Archives mensuelles : octobre 2020

Des veilleuses dans la nuit

Mon métier de veilleuse ne peut faire fi de l’actualité, une semaine après l’attentat perpétré sur Samuel Paty et qui a plongé l’éducation à la fois dans l’obscurité et sous le feu des projecteurs. Publier un Dossier de veille ou même un article de blog dans ces circonstances soulève plusieurs questions.

Notre métier est-il de regarder les recherches sous l’angle des pratiques enseignantes ? Quel.le enseignant.e a le temps de chercher les sources universitaires qui pourraient répondre à ses questions au quotidien ? Ces sources de recherche en éducation sont parfois trop abondantes, parfois très rares, mais toujours dispersées dans de nombreuses disciplines universitaires, parce qu’il en faut des points de vue différents pour appréhender les liens si particuliers en France entre l’école et la République, entre le ministère et les établissements ancrés dans leur environnement, pour comprendre pourquoi l’école est vue sans contradiction à la fois comme un sanctuaire et un espace de co-éducation, et au final pour aborder n’importe quelle thématique éducative. La seule tâche de présenter une à une chaque recherche et de la resituer dans son contexte disciplinaire est immense.

Notre métier est-il au contraire, comme on peut parfois le lire, d’éclairer les pratiques enseignantes par les recherches ?  Avec notre faible lumière de veilleuse, on trouvera certainement, en cherchant dans toutes les disciplines, plusieurs sources universitaires précisant un aspect de la question que l’on veut traiter : par exemple, de la linguistique pour mieux analyser chaque prise de parole d’un.e élève dans un groupe de travail en classe, ou de la psychologie pour comprendre l’impact de l’estime de soi dans l’implication d’un.e élève dans ce groupe. Mais, même si elles sont plusieurs centaines sur ces questions, ces sources ne suffisent pas pour dire à coup sûr et dans tous les contextes combien les enseignant.e.s doivent prévoir d’élèves par groupe. Nous ne pouvons donc donner des solutions clés-en-main aux enseignant.e.s, et négliger ainsi leurs savoirs d’expérience.

Continuer la lecture de Des veilleuses dans la nuit

La LPR : vers une individualisation des carrières scientifiques ?

L’AECSE (association des chercheurs en sciences de l’éducation), comme d’autres collectifs d’enseignants-chercheurs, notamment en sciences humaines et sociales, manifeste une certaine inquiétude devant les dispositions de la nouvelle loi « recherche ». Cette loi, initialement nommée LPPR (loi de programmation pluriannuelle de la recherche), devenue LPR 2021-2030, a été débattue en procédure accélérée et adoptée à l’Assemblée nationale en première lecture le 23 septembre dernier, sans que des modifications majeures y soient apportées (elle doit donc maintenant être examinée par le Sénat et revenir en seconde lecture à l’Assemblée nationale).

Dans une rencontre organisée sous forme de webinaire le samedi 3 octobre 2020, l’AECSE souhaitait faire le point sur les conséquences de cette loi, susceptible de modifier profondément les modes de recrutement et les conditions de travail des enseignants-chercheurs, en particulier les modes de financement de la recherche.

Cette loi est-elle juste une loi de plus ou bien implique-t-elle des changements structurels ? Est-elle en rupture avec les politiques publiques menées en France depuis une vingtaine d’années, ou bien s’inscrit-elle dans une certaine continuité ?
Cet article rend compte de la grille de lecture proposée par Christine Musselin (Centre de Sociologie des Organisations, Sciences Po-CNRS), première intervenante de ce webinaire.

Selon elle, le tournant date des années 2000-2005, avec l’introduction des notions de performance et de compétition entre les établissements d’enseignement supérieur, reléguant la préservation d’une certaine équivalence hexagonale. Les réformes engagées depuis cette période s’articulent autour de trois mouvements majeurs qui portent les germes de la LPR :

1/ rendre les établissements plus autonomes :
avec la LRU de 2007 et ses « responsabilités et compétences élargies » les rendant gestionnaires de leur masse salariale et donnant aux présidents une autonomie de décision inédite, mais aussi avec l’ordonnance de décembre 2018 autorisant pour la première fois les établissements à expérimenter de nouvelles formes statutaires.

2/ soutenir, voire organiser la mise en compétition des établissements :
avec le développement de dispositifs de sélection via des appels à projets (RTRA, Campus, Licence, PRES, PIA) et de dispositifs d’évaluation (politiques contractuelles, AERES puis HCERES…), tant de la part du MESRI que des opérateurs privés (data sur les publications scientifiques, rankers…), contribuant à faire des établissements des compétiteurs

3/ favoriser des reconfigurations permettant de décloisonner universités, grandes écoles et organismes de recherche :
avec les regroupements volontaires au sein des PRES, qui ont pris un caractère obligatoire avec la Loi ESR de 2013, débouchant potentiellement sur des fusions d’établissements, donnant naissance à des « Université » majuscule, sans « s »

Continuer la lecture de La LPR : vers une individualisation des carrières scientifiques ?

Des outils pour lire et comprendre les recherches en éducation

Qu’est-ce qui fait la spécificité du regard didactique sur ce qui se passe en classe ? Comment travaillent les sociologues ? Quelle forme prend la validation des résultats de recherche en psychologie cognitive ou en histoire de l’éducation ? D’où viennent et que recouvrent les expressions « forme scolaire » ou encore « enseignement explicite » ? Ces questions que se posent de temps à autres les enseignant.e.s, les formateurs.trices ou les personnels d’encadrement interrogent les implicites des chercheurs.ses et les règles des différentes communautés scientifiques qui contribuent à produire des connaissances sur les systèmes éducatifs, l’enseignement et les apprentissages. Continuer la lecture de Des outils pour lire et comprendre les recherches en éducation

Le bâti et la santé scolaires n’ont-ils plus besoin d’être observés ?

C’est en tout cas ce qui transparait dans le compte rendu de la séance du 28 septembre 2020 à l’Assemblée nationale, qui avait notamment pour objet de voter la suppression de l’Observatoire national de la sécurité et de l’accessibilité des établissements d’enseignement, au nom du choc de simplification dans la fonction publique. Autant arrêter le suspens tout de suite : sa suppression a bel et bien été votée.

Si vous n’êtes pas personnel de direction d’école ou d’établissement, que vous ne travaillez pas pour les directions d’éducation des collectivités locales, vous n’avez peut-être pas entendu parler de cet observatoire. Il a été créé en 1995 pour “étudier l’état des bâtiments et des équipements, évaluer les conditions de sécurité, d’hygiène, d’accessibilité et de mise en sûreté en cas de risque majeur” et fonctionne comme une instance indépendante. Il rassemble et fédère tous les établissements scolaires, enseignements publics et privés, les collectivités territoriales, les agents de terrain mais aussi les experts extérieurs comme les pompiers.

L’Observatoire publie des documents variés, outre ses rapports annuels : des fiches pratiques de prévention,  comme “Réduire les accidents dans la cour de récréation” , fiche destinée au premier degré, rassemblées par exemple pour le second degré dans un vade-mecum, mais également des conseils sur les actions à mener lors du désamiantage des bâtiments. Au-delà de la question du bâti, se pose évidemment la question de la santé et du bien-être des élèves, directement liés à leur environnement quotidien, comme le montre le rapport révélant les mauvaises conditions d’hygiène dans les sanitaires des écoles élémentaires (on peut relire utilement sur ce thème le Dossier de veille Que fait le corps à l’école ? de ma collègue Marie Gaussel).

Continuer la lecture de Le bâti et la santé scolaires n’ont-ils plus besoin d’être observés ?

Quelques aspects de l’Outdoor education

Et si l’avenir de l’école était le plein air? C’est le titre de l’article publié fin septembre dans le Figaro. Il s’inscrit dans la continuité de plusieurs appels, et publications lancés en cette période post Covid19[1] :

En avril 2020, un collectif de plusieurs dizaines de chercheurs, enseignants, formateurs et acteurs associatifs ont publié une tribune dans le quotidien Le Monde, afin de proposer que les cours puissent aussi se faire à l’extérieur des établissements : Coronavirus et si nous faisions la classe dehors ? Dans les Cahiers pédagogiques, des Membres du comité de pilotage de la recherche action « Grandir avec la nature » signent en mai une autre tribune : Pour un retour en classe dehors ! . Enfin, des enseignants agricoles publient fin aout dans le magazine Reporterre À l’école de la nature, les vies s’épanouissent [2]où les signataires veulent « transmettre cet amour inestimable des plaisirs simples et gratuits que la nature nous prodigue dans sa générosité » et constatent que « Dans nos établissements de l’Enseignement agricole public, nos espaces ne sont pas limités à l’enceinte d’une classe, pas restreints à la promiscuité et à l’immobilité d’une unité de lieu fixe contraint, pas concentrés en une densité susceptible d’être propice au stress, au bruit, à l’énervement, à la fatigue. Bien sûr, cela arrive aussi, car nos classes existent bien évidemment entre les murs, mais avec la capacité de ce choix simple et efficace : sortons ! »

Au delà de la crise sanitaire qui a accéléré la prise en compte de ces préoccupations de reconnexion de l’éducation à la nature, le mouvement s’inscrit dans un contexte plus général. Le développement de l’outdoor education depuis une vingtaine d’années est important dans les mondes scandinave et anglosaxon (Royaume –Uni, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande), et plus récent dans d’autres pays (Turquie, Estonie). Il et a généré de nombreuses recherches dont les objets  rejoignent les problématiques de recherche en santé publique relatives au déficit d’activité physique des jeunes générations, questionnements renforcés par l’apparition de nouvelles affections psychiques liées à la dégradation de l’environnement telles l’écoanxiété et la solastalgie. Les chercheuses et chercheurs s’intéressent aux conditions d’apprentissage informel ou complémentaires aux modes enseignements traditionnels, à leurs résultats et aux bénéfices induits en terme de compétences sociales et émotionnelles.

A quels modes d’organisations  ce terme générique de classe dehors  se réfère-t-il ? Dans ce billet[3] j’esquisse une modeste typologie de l’outdoor éducation à partir de revues de littérature consacrée au sujet dans différents pays.

Continuer la lecture de Quelques aspects de l’Outdoor education