Les Maisons Familiales Rurales: Réussir autrement

logo-mfrLes Maisons Familiales et Rurales sont issues du milieu associatif d’après la loi de 1901 et dépendent de l’enseignement agricole. Ce qui caractérise les MFR, c’est l’alternance entre les semaines de formation où les élèves sont présents à la MFR et les semaines de stage.

Réussir autrement

La volonté des MFR c’est de faire réussir les élèves autrement grâce à la pédagogie de l’alternance. Cette pédagogie se divise en quatre phases communes à toutes les MFR :

  • La préparation du plan d’étude : Il s’agit d’élaborer un questionnaire que l’élève sera capable de renseigner à la fin de son stage;

  • Le plan d’étude : Il s’agit de développer les réponses au questionnaire pour créer un rapport de stage;

  • L’étude de stage : Il s’agit de la correction de l’étude de stage. Tous les élèves effectuent un entretien individualisé avec un formateur permettant un retour sur le travail de chacun. Ce dossier donnera lieu à une note;

  • La mise en commun : Il s’agit d’un temps de mutualisation. Les formateurs évoquent les contenus des études de chaque élève. C’est un échange collectif permettant de travailler le projet d’orientation des adolescents. Ce travail est indispensable car un projet d’orientation permet de se projeter vers l’avenir.

En ce qui concerne les enseignements en salle de classe, les MFR se basent sur le référentiel de compétences des établissements agricoles. Les élèves ont des cours de français, de mathématiques, de vente, de technologies mais aussi des modules de la vie sociale et culturelle tels que des enseignements d’éducation à la sexualité, à la santé…

Pédagogique et éducatif

Les élèves sont au cœur de la pédagogie des MFR, l’équipe de formateurs se rend disponible pour les élèves à chaque instant. Le fonctionnement d’une Maison Familiale est très différent d’un établissement de l’Éducation nationale. Tout d’abord, il n’y a pas de CPE ainsi, la dichotomie entre l’éducatif et le pédagogique est inexistante. Les formateurs assurent tout l’aspect pédagogique en donnant du sens aux apprentissages, et ils se chargent aussi de tout ce qui relève de l’éducatif en conduisant des problèmes dans la classe ou en dehors vers une solution.

Travail en équipe

Pour le bon équilibre d’une MFR, le travail en équipe est primordial. Dans ces structures, il est nécessaire de rendre les apprentissages vivants, de donner du sens. Par exemple, les cours de technologie sont en lien avec les futurs stages. Il faut éviter les confusions cognitives, les questions « à quoi ça sert », « pourquoi on apprend ça ? ». Il est essentiel de favoriser le travail en demi-groupe pour que les jeunes se sentent pris en considération.

La pédagogie de l’alternance signifie un travail en collaboration autour de plusieurs acteurs : la famille, le maître de stage et les formateurs. Le carnet de formation permet de faire le lien entre ces différentes personnes gravitant autour de la réussite des élèves.

Public hétérogène

Les MFR accueillent des adolescents souvent abimés par leur expérience scolaire antérieure. Leurs bulletins affichent des résultats très médiocres et pour certains des problèmes de comportement avérés. Les Maisons Familiales procèdent à leur propre recrutement, les élèves « dys » (dyslexique, dysphasique, dyscalculie…) sont de plus en plus demandeurs pour intégrer les établissements de ce type . Le public accueilli est très hétérogène :

  • Élèves « dys » ;

  • Élèves ayant de grosses difficultés sociales et familiales ;

  • Élèves renvoyés plusieurs fois d’établissement de l’Éducation Nationale ;

  • Élèves qui envisagent une orientation professionnelle.

D’après les élèves rencontrés, l’internat est propice à leur réussite car des heures d’études obligatoires sont mises en place, ils peuvent travailler à plusieurs, s’entraider, les formateurs sont disponibles pour les encourager, les épauler et cela les obligent à se mettre au travail.

A propos du climat scolaire

D’après les travaux de l’OCDE, la qualité du climat scolaire est la corrélation de plusieurs éléments. Tout d’abord en ce qui concerne la qualité du bâtiment scolaire. Dans la MFR visitée, les élèves ont un avis positif sur les locaux notamment grâce au grand parc arboré. On favorise l’implication des élèves dans la vie de l’établissement. Tout d’abord, ils doivent effectuer des services. Chaque semaine, à tour de rôle, deux élèves sont responsables du ménage dans la salle de classe, à deux autres est confiée la préparation de la table du petit déjeuner, du déjeuner et du dîner etc. Ces services parfois difficiles à comprendre pour les 4èmes, deviennent très rapidement ritualisés. Ces tâches permettent aux élèves de s’ancrer dans la vie réelle, de les aider à devenir des citoyens autonomes, de les rendre plus respectueux et donc de favoriser un climat scolaire positif.

En ce qui concerne le climat relationnel, le fait qu’il y ait un nombre restreint d’élèves, les adolescents ressentent moins de tensions, les formateurs ont plus de temps pour chacun. De manière individuelle, les élèves se sentent mieux en évoluant dans un environnement à taille humaine. Le fait d’avoir quitté leur ancien établissement est pour l’ensemble des élèves un bénéfice considérable, le fait de couper complétement avec leur ancien milieu est propice à une reprise favorable de leur scolarité.

Les élèves sont unanimes pour dire que les formateurs sont disponibles à 100% pour eux. Ils se sentent écoutés, pris en considération, aidés. Ils considèrent qu’il s’agit un peu de l’école de la deuxième chance, ainsi, ils saisissent l’opportunité de tout « recommencer à zéro ».

Dans la MFR qui m’a ouvert ses portes, le vendredi, c’est le jour de la « synthèse ». Avant que les élèves ne rentrent chez eux, ils se regroupent avec l’ensemble des formateurs pour faire un bilan de la semaine, on aborde les points positifs et les points négatifs. Toutes ces informations sont transmises à la direction. Ainsi, les élèves peuvent faire entendre leur avis et savent que celui-ci sera entendu.

Pour les élèves interrogés, les sanctions sont jugées comme étant justes ce qui contribue à un climat scolaire favorable. Ces règles ont été clairement explicitées aux élèves en début d’année scolaire. Chaque adolescent a signé le règlement intérieur. De nombreux élèves insistent sur le fait qu’un dialogue est établit avec les formateurs avant la sanction. La tolérance face à la violence est nulle. Chaque élève est parfaitement au clair avec ces consignes.

Dans cette MFR, le levier principal du climat scolaire favorisant la persévérance scolaire est la motivation des élèves. Selon les niveaux, l’année scolaire est rythmée par un fil conducteur, un thème de travail, permettant la motivation des élèves. Des élèves très difficiles à leur arrivée se retrouvent en fin de 4ème complétement transformés. Pour la majorité des jeunes accueillis en MFR, la pédagogie du « réussir autrement » correspond à leurs besoins.

Alors que le constat est fait que de plus en plus d’élèves de l’Éducation nationale décrochent, les MFR réussissent à raccrocher des élèves jusqu’à les amener au diplôme. Ainsi, on peut se demander si l’Éducation nationale n’a pas tout intérêt à regarder de plus près ce qu’il se passe dans les établissements agricoles et notamment dans les MFR.

Je remercie la MFR de la Dombes pour son accueil chaleureux.

 


2 réflexions au sujet de « Les Maisons Familiales Rurales: Réussir autrement »

  1. JE FÉLICITE LES RÉSPONSBLES DES MFR.
    JE SUIS SUR QUE CETTE FORMULE EDUCATIVE EST UNE VRAIE RÉPONSE Á BEAUCOUP DE JEUNES
    ADOLESCENTS QUI SENTENT QUE L’ ECOLE TRADITIONNELLE NE RÉPOND -ELLE-PAS A LEURS BESOINS.

    J’ AIMERAIS BIEN QUE L’ EXPERIENCE DES MFR SOIT CONNUE PARTOUT.

    AU REVOIR

    JORGE ORELLANA OPAZO CHILI

    1. Bonjour, je suis la mère d’un jeune homme de 15 ans, qui ne trouve pas sa place dans le systeme éducatif « standard » . Parfois perturbateur , pas assez intéressé et avec une dyscalculie qui n’arrange rien. J’ai pensé à la MFR qui semble répondre à ses attentes mais je suis inquiète car il faut trouver des stages et j’ai peur que ce soit difficile et qu’il ne puisse pas continuer à cause de cela.. Nous avons eu un 1er contact très rassurant et il pourrait sinscrire en 2nd vente. Pouvez vous me dire s’il est pas trop compliqué de trouver des entreprises qui jouent le jeu de prendre des jeunes en stage car c’est la seule chose qui nous bloque. Merci d’avance pour vos réponses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *