Réforme du collège : pourquoi et comment faire des projets interdisciplinaires entre collègues ?

Les réflexions sur la réforme du collège prévue en 2016 peuvent aborder de multiples sujets, aussi bien au niveau des pratiques pédagogiques elles-mêmes que de l’organisation du travail dans l’établissement. À l’occasion d’une journée sur les pratiques collaboratives des enseignants (sur le thème de l’interdisciplinarité), organisée par les formateurs de l’enseignement catholique à Paris avec l’aide du CEPEC de Lyon, et pour environ 200 enseignants du premier et du second degrés, c’est en fait une discussion plus large qui a été menée, puisqu’elle a abordé dans le détail différents points :

  • la nécessité pour comprendre la réforme du collège de la replacer dans le cadre plus large de la refondation de l’enseignement obligatoire (dans une approche curriculaire), en regardant la logique de cycle, la focalisation sur les compétences et savoirs véritablement acquis des élèves à la fin de chaque cycle, et en examinant les problèmes de dialogue posés par le cycle 3, à cheval entre primaire et secondaire ;
  • l’importance de voir que l’objectif majeur de l’enseignement obligatoire est de mettre en œuvre les moyens pour que tous les élèves apprennent progressivement des savoirs et compétences (inscrits dans le socle commun), notamment en les rendant acteurs de leur apprentissage. Si cela s’y prête, la démarche de projet peut par exemple être utilisée dans cet objectif ;
  • l’ancrage des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) prévus par la réforme dans la longue tradition des projets pédagogiques, qui date des années 1970 et qui a débouché sur le fait d’introduire des « dispositifs » (en plus des disciplines scolaires) pour aborder les questions complexes à l’école, la différence étant ici que les EPI contribuent explicitement à l’avancée des programmes des différentes matières ;
  • la nécessité de collaborer au niveau de l’établissement, entre enseignants de chaque discipline scolaire pour définir des progressions communes sur chaque niveau du cycle ; entre enseignants de chaque équipe pédagogique pour travailler sur les EPI et voir quels sont les savoirs et compétences à faire acquérir aux élèves ; entre enseignants et personnel d’encadrement pour structurer les enseignements et les cycles en incluant les EPI ;
  • la nécessité de collaborer entre enseignants de différents établissements lors des conseils entre écoles et collèges, pourquoi pas sur des projets communs, mais a minima sur un échange sur les besoins des élèves à l’entrée en 6e.

Les réflexions ont aussi porté sur l’évaluation, qui change de nature avec les cycles : pendant 3 ans, l’évaluation doit être tournée vers des prises de décision des enseignants, éventuellement collectives (remédiation, travail à refaire sur certains contenus, etc.), et aboutir à une évaluation qui fait le bilan des trois années, en termes de maitrise des compétences acquises par les élèves. L’idée de laisser les élèves s’auto-évaluer pour savoir où ils en sont de leur apprentissage, et que le rôle des enseignants soit de valider ces auto-évaluations, a été évoquée.

Concernant plus précisément les projets interdisciplinaires, des exemples ont été montrés lors de cette journée, comme la tenue d’une WebRadio (décrite dans cet article) par des élèves de collège sur des thématiques de sciences de la vie et de la Terre, ou des mises en scène de saynètes par des élèves de CE2, CM1 et de 6e en anglais, allemand, espagnol dans le cadre de la liaison école-collège.

À propos de l’interdisciplinarité, j’ai présenté (à partir de mon Dossier de veille « Éduquer à travers les frontières disciplinaires ») la difficulté que les matières scolaires ont à communiquer entre elles : cela vient du fait que la formation des enseignants est très disciplinaire mais pas suffisamment tournée vers la maitrise des limites des disciplines (l’épistémologie), et que les matières (qui sont plus ou moins les disciplines académiques ou des regroupements de disciplines ayant défini des objectifs éducatifs communs) se sont construites par regroupement d’enseignants défendant leur territoire chèrement acquis, les unes contre les autres. Par conséquent, assez peu d’interdisciplinarité réelle est observée dans les classes, c’est-à-dire avec partage de concepts et d’outils appartenant aux deux matières. En effet, on observe plus souvent une instrumentalisation de certaines matières ou une absence d’interactions sous couvert d’un objectif commun, ce qui relève davantage de la pluridisciplinarité.

D’autres interrogations ont également été soulevées autour de la professionnalité enseignante affirmée par les nouveaux programmes et des différents rôles que l’enseignant doit adopter en même temps lors de la démarche de projet, rendant cette journée riche en allers-retours entre les pratiques pédagogiques elles-mêmes et le cadre dans lequel elles s’inscrivent désormais (ce qui n’est pas sans rappeler les thématiques soulevées dans un précédent Dossier de veille de l’IFÉ : « Le leadership des enseignants au cœur de l’établissement »). Cela a permis de mesurer l’ampleur de la tâche et des difficultés apportées par la réforme du collège et le socle commun, au niveau d’une approche globale de véritable prise en charge d’un apprentissage progressif des élèves, au niveau des changements induits dans le travail des enseignants et au niveau de l’obligation d’élaborer des solutions communes à l’échelle des établissements.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *