Temps scolaire, différenciation, individualisation : des échos de l’étranger

Espagne :

Juan Carlos Gonzalez Faraco, de l’Université de Huelva, a présenté, lors du dernier colloque annuel de l’AFAE (association française des Administrateurs de l’éducation), la réforme sur les rythmes scolaires instituée en Espagne.
Le système éducatif espagnol est passé d’une journée partagée à une journée continue ou concentrée.
On peut envisager cette réforme d’un point de vue négatif: rythmes d’apprentissage différents, manque de communication au sein des équipes (moins de temps de concertation), inégalités accrues (lors des temps libres), relations parents-équipes pédagogiques plus difficiles (inadéquation avec les temps sociaux et familiaux).Mais, du fait d’une autonomie accrue des établissements, les temps scolaires différents permettent de ne plus se caler sur un découpage mécanique des disciplines. J.C. Gonzalez Faraco a présenté des expériences innovantes et encourageantes :

  • Un projet centré sur la diversité (Atención a la diversidad), pour les élèves à besoins spécifiques mais aussi à retard d’apprentissage qui permet deux stratégies didactiques :- des adaptations pédagogiques individualisées (Adaptaciones curriculares individualizadas) ;- une diversification pédagogique (diversificación curricular).Ces dispositifs permettent une plus grande flexibilité : – regroupement d’élèves pour les apprentissages instrumentaux avec présence de deux professeurs ou plus dans la classe (dont un pour le soutien pédagogique) ;- activités de socialisation pendant les temps de repos ;- programme d’immersion linguistique pour les immigrants, …
  • Au primaire, les contenus d’enseignement sont répartis en champs de connaissance et en matières transversales (questions et problèmes sociaux adaptés au quotidien des élèves). La réorganisation du temps scolaire, c’est aussi la création de modules ou ateliers interdisciplinaires et d’activités de recherche autonomes de la part des élèves, dans ou hors l’école (aménagement de plages horaires communes à l’école et à l’environnement social).
  • Le temps scolaire continu – et non plus fragmenté par discipline – permet de gommer toute séparation entre les activités scolaires, parascolaires ou extrascolaires. Ces dernières sont souvent le fait d’associations de parents et sont inscrites dans les projets éducatifs. Cela permet aussi de palier à la sous-utilisation des ressources des établissements.L’école devient un centre communautaire, de participation sociale, ce qui permet de réduire les échecs, les conflits, les inégalités.D’autre part, des centres d’enseignement (« projet centré sur la famille ») sont ouverts pendant la journée mais aussi à des heures compatibles avec les heures de travail. Ils mettent à disposition des familles de nombreuses ressources informatiques et pédagogiques.
  • Les programmes « formation sur site »(formación en centros) : formation continue des enseignants dans l’établissement et intégrée au projet éducatif de l’établissement. Les professeurs travaillent en groupe et établissent un programme de recherche sur leur pratique. Ils peuvent faire partie de projets d’innovation pédagogique, de programmes spéciaux, soumis à évaluation, avec aménagement d’horaires.
  • Enfin, en perspective, les nouvelles technologies seront aussi un moyen de faciliter l’accès des parents à l’information scolaire sur leurs enfants, le contact avec les enseignants – via une plate-forme numérique.

Source : Administration et éducation, n°3-2006 (111)

Pays-Bas

Intervenant dans le même atelier, du même colloque que JC Gonzalez Faraco, Hetty Mulder, de l’Institut national pour le développement des curricula (Pays-Bas), a présenté une autre organisation du premier cycle du secondaire existant dans certaines écoles néerlandaises.

  • L’organisation du curriculum est faite autour de programmes thématiques et non plus des matières traditionnelles.
  • L’enseignement est organisé en groupes de 50 ou 60 élèves dans un grand espace d’apprentissage doté de tous les outils nécessaires. Trois moniteurs dont un enseignant qualifié entourent les élèves et, selon les groupes, un(e) assistant(e) scolaire, une personne pour le soutien spécifique, un locuteur natif pour les langues, un(e) documentaliste pour les projets, un(e) assistant(e) social(e)…
  • L’enseignement est structuré et dirigé par des instructions sur ordinateur et des fiches pédagogiques (environnement électronique d’apprentissage). Des espaces sont prévus pour des instructions individuelles ou en petits groupes ainsi que des espaces de silence pour apprendre.
  • Les élèves apprennent individuellement, en duo ou en petits groupes et une instruction personnalisée peut se faire, sur l’initiative d’un professeur.
  • Chaque élève a un tuteur (professeur). Chaque tuteur prend en charge une quinzaine d’élèves, qu’il consulte au moins une fois tous les quinze jours. Il est en contact régulier avec les parents.
  • Les temps d’enseignement se font de 8h30 à 16h30, par blocs de 90, 120 minutes ou en deux grands blocs (matin/après-midi) avec une courte pause « tartine » de 30 minutes dans la journée. Pendant les heures de cours, des activités hors l’école sont prévues pour des recherches, des rencontres, des activités…

Source : Administration et éducation, n°3-2006 (111)


Une réflexion au sujet de « Temps scolaire, différenciation, individualisation : des échos de l’étranger »

  1. La question du temps scolaire est un point fondamental dans l’intégration des TIC en enseignement.

    Si les tic remettent plus de responsabilités aux élèves et aux professeurs, permettent de mieux correspondre aux besoins individuels, facilitent les communications et les échanges, il y a de fortes chances qu’elles aient aussi un impact sur l’organisation scolaire, la relation pédagogique et l’organisation du temps.

    Penser utiliser efficacement les TIC à l’école implique nécessairement de toucher à l’organisation et au temps scolaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *