Tous les articles par Marie Gaussel

Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ?

L’Institut français de l’Éducation (IFÉ) organise une série de séminaires internationaux sur le thème général : Approches internationales et pluridisciplinaires des enjeux de la recherche collaborative en éducation. Dans le cadre de ce thème, il y aura un séminaire d’une journée sur le thème plus spécifique de la mobilisation et de l’utilisation de la recherche (comment la recherche se déplace dans la pratique éducative et comment elle est utilisée).

L’un des points forts de la plupart des débats internationaux sur la formation des enseignant.e.s est la nécessité de les sensibiliser aux contributions de la recherche sur les questions d’éducation. Il est donc stratégique d’avoir une recherche solide et bien structurée sur l’éducation qui soit en mesure de fournir aux praticiens et aux décideurs politiques des informations sur les questions d’éducation essentielles. Il est tout autant nécessaire de réfléchir à l’articulation entre la recherche, les points de vue des praticien.ne.s et les conditions d’une appropriation réelle des résultats de la recherche. Il s’agit non seulement d’une information ou d’une formation, mais aussi du développement de modalités de recherche spécifiques, faisant passer les praticien.ne.s de la seule position d’interprète à celle de co-concepteurs, dans l’esprit d’une véritable recherche collaborative. Malgré les nombreuses incitations institutionnelles et l’intérêt grandissant des politiques pour les résultats probants et les bonne pratiques en éducation, les processus d’application et les  facteurs qui influent sur l’utilisation concrète de la recherche par les enseignant.e.s  pour leur pratique  ne sont pas toujours expliqués. Continuer la lecture de Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ? 

Inné, non ! Acquis, oui !

vidal-geneve-2016

La deuxième journée ( cf. article 1 et article 2 sur la première journée) débute avec la conférence de Catherine Vidal, neurobiologiste et auteure de nombreux ouvrages sur les relations entre neurosciences et genre. Elle dirige une collection, Égale à Égal publiée chez Belin, qui s’intéresse aux questions d’égalité entre les femmes et les hommes  « pour faire le ménage des idées reçues« .

Catherine Reverdy et moi prenons d’abord le temps de discuter avec elle avant la présentation sur les moyens à mettre en œuvre pour démonter un à un les clichés portant sur les (soi-disant) différences entre le cerveau des femmes et celui des hommes. « Expliquer les démarches scientifiques avec humour, combattre les mauvaises images avec de bonnes, ne pas jargonner, voilà ce qui peut permettre au public de mieux comprendre les messages et de réfuter les préjugés » selon la scientifique.

Ce sont ces préjugés naturalistes qu’elle combat lors de cette conférence en démontant des théories innéistes sur les capacités des femmes et des hommes débouchant le plus souvent sur des neuromythes sexistes (comme les rôles sociaux ou professionnels attribués aux individus selon leur sexe, à ce propos lire notre Dossier de veille n°112).

Continuer la lecture de Inné, non ! Acquis, oui ! 

Neuroplasticité : de l’importance du plaisir

geneve-ansermet

Après la conférence d’ouverture d’Olivier Houdé, celle de François Ansermet, psychiatre pour enfants et adolescents, clôt cette première journée. Avant lui sont intervenus Stéphane Pagès sur les bases physiologiques de la mémoire ( il a d’ailleurs provoqué une vague d’émotion dans l’assemblée, à peu près 500 personnes du milieu de la petite enfance genevoise, en expliquant comment son équipe avait coupé les moustaches d’une souris pour mieux apprécier sa capacité à apprendre de nouveau signaux), Josette Serres et Laurence Rameau sur les pratiques pédagogiques des crèches à l’appui de la recherche (retour sur la théorie de l’inhibition avec le test du chamallow comme prédicteur de réussite ultérieure: est-on capable à 4-5 ans de résister 10mn  à l’envie de manger un chamallow ?) et Sharon Peperkamp sur l’acquisition du langage chez le bébé. Continuer la lecture de Neuroplasticité : de l’importance du plaisir 

Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout !

geneve-houdeLa semaine dernière (1er et 2 décembre 2016) se déroulait à Genève le 12e colloque organisé par  le service petite enfance de la ville intitulé « L’éducation à la lumière des neurosciences ». Catherine Reverdy et moi-même y étions conviées suite à notre Dossier de veille sur les difficiles relations entre neurosciences et éducation. Des invités prestigieux,  comme Catherine Vidal ou Olivier Houdé, occupaient la tête d’affiche et nous fûmes flattées de leur être associées (après avoir averti l’organisatrice de nos réserves sur le concept de « neuro-pédagogie »).

Nous allons rendre compte de certaines des conférences  auxquelles nous avons assisté à travers plusieurs articles, dont le présent inaugure la série. Continuer la lecture de Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout ! 

Le « culte du tablier » ou comment les femmes sont représentées dans les manuels scolaires

femme-invisibleNous avons vu dans notre dernier Dossier de veille (n°112, octobre 2016) comment les stéréotypes de genre étaient largement reproduits dans les manuels scolaires et les livres pour enfants. Un récent rapport d’Eurydice, en comparant deux études espagnole et polonaise, montre comment la femme, dans le peu d’illustrations les représentant, est toujours dépeinte portant un tablier, dans une cuisine, occupée aux tâches ménagères : les manuels polonais reproduisent les convictions traditionalistes de la place de la femme dans la société tout en ignorant les personnalités féminines importantes ou encore les combats récurrents des mouvements féministes dans la lutte contre le sexisme et pour l’accès aux droits fondamentaux ; dans l’étude espagnole, les auteurs observent les mêmes biais quantitatifs et qualitatifs privilégiant les stéréotypes sexistes dans les images : il y aurait deux fois moins de représentations graphiques de femmes par rapport à celles montrant des hommes. Des couleurs pâles ou rose sont les plus souvent utilisées pour décrire des femmes majoritairement situées au sein de l’espace privé en train d’accomplir des tâches liées à la sphère familiale alors que les hommes occupent les espaces publics et sont caractérisés par des postures d’action.

Continuer la lecture de Le « culte du tablier » ou comment les femmes sont représentées dans les manuels scolaires 

Qui a peur du grand méchant genre ?

Les récentes polémiques sur les déclarations du pape à propos de la « théorie du genre » dans nos manuels de SVT viennent alimenter un sujet dont nous venions justement de nous emparer au service de veille de l’IFÉ.  Ces propos viennent renforcer nos interrogations sur le sujet à savoir : pourquoi a-t-on donc si peur des questions d’égalité entre les filles et les garçons ? Pourquoi, en parlant du genre comme  d’une construction sociale, certaines personnes pensent qu’elles vont perdre leur identité et changer d’orientation sexuelle ? Cette façon de réagir est elle-même pleine de paradoxes puisque si la nature féminine et la nature masculine étaient inscrites en nous génétiquement, pourquoi avoir peur d’un débat sur ces questions ou de quelques lignes dans un manuel de SVT ?

Tout d’abord, le terme de « genre » ne désigne pas une théorie , c’est un concept construit à partir de recherches menées en sciences sociales  qui renvoie  à de multiples objets comme la sexualité, la famille, le travail, la culture, le droit. L’utilisation de ce concept est basée sur plus d’un demi-siècle de travaux scientifiques qui étudient la construction du féminin et du masculin et sur les représentations des rôles sexués qui leurs sont attribués, variables d’une société à l’autre, d’une époque à  l’autre.

Si la recherche s’intéresse à ce concept c’est qu’il engendre des inégalités entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes. Il est à la source de stéréotypes et de discriminations à l’école comme dans la vie professionnelle et dans la société dans son ensemble.

Toutes ces problématiques, nous les abordons dans notre Dossier de veille n° 112 du mois d’octobre qui est consacré à l’éducation des filles et des garçons au prisme des identités de genre.

Gaussel Marie (2016). L’éducation des filles et des garçons : paradoxes et inégalités. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 112, octobre. Lyon : ENS de Lyon.

La « neuro-éducation » dans les médias : ne soyons pas dupes !

Mardi dernier, le 5 avril, on a pu écouter sur France Inter une émission « La tête au carré », consacrée à la mémoire et à la neuro-éducation, avec deux invités en particulier : Francis Eustache et Bérengère Guillery-Girard, tout deux neuropsychologues à l’École pratique des hautes études (EPHE).

Depuis notre Dossier de veille sur les relations entre éducation et neurosciences, nous sommes particulièrement attentifs à tout ce qui a trait à la neuro-éducation et aux soi-disantes grandes avancées qui vont révolutionner l’enseignement. Nous avons pu, lors de l’émission, relever plusieurs affirmations qui selon nous participent à la création de ce que l’on appelle des neuromythes ( « Croyances battues en brèche par la science mais largement répandues et relayées, par divers vecteurs, dans l’esprit du profane », voir CERI, 2002 et notre article sur les divers neuromythes qui continuent à circuler malgré le fait qu’ils ont été dénoncés par les neuroscientifiques eux-mêmes). Jérôme Prado, neuroscientifique à l’Institut des sciences cognitives de Bron (69), a d’ailleurs confirmé certaines mauvaises interprétations des résultats en neurosciences  concernant l’apprentissage. Il indique que ces pratiques ne peuvent que nuire à la crédibilité d’une science en devenir (lire l’article de notre rencontre avec Jérôme Prado).

