Trois études internationales sur l’éducation à la citoyenneté

Le 7 novembre 2017, lors d’une journée de présentation commune organisée à Bruxelles, l’IEA (International Association of the Evaluation of Educational Achievement) et le réseau Eurydice de la Commission Européenne ont rendu publics deux documents de référence : d’une part les résultats de l’enquête internationale ICCS 2016 Becoming Citizens in a Changing World. IEA International Civic and Citizenship Education Study 2016 International Report, d’autre part le rapport Citizenship Education at School in Europe – 2017.

Le 11 octobre 2017, le Conseil de l’Europe célébrait quant à lui le vingtième anniversaire de ses réflexions et actions dans le domaine de l’éducation à la citoyenneté démocratique et publiait le rapport Apprendre à vivre ensemble. Rapport du Conseil de l’Europe sur la situation de l’éducation à la citoyenneté et aux droits de l’homme en Europe 2017.

Les enjeux actuels liés à la comparaison et à l’évaluation des systèmes éducatifs concernent donc également l’éducation à la citoyenneté …

Chacune à leur manière – avec ou sans la France, de façon quantitative ou qualitative, centrée sur le discours institutionnel ou celui d’acteurs individuels (élèves, enseignants, personnels de direction) -, ces études permettent d’actualiser et de croiser les regards, sur les enjeux éducatifs du champ : définition et attributs de la citoyenneté sous-jacents au type d’éducation qui en est promu, modalités curriculaires de délivrance de l’éducation à la citoyenneté, formation initiale et continue des enseignants, évaluation des effets de cette éducation.

Les trois parties de ce billet présentent les contextes, les principaux résultats et perspectives proposés par ces publications récentes.

Le rapport IEA ICCS 2016 en bref

L’IEA est surtout connue pour coordonner les enquêtes PIRLS et TIMMS. En 1971 (dans le cadre de l’étude Six Subjects Study), puis en 1999 (enquête CIVET) et 2009 (ICCS 2009), elle a également conduit des études comparatives sur le thème de l’éducation à la citoyenneté.

Le rapport 2016 présente des résultats concernant 24 pays : 16 pays sont situés en Europe du Nord-Ouest et du Sud-Est, 5 en Amérique latine et 3 en Asie du Sud-Est. La France ne fait pas partie des pays ayant participé à cette enquête.

La méthodologie utilisée est de nature quantitative : cinq types de questionnaires portant sur les connaissances, les attitudes et l’engagement civiques et citoyens ont été distribués à des élèves âgés de 13 à 14 ans et scolarisés en grade 8 (équivalent de la quatrième en France), parfois à leurs enseignants et au personnel de direction des établissements concernés. Environ 94 000 élèves, 37000 enseignants et 3800 écoles ont été concernés au total.

Différents types de supports éditoriaux permettent de prendre connaissance de ces résultats :

  • le rapport en lui-même (267 pages en anglais, pourvu d’un executive summary et d’un chapitre conclusif permettant d’accéder aux principaux résultats),
  • l’annexe méthodologique parue en 2016  (utile notamment pour comprendre l’architecture de l’enquête et la définition des termes employés),
  • un rapport régional complémentaire sur le rapport des élèves à l’Europe,
  • et une dizaine d’infographies synthétiques.

En voici quelques résultats, très incomplets par rapport à la richesse de l’analyse, et à prendre avec toutes les précautions dues à ce type d’enquêtes internationales, précautions identifiées dans de nombreux ouvrages et articles depuis le début des années 2000 :

  • quatre niveaux de maîtrise des connaissances ont été définis. 35% des élèves relèvent du niveau A, 31% du niveau B, 21% du niveau C, 10 % du niveau D, 3% d’un niveau inférieur à D. Là où la comparaison était possible avec l’enquête de 2009, le niveau d’ensemble s’est révélé en progrès de 11 points en moyenne. Les disparités en termes de résultats sont en moyenne plus importantes au sein d’un même pays qu’entre pays. Les prédicteurs d’un haut niveau de connaissances sont : le statut socioéconomique (21 pays), un climat de classe propice à la discussion de problèmes politiques et sociaux (20 pays), être une élève de sexe féminin (17 pays), ainsi que la durée de scolarisation dans le système éducatif en question et à la langue principalement parlée à la maison,
  • les élèves s’informent principalement par le biais de la télévision (65%), en discutant avec leurs parents de l’actualité internationale (45%), sur Internet (31%), par le biais de la presse (26%). Seuls 9% et 10% publient sur les réseaux sociaux des commentaires ou des images sur des sujets politiques et sociaux ou commentent ces derniers ; il s’agit des élèves qui montrent le plus d’intérêt pour ces questions, qui ne sont pas nécessairement ceux maîtrisant le plus de connaissances.
  • par comparaison avec l’étude ICCS 2009, la tendance est stable au sujet de la fréquence à laquelle les élèves sont invités à exprimer leur opinion en classe : 52% en moyenne (69% en Italie, 22% en Belgique),
  • au-delà de la variété des pratiques, une vision positive des apprentissages liés à l’éducation à la citoyenneté est corrélée à un haut niveau de connaissances, un intérêt important des élèves et à des ambitions scolaires élevées (poursuite d’études),
  • comme constaté en 2009 également, un haut niveau de connaissances n’entraîne pas nécessairement une participation future éventuellement plus élevée des élèves à la vie politique au-delà de la participation électorale : celle-ci concerne les élèves qui se déclarent intéressés par la chose publique. Des connaissances plus nombreuses impliqueraient une perception plus négative des leaders politiques et des partis, et/ou un répertoire d’action plus large pour faire évoluer les cadres sociaux. Un niveau de connaissances faible est cependant corrélé à une intention de participer dans le futur à des activités illégales de protestation. L’engagement politique conventionnel potentiel est mis en relation avec l’environnement familial et l’intérêt de l’élève, ainsi qu’avec des expériences d’engagement à l’école ou à l’extérieur. L’éventualité d’un engagement politique futur est moins prononcée pour les filles que pour les garçons.
  • parmi la liste d’items proposés, enseignants et directeurs d’établissement associent principalement à l’éducation à la citoyenneté l’acquisition d’une pensée autonome et critique et la connaissance des droits et devoirs des citoyens ; les premiers mettent ensuite l’accent sur la protection de l’environnement, les seconds sur la capacité des élèves à résoudre les conflits,
  • les enseignants ayant participé à l’enquête se déclarent confiants dans leurs capacités à aborder des sujets liés à l’égalité homme-femme ou à l’esprit critique, mais moins bien armés sur les questions liées aux enjeux mondiaux et aux migrations.

Dans le contexte actuel des débats autour du politique éducative fondée sur els faits (evidence-based policy), les auteurs du rapport prennent cependant le soin de limiter la portée de leurs résultats : « there is no obvious recommendation about the best way to organize civic and citizenship education ». Ils proposent tout de même de :

  • réfléchir à des moyens de rendre l’éducation à la citoyenneté plus inclusive afin de soutenir les élèves les moins performants,
  • revenir sur les inégalités constatées entre élèves de sexe masculin et féminin,
  • tenir compte de l’importance de l’expérience scolaire (climat scolaire, formes possibles d’engagement) dans la construction des compétences civiques et citoyennes, aucune corrélation n’ayant pu être fermement établie entre degré de connaissances et engagement politique conventionnel futur.

Ainsi, dans la conclusion de son rapport scientifique Education à la citoyenneté à l’école. Politiques, pratiques scolaires et effets sur les élèves (CNESCO, 2016), Géraldine Bozec propose ainsi des pistes de recherche dans le contexte français : « Les enquêtes par questionnaires que l’on pourrait mettre en place pourraient reprendre un certain nombre de questions et d’items présents dans la dernière vague d’étude de l’IEA, afin de pouvoir mettre en perspective le cas français avec d’autres cas nationaux. » (p. 55)

Le rapport Eurydice en bref

Dans le cadre des missions du réseau Eurydice, à savoir diffuser les connaissances sur le fonctionnement des différents systèmes éducatifs européens, deux rapports portant sur l’éducation à la citoyenneté ont paru en 2005 et 2012. La mise à jour de ce mois s’inscrit dans le contexte des travaux engagés à l’échelle européenne suite à la déclaration de Paris des ministres européens de l’Education de l’Union européenne du 17 mars 2015 portant sur la promotion de l’éducation à la citoyenneté et aux valeurs communes de liberté, de tolérance et de non-discrimination. Cet état des lieux qualitatif et déclaratif est fondé sur les informations transmises par les institutions nationales compétentes pour fournir un panorama des politiques publiques d’éducation à la citoyenneté en milieu scolaire public. Il présente donc un biais prescriptif à ne pas négliger à sa lecture.

Seule une version en anglais (188 pages) est pour le moment disponible, à laquelle s’ajoute des annexes et un résumé (4 pages).

42 systèmes éducatifs sont analysés, dont ceux des 28 pays de l’Union européenne.

Après une présentation générale, quatre thèmes sont traités de façon plus détaillée dans le rapport : curriculum, modalités de l’enseignement-apprentissage, évaluation des élèves et des établissements, formation initiale et développement professionnel des enseignants. A la fin de chaque partie, la politique éducative d’un système éducatif est approfondie : pour le thème 4, il s’agit de la France.

Quelques résultats dans ces quatre domaines :

  • éduquer à la citoyenneté vise à faire maîtriser des compétences variées plus que des connaissances institutionnelles (politiques et juridiques), dans le cadre diversifié des trois niveaux de scolarité (la France exposant le plus longtemps ses élèves à ce type d’éducation) et des curricula nationaux,
  • la participation active des élèves à cette éducation s’appuie également sur des situations d’apprentissage extra-curriculaires,
  • 26 pays disposent de recommandations concernant l’évaluation de cette éducation en classe, une évaluation nationale n’étant obligatoire que dans 4 pays (France, Lituanie, Pologne, Suède),
  • le spectre de la formation des enseignants est large : de l’absence de cadres universitaires (17 pays) à la spécialisation dans une discipline scolaire dédiée (5 pays).

Le rapport du Conseil de l’Europe en bref

Actif depuis 1997 dans le champ de l’éducation à la citoyenneté, le Conseil de l’Europe a publié en 2010 la Charte du Conseil de l’Europe sur l’éducation à la citoyenneté démocratique et l’éducation aux droits de l’homme. Un premier rapport d’impact avait été publié en 2012, le deuxième, Apprendre à vivre ensemble. Rapport du Conseil de l’Europe sur la situation de l’éducation à la citoyenneté et aux droits de l’homme en Europe 2017, fait l’objet d’une brève présentation ci-dessous.

La page dédiée permet d’accéder au rapport en anglais, à une brochure en français Apprendre à vivre ensemble. Rapport du Conseil de l’Europe sur la situation de l’éducation à la citoyenneté et aux droits de l’homme en Europe 2017 (63 pages) et à une fiche descriptive portant le même titre en français (6 pages).

Le rapport procède de l’analyse de données (questionnaires) provenant de 40 gouvernements, dont la France, et d’une petite centaine d’ONG (4 pour la France), ainsi que de recommandations émises par des personnalités d’horizons divers.

Quatre défis sont mis en valeur, sans qu’il soit possible cependant d’affiner l’analyse à l’échelle nationale :

  • le décalage de perception entre gouvernements et acteurs de la société civile,
  • celui qui existe aussi entre politiques et pratiques éducatives,
  • la faiblesse de l’éducation à la citoyenneté dans l’enseignement professionnel initial et l’enseignement supérieur,
  • les enjeux liés à l’évaluation, entre « domaine sensible » et « cadre concret et convenu sur le plan international », pour citer le président de l’IEA (p. 46).

A noter que le Conseil de l’Europe a publié en 2016 un Nouveau Cadre de référence pour les compétences en matière de culture démocratique (RFCDC) : Compétences pour une culture de la démocratie. Vivre ensemble sur un pied d’égalité dans des sociétés démocratiques et culturellement diverses. Ce cadre de référence définit une liste de 20 compétences considérées comme enseignables, apprenables et évaluables, combinant quatre domaines : valeurs, attitudes, compétences et connaissance et compréhension critique.  Plurifonctionnel, ce document est destiné à servir de levier afin d’élaborer des programmes d’études, des cadres pédagogiques, de nouvelles formes d’évaluation. Compétences. Sa réception sera-t-elle celle qui a fait du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) l’instrument d’une transformation de l’enseignement des langues ?

De quoi s’occuper donc en attendant les résultats de PISA 2018 et leur analyse, enquête qui évaluera pour la première fois les « compétences globales » des élèves … et l’enquête ICCS 2022, qui approfondira les thèmes liés aux migrations, aux réseaux sociaux, à la citoyenneté globale et à l’éducation à l’environnement et au développement durable est déjà en préparation !

Références

Conseil de l’Europe, 2017. Apprendre à vivre ensemble. Rapport du Conseil de l’Europe sur la situation de l’éducation à la citoyenneté et aux droits de l’homme en Europe 2017, Strasbourg: Conseil de l’Europe.

Commission européenne/EACEA/Eurydice, 2017. Citizenship Education at School in Europe – 2017. Luxembourg: Publications Office of the European Union.

Wolfram Schulz et al., 2017. Becoming Citizens in a Changing World. IEA International Civic and Citizenship Education Study 2016 International Report. Amsterdam, the Netherlands: International Association for the Evaluation of Educational Achievement (IEA).

Wolfram Schulz et al., 2016. IEA International Civic and Citizenship Education Study 2016 : Assessment framework. Amsterdam, the Netherlands: International Association of the Evaluation of Educational Achievement (IEA).

Pour aller plus loin

Géraldine Bozec, 2016. Education à la citoyenneté à l’école. Politiques, pratiques scolaires et effets sur les élèves. Paris: Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco).

Caroline Brottet-Aiello et al., 2017. A quoi sert la comparaison internationale en éducation ? Lyon: ENS éditions.

Remmert Daas, Geert ten Dam, Anne bert Dijkstra, Contemplating modes of assessing citizenship competences, 2016. Studies in Educational Evaluation 51, p. 88-95.

Ellen Gboeras et al., 2013. Review of the effects of citizenship education, Educatioal Research Review 9, p.158-173

Olivier Rey, 2011. PISA : ce qu’on en sait et ce qu’on en fait. Lyon: Institut français de l’Education. http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA-Veille/66-octobre-2011.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *