Rythmes scolaires : quel « temps » fait-il à l’école ?

La question des rythmes scolaires est un de ces « vieux dossiers » qui reste pourtant toujours d’actualité, dont les enjeux et implications dépassent largement le strict cadre de l’institution scolaire. L’école a connu depuis 30 ans diverses réformes visant réguler la durée du temps et du calendrier scolaire, et à « aménager » les rythmes scolaires pour améliorer les conditions de vie et d’apprentissage des élèves. Tel est encore l’objet de la Conférence nationale ouverte au débat public en septembre 2010 en France.

Au-delà des polémiques sur l’étalement des vacances ou la semaine de quatre jours qui monopolisent trop souvent le débat, les recherches françaises et internationales mettent au jour des questions plus fondamentales, dont se fait l’écho notre dernier  Dossier d’actualité (n° 60, février 2011) , en privilégiant des publications récentes.

Principe organisateur du fonctionnement de l’enseignement secondaire, « l’heure de cours » (quelle que soit sa durée) n’est-elle pas la rythmique première qu’il convient d’interroger ? Les emplois du temps qui découpent la vie pédagogique en une succession d’heures de cours sont-ils encore adaptés aux besoins actuels de l’enseignement et au respect des rythmes d’apprentissage de chaque élève ? Quels autres modes d’organisation peut-on imaginer et mettre en oeuvre  pour sortir des grilles de la prison du temps ? Comment mettre réellement le temps « au service » de l’enseignement et de l’apprentissage pour pouvoir conjuguer avec lui ?

Le temps scolaire n’est-il pas également soumis à la rude concurrence du temps « libre » des enfants et des adolescents ? Comment l’école peut-elle y faire face : doit-elle résister et se réaffirmer comme le temps légitime de la transmission des savoirs ou au contraire se décentrer pour composer avec les autres temps éducatifs ? Et qu’implique alors pour l’école une telle perspective ?

Depuis dix ans, des dispositifs alternatifs d’aménagement des rythmes et d’organisation du temps scolaire se multiplient de par le monde, à l’échelle expérimentale de quelques établissements ou bien à l’échelle plus vaste d’un pays. Mieux connaître ces alternatives et les évaluations dont elles font l’objet nous paraît une clé essentielle pour sortir d’un débat franco-centré, renouveler la réflexion et ouvrir des pistes pour d’éventuelles réformes à venir en France.


4 réflexions au sujet de « Rythmes scolaires : quel « temps » fait-il à l’école ? »

  1. vieux débat mais toujours régulateur de l’offre d’éducation!
    puisque c’est toujours l’heure le standard et son prix qui s’inscrit quand même en creux dans le bilan :
    profs mal payés et peu d’heures ou profs mieux payés et plus d’heures pour le travail en concertation gourmand en temps
    familles rurales ou défavorisées qui participent moins à cause du coût alors exit les stratégies d’acquisition de capital culturel et social
    infrastructures inégales selon la richesse de la collectivité locale et disparités renforcées.

    basique mais fondamental la question du financement

  2. Oui, c’est vrai, la question des rythmes scolaires et des vacances est un vieux débat et elle a quelque fois subi je crois les influences perverses de facteurs extérieurs (embouteillages sur les routes, désirs des hôteliers…).
    Je considère cependant très prometteuse la recherche sur la durée optimale des cours en fonction des rythmes d’apprentissages chez l’élève et de ses séquences « d’attention » qu’il est parfois difficile d’évaluer. Certains établissements ont testé en leur temps la limitation des heures de cours à 45′, utilisant le capital horaire ainsi dégagé pour des projets innovants : les élèves n’en étaient pas devenus plus ignorants et la vie de tous s’était enrichie. Ces expériences ont souvent été abandonnées en raison de la lourdeur d’organisation, ce qui est regrettable.
    Certains projets envisagent également une répartition des apprentissages par cycles rejetant le découpage traditionnel des semaines.
    Il y a sûrement beaucoup à réfléchir et à innover pour rendre passionnant un débat français sur ces questions et lutter contre l’a tentation de l’inertie ou du découragement.

  3. En réponse à Françoise Appy :

    La teneur de votre commentaire me donne à craindre que votre lecture de mon Dossier d’actualité n’ait été que bien superficielle (si tant est que vous l’ayez lu).

    Je trouve qu’il y a quelque chose de malhonnête dans le procédé quand vous écrivez :
    « Il faudrait également poser la question du lien entre temps d’enseignement et temps d’apprentissage effectif par les élèves. Et enfin oser imaginer que la méthode pédagogique utilisée par l’enseignant puisse avoir un impact en matière de rentabilité du temps d’enseignement ».
    Ces questions sont tout à fait centrales dans mon dossier donc je comprends mal vos « il faudrait ».

    Je vous cite à nouveau :
    « J’imagine que dans ce débat, on ne manquera pas de citer la merveilleuse Finlande qui, si mes souvenirs sont bons, propose un temps scolaire bien inférieur au nôtre. Si c’est le cas, j’espère aussi que l’on ne se contentera pas de nous dire : la Finlande est un modèle scolaire performant ; la Finlande a moins d’heures d’école ; donc pour réussir, il faut baisser le temps scolaire. Mais que l’on nous présentera pour nous convaincre (ou nous dissuader) des démonstrations valides scientifiquement. »
    Perdu ! Pas un mot sur la Finlande dans ce dossier.

    Alors à quoi sert ce petit jeu qui va d’imaginations en procès d’intentions ?

    Si vous n’avez pas pris le temps / la peine de lire notre dossier, pourquoi prendre le temps / la peine d’écrire un commentaire à son sujet ? N’auriez-vous donc pas trouvé moyen de faire, justement, un meilleur « usage » de votre temps ?

    Connaissant votre assiduité dans les colonnes de notre blog, je tiens à préciser par avance que je n’entrerai pas davantage dans un débat avec vous. Je publie votre commentaire et j’y réponds, mais l’échange n’ira pas plus loin. Voilà qui est dit.

    Cordialement.

  4. Comme vous le soulignez à juste titre, la question du temps scolaire est un serpent de mer ; elle réapparaît aujourd’hui pour des raisons diverses et variées.

    Il serait peut-être temps de dépasser le débat d’opinion pour s’appuyer enfin sur des données probantes, pour autant qu’elles soient le fruit d’études sérieuses, menées avec toute la rigueur scientifique nécessaire et non pas d’observations réalisées sur quelques classes et ne dépassant pas le stade la définition d’hypothèses de travail (voir la classification Ellis & Fouts).

    Il faudrait également poser la question du lien entre temps d’enseignement et temps d’apprentissage effectif par les élèves. Et enfin oser imaginer que la méthode pédagogique utilisée par l’enseignant puisse avoir un impact en matière de rentabilité du temps d’enseignement. Même s’il est clair que bien d’autres facteurs entrent en jeu. L’enseignement explicite, pour ne citer que lui, prend en compte dans l’élaboration de ses procédures, la donnée temporelle afin d’optimiser le rapport entre le temps d’enseignement et le temps d’apprentissage et d’implication des élèves. Ainsi, le visiteur d’une classe explicite est toujours surpris par le rythme qui y règne, le taux d’implication des élèves dans les tâches, la rapidité des transitions pour ne citer que quelques exemples.

    J’imagine que dans ce débat, on ne manquera pas de citer la merveilleuse Finlande qui, si mes souvenirs sont bons, propose un temps scolaire bien inférieur au nôtre. Si c’est le cas, j’espère aussi que l’on ne se contentera pas de nous dire : la Finlande est un modèle scolaire performant ; la Finlande a moins d’heures d’école ; donc pour réussir, il faut baisser le temps scolaire. Mais que l’on nous présentera pour nous convaincre (ou nous dissuader) des démonstrations valides scientifiquement.

    Cordialement,

    Françoise Appy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *