Tous les articles par Annie Feyfant

Inspecteurs territoriaux : on les voit médiateurs, ils se sentent fatigués

L’étude de Georges Fotinos et José Mario Horenstein «  Le Moral des inspecteurs IEN, IA-IPR : qualité de vie au travail et épuisement professionnel » est arrivée sur mon bureau ce matin. Lors de sa présentation, en novembre dernier, elle avait eu quelques échos dans les médias. À croire que ceux-ci découvraient soudain qu’une profession plutôt discrète était elle susceptible de souffrance au travail.
La presse s’est donc emparé de « l’épuisement professionnel » d’un quart des inspecteurs, parlant de leur stress au travail voire de leur situation de burn-out. Continuer la lecture de Inspecteurs territoriaux : on les voit médiateurs, ils se sentent fatigués 

La réception des résultats de PISA 2015 en Finlande

Le ministère finlandais de l’éducation et de la culture a présenté sur son site les résultats du programme PISA 2015 (Dossier de presse du 6 décembre). Satisfaite des toujours bons résultats, la ministre Sanni Grahn-Laasonen note néanmoins une baisse des performances en sciences (accroissement du nombre des plus faibles et baisse du nombre des plus performants), et un manque d’intérêt pour les matières scientifiques.

Les résultats soulèvent d’autre part des interrogations quant à l’égalité en éducation, en particulier pour les garçons. L’influence du contexte socio-économique sur les résultats d’apprentissage a augmenté. « Nous devons considérer quels sont les changements qui se produisent dans nos écoles ou dans la société qui ont conduit à une situation où trop de garçons ne sont pas intéressés par le modèle d’apprentissage proposé ». Continuer la lecture de La réception des résultats de PISA 2015 en Finlande 

Les inégalités scolaires sont-elles tributaires d’une impossible gestion de l’hétérogénéité ?

Le constat de l’accroissement des inégalités scolaires (et sociales) en France, relevé par les dernières évaluations PISA et par le récent rapport du CNESCO, alarme les partenaires de l’école et relance le débat de « la gestion de l’hétérogénéité des élèves ».

La réponse classique à cette diversité (culturelle, sociale, scolaire, cognitive, etc.), qui s’est traduite par de nombreux travaux de recherche dans les années 1980-1990, a été d’envisager une pédagogie différenciée, concept qui s’est traduit, lors de la réforme éducative au Québec (« le Renouveau pédagogique »), par un appel à la différenciation pédagogique à l’attention des enseignant.e.s.

La notion de pédagogie différenciée ne fait pas l’unanimité dans les travaux de recherche, et on peut lui préférer l’option canadienne de « différenciation pédagogique », principe mettant en avant la nécessité de différencier, non pour sélectionner, stigmatiser et hiérarchiser les élèves en fonction de différences (et d’ailleurs quelles différences ?) mais pour faire réussir tous les élèves. Cette différenciation est pédagogique dès lors qu’elle met en œuvre une multiplicité de stratégies d’enseignement.

Alors que le CNESCO et l’IFÉ organisent une conférence de consensus sur ce thème, les 7 et 8 mars 2017, le service Veille et analyses de l’IFÉ a cherché à faire le point sur la littérature de recherche traitant du sujet et en rend compte dans le Dossier de veille de l’IFÉ, n°113, « La différenciation pédagogique en classe », qui vient d’être mis en ligne.

Il interroge bien sûr le concept quant au(x) sens à lui donner et aux principes mis en avant par les uns et les autres, influencés sans doute par les disciplines de recherche mais aussi les contextes nationaux.

Malgré ses divergences, relativement minimes, la majorité des travaux qui dépassent le stade des intentions et proposent de passer à l’action, déclinent les conditions de la différenciation, en classe. Puisqu’il est question de stratégies d’enseignement, cette différenciation, qui peut anticiper les situations ou s’y adapter, peut porter sur les contenus, les processus d’apprentissage, les productions d’élèves ou encore l’environnement de travail en classe. Elle peut être mise en place avant un enseignement, pendant un enseignement ou après, et s’appuie sur le fil conducteur de l’évaluation (en cours d’apprentissage, pour ne pas dire « formative »).

Cependant, une fois posés les principes et modalités « idéales », les observations et enquêtes auprès des enseignants montrent que le passage de la théorie à la pratique est loin d’être simple.

Ce dossier est consacré à une différenciation pédagogique dans un contexte relativement « classique », mais il serait intéressant de se poser la question d’autres usages ou stratégies pouvant faciliter la réussite de tous les élèves : classe inversée, individualisation, enseignement explicite, pratiques d’« éducation nouvelle ».

Une ouverture à prévoir dans les lectures, serait d’étudier la différenciation dans un contexte plus large de l’établissement, à partir des dispositifs d’accompagnement, « plus de maître que de classe », cycles, classes multi-niveaux.

In fine, les différentes contributions des chercheurs, anglophones ou francophones, présentent un biais non négligeable, les observations en classe portent sur les pratiques enseignants ; il s’agit essentiellement de recherches qualitatives basées sur des entretiens avec les enseignants. Les effets de ces pratiques sur les élèves sont encore trop peu mesurés.

Transmettre l’architecture, la ville et le paysage

Exceptionnellement, nous utilisons le support EDUVEILLE pour annoncer une manifestation proposée par le CAUE Rhône Métropole (Conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement). Nous avions réalisé il y a quelques années un Dossier de veille sur l’architecture scolaire « De l’architecture scolaire aux espaces d’apprentissage : au bonheur d’apprendre ? » (Musset, 2012). La soirée proposée par le CAUE (mercredi 16 novembre), ouvre la réflexion pour « initier une relation pédagogique à l’architecture en milieu scolaire.

Au cours de cette « conversation », autour des questions « Transmettre l’architecture, la ville et le paysage au jeune public. Pourquoi? Comment?« , et qui sera animée par Gilles Boudinet et/ou Françoise Lantheaume (université Lyon 2) , interviendront
– Bénédicte Auriault, chargée du jeune public, Musées Gadagne.
– Michel Bastrenta, délégué académique aux arts et à la culture (DAAC).
– Rémi Boyer, professeur de mathématiques, collège Jean Moulin à Villefranche-sur-Saône, projet La fabrique du paysage dans une classe de 6e.
– Jacqueline Broll, directrice du pôle action culturelle et territoriale, DRAC Auvergne-Rhône-Alpes (sous réserve).
– Marie-Anne Santoni, conseillère pédagogique départementale, Pôle réussites éducatives et action culturelle (PREAC), représentant la direction des services départementaux de l’éducation nationale Rhône (DSDEN 69).
– Adèle Wickersheim, paysagiste, intervenante au collège Jean Moulin à Villefranche-sur-Saône, projet La fabrique du paysage dans une classe de 6e.

La conclusion, « Sensibiliser au cadre de vie. Les jeunes : un public spécifique ? », reviendra à Gille Boudinet ou Françoise Lantheaume.

Inscription : 04 72 07 44 55.

 

Balade chez les « à-peu-près-istes »

Imaginons la citation suivante, à propos de la pédagogie différenciée :

« […] démarche qui cherche à mettre en œuvre un ensemble diversifié de moyens et de procédures d’enseignement et d’apprentissage, afin de permettre à des élèves d’âges, d’aptitudes, de comportements, de savoir-faire hétérogènes, mais regroupés dans une même division, d’atteindre par des voies différentes des objectifs communs« .

Sachant que deux documents mentionnaient deux auteurs différents, comment trouver à qui attribuer effectivement cette définition?
On utilise Google et Google scholar (peu de résultats pour ce moteur!?!).
Et sur les 17 premiers résultats pertinents de cette double prospection, l’auteur est :

  • inconnu (pas de mention de source, c’est moins chronophage que de chercher à être rigoureux!!) (1  occurrence);
  • Louis Legrand en 1979 (1 occurrence);
  • un rapport de l’IGEN en 1980. IGEN -Inspection générale de l’éducation nationale (1980). La pédagogie différenciée au collège. Paris : Centre national de documentation pédagogique (5 occurrences);
  • Henri Raymond, dans un article des Cahiers pédagogiques, en  1989 (ou en 1987 pour certains). Il a eu un vif succès d’estime (impossible, sans perdre trop de temps, de vérifier si Henri Raymond renvoyait à un autre auteur) (7 occurrences);
  • V. de Landsheere en 1992 (1 occurrence);
  • Dictionnaire de pédagogie de 1996 (1 occurrence).
  • Le CSE en 2001 (1 occurrence).

Si on suppose que c’est l’IGEN qui gagne, du fait de l’antériorité, on peut en déduire que les chercheurs ne sont pas tout à fait scrupuleux… car ce sont essentiellement les documents figurant sur des sites académiques qui citent le rapport de l’IGEN.

Le travail de veille est un long chemin pas tout à fait tranquille!

L’art de tacler la formation des enseignants

Notre pratique professionnelle nous conduit à lire ou parcourir annuellement plus de 400 livres ou articles de chercheurs, dans la sphère anglophone et francophone, et ce, pour les six veilleurs composant l’équipe Veille et analyses de l’Institut français de l’éducation.

Nous avons noté depuis plusieurs années un fait saillant, le « bashing » de la formation des enseignants (initiale et continue). Le terme « bashing » est sans doute trop fort car les chercheurs sont plutôt de nature indulgente.

Il n’en reste pas moins que quels que soient les sujets traités, nous pourrions dans chacun de nos Dossiers écrire un chapitre sur l’insuffisance de formation.

Ainsi il ressort des dossiers publiés en 2013-2016, qu’il faudrait (mieux) former les enseignants: Continuer la lecture de L’art de tacler la formation des enseignants 

Innover c’est savoir s’adapter

Les acteurs de l’enseignement agricole en Auvergne-Rhône-Alpes étaient en séminaire les 27 et 28 septembre, à Lyon, accueillis par l’IFÉ-ENS de Lyon, autour de la thématique « Oser, partager, construire l’innovation pédagogique »[1].

« L’innovation est un marqueur fort de l’enseignement agricole » comme le dit la DRAAF (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt de la région Auvergne-Rhône-Alpes). Pour l’enseignement agricole qui reste un « secret bien caché » (Philippe Vinçon[2]), il était sans doute intéressant de faire le point sur les stratégies éducatives et pédagogiques mises en œuvre. Les enjeux de l’innovation pédagogique se déclinent en quatre axes, gouvernance, accompagnement et diffusion, prise en compte dans les pratiques pédagogiques[3] et utilisation de l’outil numérique. La clé de voûte de l’innovation étant l’évaluation et la valorisation des pratiques et dispositifs innovants. Continuer la lecture de Innover c’est savoir s’adapter 

Bonnes pratiques : le classement de projets basés sur des données probantes …

Par les temps qui courent, il est de bon ton de mettre en avant les formules « qui  marchent ».

Certains (re)découvrent la pédagogie Montessori, d’autres comptent sur les neurosciences pour rendre les élèves mieux-apprenants, …

En Angleterre, les recherches sur l’evidence-based education (éducation basée sur la preuve) ont depuis longtemps le vent en poupe.

L’Education Endowment Foundation (EEF), organisme basé à Londres, investit dans des projets utilisant des données probantes afin d’aider les écoles à dépenser plus efficacement leur budget, dans leur objectif d’améliorer l’enseignement et l’apprentissage des enfants issus de familles à faible revenu. Ces projets sont évalués par des instituts de recherche indépendants : « La grande majorité des projets que nous finançons est gérée comme des essais contrôlés randomisés, et les autres projets utilisent des modèles quasi-scientifiques ».

L’EEF répertorie et classe des projets portant sur l’enseignement artistique, la gestion des comportements, le feedback, la méta-cognition, l’apprentissage collaboratif, le numérique,  le travail à la maison, les styles d’apprentissages,  l’investissement parental, le tutorat entre pairs, la baisse des effectifs de classe, le redoublement, etc.

Continuer la lecture de Bonnes pratiques : le classement de projets basés sur des données probantes … 

Les enseignants anglais dopés à l’EX…cellence, …pertise

Un laboratoire d’idées anglais (Institute for Public Policy Research – IPPR) vient de publier un rapport (Hood & Clifton) proposant la création d’un nouvel institut de formation des enseignants, l’Institute for Advanced Teaching (IAT) dans l’objectif de former des enseignants experts, visant l’excellence dans leur enseignement.

Pour le réaliser, l’IAT avancera en trois étapes :

  • Recruter des enseignants qualifiés à haut potentiel, travaillant dans des écoles difficiles, à partir d’un processus rigoureux d’évaluation de leurs connaissances, habiletés et valeurs ;
  • Développer l’expertise de ces enseignants : deux années de formation à temps partiel pour une qualification complétant un emploi à plein temps, accréditation par une université puis à plus long terme par l’IAT, enseignement par des enseignants praticiens experts, sur des campus proches d’écoles performantes fréquentées par des communautés défavorisées ;
  • les transformer en force de changement pour l’éducation, après leur diplomation, pour plus de leadership (et devenir de futurs enseignants à l’IAT).

Pour étayer leur définition de ce que peut être un « enseignant expert », les auteurs du rapport s’appuie sur les travaux de Hattie, qui identifie cinq caractéristiques de l’enseignant expert : haut niveau de connaissances et de compréhension des matières enseignées ; capacité à guider les apprentissages des élèves pour des résultats marquants ; capacité de rétroagir avec les élèves et les faisant progresser, en les motivant, en développant leur auto-efficacité, etc. Pour Hattie, c’est là que réside la différence entre enseignant expert et enseignant expérimenté.

Par ailleurs, ce rapport s’inspire du rapport MCKinsey, publié en 2010, qui déjà, cherchait à construire un système d’enseignement plus performant, à l’instar de celui de l’Ontario, de Singapour ou de Hong-Kong (PISA 2009 était passé par là).

Le rapport de l’IPPR s’inspire cette fois des États-Unis (et des graduate schools of education indépendantes), de Singapour (Academy of Singapore Teachers et sa culture de l’excellence) et de Hong-Kong (Continuing professional development programme-CPD).

Le rapport a été présenté lors de la Schools Week par les huit « academies » contributives au laboratoire d’idées (il s’agit d’écoles publiques à financement mixte) et quelques écoles de formation des enseignants, qui ont lancé un « appel aux armes » pour être rejointe par d’autres écoles et facultés.

À la rencontre de nos 10 000 abonnés… et de nos lecteurs occasionnels

Fin février 2004, nous partîmes 10 abonnés mais par un prompt renfort nous nous vîmes 1 000 en 2006, et… 10 000 fin mai 2016.
Nous ne sommes pas peu fiers d’avoir atteint aujourd’hui le cap des 10 000 abonnés aux actualités de veille en éducation.
Merci à ceux qui nous suivent depuis 12 ans, 12 mois, 12 jours ou 12 heures.
La moitié de nos abonnés ont une adresse non institutionnelle, ce qui ne nous permet pas de connaître leur domaine ou pays d’activité. Parmi l’autre moitié, 22 % travaillent dans une académie, 9 % dans l’enseignement supérieur (dont les ESPE) et 3 % dans le domaine éducatif ou de la formation ; 7 % de nos abonnés sont domiciliés à l’étranger (majoritairement au Québec, en Suisse et en Belgique) ; un peu moins de 10 % se répartissent entre ministères et institutions, collectivités locales, entreprises, médias, bibliothèques et centres de documentation, éditeurs, secteur sanitaire et social, syndicats et association de parents.
Mais savoir d’où vous nous lisez ne nous suffit pas ! Nous aimerions savoir quand, comment, pourquoi vous suivez et lisez nos actualités (Bulletin Veille & analyses bimensuel ou site du service Veille et Analyses) et nos notes de synthèse (Dossiers de Veille de l’IFÉ).

Nous avons donc concocté un questionnaire (court) à l’attention de nos abonnés et des lecteurs plus occasionnels, pour mieux vous connaître et cerner plus précisément vos attentes.
Dites-nous tout…

Enquête « Veille & Analyses » 10 000 abonnés