Innover c’est savoir s’adapter

Les acteurs de l’enseignement agricole en Auvergne-Rhône-Alpes étaient en séminaire les 27 et 28 septembre, à Lyon, accueillis par l’IFÉ-ENS de Lyon, autour de la thématique « Oser, partager, construire l’innovation pédagogique »[1].

« L’innovation est un marqueur fort de l’enseignement agricole » comme le dit la DRAAF (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt de la région Auvergne-Rhône-Alpes). Pour l’enseignement agricole qui reste un « secret bien caché » (Philippe Vinçon[2]), il était sans doute intéressant de faire le point sur les stratégies éducatives et pédagogiques mises en œuvre. Les enjeux de l’innovation pédagogique se déclinent en quatre axes, gouvernance, accompagnement et diffusion, prise en compte dans les pratiques pédagogiques[3] et utilisation de l’outil numérique. La clé de voûte de l’innovation étant l’évaluation et la valorisation des pratiques et dispositifs innovants.

Une table ronde a permis de croiser les regards sur l’innovation et les apprentissages (Catherine Pérotin, Patrick Mayen et Michel Fayol). Il ressort de ces échanges quelques questions : qu’est-ce qu’innover, faut-il innover, pourquoi, comment ? et quelques éléments constitutifs : prise de risque, recherche de la réussite des élèves, autonomie, travail collectif, formations initiale et continue[4], etc.

L’innovation doit s’inscrire dans une démarche globale mais ne doit pas être considérée comme une action extraordinaire (faisant appel au numérique, par exemple). Pour Patrick Mayen, l’innovation tient du quotidien, elle fait partie de l’ordinaire du travail. Il lui préfère les mots initiatives ou rénovation, qui permettent de réhabiliter l’ordinaire des pratiques, d’y associer les notions de dynamique, d’énergie, de relance de l’activité. C’est une façon de penser les problèmes, trouver des solutions, de prendre le temps de se poser des questions pour pouvoir y répondre, ne pas se préoccuper du comment innover mais bien du pourquoi innover. S’il faut penser aussi en terme de qualité, il est nécessaire d’envisager les conséquences pratiques des projets (temps passé, surcharge de travail). Tout projet « innovant » doit être partagé et accompagné (équipe pédagogique, chef d’établissement, inspection, parents, partenaires locaux, ministère).

Michel Fayol a terminé les échanges en prenant de la hauteur, en évoquant la nécessité d’apprendre pour demain, du point de vue des élèves. Au début de sa vie l’enfant apprend sans qu’on sache très bien comment (marcher, parler, se socialiser). Ensuite, les savoirs, les progrès techniques, le volume d’informations évoluent plus vite que les capacités d’absorption du cerveau. Face à une compétition mondiale, il faut donc apprendre plus, plus vite, mieux. Michel Fayol suggère donc d’innover pour amener le plus grand nombre d’étudiants le plus loin possible dans leurs études. Quelles innovations pour apprendre plus, plus vite, réapprendre plus et sans doute de manière plus individualisée, pour améliorer notre flexibilité cognitive ?

Lors de la discussion qui a suivi la table ronde, le concept d’organisation apprenante a été évoqué, or l’organisation apprenante dépend de l’intention. Mayen alerte sur l’existence de communautés désapprenantes et sur cette « équipe pédagogique » qui n’a parfois rien de réel, composée simplement d’individus isolés.

Il convient de faire attention aux risques éthiques à laisser filer certaines innovations (manque d’évaluation). Pour autant, il faut leur laisser la place, en adoptant une position intermédiaire, avec une innovation encouragée et régulée et toujours penser à « rester sur la trajectoire » (Fayol).

La deuxième demi-journée du séminaire a été consacrée à des ateliers autour des 5 thématiques suivantes :

  • connaître l’apprenant et accompagner ses apprentissages : allier diversité et cohérence
  • mettre en œuvre la pédagogie de projet au service des apprentissages
  • travailler avec l’apprenant citoyen
  • scénariser un référentiel en équipe : l’exemple de « enseigner à produire autrement »
  • apprendre avec et par le monde professionnel

Dans le premier atelier, les groupes de travail ont imaginé un vélo pour déterminer ce qui étaye les pratiques. La selle, les pédales, la chaine, les pneus, les roues, le cadre, le guidon et le porte bagages ont figuré  les points d’appui, d’alerte, là où il faut concentrer son effort, les relais, les ressources, etc.

Les autres groupes ont travaillé par projets sur la pédagogie de projet; ont mené des débats argumentés sur des sujets de laïcité, de développement durable (le concept de débat mouvant a beaucoup plu [5]). Le groupe sur les scénarios a proposé des scénarios, etc.

Visiblement beaucoup de dynamisme, de collectif, d’initiatives dans ces ateliers. Pour rassurer les professionnels de l’enseignement non agricole, cependant, ajoutons que quelques interventions dans la salle laissent supposer que l’innovation n’est pas si simple et que l’interdisciplinaire n’est pas envisagé comme allant de soi : « comment peut-on faire de l’interdisciplinarité avec les horaires contraints, par disciplines? ».

Outre l’innovation, l’enseignement agricole a un autre atout, celui de savoir travailler avec des publics divers, avec des élèves issus de milieu défavorisé, pour les préparer de la 4e au master…

[1] Article rédigé avec le concours de Catherine Reverdy.

[2] Directeur général de l’enseignement et de la recherche du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt (MAAF).

[3] Voir le site Pollen-ChloroFil, espace de partage des innovations pédagogiques de l’enseignement agricole.

[4] La formation des personnels enseignants, d’éducation et d’encadrement de l’enseignement technique agricole est assurée par l’ENSFEA (École nationale supérieure de formation de l’enseignement agricole).
[5] « Une méthode pour comprendre les contradictions qui se jouent sur une question. L’animateur-e propose une affirmation, et les participant-e-s doivent se positionner en deux groupes : soit « d’accord », soit « pas d’accord ». Pas le droit de se positionner au milieu. Chaque groupe prépare ses arguments en 5 minutes, puis le groupe minoritaire peut présenter un argument. C’est ensuite à l’autre groupe de présenter un argument. Les gens peuvent se déplacer d’un groupe à l’autre, former d’autres groupes selon les arguments. Le but n’est pas de trouver une solution, mais de voir où se situe réellement les contradictions. Et il s’agit souvent de question de vocabulaire et de définition des concepts utilisés dans l’affirmation proposée par l’animateur-e ».  http://outils-reseaux.org/DebatMouvant

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *