A propos de la lecture à l’écran…

A l’occasion de colloques consacrés aux tablettes numériques à l’école (Ecritech à Nice les 5 & 6 avril 2012 et usages pédagogiques des tablettes au CRDP Grenoble le 25 avril), j’ai pu assister à deux conférences sur la question de la lecture à l’écran, une faite par Thierry Baccino  à Nice le 5 avril  (visible ici) et une autre à Grenoble le 25 avril  par Véronique Drai-Zerbid. Ces deux personnes travaillent d’ailleurs dans le même laboratoire de psychologie cognitive de l’Université de Paris VIII.

En tant que veilleurs en éducation au sein de l’IFE, la question de la lecture à l’écran nous est familière et nous sommes confrontés à des difficultés particulières lorsqu’il s’agit de lire des articles en ligne, parfois fort longs, et que nous devons les synthétiser afin d’en extraire la substantifique moelle pour nos dossiers d’actualité. C’est donc avec intérêt que j’ai suivi ces deux conférences.

Je sais de manière empirique que lire un texte dans le détail n’est pas chose facile à l’écran. J’utilise des outils numériques, comme Mendeley, qui permettent de manier les documents au format pdf, de les annoter, les classer, etc. Mais il arrive souvent que je doive imprimer ledit document pour mieux le travailler et le lire en profondeur. C’est cependant moins vrai depuis que j’utilise une tablette pour mon activité professionnelle : la lecture des pdf et leur manipulation est rendue plus aisée et plus intuitive, comme si on était à mi-chemin entre l’écran de l’ordinateur et le format imprimé.

J’ai eu confirmation lors de ces conférences que nous n’avions pas le même type de lecture à l’écran que sur papier (livre, revue, impression, etc.). Mais l’arrivée des tablettes comme nouveau support de lecture vient compliquer la donne. Hormis celle de Straker et al. de 2008 qui semble faire date, peu d’études ont eu lieu sur l’ergonomie des tablettes. Lire sur une tablette s’apparente davantage à la lecture sur livre ou revue : le support est horizontal (si on est assis à un bureau) et nous sommes penchés au-dessus. Par contre, la tablette offre plus  de mobilité et de liberté pour choisir sa position. La posture devant un écran d’ordinateur est la plus neutre en terme d’ergonomie, si l’écran n’est pas surélevé.

Les processus cognitifs à l’œuvre sur une tablette et un smartphone sont sensiblement les mêmes, du fait de la similarité entre les environnements et les métaphores graphiques utilisées (la bibliothèque pour trouver les ouvrages par exemple). Mais la multiplicité des supports a pour conséquence des présentations différentes de l’information : sous forme de mosaïque, de graphique, de schéma, etc.). Toutes ces représentations ne sont pas cognitivement valables, ou du moins pas de la même façon.

Revenons-en aux différences entre la lecture sur papier et la lecture sur écran. La première est plus adaptée à une lecture linéaire en profondeur alors que la seconde l’est davantage pour une lecture d’écrémage (repérage rapide de l’information). L’outil utilisé a donc une incidence sur la tâche réalisée, et inversement. La vitesse de lecture diminue selon le type de lecture que l’on fait : de 600 mots / minute pour balayer rapidement le texte à 138 mots / minutes pour une mémorisation. Entre ces deux extrêmes se trouvent la lecture d’écrémage, la lecture « normale » et la lecture à des fins d’apprentissage.

D’autres différences sont notables :

  • Éclairage : la tablette comporte un écran rétro-éclairé qui peut être source de fatigue oculaire.
  • Présentation : un livre offre une présentation statique (de page à page) alors que la présentation à l’écran est plus dynamique (scrolling).
  • Lecture : elle est plus linéaire sur un livre alors que l’hypertextualité permet une navigation non-linéaire à l’écran.
  • Information : il y a une multimodalité inhérente à la présentation de l’information sur écran avec la possibilité d’insérer de l’image, du son, de la vidéo et des animations. Cette multimodalité peut être positive pour les apprentissages comme elle peut être négative.

Ce qui est certain, c’est que l’empan visuel diminue sur un écran : pour lire, il faut jusqu’à 25% de fixations supplémentaires par rapport à un support papier, ce qui ajoute aussi à la fatigue oculaire. Le scrolling peut aussi être source de gène car il créé de l’instabilité spatiale, ce qui affecte directement la mémoire spatiale, pourtant importante dans la recherche d’information. La lecture à l’écran n’est pas propice à une lecture attentive et profonde. Elle peut être gênée par des facteurs de bas niveau (couleurs, traits, contraste) ou de haut niveau (tâche, connaissance préalable, etc.). La question est de savoir quand et comment ces facteurs interagissent.

Notre mémoire est naturellement multimodale : nous stockons les informations relatives à notre environnement dans notre mémoire sous forme de représentations mentales. Sur le web, l’hypermédia peut enrichir notre représentation, mais cela peut aussi nuire à la compréhension : plus il y a de sources différentes d’informations, plus notre œil fait des aller-retour pendant la lecture ; le fait de croiser des informations redondantes peut nuire à la compréhension globale ; l’ajout de multimédia doit être en lien avec le domaine d’apprentissage pour que nous puissions nous construire une représentation mentale cohérente.

Cette multimodalité peut aussi être un avantage. Un commentaire audio pour compléter un schéma complexe est plus efficace que des commentaires écrits. En effet, on évite ainsi des aller-retour de l’œil. Une représentation audio-visuelle est plus efficace. D’une manière générale, il vaut mieux éviter de solliciter deux fois le même canal (visuel, auditif…). Small et al. en 2009 ont montré que la navigation sur internet développe des circuits cérébraux t iliquar cn texte raisonnement et la prise de décision.

Le sujet des colloques portait sur les tablettes numériques, mais force est de constater que les recherches sur la lecture à l’écran ne les concernent que très marginalement et s’intéressent essentiellement à l’écran d’ordinateur. Or il faut différencier le cneux type cn’écran, sans parler des différents formats existants (des tablettes 10 pouces aux smartphone cne 3,5 pouces). Les tablettes numériques constituent un champcne recherche encore peu exploré.

 


2 réflexions au sujet de « A proposcne la lecture à l’écran… »

  1. Dar olée le message est parti trop vite !
    donc j’écrivais : il me faut le support papier pour « asseoir » mon attention et ma réflexion.
    Les utilisateurs et concepteurs doivent en tenir compte.

    Sincères salutations.

    M.T.

  2. Bonjour , et merci pour votre article qui essaie de faire une analyse objective ne la forme ne lecture à laquelle depuis une longue décennie le cétudiants et chercheurs sont confrontés, sans parler du lecteur lambda qui lit documentaires et romans sous le cneux formes en effet disponibles.
    J’ao expérimenté la lecture à l’écran ( au travail et en tant qu’étudiante) mais comme vous je me suis heurtée à une fatigue oculaire et à une saturation ne la pensée : il me faut le texte sur papier pour « 

Laisser un commentaire

Votre adresse ne messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiquar cavec *