Salaires des enseignants en Europe : des disparités impressionnantes

Eurydice vient de publier une étude sur les salaires moyens des enseignants et des chefs d’établissements, de la maternelle au lycée,  à partir de données recueillies dans 31 pays de la zone euro.  Les hausses, ou baisses de salaire, les salaires des enseignants du privé ainsi que les conditions d’obtention des primes et autres bénéfices généraux sont également détaillés pour chaque pays.

Le premier réflexe est de vite regarder la fiche pour la France qui indique un salaire brut minimum oscillant entre 22 430€ (maternelle) et 25 228€ (lycée) et un maximum (après 20 à 30 ans de service) entre 44 518€ et 47 477€. On constate que l’avancement dans la carrière est long et fastidieux et que les écarts entre enseignants du primaire et du secondaire, malgré une qualification et certification identiques, ne sont pas négligeables. Une petite surprise également du côté des chefs d’établissements (hormis les directeurs d’école qui touchent le même salaire qu’un enseignant, ajusté d’une prime spécifique) avec des minimums allant de 37 070€ à 40 326€ en début de carrière à un maximum de 64 000€ en moyenne. Le facteur de variation significatif est le type d’établissement (collège , lycée professionnel ou lycée général) mais pas sa taille. Relativement comparable, la Finlande donne un salaire médian allant de 29 663€ (pré-primaire) et 40 088€ (primaire) à 49 875€ (lycée), un tiers de plus pour les chefs d’établissement (sauf les directeurs de maternelles, très peu considérés). Une différence de taille cependant :  les salaires sont fixés et négociés au niveau local ou municipal.

Ces chiffres n’ont rien d’extraordinaire et se situent globalement dans la moyenne des pays étudiés.  D’autres sont plus étonnants.

Parmi les salaires les plus bas on trouve la Bulgarie (salaire annuel brut médian de 4 271€ pour les enseignants et les chefs d’établissement), la Roumanie (5 508€ et 10 000€ ) et la Slovaquie (9360€ et 11 300€). On observe dans ces 3 pays quasiment aucune différence entre enseignants du primaire et du secondaire et très peu de différence entre enseignants et chefs d’établissement. Un peu mieux positionnée, la Slovénie affiche des minimums à 18 500€ et des maximums à 28 700€, également  sans aucune distinction entre primaire et secondaire. Par contre, le salaire moyen d’un chef d’établissement est compris dans une fourchette allant de 33 900€ à 37 400€. Il récompense généralement un diplôme élevé (maîtrise ou doctorat) et comprend une prime liée au résultat ou au contexte de l’établissement.

Contrairement à d’éventuelles idées reçues sur  les salaires de ses  fonctionnaires,  la Grèce annonce des minimums de 11 820€, des maximums de 19 992€ et un salaire médian, primes comprises, de 22 818€ pour tous les niveaux de l’enseignement et de 25 125€ pour les chefs d’établissements. A noter également le prix de l’heure supplémentaire : 8,91€ brut ! Le Portugal est par contre relativement bien placé avec des salaires compris entre 21 261€ et 43 285€ du primaire au secondaire. Quant au chef d’établissement, son salaire est fixé en fonction de la taille de l’école (moins de 800 élèves, entre 800 et 1200, et plus de 1200, les salaires maximums revenant le plus souvent aux directeurs d’écoles maternelles, soit 53 785€).  Les enseignants suédois, contrairement à ce qu’on pouvait penser, ne sont pas favorisés, avec des salaires minimums à 23 000€ en moyenne et des maximums à 32 000€, le tout fixé par les municipalités.

Une autre surprise, les enseignants Danois qu’on pensaient proches de leurs collègues scandinaves annoncent un salaire moyen allant de 56 486€ (maternelle)  à 77 108€ (lycée) et leurs chefs, 85 977€ pour tous les niveaux scolaires.

On constate également des différences avec nos voisins britanniques : les enseignants écossais perçoivent un salaire de base très intéressant à 28 187€ qui passe très rapidement (6 ans) à 37 760€, quel que soit le niveau d’enseignement alors que leurs collègues anglais touchent un minimum de 23 685€ et passent à 40 327€ après 10 ans de carrière. Des maximums moins importants qu’en France mais atteints beaucoup plus rapidement et sans aucune discrimination entre primaire et secondaire. Autre différence notoire, un chef d’établissement peut toucher en fin de carrière et en fonction de critères très précis (déterminant le degré de responsabilité), jusqu’à 90 474€ en Écosse et 115 310€ en Angleterre, quel que soit le niveau.

Enfin, les pays affichant les salaires les plus élevés pour les enseignants sont respectivement le Liechtenstein (entre 51 202€ et 83 086€ en primaire et 65 961€ 107 053€ pour le secondaire) et le Luxembourg (entre  64 895€  et 112 736€ pour le primaire, entre 72 332€ et 125 671€ pour le secondaire).

Ce qui est finalement remarquable au regard de cette grande disparité de salaires (y compris dans des pays économiquement assez proches), c’est que malgré ces différences de conditions, on constate par ailleurs que les questions vives de l »éducation scolaire sont malgré tout assez convergentes à travers les pays. Autrement dit, l’éducation est bien autre chose qu’un problème de marché scolaire (au sens économique du terme).

Ceux qui espèrent trouver une corrélation mécanique entre les rémunérations et la performance supposée des systèmes éducatifs, dans un sens ou dans un autre, en seront sans doute pour leurs frais. Ainsi dé-contextualisée, la rémunération des enseignants nous invite surtout à regarder plus loin, pour comprendre ce qui fait qu’un enseignant est plus ou moins bien considéré dans sa société ou la façon dont il vit son métier. Quant aux salaires des chefs d’établissement dans des pays comme la Grande Bretagne, la Grèce ou encore l’Italie (quasiment le double comparé à celui des enseignants en fin de carrière), ils semblent refléter le niveau des responsabilités qu’on leur confie et leurs capacités à faire preuve de leadership au sein des équipes éducatives.

 

 

 

 

 


7 réflexions au sujet de « Salaires des enseignants en Europe : des disparités impressionnantes »

  1. effectivement le salaire des enseignants en france est moins eleve que dans la majorite des autres pays
    mais le salaire correspond aux heures travailles
    en grande bretagne dans les etablissements d’etat
    les instituteurs sont presents a l’ecole de 8h a 17h , 5 jours par semaine
    ils doivent etre present dans l’etablissement pour aider ou remplacer le collegue malade , la cantine ou a la reception
    les conges d’ete sont du 20 juillet jusqu’a debut septembre
    1 semaine a la toussaint
    2 semaines a noel
    1 semaine en fevrier
    2 semaines a paques
    1 semaine fin mai

  2. malheureusement vous connaissez mal le dossier: il y a 11 echelons en tout . je passe au 10eme l annee prochaine , et au 11eme au maximum dans 4 ans à l’ancienneté.je toucherai alors un salaire de 2489 euros nets au sommet de l ‘echelle apres 25 ans de carriere . reste le hors classe que les inspecteurs ont ordre de ne plus distribuer car cela coûte trop cher.

    Lors du recrutement pour le premier concours de Professeur des écoles , sur la plaquette d’inscription les salaires bruts étaient donnés et présentés comme nets.

    J ai toujours ce document, vérifiez vos sources d’information , il y a déjà beaucoup de rumeurs au sujet du traitement des profs!

    1. Je pense que nous ne parlons pas de la même chose : les chiffres (de l’INSEE) cités dans l’étude d’Eurydice sont bons. Il s’agit bien d’un salaire maximum brut (celui de la hors classe donc). Par ailleurs, si vous passez à l’ancienneté, il vous faudra attendre 5 ans 1/2 pour passer du 10 au 11ème échelon et non pas 4 ans.
      Si vous voulez contester des documents que vous pensez erronés (comme la plaquette d’inscription que vous mentionnez), je vous invite à contacter un syndicat qui vous aidera à faire valoir vos droits.

      A consulter :
      La grille indiciaire pour l’avancement des professeurs des écoles
      http://www.snuipp.fr/Grilles-indiciaires-au-1er
      La grille des salaires des professeurs des écoles
      http://www.snuipp.fr/Grille-des-salaires-au-01-01-2011

  3. Vos chiffres sont faux . Je suis prof des ecoles et apres 20 de carriere au 9 eme echelon je gagne 22457€ annuels rien a voir avec les 44000€ annonces . Merci de rectifier .c est important. La pauvrete et les conditions de travail epouvantables expliquent la difficulte de recruter!

    1. Les chiffres ne sont pas faux : si vous allez sur la page du rapport d’Eurydice qui concerne le salaire des enseignants en France (page 46, source INSEE), vous pouvez voir que la fourchette des salaires brut s’étale entre 23464€ et 44754€ par an (ce qui fait un salaire brut moyen de 28666€). Sachant qu’après 20 ans, vous êtes en milieu de carrière, vous devriez vous situer dans la moyenne (ce qui correspond au salaire net que vous mentionnez). Par ailleurs, vous avez la possibilité de demander une inspection, ce qui vous permettrait éventuellement de gravir plus vite les échelons.

  4. L’article fort intéressant pour une « jeune enseignante » comme moi, car je viens d’un secteur privé (Le commerce internationale).

    Il serait utile de savoir le pourcentage des enseignant pauvres les MA et contractuels existe en France et de signaler la situations des ces catégories « bouche trou » dans les autres zones de l’Europe.

    Cela dit, je suis ravie de découvrir vos articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *