L’architecture de l’information au service des connaissances

Mise en lumière par Rosenfeld et Morville, en 1998, dans un ouvrage désormais connu dans le lanterneau des spécialistes comme le « polar bear » (d’après l’illustration de couverture),  l’architecture de l’information a, selon les mêmes auteurs, eu du mal à être reconnue comme un « art et une science ».

À moins de six mois du démarrage du Master (pro et recherche) « Architecture de l’information« , proposé par l’ENS de Lyon (et géré par l’Institut français de l’éducation), le n°74 des Dossiers d’actualité Veille et Analyse présente cette approche  de l’information (et des connaissances), construisant la chaine d’information autour des notions d’utilisabilité, de visibilité, de repérabilité. Il propose quelques travaux et réflexions relatifs aux enjeux, à l’heure du web 2.0 (et plus), d’une mise à disposition structurée et structurante des informations, aussi bien pour l’utilisateur que pour les producteurs de connaissances.

Être architecte de l’information, c’est avoir des compétences en sciences de l’information, pour le traitement de l’information, mais aussi dans des domaines connexes comme le design, l’ergonomie, la pédagogie, les sciences humaines et sociales, etc. On peut aussi  considérer ce(s) métier(s) du point de vue de l’entreprise, comme un ensemble plus vaste d’activités incluant des aspects comme l’architecture de données, le management des métadonnées, c’est-à-dire des informations sur les documents ou données (auteur, date, etc.) et le management des connaissance.

 


Une réflexion au sujet de « L’architecture de l’information au service des connaissances »

  1. L’immensité des informations ( pédagogique, administrative, socio-culturel … )qu’il faut le plus souvent ingurgités sans pour autant l’avoir assimilées, intégrées; ce qui ne peut être fait qu’avec le temps, progressivement, avec des échanges entre les collègues et partenaires, avec les chercheurs, les réseaux sociaux concrets fait que je me vois effondrée avec le monde autour. Quel sens à cette course aveugle dont je me sens responsable avec tous les acteurs? Tous les acteurs sociaux devraient vouloir communiquer, ne serait-ce que sur le malaise existant avec le chacun pour soi, où chacun veut vendre son dernier logiciel. Je partage avec d’autres la volonté de construire, parfois le désespoir n’est pas loin quand ce n’est pas le déni d’autres. Il faut du temps, des moyens, de l’écoute, de la recherche de sens à tout ça, qui est aussi une richesse! Avec mes cordiales salutations. M. Anthoine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *