PISA : savoir regarder au delà de l’effet palmarès

Dans quelques jours, le 3 décembre, la vague PISA va déferler sur la France.

Les quelques indiscrétions  lâchées dans les milieux ministériels et l’empressement journalistique qui en a découlé depuis laisse en effet prévoir une couverture sans précédent en France pour la publication des résultats de l’enquête 2012 de l’OCDE.

Pour ceux qui voudraient se mettre à jour sur ce qu’est l’enquête PISA, nous invitons à consulter, outre la présentation officielle par l’OCDE, le Que Sais Je ? sur « les enquêtes PISA » publié par Georges Felouzis et Samuel Charmillot ainsi que le dossier que nous lui avons consacré : PISA, ce que l’on en sait et ce que l’on en fait (d’autres références consultables en ligne sont mentionnées à la fin de cet article).

Rappelons déjà que si le classement de la France va sans doute nourrir une grande partie des commentaires, c’est loin d’être l’information la plus intéressante de l’enquête triennale sur les acquis des élèves.

En effet, la position de tel ou tel pays dans le classement peut évoluer très rapidement sans que cela reflète nécessairement des écarts problématiques  entre systèmes éducatifs. Autant il peut par exemple y avoir du sens à comparer la place respective des différents pays européens dans PISA, autant étalonner la performance française au regard des résultats de Shanghai ou de la Corée du sud est assez vain au regard de cultures et de pratiques scolaires aussi différentes.

Un ministre néerlandais avait évoqué il y a quelques temps l’objectif pour son système éducatif de figurer dans le « top 5 » de PISA, ce qui montre l’absurdité de raisonnements purement concurrentiels induits par certaines lectures de l’enquête.  Vouloir piloter une politique éducative avec PISA en ligne de mire, c’est en fait saper sa pertinence scientifique comme instrument de mesure, puisque cela veut dire qu’on infléchit son comportement en fonction du thermomètre. Une loi sociologique bien connue que les responsables de politiques publiques devraient mieux intégrer !

Plus que la position de son pays dans le classement, il faut en fait regarder ce que le résultat global recouvre précisément.

Pour la France en l’occurrence, deux problème centraux risque d’être une nouvelle fois mis en exergue par PISA :

  • d’une part une détérioration des résultats des élèves français depuis une dizaine d’années, tendance beaucoup plus préoccupante que le résultat absolu;
  • d’autre part une aggravation des disparités entre les élèves, disparités étroitement liées à une ségrégation croissante entre établissements qui recoupe en grande partie une tendance à la séparation entre publics selon leur origine sociale et culturelle.

De ce point de vue, l’enquête de l’OCDE oblige à se poser des questions sur la façon dont la République respecte les missions qu’elle donne à son système éducatif, ce qui est déjà beaucoup !

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que PISA sanctionne ce qui s’est passé durant la formation d’un jeune pendant ses quinze premières années : c’est donc autant le produit de l’enseignement reçu 10 ans auparavant à l’école primaire (ou par son éducation familiale) que le produit de sa scolarité dans ses dernières années de collège. Difficile, dans ces conditions, de pointer telle ou telle politique conjoncturelle menée par tel ou tel ministre.

Mesurer les acquis à 15 ans signifie aussi qu’on ne les mesure pas à 18 ans ou à 20 ans : PISA « favorise » ainsi tendantiellement  les systèmes qui organisent des tris sélectifs des élèves plus tard (par exemple au moment de l’accès à l’enseignement supérieur) plutôt que ceux qui les différencient précocement au niveau du collège (comme c’était le cas pour l’Allemagne). Il est probablement plus « juste » de différer la différenciation mais encore faut-il avoir conscience de ces choix et de leurs implications.

Il faut enfin garder à l’esprit que PISA , pour des raisons parfaitement légitimes, se focalise sur l’utilisation des savoirs par les élèves (ce qu’ils appellent un peu rapidement « ‘compétences ») dans seulement trois grands domaines (compréhension écrite, culture mathématique, culture scientifique et technique). C’est déjà beaucoup, mais cela signifie aussi que l’éducation physique et sportive, l’histoire, les langues vivantes étrangères et divers autres domaines d’apprentissage scolaire ne sont pas pris en compte.

Autrement dit, PISA nous dit des choses passionnantes sur les acquis cognitifs des élèves de 15 ans, voire au-delà, mais ne nous dit pas tout sur la formation du jeune et du citoyen au regard des valeurs que chaque système entend construire ou transmettre via son école. Cela peut paraître évident, mais il n’est pas inutile de le rappeler…

 

 

Parmi les références librement consultables en ligne :

 

 

 

 

 

 


Une réflexion au sujet de « PISA : savoir regarder au delà de l’effet palmarès »

  1. > Bonjour,
    >
    > Cet article, d’une grande honnêteté conceptuelle, a le mérite de rompre
    avec l’habituelle récrimination comme quoi PISA est un outil « anglo-saxon »,
    non adapté aux normes culturelles françaises, voire une machine de guerre
    contre la France. Il met également le doigt sur la faiblesse méthodologique
    du « tout évaluatif » et des stratégies qui en découlent.
    Ceci dit, quelques affirmations me paraissent discutables :

    > – « Dans quelques jours, le 3 décembre, la vague PISA va déferler sur la
    France. »
    Ce serait bien la première fois que PISA créerait un tsunami chez nous !
    Jusqu’à présent, on avait eu plutôt droit à des vaguelettes des médias et
    des autorités concernées, les plus diserts se limitant aux arguments
    « thermomètre » classiques. C’est d’ailleurs ce que l’une des notes de bas de
    page de l’article souligne :
    > Pourquoi n’y a-t-il pas eu de « choc PISA » en France ? Sociologie de
    la réception d’une enquête internationale (2001-2008). Nathalie Mons et
    Xavier Pons, RFP 182, n°13, 2013. http://rfp.revues.org/3981

    > – (…) « l’éducation physique et sportive, l’histoire, les langues
    vivantes étrangères et divers autres domaines d’apprentissage scolaire ne
    sont pas pris en compte »
    J’ai bien peur que le niveau des élèves en histoire – voir les
    conclusions récentes sur le niveau de la discipline – et surtout en langues
    étrangères ne nous incitent guère à l’optimisme ! Quant à l’EPS, son
    statut disciplinaire est tellement différent selon les pays qu’une comparaison
    paraît bien peu envisageable…

    > – « Mesurer les acquis à 15 ans signifie aussi qu’on ne les mesure pas
    à 18 ans ou à 20 ans : PISA “favorise” ainsi tendantiellement les
    systèmes qui organisent des tris sélectifs des élèves plus tard »
    C’est vrai globalement pour l’Europe du Nord, le Canada et la Nlle
    Zélande, mais pas pour les pays de l’Asie de l’est qui pratiquent au contraire
    une sélection précoce non institutionnelle, mais bien réelle par le recours
    systématique aux cours privés en parallèle de l’école officielle.

    > – « PISA nous dit des choses passionnantes sur les acquis cognitifs des
    élèves de 15 ans, voire au-delà, mais ne nous dit pas tout sur la formation
    du jeune et du citoyen au regard des valeurs que chaque système entend
    construire ou transmettre via son école. »
    D’accord avec cette conclusion. Maintenant l’enjeu. Il faudra bien, et le
    plus tôt sera le mieux – dans le respect de la spécificité culturelle de
    l’école française et tout en empruntant des clés qui marchent ailleurs –
    faire sauter les verrous diagnostiqués ici.

    Cordialement,
    Jean-Michel Crosnier, lycée du Grésivaudan, Grenoble
    (Publié précédemment sur la liste H-francais, gérée par les Clionautes, une association de professeurs d’histoire-géographie. )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *