Rôle du chef d’établissement et travail collectif des enseignants

15 novembre 2012
Par

Troisième retour sur le séminaire des chefs d’établissement de l’enseignement agricole. Ce billet se base sur l’intervention de Patrick Mayen, chercheur en sciences de l’éducation qui a fait un bilan de la première table ronde. Il s’est attardé sur le travail collectif des enseignants et la prise de risque. Pierre Saget précise que la nécessité de l’action collective se fait sentir dans les établissements sensibles, mais beaucoup moins dans les établissements où le climat scolaire fonctionne bien.

Le chercheur explique que les enseignants ont besoin de trouver un lieu pour apprendre, expérimenter. Des initiatives existent, un peu partout. Les expérimentations répondent à plusieurs fonctions :

  • on observe les effets puis on décide s’il faut continuer ou pas ;
  • on apprend en expérimentant ;
  • on privilégie des actions “minuscules” qui s’inscrivent dans le concrêt du quotidien. L’innovation n’est pas forcément synonyme de révolution ;
  • c’est l’occasion pour les enseignants de redécouvrir les élèves et de rétablir une véritable relation avec eux.

Le pilotage pédagogique dont la responsabilité incombe au proviseur (ou au principal) est une tâche ingrate. Le rôle des chefs d’établissement est de créer et d’organiser les conditions pour que le travail des enseignants soit réalisable. Il doit pouvoir favoriser la prise de risque, qui est nécessaire pour innover. Cette prise de risque suppose de la sécurisation, sinon les enseignants ne sont pas prêts à innover.. Cette sécurisation relève de la fonction du chef d’établissement et de l’équipe d’encadrement plus largement.

Se pose aussi la question de l’évaluation, abordée lors de la 2ème table ronde par Francine Randi (Inspectrice de l’enseignement agricole) qui explique qu’il y a de plus en plus de demande d’évaluation collective de la part des enseignants. Le travail des inspecteurs s’oriente vers la réalisation d’outils d’aide à l’auto-évaluation. Cette dimension collective est prise en compte par l’inspection, mais le moteur de la dynamique collective se trouve au sein de l’établissement autour des projets de l’établissement. Le rôle du pilotage pédagogique est essentiel.

C’est ce qui ressort d’ailleurs du dossier d’actualité n° 73. Le leadership de l’établissement doit être “mis en conflit” à l’intérieur de l’établissement sur des positions pédagogiques et des problèmes de gestion de classe. Les réponses sont à apporter collectivement, dans un souci de partage de responsabilités (entre enseignants et cadres). Ce travail collectif, les évaluations qui en sont faites doivent aussi favoriser la réflexivité des enseignants.

 

Références bibliographiques

  • Endrizzi Laure et Thibert Rémi, « Quels leaderships pour la réussite de tous les élèves ? », Dossier d’actualité Veille et Analyses (73), avril 2012, p. 28. <http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=73&lang=fr>
  • Barrère Anne, « Chef d’établissement : un singulier métier », Les cahiers pédagogiques (458), décembre 2007, pp. 24-26.
  • Bouvier Alain, « Croire en l’intelligence collective », Les cahiers pédagogiques (458), décembre 2007, pp. 11-12.

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Echos des colloques

Les commentaires sont fermés.


Carnets de recherche