La pédagogie façon tarte Tatin

Et si on faisait les cours à la maison et les devoirs à l’école ?

C’est ce que propose la pédagogie inversée qui semble avoir des défenseurs outre-Atlantique. Il s’agit d’une philosophie popularisée par la Khan Academy, association à but non lucratif fondée en 2006 par Salman Khan (article Wikipedia). Il semblerait que ce concept ait vu le jour dès 2004 avec des enseignants de chimie du Colorado qui constatant un fort absentéisme chez leurs élèves organisent des sessions de rattrapage. Ce n’est qu’en 2007, avec des solutions technologiques adaptées (production et partage de ressources), que ces ressources sont facilement disponibles sur le web .

L’idée générale est que la partie magistrale des cours est donnée à faire en travail à la maison au préalable et ce qui relève plus traditionnellement des devoirs est réalisé en classe, ce qui favorise  le travail de groupe, les interactions entre élèves et avec l’enseignant et des activités d’apprentissage plus actives ; les échanges sont plus dynamiques. Ça permet de davantage « humaniser la salle de classe », l’enseignant est plus à l’écoute des élèves, de leurs besoins.  Une enseignante dit dans un article sur edudemic.com :

the flipped classroom has allowed me to create a supportive, positive, calm environment where learning can truly thrive

Les TIC viennent soutenir le travail à la maison : les élèves visionnent des vidéos réalisées par les enseignants (on peut aussi imaginer des visites virtuelles ou encore  des animations en ligne) afin de se familiariser avec un point du programme. Le site de la Khan Academy propose un nombre important de vidéos, d’un durée de 10 minutes maximum chacune. Les élèves peuvent poser des questions avant le cours, ce qui implique une grande disponibilité des enseignants pour ce temps de travail à distance.

D’après le site Infobourg, il semble que les résultats se soient améliorés en ce qui concerne le Colhoun Community College qui a adopté cette approche. Des sites québecois relatent des expériences de pédagogie inversée :

L’article de la SSF (Service de soutien à la formation) de l’Université de Sherbrooke intitulé « Faire la classe mais à l’envers » présente de manière plus détaillée le concept de pédagogie inversée, ou flipped classroom, flipteaching ou reversed instruction en anglais. L’article est accompagnée de références diverses pour se documenter sur le sujet. Les concepteurs de ce modèle ont pris pour slogan « Class is for conversation, not dissemination ».

Pour Fisch, la flipped classroom présente tous les avantages de la formation hybride, tant par la nécessaire implication des élèves que par la prise en compte des forces des formations présentielle et à distance afin de déterminer l’ordre et le type d’activités à offrir. Elle lui apparaît une voie d’avenir en enseignement supérieur.

D’autres pensent que les élèves du secondaire aussi pourraient tirer avantage d’une telle organisation, ainsi que les élèves du primaire dans une moindre mesure.

La pédagogie inversée peut motiver certains enseignants et élèves et pose la question des devoirs à la maison dans le secondaire qui sont souvent stigmatisés comme étant facteurs d’inégalités. En serait-il de même dans ce cas-là ? La littérature scientifique relative à cette pédagogie inversée est quasi-inexistante, surtout en France.

Le sujet est donc à suivre…


2 réflexions au sujet de « La pédagogie façon tarte Tatin »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *