Archives pour la catégorie Ressources utiles

Le « culte du tablier » ou comment les femmes sont représentées dans les manuels scolaires

femme-invisibleNous avons vu dans notre dernier Dossier de veille (n°112, octobre 2016) comment les stéréotypes de genre étaient largement reproduits dans les manuels scolaires et les livres pour enfants. Un récent rapport d’Eurydice, en comparant deux études espagnole et polonaise, montre comment la femme, dans le peu d’illustrations les représentant, est toujours dépeinte portant un tablier, dans une cuisine, occupée aux tâches ménagères : les manuels polonais reproduisent les convictions traditionalistes de la place de la femme dans la société tout en ignorant les personnalités féminines importantes ou encore les combats récurrents des mouvements féministes dans la lutte contre le sexisme et pour l’accès aux droits fondamentaux ; dans l’étude espagnole, les auteurs observent les mêmes biais quantitatifs et qualitatifs privilégiant les stéréotypes sexistes dans les images : il y aurait deux fois moins de représentations graphiques de femmes par rapport à celles montrant des hommes. Des couleurs pâles ou rose sont les plus souvent utilisées pour décrire des femmes majoritairement situées au sein de l’espace privé en train d’accomplir des tâches liées à la sphère familiale alors que les hommes occupent les espaces publics et sont caractérisés par des postures d’action.

Continuer la lecture de Le « culte du tablier » ou comment les femmes sont représentées dans les manuels scolaires 

Passage de relais à la veille de l’IFÉ

Rémi ThibertL’équipe Veille et Analyses est composée d’anciens enseignants, d’ingénieurs de l’enseignement supérieur et de la recherche et d’enseignants du scolaire en détachement le temps de leur mission à l’IFÉ (ENS de Lyon).

Parmi ces derniers, notre ami et collègue Rémi Thibert, qui venait du lycée professionnel, est reparti vers de nouvelles aventures et a réintégré l’académie de Lyon dans des fonctions de principal adjoint d’un collège. Nous lui souhaitons bonne chance et comptons bien le solliciter à l’avenir, pour qu’il nous livre le résultat de la confrontation entre ses savoirs capitalisés à l’IFÉ et son expérience de terrain !

Bien que Rémi soit  irremplaçable, son départ a été compensé par l’arrivée d’une nouvelle collègue, Claire Joubaire, jusque là professeure de lettres dans un lycée de la région parisienne. Nous sommes ravis de l’accueillir dans notre équipe et nos lecteurs devraient découvrir sa signature d’ici quelques semaines. Pour ne rien vous cacher, elle est déjà à l’oeuvre sur un dossier concernant l’éducation à l’information et le numérique…Claire_joubaire

Ce qui nous lie à ceux qui nous lisent

Ce sont 1 758 lecteurs qui ont répondu, durant le mois de juin dernier, à notre petite enquête lancée à l’occasion du passage du seuil de nos 10 000 abonnés.
Cette enquête ne constitue évidemment pas une évaluation de nos productions. Ceux qui répondent sont, par définition, plutôt des lecteurs réguliers qui trouvent un intérêt dans nos activités. Cette réserve devant être toujours présente dans l’analyse des résultats, cette enquête nous a délivré quelques enseignements intéressants et utiles pour notre travail.

Continuer la lecture de Ce qui nous lie à ceux qui nous lisent 

Tu as fait tes devoirs ?

« Manque de travail ». « Doit apprendre ses leçons ». « Fait semblant de travailler » « Ne travaille pas régulièrement ». « Aucun travail fourni ». « Travaillez plus consciencieusement ». Les bulletins scolaires révèlent le présupposé de notre institution qui veut qu’un élève qui réussit est forcément un élève qui travaille, et inversement. Ceux qui travaillent mais ne réussissent pas peuvent être perçus comme méritants quand même.

On voit bien que la question du travail personnel de l’élève est centrale dans notre école. Cette question est bien souvent réduite à celle des devoirs à la maison, dont on sait qu’ils renforcent les inégalités et qu’ils sont au mieux inefficaces en terme d’apprentissages. Pourtant, tout le monde se plie au rituel des devoirs.

Or le travail pour la classe hors la classe peut avoir lieu dans des lieux très divers, chacun ayant leur spécificité : dans l’établissement scolaire avec les dispositifs d’aide ou les temps d’étude, dans des structures associatives au niveau des communes, en lien plus ou moins étroit avec les politiques de la ville, dans les familles ou encore dans des structures privées qui proposent des cours (particuliers souvent) payés directement par les familles. Les attentes familiales et sociales sont grandes, le travail personnel des élèves étant vu comme une nécessité pour offrir aux enfants plus de chances de réussite scolaire, sociale et professionnelle.

Pourtant, ces différentes aides s’avèrent souvent inefficaces. Le travail personnel de l’élève ne se cultive pas « hors sol ». Pour que l’élève en tire profit, il est important que ces temps soient articulés entre eux, que les aides proposées soient en lien avec les apprentissages qui ont lieu en classe. Et ce travail personnel doit être préparé en classe pour que les élèves arrivent à faire des ponts entre ce qui leur est demandé de faire et puissent se mobiliser sur les tâches à réaliser.

La question n’est donc pas tant celle du « travail personnel », bien difficile à mesurer et dont on évalue la qualité à la quantité de temps passé, que celle de l’engagement des élèves dans leurs apprentissages. Et cet engagement n’est pas uniquement le fait des individus, mais se nourrit des interactions avec le groupe. Le travail personnel se trouve favorisé par le collectif et doit se penser aussi dans un environnement plus large.

Les devoirs à la maison, source de malentendus scolaires entre élèves, enseignants et parents, révèlent les implicites de l’école et les impensés de l’organisation du travail personnel des élèves.

Le dernier Dossier de veille de l’IFÉ tente de faire le point sur le travail personnel des élèves qui interroge le système éducatif depuis plus d’un siècle, mais qui est devenu une question cruciale aujourd’hui pour enrayer les inégalités scolaires grandissantes.

 

Pour citer ce dossier :

Thibert Rémi (2016). Représentations et enjeux du travail personnel de l’élève. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 111, juin. Lyon : ENS de Lyon
http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=111&lang=fr

À la rencontre de nos 10 000 abonnés… et de nos lecteurs occasionnels

Fin février 2004, nous partîmes 10 abonnés mais par un prompt renfort nous nous vîmes 1 000 en 2006, et… 10 000 fin mai 2016.
Nous ne sommes pas peu fiers d’avoir atteint aujourd’hui le cap des 10 000 abonnés aux actualités de veille en éducation.
Merci à ceux qui nous suivent depuis 12 ans, 12 mois, 12 jours ou 12 heures.
La moitié de nos abonnés ont une adresse non institutionnelle, ce qui ne nous permet pas de connaître leur domaine ou pays d’activité. Parmi l’autre moitié, 22 % travaillent dans une académie, 9 % dans l’enseignement supérieur (dont les ESPE) et 3 % dans le domaine éducatif ou de la formation ; 7 % de nos abonnés sont domiciliés à l’étranger (majoritairement au Québec, en Suisse et en Belgique) ; un peu moins de 10 % se répartissent entre ministères et institutions, collectivités locales, entreprises, médias, bibliothèques et centres de documentation, éditeurs, secteur sanitaire et social, syndicats et association de parents.
Mais savoir d’où vous nous lisez ne nous suffit pas ! Nous aimerions savoir quand, comment, pourquoi vous suivez et lisez nos actualités (Bulletin Veille & analyses bimensuel ou site du service Veille et Analyses) et nos notes de synthèse (Dossiers de Veille de l’IFÉ).

Nous avons donc concocté un questionnaire (court) à l’attention de nos abonnés et des lecteurs plus occasionnels, pour mieux vous connaître et cerner plus précisément vos attentes.
Dites-nous tout…

Enquête « Veille & Analyses » 10 000 abonnés

Réforme du collège : pourquoi et comment faire des projets interdisciplinaires entre collègues ?

Les réflexions sur la réforme du collège prévue en 2016 peuvent aborder de multiples sujets, aussi bien au niveau des pratiques pédagogiques elles-mêmes que de l’organisation du travail dans l’établissement. À l’occasion d’une journée sur les pratiques collaboratives des enseignants (sur le thème de l’interdisciplinarité), organisée par les formateurs de l’enseignement catholique à Paris avec l’aide du CEPEC de Lyon, et pour environ 200 enseignants du premier et du second degrés, c’est en fait une discussion plus large qui a été menée, puisqu’elle a abordé dans le détail différents points :

Continuer la lecture de Réforme du collège : pourquoi et comment faire des projets interdisciplinaires entre collègues ? 

Cultivons l’éducation socioculturelle

L’éducation socioculturelle a fêté ses 50 ans en mars dernier. À l’occasion de cette célébration, l’hebdomadaire Le Sillon (hebdomadaire agricole et rural de l’Adour) reprenait les propos de la ministre de l’Éducation, lors du séminaire organisé à cet occasion : «Vous connaissez le plagiat par anticipation? C’est le fait de croire que l’on invente quelque chose et de découvrir que quelqu’un d’autre l’a déjà fait avant. Eh bien c’est le sentiment que j’ai avec la réforme du collège et ce qui existait déjà avec l’éducation socioculturelle dans l’enseignement agricole» (Le Sillon, 28/04/2016).

Ce n’est pas la première fois que l’on constate que l’enseignement agricole est une potentielle source d’inspiration en matière de pédagogie, de travail collectif, etc.

Mais, qu’est ce que l’« éducation socioculturelle »  (ESC)?

Dans le même article du Sillon, on trouve les mots : ouverture au monde et à la culture, pluridisciplinarité, projets collectifs, moment d’échanges, travail de groupe, valeurs, plaisir, lutte contre l’échec et le décrochage. Continuer la lecture de Cultivons l’éducation socioculturelle 

Égalité, citoyenneté, etc.

Le 13 avril dernier, s’est tenu, à Vaulx-en-Velin le troisième Comité interministériel à l’égalité et à la citoyenneté (CIEC), les deux premiers s’étant tenus en mars et octobre 2015.
La focale médiatique n’a vu dans cette journée que la présentation par le premier ministre du projet de loi « égalité et citoyenneté. Or, une centaine d’acteurs du monde économique, associatif, de cette fameuse « société civile », ont planché en quatre ateliers, autour de 8 défis, chaque atelier recevant la participation d’un(e) ministre ou secrétaire d’État. Continuer la lecture de Égalité, citoyenneté, etc. 

Conférence de consensus sur la lecture : retour sur plusieurs mois de travail

Les recommandations finales du jury de la conférence de consensus sur la lecture organisée par l’IFÉ et le CNESCO ont été rendues publiques hier jeudi 7 avril.

Nul doute qu’elles constitueront une référence difficile à contourner, car elles s’appuient sur les expertises et des états des savoirs internationaux produits par des spécialistes reconnus dans la plupart des disciplines susceptibles d’éclairer les processus du « lire, apprendre et comprendre » : sciences de l’éducation, psychologie cognitive, didactique du français, sciences du langage, sociologie…

Le jury a aussi pris en compte les savoirs  issus de la pratique pour mettre les recommandations en contexte dans le système éducatif français, en mobilisant ses propres expériences puisque ses différents membres représentaient une grande partie des acteurs et des parties prenantes de l’éducation : enseignants de différents niveaux et de différences champs disciplinaire, chefs d’établissements, conseillers pédagogiques et inspecteurs, parents d’élèves,  intervenants sur les questions d’illettrisme, de lecture numérique, de ressources éducatives…

Le jury au travail à Lyon
Réunion du jury

Ces recommandations concluent un long travail entamé à l’automne dernier, marqué  par la définition de la problématique sous la présidence d’Olivier Dezutter, la sélection d’un jury d’une vingtaine de praticiens, l’identification et la sollicitation d’une quinzaine d’experts, la production des contributions des experts, l’organisation de deux journées de formation des membres du jury par l’IFÉ, la tenue de deux journées publiques à l’ENS de Lyon et enfin le travail de rédaction des recommandations par le jury sous la présidence de Jean-Emile Gombert.

CdqOU_AW0AAAjSaL’ensemble des interventions des deux journées publiques ont été filmées et sont disponibles en ligne.

Lors des journées de formation du jury, des mini-synthèses ont notamment été produites par des chargés d’étude et de recherche de l’IFÉ, que nous mettons aujourd’hui à disposition de tous :

 

Ingénierie et conseil pédagogiques : quelles formations ?

Suite à une question posée sur la liste aipu-fr, voici un récapitulatif des formations proposant de se professionnaliser dans l’accompagnement pédagogique, avec ou sans une entrée spécifique « enseignement supérieur ».
Certaines formations, dispensées par des universités membres du RUMEF (Réseau des Universités préparant aux Métiers de la Formation), s’appuient sur un référentiel d’activités commun des métiers de la formation.
(article mis à jour le 11/04/2016)

Formations de niveau master, liées à l’ingénierie et/ou au conseil pédagogique

Master 1 et 2 Ingénierie des médias pour l’éducation (IME), université de Poitiers
sous la responsabilité de Bruno Devauchelle
Le Master en Ingénierie des médias pour l’éducation (Master IME) est un Master en sciences de l’information et de la communication. Il forme ses étudiants à un large panorama de disciplines : gestion de projet e-learning, ingénierie pédagogique et de formation, expertise des usages des TICE.
Les objectifs de la formation sont les suivants :
• Former des professionnels du e-learning, capables de scénariser et d’implémenter des contenus de formation sur des plates-formes dédiées ou des sites web en rapport avec les objectifs d’une entreprise ou d’une administration.
• Donner la maîtrise des méthodes et techniques de la conduite de projets innovants en matière de formation à distance.
• Développer une expertise sur la formation à distance, la capacité de synthèse et l’esprit critique indispensables à des professionnels utilisant comme matière première les contenus de formation.
proposé en FI et FC, éligible à une démarche de validation d’acquis, tout en présentiel ou tout à distance, possible en alternance en 2e année (3-4 semaines en cours et 3-4 semaines en entreprise au premier semestre), inclus un stage de 3 à 5 mois en M1 et de 5 à 6 mois en M2.

Master 1 et 2 Humanités numériques – Médiation numérique et ingénierie pédagogique, université Montpellier 3
sous la responsabilité de Bruno Bonu et Chantal Charnet
La formation permet aux étudiants une double orientation : soit d’entrer dans le secteur professionnel à la fin du M2 soit de continuer au niveau doctoral dans ce domaine.
Quatre orientations sont offertes :
(1) création et conception de dispositif et de contenu numériques en vue d’apprentissage et de partage instrumentés d’informations et de connaissances de toute discipline (formation en présentiel enrichi, hybride, à distance, MOOC, SPOC) ;
(2) analyse de données numériques issues des usages communicationnels technologisés ;
(3) expertise dans le domaine de la médiation et de la communication numérique informationnelle, culturelle, scientifique et pédagogique ;
(4) recherche dans le domaine des Humanités numériques.
proposé en FI et FC, à distance avec des regroupements à Montpellier (3 jours en M1 et 5 jours en M2), inclus un stage de 3 mois à l’étranger en M2.

Master 1 et 2 sciences de l’éducation – Contexte et dispositifs en éducation et formation (CODEF), université de Lorraine
sous la responsabilité d’Eirick Prairiat
De manière générale, les titulaires de cette spécialité seront capables de participer à la conception de dispositifs innovants en éducation ou en formation, et de conduire des travaux d’observation sur les espaces et dispositifs éducatifs et socio-éducatifs.
proposé en FI et FC, dispensé en présentiel, inclus un stage de 120 h en milieu professionnel ou dans le laboratoire LISEC.

Master 1 et 2 Ingénierie de formation et usage du numérique dans les organisations (IFUNO), université du Maine
sous la responsabilité de Philippe Teutsch
Le Master forme aux métiers de chargés d’ingénierie et de conseillers spécialisés dans l’usage des environnements numériques pour la formation : conception, mise en œuvre, suivi et évaluation de dispositifs de formation (initiale, continue, en alternance) ; pilotage et ingénierie de projets innovants.
La formation s’appuie sur quatre domaines de compétences : Usages du numérique en formation, Ingénierie pédagogique, Ingénierie de formation, Projet professionnel.
proposé en FI et FC, éligible à une démarche de validation d’acquis ; M1 dispensé à distance (inclus un stage d’un mois) ; M2 en formation hybride (1/4 en présentiel avec 4 semaines de regroupement sur l’année, 3/4 des activités à distance, inclus un stage de 3 mois réparti sur l’année).
Continuer la lecture de Ingénierie et conseil pédagogiques : quelles formations ?