Enseignant : un “métier” ou une “profession” ?

2 octobre 2007
Par

Le sociologue Raymond Bourdoncle a donné la première conférence des journées d’étude Formation de formateurs, organisées les 19 et 20 septembre 2007 par la Mission Formation de l’INRP. Son intervention s’intitulait « La formation des enseignants : du métier à la professionnalisation ». La première partie de l’exposé proposait un retour sémantique et étymologique sur les termes de « métier » et de « profession », retour utile pour mieux cerner les caractéristiques de la professionnalisation de l’activité d’enseignant, abordée en seconde partie.1. Aux racines du vocabulaire

Si aujourd’hui les termes « métier » et « profession » sont parfois employés comme synonymes, leur étymologie et l’évolution de leurs significations mettent en lumière des différences structurantes, dont la prise en compte reste éclairante pour aborder les questions de formation. Ces différences se situent à deux niveaux principaux : le type de savoirs en jeu et le mode d’acquisition de ces savoirs.

  • « Métier » :
    • Travail manuel, technique ou mécanique qui repose sur un ensemble de savoirs incorporés ;
    • Habileté qui s’acquiert par l’expérience ou le training (entraînement, répétition, voire routine…).
  • « Profession » :
    • Activité qui fait appel à des savoirs savants. En particulier, pour les professions de l’humain (médecine, enseignement…), l’exercice requiert un savoir de plus haut niveau et une capacité d’abstraction, nécessaires pour retrouver le général, le principe, derrière le particulier de chaque individu (patient, élève…) ;
    • Activité qui se « professe », c’est-à-dire qui s’enseigne par la voie de l’explicitation orale des savoirs et des pratiques, ce qui implique une rationalisation discursive de l’action. Cette rationalisation s’opère par le passage à l’écrit, lequel permet à la fois la capitalisation des savoirs et leur plus large diffusion.

On peut remarquer qu’il n’existe pas de forme adjectivale du mot métier (comme existe l’adjectif « professionnel »).

C’est autour de la transmission de savoirs « professionnels » que se sont organisées les premières universités, aux XIe-XIIe siècles (Bologne, Montpellier, Salerne…).

Dans les pays anglo-saxons, le passage par une formation universitaire reste un critère déterminant pour l’accès à une « profession », et un marqueur de prestige reste attaché aux « professions », qui se distinguent encore nettement des métiers.

2. Caractéristiques de la « professionnalisation »

Dans cette partie, Raymond Bourdoncle a tenté de mettre en évidence les caractéristiques de la professionnalisation du métier d’enseignant, telle qu’elle incombe aux IUFM. Il distingue trois champs : la professionnalisation de la formation, celle du futur enseignant et enfin celle des savoirs. Sa démonstration fait appel à de fréquentes comparaisons entre la formation universitaire classique, c’est-à-dire celle des filières générales, et la formation à caractère professionnel, dont relèvent les IUFM.

a) Professionnalisation de la formation

Les différences s’expriment en particulier dans :

  • Dispositifs de recrutement et de sélection :
    • Formations générales : accès sur diplôme ; pas de sélection, donc pas de contrôle social a priori ;
    • Formations professionnalisantes : sélection des entrants au plan quantitatif mais aussi qualitatif, sur des critères socio-culturels.
  • Dispositifs de formation : ils touchent à la fois les savoirs et la socialisation de la personne.
    • Formations générales : répondent au projet de construire la culture personnelle de l’étudiant, mais non pas son identité (à la rigueur, c’est à la construction d’une identité “étudiante” que concourt l’université) ;
    • Formations professionnalisantes : vise la construction de l’identité professionnelle de l’étudiant, et l’adhésion à la culture professionnelle des praticiens en exercice. Le lieu de formation, isolé par rapport à l’université, est un puissant vecteur de socialisation. Les activités organisées par les étudiants contribuent à “l’esprit de corps”.
  • Modes d’attribution et de reconnaissance des diplômes :
    • Formations générales : par le corps des enseignants-chercheurs, donc intro-référencés ;
    • Formations professionnalisantes : par les professionnels en exercice, donc extéro-référencés.
  • Critère d’évaluation de la qualité de la formation :
    • Formations générales : résultats aux examens (évalués par les enseignants-chercheurs) ;
    • Formations professionnalisantes : qualité de l’exercice professionnel dont témoignent les nouveaux enseignants ayant suivi la formation.

Professionnalisation des personnes

Construction progressive de l’identité professionnelle des enseignants. Cette socialisation professionnelle relève de « l’initiation », au sens des ethnologues, et même de « la conversion », au sens religieux, qui donne accès à une nouvelle conception de soi. C’est au stade de la formation initiale qu’interviennent les changements les plus importants sur l’identité professionnelle de la personne. Toutefois, ce processus informel d’adaptation se poursuit tout au long de la carrière de l’enseignant.

c) Professionnalisation des savoirs

Selon Goode (1969), pour être professionnalisants, les savoirs doivent être :

  • Organisés et arbitrés par la profession, selon une codification spécifique ;
  • Crédibles quant à leur efficacité (du moins symbolique) ;
  • Assez abstraits et suffisamment sophistiqués pour ne pas être accessibles aux personnes étrangères à la profession.

Pour l’activité enseignante, on connaît la distinction classique entre les “savoirs à enseigner” (les disciplines) et les “savoirs pour enseigner” (pédagogie, didactique, connaissance du système éducatif…). Les savoirs disciplinaires à enseigner, bien sûr essentiels, ne répondent pas à eux seuls aux critères de Goode : ils ne sont pas créés et encore moins arbitrés par les enseignants du primaire et du secondaire, mais par les chercheurs et les concepteurs des programmes. Ils sont, pour certains, assez largement accessibles à l’homme ordinaire, qui les a appris à l’école. Bref, c’est sur les savoirs pour enseigner, qui sont spécifiques aux enseignants, que repose une bonne partie de leur professionnalisation.

R. Bourdoncle attire l’attention sur le fait que la disciplinarisation de ces savoirs pour enseigner, sous forme en gros de sciences de l’éducation, peut être dangereuse. Ainsi en 1963 au Royaume-Uni, la création de la licence d’éducation et l’universitarisation de la formation des enseignants fut certes très stimulante pour la sociologie et la philosophe de l’éducation, en termes de recherche et de reconnaissance nationale et même internationale. Mais cette mesure a eu un effet très néfaste sur la formation professionnelle des enseignants qui ont suivi cette voie : bien équipés en savoirs intellectuels, ils étaient très mal préparés au métier en termes de capacité professionnelle. Ce danger est actuellement suffisamment documenté pour pouvoir être évité.

Mais avec l’universitarisation en cours en France, n’y a-t-il pas un autre danger qui pèse sur la formation actuelle des enseignants : celui de paraître trop professionnelle aux yeux des autres départements universitaires ? A ce danger-là et aux diverses sirènes disciplinaires qui l’accompagneront, il faudra savoir ne pas trop céder.

Raymond Bourdoncle est professeur émérite à l’université Lille 3. Il est également rédacteur en chef de la revue Recherche et formation, dont le dernier numéro (n° 54) est consacré aux « Nouveaux cursus, nouveaux diplômes. La formation professionnelle des formateurs à l’Université ».


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Echos des colloques

2 commentaires pour “ Enseignant : un “métier” ou une “profession” ? ”

  1. Anonyme le 3 octobre 2007 à 14:27

    Voici la référence exacte :

    Goode W.J. (1969). “The Theoretical Limits of Professionalization”. In Etzioni A. The Semi-Professions and their Organization: Teachers, Nurses, Social Workers. New-York : The Free Press, p. 266-313.

  2. brat le 2 octobre 2007 à 18:08

    Bonjour

    quelqu’un connaît-il la référence bibliographique de l’auteur Gould qui est cité dans le texte de R. Bourdoncle ?

    merci

    Dnl


Carnets de recherche