Pendant l’émission, une enseignante invitée sur le plateau a mentionné le mythe des styles d’apprentissage VAK (visuel, auditif, kinesthésique) sans aucune réaction des scientifiques présents sur le plateau. La supposition implicite dans ces styles d’apprentissage est de dire que l’information n’est traitée que par un seul canal perceptif, indépendamment des autres canaux, ce qui va totalement à l’encontre de ce que l’on sait aujourd’hui sur l’interconnectivité du cerveau. Cette théorie a d’ailleurs été réfutée par plusieurs études dont la célèbre revue de littérature de Franck Coffield et de son équipe publiée en 2004. Malgré les mises en garde répétées contre les théories des styles et le fait qu’il n’existe à notre connaissance aucune preuve neuroscientifique pour étayer cette conception, ce type d’approche est encore plébiscité  dans de nombreux dispositifs de formation et récemment encore à la radio lors d’émissions qualifiées de scientifiques.  Bérengère Guillery-Girard rebondit même sur la notion d’apprentissage multimodal qui fait référence à une autre théorie qui, bien qu’extrêmement populaire, n’a jamais été corroborée, celle des intelligences multiples. Cette notion à été dénoncée par exemple par John Geake qui affirme que la notion d’intelligences multiples n’a jamais été démontrée en neurosciences. Selon lui, il y aurait une intelligence générale qui s’exprime dans plusieurs domaines reliés entre eux.

Lors de la rédaction de notre Dossier de veille, nous avions discuté avec  François Gonon, neurobiologiste au CNRS, qui dénonçait le comportement de certains scientifiques, qui n’hésitent pas à exagérer l’impact de leurs travaux, et de certains journalistes qui participent à la surmédiatisation de résultats de recherche non corroborés, voire parfois réfutés par la suite (lire son article : François Gonon, Jan-Pieter Konsman, « Pour une éthique de la communication en neurosciences », La lettre des Neurosciences, no 40, 2011, p. 20-22).

Le concept d’une « neuro-éducation » ou d’une « neuro-pédagogie » paraît en effet alléchant, mais les travaux actuels en neurosciences n’ont pas encore su véritablement trouver écho dans la salle de classe (lire notre article sur les apports discutables des neurosciences pour l’enseignement). Malheureusement, ces théories sont amplifiées par l’enthousiasme de certains médias, qui surmédiatisent toute information scientifique venue des neurosciences, succombant ainsi à la neurophilie (fascination pour toute information impliquant le cerveau).

Même si les informations sur l’utilisation de la mémoire, ou plutôt des mémoires, sont très instructives, les connaissances sur le fonctionnement du cerveau ne suffisent pas à expliquer tous les processus mentaux liés à l’apprentissage dans la salle de classe, ni même à donner des « trucs » comme le dit l’enseignante questionnée lors de l’émission.

Restons vigilants pour ne pas tomber dans l’utopie des promesses trompeuses de la « neuro-éducation » !

Les pratiques argumentatives et l’esprit critique à l’école

L’argumentation, quotidiennement utilisée, est au cœur de nombreuses activités, privées ou professionnelles. Elle est non seulement centrale dans plusieurs domaines mais indispensable dans l’enseignement. On observe aujourd’hui une prise de conscience de l’importance de l’argumentation dans les pratiques scolaires notamment avec la mise en place de l’éducation morale et civique (EMC) qui remplace dans les programmes l’éducation à la citoyenneté depuis la rentrée 2015. Il est d’ailleurs inscrit dans le domaine 3 du socle commun de connaissances, de compétences et de culture que les démarches argumentatives sont au cœur de la formation de la personne et du citoyen pour la transmission de valeurs fondamentales et de principes inscrits dans la constitution.

Le courant du critical thinking, l’esprit critique, est depuis longtemps instauré aux États-Unis et dans les pays anglosaxons en général mais très peu en France où il est couramment admis que la seule formation disciplinaire  développe de par sa nature savante une approche critique de la société chez l’élève.

Continuer la lecture de Les pratiques argumentatives et l’esprit critique à l’école 

Qui veut devenir prof ?

enseignement-superieur-publicPas beaucoup de monde selon le dernier PISA in focus, une des publications mensuelles de l’OCDE.  Seulement 5% des étudiants des pays de l’OCDE s’orientent vers cette profession (3% sont des garçons, 6% des filles). Autre constat, ces étudiants obtiennent des scores en numératie et en littératie moindres que ceux des étudiants qui ne voulant pas être enseignants mais qui se destinent à d’autre professions à qualifications égales. De façon générale, on observe un pourcentage plus important d’une vocation vers le professorat dans les pays où le salaire des enseignants est plus élevé comme l’Indonésie, l’Irlande du sud, le Japon, la Corée, la Turquie et le Luxembourg.

Il n’y a pas que le faible  niveau de rémunération (85% à 92% du salaire d’un personne travaillant à plein temps dans le secteur tertiaire) comme facteur de motivation mais également le peu de valeurs sociales et professionnelles accordées à ce métier. Les étudiants les plus performants ont accès à une large éventail de profession et leur choix se portent sur des carrières mieux valorisées dans la société, plus prestigieuses et mieux rémunérées. Continuer la lecture de Qui veut devenir prof ? 

C’est sur l’éducation, c’est nouveau, c’est EduNews !

Nous venons de réaliser la première vidéo d’une série, EduNews : l’actualité des Dossiers de veille de l’Ifé, visant à présenter dynamiquement nos publications par un entretien avec son auteur. C’est Catherine Reverdy qui s’est prêtée au jeu en premier pour vous donner envie de lire notre Dossier n°100 paru un peu plus tôt cette année sur le thème de l’interdisciplinarité.