Comment évaluer l’efficacité des dispositifs éducatifs ?

Lors de présentations en établissements sur le thème de l’évaluation, j’ai coutume d’introduire mes propos par une boutade, en  affirmant que moins une société a confiance en son système éducatif, plus elle multiplie les outils pour l’évaluer et le contrôler ! Ce n’est une boutade qu’en partie, car il arrive parfois qu’on consacre plus d’énergie à tenter d’évaluer des actions éducatives qu’à les développer dans de bonnes conditions.

Il n’en reste pas moins qu’il est absolument nécessaire d’évaluer les programmes éducatifs, surtout quand ils coûtent cher. Il n’en est pas moins vrai qu’il est absolument pertinent de s’interroger aussi sur les meilleurs moyens de les évaluer, surtout quand ces évaluations sont coûteuses.

De ce point de vue, on ne peut qu’être interpellé par la publication à peu de jours d’intervalles de deux textes passionnants. Le premier est un rapport de l’institut des politiques publiques qui vise à évaluer les programmes de réussite éducative (PRE), ce qui n’est pas rien. Le deuxième est une contribution d’Agnès Labrousse sur les expérimentations aléatoires et les questions scientifiques qu’elles posent. En effet, le deuxième texte peut être lu comme une sérieuse mise en question de la méthodologie utilisée par le premier. Les deux publications émanent plutôt d’économistes, ce que je ne suis pas. Je me garderai donc bien d’émettre à ce stade un jugement sur l’une ou l’autre, mais le débat mérite incontestablement d’être poursuivi !

J’y retrouve encore une fois les échos d’une discussion récurrente sur la façon dont on peut évaluer des pratiques efficaces, dans laquelle je ne suis certain que d’une chose, c’est que ceux qui prétendent qu’une seule méthode est viable et probante sont en général porteurs d’une logique plus idéologique que scientifique. En ce qui concerne l’éducation, on lira avec profit la revue de question réalisée sur les pratiques enseignants efficaces par Laurent Talbot, qui mentionne notamment le dossier de veille de ma collègue Annie Feyfant sur les effets des pratiques pédagogiques sur les apprentissages.

En la matière, il faut sans doute plutôt faire preuve de modestie et de prudence, raison pour laquelle j’ai parfois du mal avec l’utilisation de l’expression des « bonnes pratiques » en éducation pour des raisons que j’ai exposées dans un article récent . A contrario, certaines évaluations  peu tonitruantes sont parfois riches d’enseignement sur le coeur des pratiques pédagogiques.

Je ne saurai trop recommander à ce titre la lecture du rapport  « ce qui soutient les élèves » publié dans le cadre des activités du Centre Alain Savary de l’IFÉ, fruit du travail de nombreux chercheurs. En s’interrogeant en effet sur la réussite des « internats d’excellence », qui ont été renommés depuis, le rapport a moins cherché à décerner un blâme ou un satisfecit global au dispositif1 qu’à préciser ce qui dans ce dispositif a permis d’aider une certaine réussite éducative, sous quelles conditions, dans quel contexte et avec quels élèves. Il en ressort des réflexions extrêmement éclairantes sur ce qui fait, pour le coup, l’efficacité relative des pratiques éducatives, de nature véritablement opératoire pour tout acteur éducatif, qu’il soit au ministère ou sur le terrain comme enseignant !

Références

 

 

 

 

  1. dont le lancement très politique sous la mandature précédente a entraîné une remise en cause tout aussi logiquement politique sous la mandature actuelle []

2 réflexions au sujet de « Comment évaluer l’efficacité des dispositifs éducatifs ? »

  1. Merci Olivier d’avoir rappelé qu’il n’existe pas qu’une « seule méthode viable et probante » mais bel et bien une multitude de méthodes qui doivent être utilisées selon ce que l’on souhaite démontrer, selon ce que l’on souhaite enseigner, selon le groupe auquel on enseigne, selon les caractéristiques relatives au groupe (ex : niveau de départ, langue(s) parlée(s), motivation des apprenants, habitudes d’apprentissage) mais également selon les codes éthiques du pays ou de la structure dans laquelle nous faisons des recherches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *