Chefs d’établissement et leadership pédagogique

Cet article, ainsi que celui sur « Quelques rappels sur le leadership », est un complément au Dossier de veille n° 104 « Le leadership des enseignants au cœur de l’établissement ».


 Vers un leadership pédagogique

La fonction des chefs d’établissement s’est considérablement modifiée dans de nombreux pays ces dernières années. Pour reprendre les termes de Roegman et al. (2012), le leadership est devenue une « activité cognitive et sociale », ce qui implique que « les chefs d’établissement interprètent des situations complexes et prennent des décisions difficiles à la lumière de pressions croissantes, internes et externes ». Des compréhensions différentes des politiques éducatives entraînent des mises en œuvre différentes de ces politiques. Le leadership est alors une aptitude à créer du sens, c’est-à-dire qu’il ne résulte pas d’un processus de raisonnement linéaire, mais qu’il dépend fortement du contexte et du vécu du chef d’établissement qui prend les décisions.

Il ressort de plusieurs études croisées (dont celle de Progin & Gather Thurler, 2010) que les chefs d’établissement  qui arrivent actuellement en poste sont attachés au leadership pédagogique, mais ont peu d’occasion dans la pratique de s’y intéresser et de le mettre en place (lorsque c’est le cas, c’est surtout à l’occasion de projets dans l’établissement). Il existe un décalage entre ce que ces chefs d’établissement pensent du métier et la réalité. En pratique, ils oscillent entre deux positions, potentiellement contradictoires :

  • gérer leur établissement pour qu’il fonctionne, rôle de plus en plus prégnant à cause des évaluations internationales, des standards et de la logique de reddition des comptes qui se développe dans tous les pays ;
  • tenter de « transformer » l’organisation du travail en rompant avec la forme scolaire. Ils sont alors agents de changement, ce qui est préconisé par l’administration qui encourage au leadership pédagogique.

La dimension purement administrative de la fonction de direction est parfois assumée par d’autres (ou c’est le souhait), pour que les directeurs se concentrent davantage sur les impondérables et le leadership (pédagogique). D’autres fois, c’est le côté pédagogique qui serait à partager entre direction et enseignants.

On oscille entre ces deux aspects essentiels du métier : pilotage plutôt administratif, comme en France ; de moins en moins de gestion pure dans les autres pays, mais avec une obligation de résultats avec des données difficiles à manipuler, et une forte montée en puissance de la garantie de l’équité et de l’aspect pédagogique. Ce sont bien des tensions contradictoires entre ces deux pôles. Le chef d’établissement ne peut pas tout faire et s’épuise à la tâche (on peut consulter un dossier centré sur le chef d’établissement dans la Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 60, 2012).

Le cas de la Suède

En Suède, le statut du chef d’établissement a changé depuis quelques années (Collberg, 2012) suite à une réforme de décentralisation. Le chef d’établissement n’est plus l’enseignant reconnu qui a fait ses preuves et qui passe à une fonction de direction (primus inter pares, premier parmi ses pairs), mais plutôt une femme ultima inter superiores (la dernière de la hiérarchie supérieure), faisant partie de la hiérarchie municipale et ayant un chef de secteur dépendant directement de la municipalité. Cela bouleverse les relations avec les enseignants, puisqu’il n’y a plus de distance hiérarchique marquée. Le rôle de ces nouveaux chefs d’établissement est de faire réussir tous les élèves, tout en respectant le budget, en gérant les relations avec les familles, en faisant respecter les droits de l’enfant, etc. Les échecs des élèves leur sont directement imputables et ils subissent une forte pression de la part des corps d’inspection et du public. La formation des personnels de direction est obligatoire, en alternance, et dure trois ans sur les quatre premières années de service. Elle débouche sur un diplôme spécifique et demande un fort investissement personnel.

D’après Collberg, l’État suédois souhaite reprendre une certaine emprise sur la fonction de direction et encourage les chefs d’établissement à avoir « une compréhension pédagogique et une familiarité avec l’activité centrale de l’établissement », pour mettre en place un « “domaine” [de leadership pédagogique], comme base professionnelle du métier de chef d’établissement, qualitativement distinct de l’enseignement et des tâches administratives » (Collberg, 2012). Le chef d’établissement devient ainsi quasiment le seul à même de garantir l’égalité et le droit de tout élève à une éducation de qualité.

Références bibliographiques

  • Collberg Dan (2012). Quelle identité pour les chefs d’établissement ? La Suède entre décentralisation et recentralisation. Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 60, p. 117‑128.
  • Reverdy Catherine & Thibert Rémi (2015). Le leadership des enseignants au cœur de l’établissement. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 104, octobre. Lyon : ENS de Lyon. En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=104&lang=fr
  •  Roegman Rachel et al. (2012). Le leadership en des temps incertains : pratiques clés pour les chefs d’établissement aux États-Unis. Revue internationale d’éducation de Sèvres, n° 60, p. 45‑54.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *