La réception des résultats de PISA 2015 en Finlande

Le ministère finlandais de l’éducation et de la culture a présenté sur son site les résultats du programme PISA 2015 (Dossier de presse du 6 décembre). Satisfaite des toujours bons résultats, la ministre Sanni Grahn-Laasonen note néanmoins une baisse des performances en sciences (accroissement du nombre des plus faibles et baisse du nombre des plus performants), et un manque d’intérêt pour les matières scientifiques.

Les résultats soulèvent d’autre part des interrogations quant à l’égalité en éducation, en particulier pour les garçons. L’influence du contexte socio-économique sur les résultats d’apprentissage a augmenté. « Nous devons considérer quels sont les changements qui se produisent dans nos écoles ou dans la société qui ont conduit à une situation où trop de garçons ne sont pas intéressés par le modèle d’apprentissage proposé ».

Ces remarques confortent la ministre dans le choix de réformer l’enseignement obligatoire avec un nouveau curriculum commun (programmes d’études de base), introduit à la rentrée 2016 pour les élèves du primaire et en 2017-2019 pour les élèves du secondaire (point de départ de la réflexion, en 2012).

« Les nouveaux programmes de base incitent les enfants et les jeunes à assumer davantage de responsabilités dans leur travail scolaire et chaque élève doit être accompagné (soutenu) dans ses études. L’objectif est de développer un environnement d’apprentissage et des méthodes de travail tels qu’ils inspirent l’apprentissage. Les élèves fixent des objectifs, résolvent des problèmes et évaluent leur apprentissage sur la base des objectifs fixés. L’objectif du nouveau programme est d’accroître la motivation des élèves à l’égard des études, de développer des aptitudes à apprendre à apprendre, à réfléchir et à travailler en équipe ».

Dans le cadre du projet, chaque école bénéficie d’un tuteur pour accompagner les enseignants, soutenir une nouvelle pédagogie et promouvoir l’usage du numérique dans l’enseignement. Une entité spécifique a été créée au sein du Conseil national finlandais de l’éducation pour coordonner des expérimentations sur la base des données de recherches les plus récentes. « Le développement et le soutien de l’enseignement de base et de la formation continue des enseignants font également partie du projet clé de nouvelle école obligatoire ».  Exemple : publication en octobre 2016 du programme de développement de la formation des enseignants, élaboré en étroite collaboration avec les parties prenantes.

D’autres projets accompagnent ce nouveau parcours curriculaire : le programme MOVE (faire une activité physique au moins une heure par jour) ; le programme LUMA, pour développer les compétences en sciences naturelles, maths et technologie, sur toute la scolarité (apprentissage aux démarches d’investigation) ; un programme de développement de la multi-littératie (développement des compétences linguistiques, au quotidien, permettant la maîtrise du langage utilisé dans les différents domaines de la connaissance).

À la lecture d’une présentation de cette réforme, réalisée par le Conseil national finlandais de l’éducation, on s’étonnerait presque de retrouver dans les motivations de cette réforme (pourquoi, quoi et comment) une déclinaison de principes éducatifs, pédagogiques et institutionnels qu’on aurait pensés ancrés dans les pratiques finlandaises et qui font aussi partie de la panoplie des « pédagogues » francophones autour des notions de communauté apprenante, d’environnement d’apprentissage.
– si vous voulez développer la curiosité, autorisez le questionnement ;
– si vous voulez développer les compétences en résolution de problèmes, faites le lien entre des problèmes de la vie réelle et les savoirs scolaires et encouragez les élèves à travailler ensemble pour chercher les solutions ;
– si vous voulez développer la compréhension, combinez savoirs et compétences issus de différentes matières ;
– si vous voulez éduquer des citoyens qui développeront la société, promouvront l’inclusion et la participation, donnez leur l’opportunité de faire la différence et facilitez un esprit critique positif et non négatif ;
– si vous voulez renforcer la confiance en soi des élèves et leur motivation à apprendre, donnez leur un feedback constructif et honnête. N’humiliez jamais ou n’abaissez pas un apprenant.

On  retrouve dans cette présentation des éléments sur la différenciation pédagogique, la coopération entre élèves, le leadership au cœur des établissements mais aussi au niveau des collectivités locales en charge de l’éducation.

Bref, ce projet à long terme (plus de 6 ans de gestation et de mise en place), en appelle à une société en changement et à une autre culture de l’éducation (équité, accompagnement dans les apprentissages, etc.). tout en donnant, sur toute la scolarité, toute leur place aux enseignements de sciences sociales, d’éducation physique, de musique et arts visuels, de biologie, de géographie, de physique, de chimie, d’éducation à la santé, d’autres langues (financée par les municipalités).

Même avec de bons résultats à PISA, on peut vouloir peaufiner son système éducatif et ses principes éducatifs ?

À noter :

Le Conseil national de l’éducation finlandais a cru nécessaire de diffuser une brève intitulée « les matières d’enseignement ne sont pas abolies par le nouveau curriculum standard », suite à des informations parues dans la presse internationale. Dans cette note, il rappelle l’existence de décrets précisant les volumes horaires alloués aux différentes matières tout en confirmant la grande liberté laissée aux instances éducatives locales dans leur mise en œuvre.
Il semble imputer cette confusion « exterieure » aux changements stipulés dans les nouveaux textes mettant en avant les compétences transversales (génériques), le travail croisant plusieurs disciplines (interdisciplinarité), les pratiques collaboratives en classe par lesquelles les élèves peuvent travailler avec plusieurs professeurs simultanément, par projet.

Comme quoi…

Pour rafraichir les esprits chagrins :

  • Feyfant Annie (2016). La différenciation pédagogique en classe. Dossier de veille de l’IFÉ, n°113.
  • Reverdy Catherine (2016). Apprendre en coopérant. Dossier de veille de l’IFÉ, n°114 (à paraître).
  • Marie Gaussel (2016). Développer l’esprit critique par l’argumentation : de l’élève au citoyen. Dossier de veille de l’IFÉ, n°108.
  • Feyfant Annie (2015). La résolution de problèmes de mathématiques au primaire. Dossier de veille de l’IFÉ, n°105.
  • Reverdy Catherine, Thibert Rémi (2015). Le leadership des enseignants au coeur de l’établissement. Dossier de veille de l’IFÉ, n°104
  • Catherine Reverdy (2015). Éduquer au-delà des frontières disciplinaires. Dossier de veille de l’IFÉ, n°100.
  • Catherine Reverdy (2013). Des projets pour mieux apprendre ? Dossier d’actualité Veille et Analyse, n°82.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *