Que disent les recherches sur la formation continue des enseignants aux Etats-Unis ?

La rubrique Cool Thinking on Hot Topics du site CPRE knowledge hub, porté par le Consortium for Policy Research in Education (CPRE) – réseau de sept universités états-uniennes ayant pour mission de mettre en relation chercheurs, décideurs et praticiens dans le domaine de l’éducation – consacre son dernier dossier aux perspectives émergentes sur le développement professionnel efficace des enseignants (Emerging Insights into Effective Professional Development). Neuf entretiens filmés de chercheurs et de décideurs proposent un tour d’horizon des acquis et débats en cours sur cette question aux Etats-Unis. De la prise en compte des pratiques enseignantes en contexte au nécessaire accompagnement dans la durée, de la dimension disciplinaire de la formation à celle de l’enrôlement des élèves, toute ressemblance avec les questions que se posent enseignants, formateurs et prescripteurs de formation en France ne serait pas totalement fortuite … Continuer la lecture de « Que disent les recherches sur la formation continue des enseignants aux Etats-Unis ? »

Compétences sociales à l’école : apprendre à vivre ensemble ?

Apprendre à vivre ensemble est considéré comme l’un des apprentissages prioritaires de l’école élémentaire. Cet objectif se poursuit dans le secondaire si l’on se réfère aux textes officiels, en particulier au socle commun de connaissances, de compétences et de culture [1] élaboré en 2015. Aujourd’hui, en France, le Diplôme National du Brevet vient sanctionner l’acquisition des compétences décrites dans le socle dont notamment les compétences sociales citées dans le domaine 3 qui visent la formation de la personne et du citoyen : « l’élève exprime ses sentiments et ses émotions en utilisant un vocabulaire précis. Il exploite ses facultés intellectuelles et physiques en ayant confiance en sa capacité à réussir et à progresser. L’élève apprend à résoudre les conflits sans agressivité, à éviter le recours à la violence grâce à sa maitrise de moyens d’expression, de communication et d’argumentation. Il respecte les opinions et la liberté d’autrui, identifie et rejette toute forme d’intimidation ou d’emprise. Apprenant à mettre à distance préjugés et stéréotypes, il est capable d’apprécier les personnes qui sont différentes de lui et de vivre avec elles. Il est capable aussi de faire preuve d’empathie et de bienveillance ».

Les élèves doivent donc valider deux types de compétences, au-delà des compétences disciplinaire classiques : des compétences sociales et civiques d’une part, d’autonomie et d’initiative d’autre part. Généralement considérées comme des compétences sociales, non académiques ou encore non cognitives, ces compétences s’expriment pourtant suivant le même processus : les compétences font parfois référence à des attitudes (performances mesurables dans des actes) ou à des comportements (savoir-faire, être capable de), ou encore à des fonctions (actes ordonnés par une finalité), mais aussi à des potentialités (disposition interne au sujet), qui s’actualisent sous forme de réponses nouvelles à des situations nouvelles.Cette définition fait référence au compétences en générale mais aussi à leur déclinaison en compétences de base, compétence cognitive, compétence transversale, compétence émotionnelle, compétence socio-affective, compétence académique, compétence collective. Les compétences sociales correspondant donc à un ensemble de comportements adaptatifs appris, se modifiant avec l’âge, au cours des expériences vécues. Ne serait-il pas plus pertinent de leur conférer un aspect dual plutôt que de vouloir séparer la dimension cognitive de la dimension comportementale.

Est-ce la mission de l’école que de mieux préparer les élèves à la vie qui les attend, de leur apprendre à gérer leurs émotions, d’éveiller leur sentiment d’empathie ? Dans quelle mesure le système éducatif contribue t-il au développement de ces compétences et le fait-il de manière consciente ? Ces questions sont débattues dans notre Dossier de veille 121 du mois de janvier : À l’école des compétences sociales.

[1] Lire ici les objectifs du Socle commun de compétences, de connaissances et de culture dans les cinq grands domaines.

Gaussel Marie (2018). À l’école des compétences sociales. Dossier de veille de l’Ifé, n°121, janvier. Lyon : ENS de Lyon.

 

Le DIPF : qu’est-ce que c’est ? Das DIPF – was ist das?

A l’occasion de la journée franco-allemande du 22 janvier, date-anniversaire de la signature en 1963 du traité d’amitié franco-allemand, dit traité de l’Elysée, par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, nous vous proposons de découvrir le partenaire allemand (Francfort sur le Main et Berlin) de l’IFé et de l’ENS de Lyon en matière de recherches en éducation : le DIPF, Deutsches Institut für internationale pädagogische Forschung. Portrait croisé de ces deux institutions « sœurs », à l’heure où E. Macron et A. Merkel souhaitent « promouvoir notre coopération bilatérale dans les domaines de l’éducation, de la recherche, de l’innovation et de la culture » (déclaration conjointe du 22 janvier 2018) …


Continuer la lecture de « Le DIPF : qu’est-ce que c’est ? Das DIPF – was ist das? »

Petite chronologie des dispositifs liés à la recherche en éducation depuis 20 ans

Un Conseil scientifique de l’éducation est mis en place aujourd’hui par le Ministre. L’occasion de rappeler brièvement certaines initiatives institutionnelles concernant directement ou indirectement la recherche en éducation qui ont marqué les 20 dernières années .

1995-2000  Comité national de coordination de la recherche en éducation, chargé d’une mission de synthèse, d’orientation et d’évaluation de la recherche en éducation (archive : http://www.inrp.fr/Cncre/Accueil.html )

2000-2005  Haut conseil de l’évaluation de l’école (HCÉÉ)

2001 : Rapport présenté par Antoine Prost “pour un programme stratégique  de recherche en éducation” (http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/014000799/index.shtml )

2002-2004 : Programme incitatif de recherche en éducation et formation (PIREF), coordonné par Marie Duru-Bellat.

Décembre 2010- février 2011  : Dissolution de l’INRP (Institut national de recherche pédagogique) et création de l’IFÉ (Institut français de l’Éducation) au sein de l’ENS de Lyon

2005-2012 : Haut Conseil de l’éducation (HCÉ) (archive : http://www.hce.education.fr/ )

2014 : création du CNESCO (Conseil national de l’évaluation du système scolaire)

2016 : création de l’ICE Auvergne Rhône Alpes (Institut Carnot de l’Éducation)

2017 : Rapport présenté par François Taddei “Vers une société apprenante” et rapport présenté par les Alliances Athéna et Allistène “La recherche sur l’éducation, éléments pour une stratégie globale” (présentation et sources).

A suivre…

La sensibilisation des enseignants aux recherches améliore les résultats scolaires ? Ce n’est pas si évident…

En Angleterre comme un peu partout, on estime dans les communautés scientifiques et éducatives que l’on dispose aujourd’hui d’un certain nombre de résultats suffisamment robustes  pour améliorer l’apprentissage. On se rend compte, en revanche, que la plus grande partie des enseignants connaissent mal ces résultats et rencontrent des obstacles pour se les approprier.

C’est pour surmonter ce problème que l’Education Endowment Foundation a lancé depuis trois ans une série d’études visant à expérimenter les différentes façons de partager les résultats de la recherche avec les enseignants. Différents degrés de dissémination de ces résultats ont été testés, de la familiarisation la plus superficielle jusqu’à l’engagement d’enseignants dans des séminaires de travail visant explicitement le transfert de résultats de recherches dans les pratiques d’enseignement. Ces études ont été menées avec l’objectif de mesurer l’efficacité de ces différents processus : les résultats scolaires des élèves (en fin d’école primaire) provenant d’écoles avec intervention des chercheurs ont été comparés avec ceux d’écoles sans intervention (groupe contrôle). Continuer la lecture de « La sensibilisation des enseignants aux recherches améliore les résultats scolaires ? Ce n’est pas si évident… »

Lire-écrire-compter-… écouter ! L’éducation sur les ondes : quel paysage sonore ?

Depuis la rentrée de septembre, l’Institut français de l’Education dispose d’une webradio, Kadékol, portée par Florence Sauvebois.

A l’heure où un tiers des Français et des Européens, et surtout les plus jeunes d’entre eux, utilise Internet pour écouter des émissions de radio (source : Ministère de la Culture, Pratiques culturelles en ligne, en France et en Europe – Points de repère et de comparaison 2007-2014), la radio numérique vient donc s’ajouter à la longue liste des moments, espaces et supports utilisés par les passeurs en éducation pour articuler recherches, politiques et pratiques éducatives et en faire dialoguer les acteurs. Pour rappel, le terme de passeur a été proposé par le service Veille et Analyses pour désigner en français les « courtiers » (brokers) qui grâce à leur regard et expérience des trois pôles – recherches, politiques, pratiques – contribuent à rendre utiles et utilisables les recherches en éducation.

Pour qui cherche à de temps en temps à reposer ses yeux, et ouvrir grand ses oreilles, la baladodiffusion complète la visite des sites Internet spécialisées en éducation, la lecture d’articles de recherche ou de revues professionnelles, la participation à des manifestations scientifiques et à des journées de formation.

A quelles conditions une webradio peut-elle être un lieu de production, de diffusion et de mise en débat des savoirs en éducation ? Quel « paysage éducatif sonore » (educational soundscape) pour le système éducatif français actuel ? Continuer la lecture de « Lire-écrire-compter-… écouter ! L’éducation sur les ondes : quel paysage sonore ? »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search