Une lettre ouverte d’experts éducatifs demande une pause dans le cycle PISA

Grâce à un tweet de Luc Cédelle (eh oui, Twitter contribue à notre veille…), j’ai découvert une lettre ouverte à Schleicher, directeur du programme PISA à l’OCDE, figurant sur le site du Guardian : http://www.theguardian.com/education/2014/may/06/oecd-pisa-tests-damaging-education-academics

Lettre assez intéressante dont je ne reprendrai pas le fond ici, mais qui, pour résumer l’argument principal, demande une pause dans le programme au nom de l’effet palmarès que PISA a sur les politiques éducatives, poussant à toujours plus de tests standardisés pour bien figurer dans les résultats, au mépris de la richesse nécessaire d’un curriculum et de la diversité des contextes socio-culturels.

Les universitaires qui ont signé cette lettre, en compagnie d’autres acteurs éducatifs (représentants de parents, chefs d’établissements…) sont pour la plupart des chercheurs assez renommés dans le monde anglo-saxon, plutôt situés dans ce qu’on appellerait en France la mouvance de la sociologie des politiques publiques ou de la sociologie des politiques d’éducation. Certains (Stephen J. Ball, Harvey Goldstein, Atkinson…)  ont déjà publié des travaux dans des publications francophones comme la Revue Française de Pédagogie ou collaboré avec des français dans le cadre d’ouvrages.

Il est donc d’autant plus surprenant que cette lettre ouverte, dont le contenu plairait sans doute à de nombreux sociologues et chercheurs en éducation francophones, n’ait pas été élargie dès son origine à une aire internationale plus large que les pays anglophones et la Suède.

Un élément supplémentaire  à ajouter dans la réflexion initiée hier dans ce carnet sur ce sujet de l’internationalisation limitée de la recherche en éducation !


2 réflexions au sujet de « Une lettre ouverte d’experts éducatifs demande une pause dans le cycle PISA »

  1. I think, we have the same problem in Brazil. Maybe worst, because our tests are more difficult than others countries like Portugal and part of OCDE. We are doing research about it, in our brazilian university. It is amazing the diference!!

  2. Je n’ai pas eu vent de cette lettre et pourtant à lire entre ces lignes, je comprends combien je dois la chercher à l’instant. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *