Archives par mot-clé : développement de l’enfant

La grande section de maternelle est-elle devenue le nouveau CP ?

DV 92-Aperçu du dossierLe Dossier de veille de l’IFÉ n° 92 (avril 2014) se penche sur la question de la petite enfance et de sa place au sein des dispositifs d’accueil et d’éducation proposés au sein des pays de l’OCDE. Plusieurs enjeux tourne autour des premières années de scolarisation et de leurs justification :

  • les enjeux relatifs à l’accueil des enfants, au soin, aux préoccupations relatives aux parents (travail des femmes, égalité hommes-femmes, vie familiale et professionnelle) ;
  • les enjeux relatifs à l’éducation, les objectifs et démarches pédagogiques, la conception du rôle de l’enfant et de celui de l’adulte (discours pédagogique) ;
  • les enjeux lié au caractère scolaire des apprentissages nécessaires à la réussite de l’enfant (surtout en France).

Ces enjeux sont cumulatifs et se déclinent en fonction des orientations conceptuelles et institutionnelles liées aux contextes nationaux. Mode de garde ou première étape de l’École, la préscolarisation pose questions dans de nombreux pays. En France, nous assistons à une “primarisation” de l’école maternelle et à une didactisation des savoirs. Ouverte à tous sans autre conditions que celle de l’âge, elle assure les apprentissages liés au développement moteur et affectif selon des programmes définis au niveau du ministère de l’éducation nationale. Aujourd’hui sujette à de vives critiques, on lui reproche de ne pas profiter à tous les enfants de manière équitable et de contribuer au creusement d’écart entre enfants socio-économiquement favorisés et les autres. Des différences d’efficience entre enfants aux niveaux des apprentissages (langagiers en particulier) peuvent être engendrées dès les années de maternelle entrainant parfois un “mauvais départ” dans le long cursus scolaire. Au vu des constats sur les écarts initiaux entre élève principalement dus aux origines sociales de ceux-ci, le modèle éducatif de l’école maternelle basée sur l’autonomie et la réflexivité supposée des élèves risque de creuser plus avant les inégalités.

A travers les récents travaux de recherches sur le sujet, nous réfléchirons dans ce dossier à la place du jeune enfant de zéro à six ans, à cette période qui précède l’instruction obligatoire dans la plupart des pays de l’OCDE. Nous abordons d’abord les articulations entre les différents enjeux politiques, économiques et sociologiques que son étude génère pour nous intéresser ensuite aux conditions favorables aux processus d’apprentissages et au développement global de l’enfant. Nous concluons sur la pertinence d’une scolarisation précoce et sur les effets du « tout éducatif ».