Éclairer les défis d’un métier à risque de… décrochage !

Le paysage éducatif en France a subi d’importantes transformations au fil des décennies, massification de l’enseignement, mise en place de la Nouvelle Gestion Publique (NGP) et des politiques d’évaluation, promotion de l’inclusion (Lantheaume, 2008). Ces changements ont redéfini en profondeur les rôles des enseignant·es, élargissant leur spectre pour englober des dimensions complexes et pluridimensionnelles de l’éducation, dépassant ainsi la seule transmission de connaissances académiques (Garcia, 2023).
Aujourd’hui, le métier présente un paradoxe majeur. Malgré un attachement profond à leur établissement (DEPP, 2022), une tendance au décrochage des enseignant·es se dessine. Ce phénomène complexe et multifactoriel se traduit de façon visible par une perte d’attrait pour la profession, et une hausse significative des démissions (Delbrayelle, 2023), dont la croissance représente +628% entre 2008 et 2021 (Caron et al., 2021). Ces dernières mettent ainsi en lumière les défis auxquels les personnes enseignantes font face.
En amont de ces démissions, le décrochage peut également revêtir des formes plus discrètes, mais tout aussi significatives. Il se manifeste tantôt par une forme de « déprise du travail », de désengagement en réponse aux (nombreux) défis du métier, tantôt par un sur-engagement : les personnes enseignantes s’investissent intensément pour conférer une légitimité à leur activité et gérer les incertitudes professionnelles (Hélou et Lantheaume, 2008).

Ainsi, dans la continuité du Dossier de veille sur la formation des enseignant·es débutant·es (Joubaire, 2019) et de l’Edubref sur le métier d’enseignant (Ravez, 2022), ce Dossier de veille de l’IFÉ n° 144 « Enseigner un métier à risque… de décrochage » explore le décrochage des personnes enseignantes, et cherche à mettre en mots les maux vécus par les professionnel·les.

Continuer la lecture de « Éclairer les défis d’un métier à risque de… décrochage ! »

De l’inclusion à la citoyenneté numérique en éducation

L’Edubref n° 17, intitulé L’inclusion numérique en éducation : un enjeu de démocratie, examine, dans la lignée du Dossier de veille de l’IFÉ n° 139 sur les inégalités numériques en éducation (Fenoglio, 2021), ce qu’est l’inclusion numérique en éducation, et comment la mettre en œuvre pour l’enseignement et la formation.

La volonté d’inclusion numérique en éducation n’est pas nouvelle dans les discours politiques et institutionnels. En effet, l’inclusion numérique est tout d’abord une notion politique référant aux actions des pouvoirs publics pour remédier aux inégalités numériques. Adossée à un idéal égalitaire, la promotion de cette inclusion numérique véhicule une idéologie technocentrée de participation massive à la société de l’information et des technologies. Du côté des travaux de recherche, cette notion parait peu stabilisée : des études interrogent des notions connexes, telles que l’exclusion ou la solidarité numérique, tandis que d’autres font de l’inclusion numérique un enjeu au sein de notions plus larges, telles que la citoyenneté et la littéracie numériques.

Alors, quels sont, au sein de cette imbrication de notions, les enjeux de l’inclusion numérique pour l’éducation ? Tout d’abord, l’inclusion numérique pose des enjeux de formation, cette dernière devant permettre d’appréhender de manière citoyenne les conditions de participation, ou non, à la société des technologies de l’information. Ensuite, l’inclusion numérique comporte des enjeux de conception, les dispositifs technologiques étant les résultats de choix effectués par des concepteurs et conceptrices, liés à leurs valeurs. Or, les fonctionnalités, reflets de ces choix, sont susceptibles d’une appropriation inégale par les apprenant·es, notamment du fait de leur niveau de connaissance et de compréhension des interfaces technologiques. Les systèmes technologiques doivent donc être expliqués et adaptés afin d’inclure, de manière démocratique, tous·tes les apprenant·es. Par conséquent, la participation aux – ou l’exclusion des – environnements numériques comporte de forts enjeux démocratiques et citoyens.

La notion de citoyenneté numérique permet de mettre en avant les possibilités d’agentivité du sujet – au sens de sa capacité à avoir le contrôle de ses actes et de leurs effets – dans sa participation ou non aux environnements numériques. Elle offre un regard plus large sur l’inclusion numérique, et pose la question de l’éducation à la citoyenneté numérique (ECN). Cette dernière vise à sensibiliser aux ramifications sociétales de l’usage des technologies. Elle est mise au travail depuis quelques années, par exemple par le Conseil de l’Europe, dans le but de dégager des pistes d’action pour les politiques et les pratiques. Des pistes pédagogiques sont dégagées par les travaux de recherche afin de développer les compétences constitutives de l’ECN, dont peuvent s’emparer toutes les disciplines – et pas seulement l’éducation aux médias et à l’information (EMI).

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossier de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search