socle commun mis progressivement en place en Angleterre. Une semaine de test est prévue entre le 9 et le 12 juin pour les évaluations en anglais et en mathématiques ; une autre semaine en juin pour celles des matières scientifiques.

Les tests deviennent de plus en plus difficiles et sont facteurs d’un stress important selon parents, enseignants et chefs d’établissement. Les parents protestent contre une culture néfaste du « toujours plus de tests ». Pour le ministre de l’éducation, Nick Gibb, ces tests ne peuvent qu’améliorer les standards. Ils n’auraient pas d’impact sur les élèves et obligent les écoles à rendre des comptes et permettent ainsi de s’assurer que tous les élèves ont accès aux connaissances et compétences nécessaires à leur réussite. N. Gibb a déclaré que « les tests avaient besoin d’être durs [pénibles] pour rattraper le retard avec les compétiteurs internationaux ». « Nous sommes trois années derrière les chinois à l’âge de 15 ans. Nous sommes un peu un cas désespéré au niveau international». Continuer la lecture de Faut-il soigner « le cas désespéré » des évaluations internationales aux dépens des petits anglais? 

Égalité, citoyenneté, etc.

Le 13 avril dernier, s’est tenu, à Vaulx-en-Velin le troisième Comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté (CIEC), les deux premiers s’étant tenus en mars et octobre 2015.
La focale médiatique n’a vu dans cette journée que la présentation par le premier ministre du projet de loi « égalité et citoyenneté. Or, une centaine d’acteurs du monde économique, associatif, de cette fameuse « société civile », ont planché en quatre ateliers, autour de 8 défis, chaque atelier recevant la participation d’un(e) ministre ou secrétaire d’État. Continuer la lecture de Égalité, citoyenneté, etc. 

Métiers de l’enseignement : le temps des incertitudes

La revue Spirale vient de lancer un appel à contributions pour son numéro 60, « Métiers de l’enseignement, le temps de l’incertitude », coordonné par Bruno Garnier, à paraitre en octobre 2017.  Les contributeurs potentiels intéressés  peuvent  proposer un projet d’article (résumé) avant le 1er juin 2016.

Le début de l’argumentaire :
« Si la diffusion d’un sentiment d’incertitude chez les professionnels de l’enseignement est souvent évoquée depuis le début des années 2000, en France comme dans d’autres pays (Maroy, 2008), plus rarement, ce sentiment d’incertitude est caractérisé relativement à ses causes et à ses conséquences. Cet appel à contributions vise à dépasser le constat de la perception d’une crise de la professionnalité, certes partagé par de nombreux acteurs et exprimé par des énoncés récurrents. Il s’agit d’en analyser et d’en définir les termes et d’en explorer quelques sources et quelques effets ». […] « Au-delà de sa caractérisation, nous souhaitons voir explorer quelques-unes des sources de ce sentiment d’incertitude et aussi son impact, en prenant l’exemple de la France mais en autorisant des points de comparaison internationale. »
Pour lire la suite et  proposer une contribution :
http://spirale-edu-revue.fr/spip.php?article1253

Dans 10 ans, les chercheurs seront-ils devenus enseignants ?

… ou bien les « enseignants » ne représenteront-ils plus qu’un souvenir réduit en cire au musée de l’éducation ?

Edulab-2015-dessin-Tis

Tis, 2015 – http://www.phdelirium.com/

Pas sérieux ? oui, vous avez raison… ! Mais utile pour ouvrir la discussion sur l’avenir de l’enseignement dans le supérieur !

Vous vous souvenez de notre appel à contributions de l’automne dernier ? il s’agissait de recueillir vos visions prospectives de l’enseignement dans le supérieur pour nourrir les réflexions du laboratoire d’idées ÉDULAB… Un projet (très sérieux) lancé dans le cadre d’un partenariat entre l’IFÉ et la DGESIP, dont l’ambition était de créer une nouvelle dynamique entre des acteurs concernés à titre divers par les évolutions de l’enseignement.

Le projet s’est concrétisé par :

  • Constitution d’un groupe de travail d’une vingtaine de personnes occupant des fonctions diverses ;
  • Diffusion d’un appel à contributions, ouvert à tous, pour recueillir des témoignages « visionnaires » ;
  • Animation d’une journée engageant les membres du groupe de travail dans une démarche réflexive collective ;
  • Élaboration d’un document rassemblant l’ensemble des contributions reçues et quelques éléments de synthèse sur le projet.

Nous avons reçu 24 contributions, très diverses dans leurs formats (des textes mais aussi des dessins) et dans leurs contenus (certaines proposant par exemple un long détour par le passé). Elles ont servi de matière première aux membres du groupe de travail, qui avaient pour mission de défricher les évolutions – perceptibles ou souhaitables – de l’enseignement dans le supérieur.  Une journée stimulante, aux dires des participants, qui ont apprécié de disposer d’un temps pour questionner un peu les poncifs, loin d’un environnement institutionnel privilégiant trop souvent des échanges convenus…

L’objectif global était de faire émerger des convergences, au delà des divergences de vue exprimées dans les contributions et celles assumées par les membres du groupe. Donc de définir à un premier niveau des « problèmes communs » pour envisager à un second niveau les solutions qui pourraient y être apportées. Quatre défis ont ainsi pu être formulés :

  1. valoriser la mission d’enseignement ;
  2. gérer l’hétérogénéité des étudiants et lutter contre les inégalités ;
  3. définir des valeurs communes relatives aux finalités de l’enseignement ;
  4. penser l’humain dans les dispositifs pédagogiques.

Nous rendons publiques aujourd’hui les 24 « visions » que nous avons reçues : le document est à télécharger (pdf, 113 p.) sur notre blog Édupass.

Étudiants : des parcours et pratiques pluriels

Si l’on vous donne le mot « étudiant », quelle image vous vient à l’esprit ? Assurément, une représentation unique est impossible et ce sont plusieurs visages qui défilent, se succèdent, tant les parcours, connaissances, histoire et projections sont particuliers. Le dossier de veille n° 106 « Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui » pose ce regard sur les étudiants, au travers de leurs expériences et propose d’observer ce qu’ils vivent.

L’enseignement supérieur comptabilise de plus en plus d’étudiants aux profils hétérogènes : bacheliers professionnels, étudiants étrangers, publics adultes et en formation continue ; à temps partiel, à distance, en césure ; qui envisagent des études de plus en plus longues, ou des cumuls de diplômes soit pour retarder leur insertion, soit se donner plus de chances sur le marché du travail. Les cursus professionnalisants se sont multipliés, et les stages devenus quasi incontournables sont au programme y compris de cursus « classiques ». Le travail salarié étudiant, dont l’évolution est manifeste ces dernières années, n’est pas sans conséquence sur les études et les manières d’étudier.

Qu’en est-il de leur parcours dans le supérieur ? On les dit peu libres de leur choix d’études qu’ils subiraient ou qu’ils s’interdisent… Néanmoins, pour bon nombre d’entre eux, les filières universitaires sont aussi l’espace d’ajustement de trajectoires, qui entraînent réorientations, abandons, formations à la carte ou mises en suspens des études. Autant d’actions comptabilisées regrettablement en échec alors qu’elles concourent à leur expérience. La préoccupation récurrente sur leur devenir professionnel, appuyée par le poids de la société et de la conjoncture économique conduit à s’attacher au rôle du projet dans leur parcours : est-il prépondérant à la réussite des étudiants ? Dans cette perspective, le savoir utilitariste semble prendre le pas sur le savoir intellectuel pourtant plus favorable à leur réussite. Faire évoluer le sens accordé aux études, et par là-même mobiliser ses connaissances, développer de nouveaux apprentissages, réflexifs, avec une pensée critique, pour enfin développer une réflexion sur ses propres manières d’apprendre, sont des étapes progressives du « devenir  étudiant » qu’il s’agit d’accompagner.

Le dossier de veille questionne leur usage des technologies, leurs perceptions vis à vis du monde universitaire et des pratiques pédagogiques déployées, et souhaite apporter un éclairage sur leurs difficultés, déclarées ou observées, ainsi que sur leurs attentes, afin de mieux appréhender les univers des étudiants et poser la question de leur réussite.

Ce dossier est réalisé à l’occasion d’une conférence de consensus organisée conjointement par l’Institut français de l’Education (ENS de Lyon) et la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), à Paris les 16 et 17/12/2015, sur le thème « Réussite et échec dans l’enseignement supérieur ».

Qui veut devenir prof ?

enseignement-superieur-publicPas beaucoup de monde selon le dernier PISA in focus, une des publications mensuelles de l’OCDE.  Seulement 5% des étudiants des pays de l’OCDE s’orientent vers cette profession (3% sont des garçons, 6% des filles). Autre constat, ces étudiants obtiennent des scores en numératie et en littératie moindres que ceux des étudiants qui ne voulant pas être enseignants mais qui se destinent à d’autre professions à qualifications égales. De façon générale, on observe un pourcentage plus important d’une vocation vers le professorat dans les pays où le salaire des enseignants est plus élevé comme l’Indonésie, l’Irlande du sud, le Japon, la Corée, la Turquie et le Luxembourg.

Il n’y a pas que le faible  niveau de rémunération (85% à 92% du salaire d’un personne travaillant à plein temps dans le secteur tertiaire) comme facteur de motivation mais également le peu de valeurs sociales et professionnelles accordées à ce métier. Les étudiants les plus performants ont accès à une large éventail de profession et leur choix se portent sur des carrières mieux valorisées dans la société, plus prestigieuses et mieux rémunérées. Continuer la lecture de Qui veut devenir prof ? 

Les enseignants, le collectif… et le leadership

Photo du DV 104Avec entre autres l’instauration du conseil pédagogique en 2005 et les 20 % d’autonomie accordés aux établissements du secondaire  par la nouvelle réforme du collège, le travail et la prise de décision collectifs dans les établissements s’imposent de plus en plus en France, nécessitant  de nouveaux types d’organisation pour favoriser la réussite de tous les élèves. Certains y voient un renforcement du pouvoir des chefs d’établissement au détriment de la liberté pédagogique de l’enseignant et une hiérarchisation accrue ; d’autres une occasion de définir collectivement des modalités d’exercice spécifiques à l’établissement. Qu’en est-il dans les autres pays pour lesquels beaucoup de responsabilités éducatives sont à la charge du niveau local ? Que dit la littérature de recherche de ce leadership partagé, exercé notamment par les enseignants ?

Continuer la lecture de Les enseignants, le collectif… et le leadership