L’éthique enseignante : une boussole pour garder le cap !

Publication du Dossier de veille de l’IFÉ n°145, novembre 2023 rédigé par M. Gaussel à télécharger ici.

Le champ de recherche en éthique appliquée à l’enseignement s’est développé, notamment au Québec, parallèlement au concept de professionnalisation, dans les années 1990. Il a émergé dans un contexte de revendication d’une plus grande exigence éthique dans tous les domaines de la vie sociale, et pour apporter des réponses aux problématiques émanant du « terrain » et des professionnelles de l’éducation. Dans les années 2000, les réformes et remaniements institutionnels en éducation en France ont montré un souci d’ajouter aux compétences à acquérir pour enseigner celle d’« agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques » (MEN, 2013). Cette compétence éthique est identifiée par l’institution comme un ensemble de gestes professionnels par lesquels les personnes enseignantes assument leur responsabilité d’éducatrices et d’éducateurs, mais sa dimension sociale, relationnelle et affective est rarement évoquée. Pourtant, à l’heure où les attentes divergentes entre contraintes institutionnelles et réalités de terrain mettent à mal la profession enseignante, c’est bien cette dimension qui les soutient au quotidien.

Aussi, nous proposons dans le Dossier de veille de l’Ifé n° 145[1], une plongée au cœur de l’éthique enseignante en abordant cette composante comme étant indissociable de l’acte d’enseigner.  Face à cette question complexe, ce Dossier propose un tour d’horizon des différentes formes que peut revêtir l’éthique dans le contexte scolaire — éthique de la rencontre, de la présence, de l’opportunité, de la perplexité ou encore de l’hospitalité[2] — et d’autres notions qui lui sont associées comme la morale et la déontologie.

Continuer la lecture de « L’éthique enseignante : une boussole pour garder le cap ! »

« C’est la première fois que je rencontrais une discipline scientifique qui mettait à distance tout ce qui fait la normalité du quotidien »

Entretien publié dans Diversité, n°202, volume 2, et réalisé par Prisca Fenoglio et Marie Lauricella en décembre 2022.

Maître de conférences en sociologie à l’université de Tours, Aden Gaide a soutenu sa thèse sur « les étudiant·e·s parents » en novembre 2020. Après trois ans de classe préparatoire (lettres et sciences sociales) au lycée Carnot (Dijon), Aden Gaide intègre un master « recherche » en sociologie à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris. Il entame sa thèse en 2014 grâce à une bourse doctorale accordée par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), puis grâce à des contrats d’enseignement de type assistant temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’IEP, à Paris 13 et à l’université de Tours. Ses travaux portent sur les questions de jeunesse et de rapport de domination liés à l’âge.


Diversité : Qu’est-ce qui vous a amené à « entrer » dans la recherche ?

Aden Gaide : Au lycée, j’avais le rêve de faire un long séjour à l’étranger pour m’émanciper et baigner dans une langue étrangère. C’est ce qui m’a incité à tenter le concours des instituts d’études politiques (IEP), car j’avais entendu qu’une année à l’étranger était obligatoire dans ce cursus. En cas d’échec, je décidais de demander une classe préparatoire (lettres et sciences sociales) afin de repasser ensuite ces concours. Mais l’entrée en classe préparatoire a été transformatrice et j’y suis resté finalement trois ans. Continuer la lecture de « « C’est la première fois que je rencontrais une discipline scientifique qui mettait à distance tout ce qui fait la normalité du quotidien » »

Entretien publié dans Diversité, n°202, volume 2, et réalisé par Prisca Fenoglio et Marie Lauricella en décembre 2022.

Maître de conférences en sociologie à l’université de Tours, Aden Gaide a soutenu sa thèse sur « les étudiant·e·s parents » en novembre 2020. Après trois ans de classe préparatoire (lettres et sciences sociales) au lycée Carnot (Dijon), Aden Gaide intègre un master « recherche » en sociologie à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris. Il entame sa thèse en 2014 grâce à une bourse doctorale accordée par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), puis grâce à des contrats d’enseignement de type assistant temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’IEP, à Paris 13 et à l’université de Tours. Ses travaux portent sur les questions de jeunesse et de rapport de domination liés à l’âge.


Diversité : Qu’est-ce qui vous a amené à « entrer » dans la recherche ?

Aden Gaide : Au lycée, j’avais le rêve de faire un long séjour à l’étranger pour m’émanciper et baigner dans une langue étrangère. C’est ce qui m’a incité à tenter le concours des instituts d’études politiques (IEP), car j’avais entendu qu’une année à l’étranger était obligatoire dans ce cursus. En cas d’échec, je décidais de demander une classe préparatoire (lettres et sciences sociales) afin de repasser ensuite ces concours. Mais l’entrée en classe préparatoire a été transformatrice et j’y suis resté finalement trois ans. Continuer la lecture de « « C’est la première fois que je rencontrais une discipline scientifique qui mettait à distance tout ce qui fait la normalité du quotidien » »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search