Un étudiant, ça juge… énormément !

Des étudiants qui ne viennent pas en cours, ou qui y viennent pour faire autre chose ? Des étudiants qui parlent de leurs cours dans les couloirs, qui expriment leur opinion sur leurs enseignants à la terre entière, sur un réseau social ou un autre, en ligne ou pas ? Vraiment pas sérieux… ou bien ?

Sans doute que ça existe depuis la nuit des temps, ou presque… Marc Romainville dit souvent qu’ils votent par les pieds en désertant les cours inintéressants ou inutiles… Jean-Marie Barbier, lui, évoque l’évaluation « implicite » (on ne dit rien, on ne vient pas) et l’évaluation « spontanée » (on vient, mais on n’en pense pas moins et on partage ces – mauvaises – impressions avec ses camarades, ses proches), l’une et l’autre s’opposant à l’évaluation « instituée » (on dispose d’un cadre explicite pour évaluer ses cours, dans une visée clairement formative en lien avec le développement professionnel, et/ou administrative en lien avec la gestion de carrière).

Un étudiant, ça juge donc énormément… et ça ne se trompe pas forcément, si l’on en croit les recherches qui examinent la fiabilité des jugements étudiants dans les évaluations institutionnelles ! Et même 50, 100 ou 200 étudiants qui jugent de la qualité de leurs cours au travers de questionnaires anonymisés valent sans doute mieux qu’un seul étudiant représentant tous les autres dans une instance ou une autre, figé dans une posture militante peu susceptible d’impacter positivement les dynamiques d’enseignement et d’apprentissage. C’est en tous cas une des conclusions du dernier « Dossier de veille de l’IFÉ » (n°93, La qualité de l’enseignement : un engagement des établissements, avec les étudiants ?) – le numéro double de l’été !

Mais il n’est pas rare que l’on préfère l’implicite et le spontané à l’institué… et quand l’institué existe, il prend des formes tellement bureaucratiques, que les effets en sont nécessairement amoindris.  Parce que le préjugé sur le fait que les étudiants ne sont pas des interlocuteurs fiables est tenace et que le risque d’exacerber une relation clients – prestataires est réel… Parce que les enseignants(-chercheurs) tendent à brandir leur « liberté pédagogique » dès qu’il est question de les évaluer sur leur activité d’enseignement, pour laquelle d’ailleurs ils ne sont généralement pas formés et qui ne compte pas dans leur carrière.

Tout cela manque globalement de vision stratégique… une autre des conclusions du « Dossier de veille ». Et l’abrogation de l’arrêté Lang du 23 avril 2002 par l’ancien gouvernement en France, confirmée par le nouveau, presque à l’insu des professionnels concernés, peut aisément être interprétée comme un signe de cette faible vision stratégique : cet arrêté qui rendait obligatoire l’évaluation de tous les enseignements par tous les étudiants et qui stipulait une prise en compte des résultats dans le contrat entre l’État et l’établissement, a en effet été remplacé en août 2011 par un autre qui relègue l’évaluation des enseignements par les étudiants (EEE) au rang de catalyseur du dialogue entre enseignants et étudiants…

On a beau entendre dire que l’enseignement est désormais considéré comme un domaine clé de la qualité des établissements d’enseignement supérieur (pas tout à fait au même titre que la recherche, évidemment, mais quand même)… ce n’est pas gagné ! En réalité, c’est surtout le Processus de Bologne qui le « dit », mais dans les faits… en France, il s’agit surtout de ne pas faire de vague… Et comme souvent les médias, en réduisant l’évaluation à la notation des  enseignants (cf Le Monde du 22/02/2013 par ex, au moment de la sortie du rapport Le Déaut, à l’issue des Assises de l’enseignement supérieur) n’arrangent rien.

Après tout, pourquoi faudrait-il se soucier du fait que, quand on leur demande leur avis, les étudiants pensent à 62% que leur réussite n’est pas la priorité de l’université et qu’ils estiment à 78% que leur avis ne compte pas pour leur établissement ? Pourquoi faudrait-il s’émouvoir du fait que 56% des étudiants issus de milieux défavorisés trouvent que l’encadrement est insuffisant et qu’ils sont aussi 59% à dire que les enseignants ne sont pas pédagogues ? (cf Baromètre 2014 de l’UNEF, auprès de 6500 étudiants).

Parce qu’enseigner est un « métier de l’humain », comme on dit parfois, qui met en présence des enseignants et des étudiants partageant a priori un intérêt pour des savoirs dans un environnement donné, et que l’humain, avec ses propres valeurs, dans cet environnement, est perfectible… l’un dans son métier d’enseignant, l’autre dans son métier d’étudiant. Parce que, si l’humain n’aime pas être jugé dans sa « personne », une évaluation lui permettant de mieux comprendre ses forces et faiblesses en tant qu’actif peut, à certaines conditions, constituer un levier pour améliorer sa pratique (toujours en tant qu’enseignant ou étudiant)… « explicite » et « collectif » : deux mots clés assurément pour aborder ces questions d’évaluation des enseignements dans une perspective de « professionnalisation » des acteurs !

Si l’histoire de l’EEE dans l’hexagone est encore toute jeune, ailleurs les pratiques sont plus anciennes et mieux documentées… Le Dossier de veille de l’IFÉ est l’occasion de faire le bilan et de montrer comment 30 ans de recherches nord-américaines et une dizaine d’années de recherches européennes fournissent un terreau fertile pour consolider la qualité de l’enseignement à l’aide d’évaluations instituées. Après une première partie sur l’émergence des politiques qualité au niveau des États et des établissements et une deuxième sur les réformes françaises, le Dossier examine dans une troisième partie les modalités à privilégier pour que les évaluations par les étudiants ne relèvent pas d’une simple routine stéréotypée mais soient porteuses de sens, dans une dynamique globale de transformation des processus d’enseignement-apprentissage, d’amélioration de la qualité des formations et de valorisation de l’activité enseignante.


2 réflexions au sujet de « Un étudiant, ça juge… énormément ! »

  1. « Le niveau de pensée réflexive des étudiants (leur capacité, en particulier, à évaluer les retombées plus lointaines d’une démarche d’apprentissage) n’accompagne pas nécessairement leur évaluation. »

    « Parce que le préjugé sur le fait que les étudiants ne sont pas des interlocuteurs fiables est tenace »

    CQFD

    Mais bon… passons. Si les étudiants on une faible capacité à évaluer les retombées à long terme de ce qu’on essaye de leur apprendre… peut-être a-t-on (en tant qu’enseignant) quelques questions à se poser. Comment peut-on envisager comme normal que des gens qui ont déjà passé au moins 7 ans sur les bancs de l’école et qui ont décidé de continuer n’aient toujours pas intégré le processus d’une démarche d’apprentissage, son intérêt, ses retombées immédiates, à moyen et à long terme

  2. À prendre avec de sérieuses pincettes!
    Le niveau de pensée réflexive des étudiants (leur capacité, en particulier, à évaluer les retombées plus lointaines d’une démarche d’apprentissage) n’accompagne pas nécessairement leur évaluation.
    De plus, en psychologie sociale, plus un groupe possède de maillons faibles, plus il se nivelle par le bas, y compris sur le plan de l’aspiration collective au développement des fonctions cognitives supérieures.
    Enfin, beaucoup d’étudiants des générations montantes sont en attente du « tout-cuit-dans-le-bec » où toute responsabilité de leur faire apprendre reviendrait à l’enseignant(e) et où toute frustration résultant des efforts qu’ils auraient à faire est le signe d’un enseignement inadéquat. Si l’approche n’est pas ludique, l’enseignant, selon elles et eux, n’a pas fait ses devoirs.
    Enfin, pour opérer une mesure fiable de l’adéquation de l’évaluation étudiante, il faudrait une plus juste mesure des résultats escomptés. Or, à cet égard, les évaluations institutionnelles brillent par leur approximation.

    Le critère « satisfaction étudiante » n’est, pour autant, pas à négliger, mais, à mon sens, son usage se limite à la considération à apporter à la rétention des savoirs : il est vrai que l’on va moins bien conserver ce que l’on a, même de façon erronée. évalué comme inintéressant.
    Un peu comme si la motivation devait toujours être extrinsèque…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *