TaDaweb : nouvel outil de veille

Ça fait quelques temps que TaDaweb est passé devant nos radars, depuis que Outils froids en a parlé, mais faute de temps, nous n’avons pas vraiment pu le tester. Le mois de Juillet a donc été mis à profit pour explorer plus avant ce nouveau venu dans la panoplie des outils de veille. Ça tombe bien, ça fait un an qu’il existe (naissance : Juillet 2012, au Luxembourg).

En fait, au service Veille & Analyses, chacun a développé sa propre organisation, nous n’utilisons pas tous les mêmes outils pour notre veille quotidienne. Certains utilisaient Website Watcher, mais depuis que nous avons été équipés de macs, ils ont dû abandonner ce logiciel qui ne tourne que sous Windows, sans jamais vraiment trouver quelque chose d’équivalent. Il existe bien des extensions pour Firefox, mais qui se révèlent limitées dès lors qu’il faut surveiller un nombre important de sites internet (pour ceux qui ne proposent pas de flux RSS).

C’est là que TaDaweb nous a semblé intéressant. Non seulement cet outil permet de surveiller des pages qui ne proposent pas de flux RSS, mais il permet bien plus : il est possible de fusionner plusieurs flux, d’éviter les redondances, de ne garder que ce que l’on souhaite, de filtrer le contenu en fonction de critères variés, etc.

Les fonctionnalités font penser à Yahoo Pipes que j’ai essayé de prendre en main, mais sans succès. TaDaweb est de ce point de vue plus accessible, même s’il nécessite un temps d’appropriation certain. Le tutoriel s’est avéré nécessaire pour moi.

 

Comment ça marche ?

un logiciel et un service web

Pour créer des Tadas, il faut télécharger le logiciel sur son poste de travail, et l’installer. Il existe une version Windows et une version Mac. Une version Linux est apparemment en préparation, si j’en crois l’échange de tweets avec un des concepteurs du projet. Le logiciel permet aussi de visualiser ce que donnent les Tadas.

Le logiciel est complété par une plateforme web 2.0 qui permet de publier et partager les créations, avec la possibilité de suivre l’activité des personnes de son choix.

Le tout est gratuit, tout du moins pour l’instant. J’ignore s’ils ont élaboré un modèle économique particulier.

des TaDas …

Ce sont des modules dans lesquels on organise les actions de veille. Les TaDas peuvent être privés ou publics. La création d’un TaDa se fait en 3 étapes :

  • Sélection des sources : ce peut être des flux RSS, des adresses de sites, des requêtes sur Google, Yahoo, ou sur les réseaux sociaux tels TwitterGoogle+ ou encore Facebook.
  • Extraction : différents outils permettent d’extraire l’information que l’on souhaite (liste, url, image, etc.), à partir d’une partie de page web par exemple.
  • Transformation : il est possible d’agréger, filtrer, trier, organiser le contenu de manière automatique, à partir de critères qu’il nous appartient de définir.

Un TaDa peut au final proposer plusieurs listes d’informations. Sur l’exemple donné plus bas, l’information est organisée en fonction de ce qui est trouvé à partir des requêtes sur Google, à partir d’une recherche sur Twitter ou encore à partir de la même recherche sur Google+.

et des Journals

Il s’agit du terme anglais, utilisé dans les notices. D’où le pluriel inattendu. Un journal permet de présenter de manière organisée plusieurs TaDas. Il est possible de s’abonner à un journal et d’être tenu informé des nouveaux éléments publiés.

Sur l’interface web de TaDaweb, on peut suivre l’activité d’autres personnes, rendre publics (ou pas) ces journals.

Voici un exemple de Journal pour suivre ce que l’on dit du service Veille & Analyses de l’IFÉ sur le web et sur les réseaux numériques. Ce journal ne fait appel qu’à un seul TaDa, mais il est possible d’en ajouter d’autres. Le journal sera alors automatiquement mis à jour.

Quelques liens


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *