Petite poucette à la fac

30 octobre 2012
Par

Aujourd’hui, Petite poucette, pour reprendre la formule de Michel Serres [1], fait des études supérieures. Et plusieurs des cours qu’elle suit utilisent une plateforme pédagogique ; certains sont même totalement à distance.

Dans sa vie privée, elle a plein d’opportunités pour apprendre, elle communique avec ses proches via le Web, elle investit certains médias en ligne pour partager ses passions avec d’autres. Mais c’est sa vie privée.
Elle aime bien que la fac lui facilite la tâche pour utiliser son ordinateur portable dans de bonnes conditions, mais ne souhaite pas que l’institution envahisse les médias sociaux qu’elle réserve à ses amis, sa famille.

Pour ses études, elle utilise volontiers l’internet et pratique la recherche d’informations en ligne ; elle apprécie d’avoir accès à des contenus structurés de cours sur la plateforme pédagogique. C’est normal, parce que c’est pratique. Ça lui demande plus d’efforts, mais si le cours est de bonne qualité, ça vaut la peine.
Elle aime bien quand le prof trouve un bon équilibre entre le cours en présence et les fonctionnalités de la plateforme ; elle n’aime pas quand il se lance dans des expériences trop « geek », ça la perturbe. Elle est exigeante donc, mais d’abord sur la qualité du cours et sur les échanges avec le prof. Pas tellement sur l’innovation pédagogique.

L’environnement d’études de Petite poucette a beaucoup évolué ces dernières années et les changements à venir sont encore plus importants. Elle ne s‘en rend pas nécessairement compte, elle reste perplexe devant les écarts de pratiques d’un prof à l’autre…

Bien sûr, il ne faudrait pas se méprendre sur cet instantané… Les pratiques numériques sont bien plus inégales qu’il n’y paraît et pas nécessairement « générationnelles », comme on l’a montré dans Jeunesses 2.0 : les pratiques relationnelles au cœur des médias sociaux (dossier d’actualités n°71, février 2012).
Et si les pratiques pédagogiques ont évolué, la fonction enseignante dans l’enseignement supérieur français reste largement impensée (Savoir enseigner dans l’enseignement supérieur : un enjeu d’excellence pédagogique, n°64, septembre 2011).

Pour aller un peu plus loin sur les changements qui sont intervenus dans l’enseignement supérieur, ce nouveau dossier du service Veille et analyses de l’IFÉ (n°78, octobre), Les technologies numériques dans l’enseignement supérieur, entre défis et opportunités, examine quelques travaux de recherche publiés dans les 10 dernières années en France, en Europe et en Amérique du Nord.

Une première partie traite des aspects plutôt institutionnels en essayant d’évaluer dans quelle mesure les technologies numériques constituent un levier pour la modernisation de l’enseignement supérieur et en particulier pour la rénovation de la pédagogie.
Dans un deuxième temps, ce sont les pratiques numériques des étudiants et des enseignants et leur influence sur les attentes en terme d’apprentissage et les conceptions de l’enseignement qui sont examinées.
La dernière partie traite de la plus-value qui réside dans la relation entre pédagogie et technologie et des conditions dans lesquelles cette plus-value peut opérer.

——————-

[1] Pour tout savoir sur Petite poucette :  un entretien (septembre 2011) et une vidéo (aôut 2012) de Michel Serres.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Nos dossiers, Vue sur les TICE

6 commentaires pour “ Petite poucette à la fac ”

  1. dalmeyda le 28 novembre 2012 à 12:52

    Bonjour

    Le Conservatoire National des Arts et Métiers (Cnam) est un grand établissement d’enseignement supérieur qui a principalement un public d’adultes en “formation tout au long de la vie”. A travers la France et l’outre-mer avec quelques centres Cnam à l’international, nous avons environ 80000 à 90000 inscrits chaque année. Plus de 80% d’entre eux a un compte sur notre plateforme pédagogique qui dans plus de 50% des cas est aussi un ENT. Tous les enseignants ne déposent pas de ressource pédagogique, loin de là mais chaque année c’est en progression. Environ 30% de notre offre globale est proposée en FOAD. L’objectif est d’atteindre 60% dans les prochaines années (FOAD totale ou hybride).
    Je disais 30% de notre offre d’UE en FOAD. La plateforme pédagogique a plus d’UE en formation traditionnelle (en présentiel) qui ont des ressources en ligne que d’UE FOAD. On approche donc les 50% tout de même puisque certaines existe dans les 2 modalités.

    L’offre n’est pas homogène sur le territoire. Certains centres en région proposent 100% de leur offre à distance et certains 0%. En général le public peut alors s’inscrire depuis ce centre “inscripteur” (administratif) à l’offre d’un centre “organisateur” (qui organise la formation). Dans ce cas, les UE étant validées dans l’ immense majorité des cas par un examen sur table, le centre inscripteur l’organise le même jour à quasi la même heure que le centre organisateur (décalage horaire oblige). Les copies sont redirigées vers le centre organisateur pour correction.

    Depuis une dizaine d’année, nous utilisons une plateforme maison nommée Plei@d qui a l’avantage d’être simple, en 2h on l’a prise en main. Je pense que c’est ce qui a permis un tel développement des usages au Cnam. Etant simple, elle a l’inconvénient de manquer de fonctionnalités.
    D’un point de vue ressource pédagogique, les supports sont peu interactifs mais coutant peu cher à faire, ils peuvent être facilement mis à jour. Par exemple à Paris un très grand nombre de nos ressources sont à base de vidéo. Certaines sont l’enregistrement du cours en présentiel, certaines sont enregistrées directement par les enseignants sur leur ordinateur chez eux ou à leur bureau et dans ce cas sont plus courtes. On s’oriente de plus en plus vers du richmedia.

    Au Cnam, les TICE ont toujours été séparées de la DSI hiérarchiquement.

    Cordialement

    Vincent DALMEYDA
    Responsable service TICE
    Cnam Centre d’enseignement de Paris

    • Laure Endrizzi le 29 novembre 2012 à 13:36

      Merci de votre témoignage ! Pour nous donner des éléments d’appréciation aussi précis, vous avez dû construire des indicateurs ? C’est à ce type d’informations auxquelles je pensais en disant qu’il nous faudrait une enquête nationale pour mesurer l’offre numérique. Mais pas seulement : les pistes suggérées par Emilie Bouvrand sont également importantes.
      Et le Ministère de l’enseignement supérieur pourrait bien sûr en être l’opérateur (avec la DEPP par ex.), ou bien le commanditaire en finançant un travail de recherche. Ou bien la Caisse de dépôts, avec le soutien de la CPU… Mais là, on rentre dans des questions de territoire…
      En tout état de cause, il me parait plus qu’essentiel de savoir où on en est… si on veut infléchir dans un sens ou dans un autre l’offre de formation !

  2. Emilie Bouvrand le 12 novembre 2012 à 13:20

    Bonjour,
    Le dossier que vous avez constitué est très intéressant et très utile pour les professionnels travaillant dans le domaine du numérique et de l’enseignement.
    Je regrette toujours néanmoins qu’il ne soit jamais évoqué dans les études le taux d’équipement et les adaptations des infrastructures mises en parallèle avec les usages des technologies dans les enseignements. Quid de l’enseignant qui aimerait bien utiliser un peu plus le numérique mais qui ne peut le faire car son université n’est pas équipée (de boitiers de vote qui coûtent une fortune par exemple)?
    Je crois qu’il existe aussi une “fracture numérique” d’un point de vue des équipements et des infrastructures dans l’enseignement supérieur et dans l’enseignement en général. Cela n’est jamais évoqué.
    Il y a point qui ne l’est jamais également, certes c’est un sujet sensible. A l’heure où l’on parle beaucoup de l’usage du web 2 dans les pratiques d’enseignement, de la collaboration et du travail collaboratif, nous oublions parfois dans les séminaires et les colloques de replacer le contexte juridique et les préconisations que les établissements reçoivent : interdiction de Skype, usage de Google déconseillé par exemple. Paradoxe du lien entre numérique et enseignement. De plus, jamais ne sont évoquées les Direction des Systèmes d’Information ou les Centre de Ressources Informatique qui au quotidien gèrent ces nouveaux usages et ont des politiques qui ne sont pas en adéquation avec une ouverture vers un autre enseignement moins traditionnelle s’appuyant sur des outils libres et ouverts qui échappent au domaine de l’université.
    Juste quelques réflexions qui me titillent depuis plusieurs années.
    Emilie Bouvrand

    • Laure Endrizzi le 20 novembre 2012 à 11:53

      Bonjour,
      les points que vous soulevez sont importants car ils traduisent les difficultés que vous rencontrez dans le quotidien de votre activité. Il est certain que tous les établissements d’enseignement supérieur ne sont pas pareillement dotés, tant en termes d’infrastructures que de structures susceptibles de soutenir le développement de la pédagogie numérique.
      D’où l’intérêt d’engager une réflexion globale et intégrée sur les technologies numériques dans les établissements, quelle que soit son appellation (“stratégie numérique”, “schéma directeur” ou autre) et surtout de cibler tous les personnels.
      Et peut être serait-il temps de disposer d’une grande enquête nationale qui permettrait de savoir ce qui se passe réellement dans les établissements d’enseignement supérieur en matière de numérique… ça me permettrait de pouvoir étayer dans un prochain dossier la “fracture” que vous évoquez !

      • Emilie Bouvrand le 28 novembre 2012 à 21:38

        Bonsoir,

        Oui, très juste, une enquête sur ce sujet serait pertinente et votre dossier à ce propos énormément. Bon je vais leur demander de la réaliser !
        Nous sommes entrain de réaliser le schéma directeur du Systèmes d’Information à l’Université de Bretagne Sud. C’est effectivement un très bon moyen d’entamer des réflexions tant au niveau des équipements et des infrastructures numériques, qu’au niveau des usages de ces équipements. Il y a des liens étroits à tisser entre les équipements, les usages et la gouvernance des établissements pour aboutir à une vraie stratégie du numérique.
        A ce propos, j’ai trouvé la construction du schéma numérique de l’université de Strasbourg très intéressant.
        Une autre analyse serait pertinente : regarder pour chaque établissement les ressources humaines allouées au développement du numérique dans les enseignements, les usages et les équipements, et regarder si un établissement bien équipé mais pas pourvu de postes dédiés aux TICE à des usages importants des technologies ou l’inverse ? En gros voir comment tout cela fonctionne et se coordonne.

        • Laure Endrizzi le 29 novembre 2012 à 14:23

          Oui, votre remarque sur la synergie potentielle entre moyens humains et moyens techniques est excellente… Rien d’autre à ajouter ! Je vous laisse effectivement vous adresser à qui de droit… pour que cette initiative prenne corps dans les meilleurs délais ;-)

          Ah, sinon, pour en revenir à votre remarque sur les disparités entre universités, je tombe ce matin sur une Note d’information du Ministère de 2010 (parcours et réussite en licence des inscrits en L1 en 2004). Ça n’a pas de rapport “direct” avec nos échanges, mais le fait de savoir que le taux d’obtention de la licence en 3 ans oscille de 9 à 40% selon les universités est un élément d’information assez explicite des écarts de performance… reste à comprendre pourquoi… puisque certaines grandes universités réussissent aussi bien que les plus petites !


Carnets de recherche