MOOC ou pas MOOC, c’est toujours d’éducation qu’il s’agit…

Le monde des TIC et de l’enseignement supérieur s’agite depuis quelques mois sur la question des MOOC’s, ces cours en ligne ouverts et massifs, qui sont censés être le vecteur d’une révolution numérique.

On y trouve tous les ingrédients qui avaient déjà été servis pour annoncer la fin de l’université traditionnelle au début des années 2000 : les « nouveaux » étudiants qui seraient familiers du numérique, le retard des universités européennes (et françaises) par rapport aux ogres américains, le « brain drain » (pillage de cerveaux) qui se met en place au profit des grandes universités anglo-saxonnes, la source de profits incommensurable « à terme », la fin des diplômes traditionnels, etc.

Cette fois sera-t-elle la bonne ? Bien malin qui peut y répondre aujourd’hui.

On peut en revanche avancer déjà deux idées pour appréhender une partie du phénomène.

En premier lieu, à l’heure où l’on vante partout la créativité et l’innovation comme moteurs de la science et du développement économique et social, on peut se demander si la standardisation qu’implique les MOOC’s, autour de quelques acteurs leaders voire monopolistiques, est un processus très pertinent et porteur d’avenir. Certains chercheurs qui observent la globalisation de l’enseignement supérieur ont ainsi caractérisé les MOOC’s comme pointe avancée de la « McDonaldization »  dans le domaine.

En second lieu, il faut rappeler qu’un dispositif de formation et de certification dans l’enseignement supérieur, tout numérique et innovateur qu’il soit, reste inséré dans les règles de fonctionnement sociales plus générales.

On a en effet  l’impression, avec les MOOC’s, que les savoirs seraient une sorte de pâte inerte qu’il suffirait de distribuer à l’ensemble des couches sociales de la planète pour permettre une démocratisation enfin conforme à l’idéal méritocratique. Ainsi, en permettant l’accès de tous aux meilleurs « cours », on assurerait une sorte de miraculeuse multiplication des pains. On peut douter du caractère heuristique d’une telle croyance et de l’avènement d’une distribution égalitaire du savoir dans des sociétés profondément inégalitaires.

Autrement dit, ce n’est pas parce que l’enseignement devient « ouvert » et « en ligne » qu’il invalide du jour au lendemain ce qu’on a pu constater dans la relation entre éducation, formation, emploi et positions sociales. 

De ce point de vue, c’est une vision au mieux naïve que de penser que ce qui est en jeu dans la formation c’est uniquement de la connaissance socialement « neutre » et qu’un recrutement ne sanctionne que la maitrise de techniques et de savoirs. Il n’y a pas que les disciples de Bourdieu qui ont mis à jour le fait que les filières de formation et les diplômes sont insérés dans un ensemble de stratégies de clôtures, de promotions ou de relégations sociales dans lesquelles la transmission de connaissances est le vecteur de beaucoup d’autres choses que la simple reproduction des savoirs.

On sait, par exemple, que l’excellence dont se vantent les grandes institutions d’enseignement supérieur et qui séduit tant les  recruteurs à au moins autant à voir avec la socialisation (voire « l’entre soi »‘ ) qu’organisent leurs modes de sélection qu’avec la qualité de leur recherche ou de leur enseignement.

Les MOOC’s y changeront-ils quelque chose en la matière ? On peut oser une moue dubitative…

Les réseaux d’anciens des grandes écoles ou des sociétés étudiants d’Harvard (voir à ce sujet l’enquête de S. Grousset-Charrière) ne sont pas spécialement des amicales de passionnés d’équations mathématiques, de jurisprudence ou d’ouvrages d’art !

Il faudrait d’ailleurs que l’on se pose plus de questions sur  les situations d’enseignement pour prendre en compte ce qui se passe en termes de socialisations, de coopération et d’interactions, comme contributions à l’apprentissage.

Ma collègue Laure Endrizzi a déjà noté (cf. Petite Poucette n’existe pas) qu’on surestime l’homogénéité et les compétences numériques des étudiants, en faisant par exemple comme si , avec la « génération Y« , l’habileté présumée (plus que constatée d’ailleurs) dans le domaine personnel se transposait de façon transparente dans le domaine de l’apprentissage.

De façon plus générale, on peut se demander si les exemples de coopération à distance, dans la formation en ligne, peuvent pour l’instant être comparables avec ce qui se passe dans les pratiques coopératives « in situ ».

S’il y a un avenir pour l’éducation « nationale » et « publique », face aux différentes concurrences domestiques ou internationales, c’est peut-être plus dans le développement de l’apprentissage collectif et les pratiques collaboratives que dans la course à la transmission de connaissances brutes.

 


3 réflexions au sujet de « MOOC ou pas MOOC, c’est toujours d’éducation qu’il s’agit… »

  1. En Europe, et particulièrement en France, le diplôme est crucial. Est-ce le cas dans le reste du monde ? Quand on sait qu’un étudiant « étatsunien » démarre dans la vie active avec une dette de 50000$ la formation « gratuite » est très tentante ! Plus que la connaissance, aujourd’hui ce sont les compétences qui sont importantes dans le monde européen du travail. On aura beau avoir lu tous les livres sur un sujet, ce n’est pas pour autant qu’on est capable d’utiliser de manière juste les connaissances qu’ils ont apportées. Il faut certifier et ça les MOOC ne savent pas faire et encore moins gratuitement.

  2. Mooc ou pas Mooc,il s’agit toujours de guider hors de… mais vers quoi et comment ?

    Vers l’idéal méritocratique ? vers un bien-être psychologique généré par la recherche de plaisir ou du bonheur ? vers des alternatives ? vers quel chemin des possibles ?

    Je partage complétement votre première réflexion sur la macdonaldisation de la formation, je rajouterai même, je suis étonné qu’une partie du monde de l’enseignement supérieur salue les solutions de la khan academy, des coursera et edX qui ne sont que des apologies de la pédagogie magistrale tant critiquée par ce même monde de l’enseignement supérieur.
    Quel est le mooc avec une pédagogie active ?

    Pour ma part j’élimine les C-Mooc qui à mes yeux sont une imposture pédagogique et intellectuelle comme l’a démontré l’expérience francophone Itypa.

    Je suis plus nuancé sur votre deuxième réflexion quant aux bénéfices à retirer d’un apprentissage sous ce format.

    Si je ne vise pas l’idéal méritocratique, si je ne vise pas une meilleure socialisation mais simplement une meilleure compréhension du monde, de ses rouages alors cette manière de dispenser le savoir me permet de mieux décider. L’objectif n’est plus une meilleure inclusion mais un libre-arbitre augmenté qui me semble plus important.

    Le désir de tout réaliser à distance est actuellement confronté aux réalités des fractures numériques, des outils qui ont une socialisation de surface et des interactions grossières aussi bien entre apprenants qu’entre l’apprenant et le guide pédagogique.

    Si je ne veux pas opposer cette modalité d’apprentissage avec les précédentes, l’inclusion des Tices dans un groupe d’apprentissage est un compromis actuel qui me semble adapté aux différents vécus et envies des apprenants.

    Mooc ou pas, quand il s’agit de tirer l’apprenant de son ignorance, nous pouvons nous appuyer sur l’autre définition de l’éducation (de ex-ducere à educare), de l’action de guider à l’action de nourrir ensuite libre a lui d’en faire ce qu’il souhaite…

    Bien a vous

  3. Pourtant la dimension « collective » est théoriquement bien présente. Les MOOCs trouvent en effet des fondements à la fois dans la théorie de l’activité de Vygotsky et dans la théorie de l’apprentissage social portée notamment par Bandura.
    Dans les deux cas, la responsabilité de la personne apprenante est forte : sans engagement et sans persévérance, l’apprentissage reste superficiel. Et les taux d’abandon sur les MOOCs sont aussi vertigineux que le nombre d’inscrits…
    Peut être que c’est le côté « masse » qui veut ça… ou bien l’enjeu est ailleurs, comme tu le suggères ?

    En tous cas, les études empiriques sur les liens entre technologies et apprentissages mettent très clairement en évidence deux ou trois points (au moins) :
    – l’habilité des jeunes avec les technologies est largement spéculative, leurs pratiques numériques restent peu spectaculaires pour une grande majorité d’entre eux, voire routinières.
    – il n’y a pas de transfert entre les habilités développées dans la vie quotidienne et celles qui pourraient l’être dans le travail universitaire.
    – en contexte formel, les étudiants sont largement dépendants des consignes fournies par l’enseignant dans la manière dont ils tirent, ou non, profit des technologies.

    Alors, les MOOCs, oui, mais seulement pour les étudiants autonomes dans leurs apprentissages… certainement pas pour diminuer l’échec en premier cycle, ni pour sauver l’Afrique de l’ignorance (façon de parler, vous l’aurez compris)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *