Les revues à visibilité internationale et les autres… selon les listes ERIH

Les classements des revues de recherche constituent un enjeu fort dans l’organisation du champ scientifique. Nous avions consacré en 2009 un dossier à cette problématique, dans un contexte de vives polémiques concernant  alors l’évaluation des activités des chercheurs : « productivité et qualité scientifique : avec quelles publications compter ?« . Nous revenons aujourd’hui sur une partie de ce thème en faisant le point, pour le domaine de la recherche en éducation, sur l’édition 2011 du classement des listes ERIH (European Reference Index for the Humanities), publiée par la Fondation européenne pour la science il y a un an dans une relative indifférence.

Le classement 2007-2008 des revues en trois catégories (« A », « B » et « C ») avait été ressenti comme un classement hiérarchique plus que comme une catégorisation en fonction du lectorat plus ou moins international, tel que prétendait le faire pourtant les listes ERIH. Pour parer cette critique, l’édition 2011 a mis en oeuvre de nouvelles catégorie : « NAT », « INT1 » et « INT2 ».

Les revues européennes « NAT » comme « national« , souvent liées à une aire linguistique , sont censées avoir comme lectorat principal une communauté universitaire nationale ou régionale.

Les revues « INT » comme « international« , aussi bien européennes que non européennes, sont celles qui sont censées être régulièrement citées à un niveau mondial. Ces dernières revues sont elles-mêmes réparties en deux sous-catégories :

  • INT1 qui regroupe les publications internationales à « haute visibilité »;
  • INT2 qui regroupe les publications internationales à « visibilité significative ».

Une catégorie spécifique, les W category journals, regroupe les revues qui ont publié leur premier numéro dans les trois dernières années avant la date de clôture pour la soumission au panel d’experts (22 janvier 2009 pour l’éducation).

531 revues ont été ainsi catégorisées pour la discipline Pedagogical and Educational Research, qu’on peut retrouver en interrogeant la base des ERIH revised lists sur le site de l’ESF.

Quel est le résultat pour la France ?

On trouve 21 revues françaises (contre une soixantaine dans le classement des revues référantes de l’AERES, voire autour de 70 en y ajoutant les revues « interface »). Ces 21 revues sont donc logiquement censées constituer une liste approchante, sinon complètement à jour, des revues françaises qui ont un rayonnement significatif au niveau national et surtout international. On trouvera la liste actuelle, comparée à celle de 2007, dans  le tableau récapitulatif à la fin de cet article.

Qu’en retenir ?

D’abord un gag : la même revue Repères (didactique du français) est mentionnée deux fois, la faute à deux ISSN différents (l’un correspondant aux anciennes collections). En revanche, elle est classée de façon différente : une fois en catégorie nationale (avec l’actuel ISSN), l’autre fois en catégorie internationale (avec l’ancien ISSN). Comment ont travaillé les « experts » ? Deux hypothèses parmi d’autres : soit c’est un comptage automatique de citations (par exemple dans Google Scholar) qui aboutit à mieux « évaluer » l’ancien que le nouvel ISSN; soit c’est une appréciation au doigt mouillé qui a aboutit à mieux classer celui qui ne porte pas dans le classement le sous-titre « recherche en didactique du français langue maternelle ». Bref, rigueur, précision et sérieux au programme !

Ensuite, quatre revues figurent dans la catégorie « INT1 ».

Parmi elles, Enfance est une revue plutôt ancrée dans le champ de la psychologie et qui s’intéresse, certes, au développement de l’enfant, mais dont la classification dans la catégorie « éducation et recherche pédagogique » est un peu abusive. Ceci dit, le principal problème réside surtout dans le fait que cette revue a apparemment cessé de paraître depuis…2008 ! Dommage…

Sinon, on trouve dans cette catégorie la Revue française de pédagogie, qui y était déjà lors du précédent classement, ainsi que deux nouvelles : Education & Didactique et Recherches en didactique des mathématiques.

La promotion d’Education & Didactique est impressionnante, puisque cette revue ne figurait même pas dans ce classement en 2007… pour la bonne raison que c’est une revue qui n’a commencé de paraître qu’en 2007 ! Cette revue parvient par là même à s’affranchir de la règle qui faisait que les revues ayant publié leur premier numéro dans les trois ans précédemment la date limite de soumission au comité étaient censées relever d’une catégorisation spécifique, la W category journal. Comme on peut s’interroger sur la profondeur de la lecture des revues indexées par les experts (au vu des anomalies précédemment relevées), on peut conjecturer sur cette place. Le fait que dès le départ, la revue a joué le jeu de l’accès en ligne, par une présence sur l’excellent portail Revues.org, n’est sans doute pas étranger à cette présence. D’autres facteurs d’influence ont pu s’exercer ?

Encore plus surprenante est la présence ici de la revue Recherches en Didactique des mathématiques, car si la didactique des mathématiques tient incontestablement une place centrale en France, on s’étonne que la composition exclusivement française du comité scientifique et du comité de rédaction n’ait pas fait ciller les experts de l’ESF…

En regard de cette promotion de la didactique, dont le caractère dominant sur la recherche en éducation française est ici bien illustré, il faut noter la rétrogradation de la revue Histoire de l’éducation, dorénavant considérée comme revue d’influence nationale ou régionale (au sens d’aire linguistique).

Dans la catégorie INT2 et NAT, parmi les éléments notables, on retiendra :

  • la disparition de la revue sur l’orientation scolaire et professionnelle (de l’INETOP-CNAM) et la rétrogradation de la revue Education permanente dans la catégorie NAT, ce qui semble indiquer une sensibilité faible à certaines approches professionnelles
  • l’entrée de la revue de l’ADMEE (Mesure et évaluation en éducation)
  • l’entrée de la revue de didactique éditée par l’IREM de Strasbourg, Annales de didactique et de sciences cognitives, qui confirme le poids prépondérant des didactiques dans l’édition 2011 des listes ERIH en éducation.
  • la rétrogradation de la Revue internationale de Sèvres dans la catégorie nationale, ce qui est un peu bizarre au regard du caractère éminemment international de cette revue, qui pourrait être plutôt une conséquence du fait que la RIES n’est pas à proprement dit une revue à comité de lecture (ce pourquoi l’AERES l’a référencée en revue « interface »).
Bref, sans aller plus avant dans cet examen, on ne peut que constater qu’on est encore loin d’un classement qui, même sans prétendre à l’exhaustivité, pourrait à tout le moins présenter des garanties de rigueur et de cohérence minimales…
Récapitulatif : les revues françaises dans la liste ERIH, catégorie « pedagogical and educational research ».

 

Titre de la revue (liste ERIH) Catégorie 2007 Catégorie 2011
Orientation scolaire et professionnelle NAT
Education et didactique INT1
Enfance INT1 INT1
Recherches en didactique des mathématiques NAT INT1
Revue française de pédagogie INT1 INT1
Carrefours de l’éducation NAT INT2
Education & Sociétés INT2 INT2
Education et formation NAT INT2
Formation/emploi INT2 INT2
Mesure et évaluation en éducation INT2
Penser l’éducation INT2 INT2
Repères INT2 INT2
Annales de didactique et de sciences cognitives NAT
Aster NAT NAT
Didaskalia NAT NAT
Education permanente INT2 NAT
Histoire de l’éducation INT1 NAT
Le Télémaque NAT NAT
Les sciences de l’éducation pour l’ère nouvelle NAT NAT
Recherche et formation NAT NAT
Repères. Recherche en didactique du français langue maternelle INT2 NAT
Revue internationale d’éducation Sèvres INT2 NAT

Nous nous intéresserons dans un prochain billet à la liste des revues dressée par l’AERES  en sciences de l’éducation …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *