Bêtes en tout genre

Interdisciplinaires, les premières journées BEES (Bêtes, environnement, école et société) se sont tenues les 5 et 6 octobre 2010 à l’INRP  et étaient consacrées aux relations entre l’enfant et l’animal. Elles ont réussi leur pari en réunissant chercheurs et didacticiens de lettres et sciences, et en multipliant les temps d’échange féconds avec un public varié et engagé.

La première journée commence avec une intervention à deux voix, la conteuse et l’écrivain lançant des pistes de réflexions sur l’usage du documentaire avec les enfants (Jean-Baptiste de Panafieu) ; la série télévisée Minuscule questionne l’éthologie aux frontières de la fiction (Anne-Marie Slézec), tandis que le rapport au vivant dans les classes de maternelle met l’accent sur la découverte par l’enfant de son corps par la médiation  avec l’animal (Maryline Coquidé). Le corpus préparatoire à une exposition sur l’animal dans les manuels scolaires est présenté et analysé (Olivier Baas, Clarisse Marandin et Marie Musset), et Eric Baratay clôt la journée par une conférence grand public sur l’art animalier. Le lendemain, un soleil vif accompagne la visite du jardin de l’ENS : crée selon le concept du jardin en mouvement de Gilles Clément, il réserve une place particulière aux petites bêtes (Michel Salmeron). On s’interroge donc ensuite sur les façons d’aborder par l’art des notions telles que la biodiversité, la chaîne alimentaire ou l’adaptation morphologique des animaux à leur milieu (Edith Planche), puis sur les animaux eux-mêmes : que perçoivent-ils de ce qui l’entoure ? Que peuvent-ils  ou non se représenter (Pierre Clément) ? Et, à l’école maternelle, comment enseigner le monde vivant pour que se construise une relation sereine fondamentale entre le petit homme et l’animal  (Evelyne Villard) ? La boucle est bouclée avec l’étude d’albums de littérature de jeunesse  qui suscitent un questionnement scientifique très fécond à l’école élémentaire (Eric Triquet et Catherine Bruguière).

Le Musée des Arts Décoratifs propose quant à lui deux expositions : Petites et Grosses Bêtes illustre comment le monde du jouet représente la diversité de l’espèce animale au travers de plusieurs centaines de jouets choisis pour leur attitude naturaliste. Animaux de compagnie, animaux de la ferme, animaux sauvages, animaux de nuit, des eaux marécageuses (et on y ajoutera les animaux préhistoriques et fantastiques) tous parlent de la relation de l’enfant à l’animal, au croisement de l’art et de la science. L’accrochage Animal quant à lui dévoile au travers d’objets comment l’homme s’approprie l’animal et l’intègre à son quotidien : qu’il soit matière, parure, forme ou décor, l’animal est bien souvent le miroir de l’homme. Les jouets réapparaissent aussi dans cette exposition  qui fait la part belle aux créatures zoomorphes pouvant mêler l’homme et l’animal.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *