Tous les articles par Catherine Reverdy

Forme scolaire : concepts nationaux et internationaux, et réflexions sur l’Éducation nouvelle

Le concept de forme scolaire est souvent utilisé dans les recherches en éducation, et le colloque de Lyon des 29 et 30 juin derniers (« La forme scolaire, prisonnière de son succès ? ») permet de s’interroger sur la naissance de ce concept et sur les différentes formes qu’il a prises dans d’autres pays de tradition scolaire différente (voir également l’article de ma collègue Annie Feyfant sur les relations entre forme scolaire et savoirs).

Comment cerner la forme scolaire ?

Rita Hofstetter et Bernard Schneuwly, chercheur.se.s à Genève, examinent les différences culturelles et l’histoire de la forme scolaire, qui a connu un véritable succès en France. Ces chercheur.se.s définissent la forme scolaire comme étant une forme institutionnalisée de transmission de valeurs, de capacités, de savoirs, assumée par des professionnels et suivant des règles concernant le comportement des apprenants et enseignants. Cette « forme école » apparait au moment où le travail intellectuel se sépare du travail manuel, puisque les sociétés ont le « luxe » de se payer des enseignants.

Continuer la lecture de Forme scolaire : concepts nationaux et internationaux, et réflexions sur l’Éducation nouvelle 

Accompagner les élèves : les dispositifs dits positifs le sont-ils réellement ?

Ce qui a été mis en œuvre à propos de l’aide aux élèves l’a souvent été sous forme de dispositif, comme les activités pédagogiques complémentaires en primaire ou l’accompagnement personnalisé en lycée. Ces dispositifs ont parfois été remplacés par d’autres et ont fini par se juxtaposer. Quelles sont les différences entre tous ces dispositifs ? Pourquoi les accumuler ? Pourquoi les modifier quand ils existent ? Sont-ils efficaces sur la réussite des élèves ? Ce sont les questions abordées par le Dossier de veille n° 119 (juin 2017) : « L’accompagnement à l’école : dispositifs et réussite des élèves », qui examine notamment le passage conceptuel de l’aide aux élèves en difficulté à l’accompagnement de l’apprentissage de tou.te.s les élèves.

Continuer la lecture de Accompagner les élèves : les dispositifs dits positifs le sont-ils réellement ? 

1 prof pour 12 élèves ou 2 profs pour 25 élèves : qu’est-ce que ça change ?

A l’heure où les enseignant.e.s de primaire, directement concerné.e.s par la mise en place éventuelle de la mesure « 12 élèves par classe de CP et de CE1 en REP+ » annoncée à la rentrée 2017, manifestent leur crainte de la suppression du dispositif Plus de maitres.ses que de classes, voici ce qu’on peut tirer de certaines recherches en éducation, à travers une approche un peu décalée : comment les enseignant.e.s accompagnent au mieux l’apprentissage de leurs élèves ?

C’est en effet la prochaine thématique du Dossier de veille que je prépare actuellement, et les points de convergence avec le sujet ne manquent pas. La réduction du nombre d’élèves par classe vise à améliorer leurs conditions d’apprentissage en vue d’une meilleure réussite. Au cœur de cette réussite se trouve notamment la relation entre enseignant.e.s et élèves et la manière dont ces enseignant.e.s s’y prennent pour anticiper leurs difficultés et les accompagner au plus près dans leurs apprentissages.

On apprend dans la littérature de recherche sur ce sujet plusieurs choses intéressantes. Des analyses historiques montrent que l’enseignement français s’est construit sur le fait que les élèves ont un niveau homogène : on comprend ainsi l’importance donnée à la préparation des cours par les enseignants français et les différences culturelles qui peuvent exister dans d’autres pays, davantage enclins à utiliser la différenciation pédagogique. D’autres analyses se situent au niveau des pratiques enseignantes face à la difficulté scolaire, et montrent que cette question touche aux représentations des enseignants. Continuer la lecture de 1 prof pour 12 élèves ou 2 profs pour 25 élèves : qu’est-ce que ça change ? 

A Reims, l’accompagnement des projets se fait… de la maternelle au lycée

Mercredi 22 mars se tenait la première journée de l’innovation dans l’académie de Reims., organisée par la CARDIE. J’ai été invitée à présenter mes Dossiers de veille Des projets pour apprendre ? et Éduquer au-delà des frontières disciplinaires. J’ai pu montrer à travers des exemples récents pris dans des collèges que la mise en place de projets pouvait permettre aux élèves de remobiliser des compétences disciplinaires dans des situations inédites et de développer d’autres compétences, plus transversales, pour qu’ils apprennent à « se projeter », c’est-à-dire à s’engager dans des réalisations concrètes. Nous sommes bien là au cœur des problématiques rencontrées par les enseignants de collège cette année, suite à la mise en place des enseignements pratiques interdisciplinaires.

Continuer la lecture de A Reims, l’accompagnement des projets se fait… de la maternelle au lycée 

Plus on est de fous, plus on apprend ?

De nombreuses discussions se font aujourd’hui autour d’un travail en commun des élèves ou de leur apprentissage en contexte social : on parle de coopération, de collaboration, d’intelligence collective[1] ; on réinterroge le socioconstructivisme ; on évoque même l’importance de l’environnement social pour le développement du cerveau. Mais que sait-on du fonctionnement des groupes ? De la manière dont se tissent les liens avec l’apprentissage au fur et à mesure des interactions entre élèves ? Comment concrètement mettre en place des situations de coopération dans une classe et avec quels objectifs ? Doit-on développer d’abord les compétences de communication et d’écoute de ses pairs ?

Ce sont ces questions qu’aborde le Dossier de Veille de l’IFÉ n° 114 : La coopération entre élèves : des recherches aux pratiques, en s’intéressant à la façon dont les recherches en éducation étudient cette thématique et fournissent des pistes de réflexion aux enseignants pour la mise en œuvre de l’apprentissage coopératif dans le contexte de la classe.

Continuer la lecture de Plus on est de fous, plus on apprend ? 

De la fabrication de l’interdisciplinarité à sa généralisation

photo-masterclass-interdis
Mardi 13 septembre au soir se tenait un événement un peu particulier à la cité des sciences et de l’industrie, auquel j’ai participé : la masterclass « Fabriquer l’interdisciplinarité », organisée par le Lab School Network. Cette masterclass sera suivie d’un hackathon les 17 et 18 septembre sur la même thématique.
Une table ronde animée par Louise Tourret (France Culture) a débuté la masterclass, avec François Taddei, Emmanuel Saint-Fuscien et moi-même. Dans le public, des enseignants bien sûr, mais aussi des étudiants, des chercheurs, des comédiens… Commençant la table ronde par l’interdisciplinarité à l’école, j’ai tenté d’apporter des explications aux polémiques soulevées par la dernière réforme du collège, et notamment par les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI).

Continuer la lecture de De la fabrication de l’interdisciplinarité à sa généralisation 

Ce qui nous lie à ceux qui nous lisent

Ce sont 1 758 lecteurs qui ont répondu, durant le mois de juin dernier, à notre petite enquête lancée à l’occasion du passage du seuil de nos 10 000 abonnés.
Cette enquête ne constitue évidemment pas une évaluation de nos productions. Ceux qui répondent sont, par définition, plutôt des lecteurs réguliers qui trouvent un intérêt dans nos activités. Cette réserve devant être toujours présente dans l’analyse des résultats, cette enquête nous a délivré quelques enseignements intéressants et utiles pour notre travail.

Continuer la lecture de Ce qui nous lie à ceux qui nous lisent 

Réforme du collège : pourquoi et comment faire des projets interdisciplinaires entre collègues ?

Les réflexions sur la réforme du collège prévue en 2016 peuvent aborder de multiples sujets, aussi bien au niveau des pratiques pédagogiques elles-mêmes que de l’organisation du travail dans l’établissement. À l’occasion d’une journée sur les pratiques collaboratives des enseignants (sur le thème de l’interdisciplinarité), organisée par les formateurs de l’enseignement catholique à Paris avec l’aide du CEPEC de Lyon, et pour environ 200 enseignants du premier et du second degrés, c’est en fait une discussion plus large qui a été menée, puisqu’elle a abordé dans le détail différents points :

Continuer la lecture de Réforme du collège : pourquoi et comment faire des projets interdisciplinaires entre collègues ? 

L’école, « plaque tournante » de la socialisation culturelle

Photo_DV-110Par cette expression, Darmon (La socialisation, Paris, Armand Colin, 2010) souligne l’importance majeure de l’école dans la socialisation primaire, mais nous pouvons la reprendre à notre compte dans le cadre de la socialisation culturelle. En effet, la définition même de loisirs, qui correspond pour les adultes aux temps extra-professionnels, se situe pour les enfants par rapport aux temps extrascolaires, et sont considérés par les parents comme un moyen de décompresser de l’école ou de se divertir (par opposition à la culture scolaire).

Quand on aborde l’influence de la famille sur les pratiques culturelles des enfants et des adolescents, on observe que certaines activités culturelles sont jugées par les parents comme étant utiles à la réussite scolaire des enfants (posséder un ordinateur par exemple), d’autres étant surtout là pour contribuer à l’épanouissement personnel des enfants (pratiques sportives par exemple, mais qui peuvent être organisées dans le cadre de l’établissement scolaire).

Continuer la lecture de L’école, « plaque tournante » de la socialisation culturelle 

Culture légitime contre culture populaire ? Pas si simple…

Cultural studiesAlors que je prépare mon prochain dossier de veille de l’IFÉ qui portera sur les pratiques culturelles des enfants et des adolescents (et qui sortira d’ici la fin de l’année scolaire), je commence à entrevoir une nouvelle particularité de la recherche française, en sociologie de la culture. Depuis les années 1960, le courant britannique des « cultural studies » se développe et s’étend jusqu’à avoir aujourd’hui une place reconnue et importante au niveau international… mais pas encore tout à fait en France, et seulement depuis les années 2000. Pourquoi cette résistance à ce courant de recherche ? Comment est pensée la culture dans notre pays ? Pourquoi faire presque systématiquement une différence entre la culture légitime et la culture populaire, alors que les cultural studies pratiquent le relativisme culturel ? Quelques réponses à ces questions à partir de deux références principales : Mattelart et Neveu (2008 : Introduction aux cultural studies) et Pasquier (2005 : « La « culture populaire » à l’épreuve des débats sociologiques »).

Le courant de recherche des cultural studies

Ce courant de recherche prend sa source en Angleterre au XIXe siècle lors de la révolution industrielle, avec l’idée que la culture pouvait prémunir les groupes sociaux émergents contre le machinisme de l’Angleterre industrielle, et être le « ciment d’une conscience nationale ». A la culture scientifique de la révolution industrielle s’oppose donc une culture de l’homme de lettres, visible dans l’étude de la littérature sous toutes ses formes (English studies). Le rôle politique de ces intellectuels prend de l’ampleur, et ils sont considérés comme des éducateurs, des défenseurs de la culture nationale.

Plus tard, après la Seconde Guerre mondiale, cette idée se propage dans toute l’Europe, donnant naissance à un paradigme, un questionnement théorique cohérent dans les années 1960 : les cultural studies.

Continuer la lecture de Culture légitime contre culture populaire ? Pas si simple…