Archives mensuelles : octobre 2017

La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (4) – symposium

Jeudi 19 octobre après-midi, dans le cadre du colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? », qui fait l’objet d’un compte-rendu en quatre parties (présentation, séances plénières, ateliers, symposium) sur Eduveille, quatre interventions à plusieurs voix ont permis aux membres du réseau REPCITé (Réseau d’études pluridisciplinaires sur la citoyenneté et l’éducation), ancré dans la psychologie, de partager avec des didacticiens leurs références et quelques résultats de recherche, dans le cadre du symposium « didactique de l’éducation à la citoyenneté : contributions pluridisciplinaires des recherches menées en sciences humaines et sociales ». Continuer la lecture de La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (4) – symposium

La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (3) – ateliers

 Impossible d’assister à l’ensemble des communications portant sur l’éducation à la citoyenneté proposées lors du colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? », dont il est question dans Eduveille (présentation, séances plénières, ateliers, symposium), et encore moins à la totalité ce celles présentées lors des douze ateliers. Cinq exposés auxquels nous avons assisté permettent tout de même d’illustrer différentes approches de l’enjeu des références en didactique de l’éducation à la citoyenneté. Continuer la lecture de La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (3) – ateliers

La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (2) – séances plénières

Dans le cadre du colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? » présenté sur Eduveille (présentation, séances plénières, ateliers, symposium), quatre manifestations se sont tenues dans l’amphithéâtre Averroès de l’ESPE de Bordeaux et ont permis de nourrir des échanges communs de plus en plus ciblés sur l’éducation à la citoyenneté. Continuer la lecture de La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (2) – séances plénières

La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (1) – présentation

Les enjeux de l’éducation à la citoyenneté ont été depuis deux ans renouvelés par des orientations politiques prises à l’échelle nationale (onze mesures pour une grande mobilisation de l’Ecole pour les valeurs de la République annoncées par la ministre N. Vallaud-Belkacem le 22 janvier 2015) et européenne (déclaration de Paris du 17 mars 2015 des ministres européens de l’éducation de l’Union européenne portant sur la promotion de l’éducation à la citoyenneté et aux valeurs communes de liberté, de tolérance et de non-discrimination). Au sein du système éducatif français, de nouvelles prescriptions curriculaires sont apparues : le domaine 3 du socle commun de connaissances, de compétences et de culture entré en vigueur en septembre 2016 porte sur la formation de la personne et du citoyen, l’enseignement moral et civique a été mis en place du cours préparatoire au baccalauréat, un parcours citoyen a été créé. Continuer la lecture de La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (1) – présentation

Les systèmes d’enseignement supérieur les moins sélectifs sont aussi les moins performants !

À l’occasion d’une conférence auprès des personnels de direction et d’inspection en formation à l’ESEN cette semaine, j’ai pris connaissance des derniers travaux comparés qui éclairent la transition secondaire-supérieur.

La question du continuum -3 +3, telle qu’elle se pose en France depuis 2010, introduit une dimension plus systémique à la réussite étudiante : il ne s’agit plus simplement d’accompagner l’élève dans son orientation, ni l’étudiant dans son apprentissage des codes en vigueur dans le supérieur. Au nom de ce continuum, inscrit dans le code de l’éducation depuis la loi ESR de 2013, des rapprochements institutionnels sont opérés entre lycées et établissements d’enseignement supérieur, des « référents continuum » sont mobilisés dans chaque académie, des groupes disciplinaires rassemblent les enseignants des deux parties pour discuter des pré-requis,…
Au nom de ce continuum, il s’agit aussi de rénover l’offre de formation, de la rendre plus flexible, moins spécialisée, pour accueillir des publics plus hétérogènes. À cet égard, l’appel à projets « nouveaux cursus » lancé dans le cadre du PIA 3 (investissement d’avenir), dont les lauréats sont connus depuis la semaine dernière, est significatif de cette évolution vers une approche plus globale, qui n’exclut plus l’idée d’une défaillance institutionnelle (même si on peut regretter que la multiplication de ces appels à projets légitime des modalités concurrentielles entre les établissements et institue en quelque sorte un système à deux vitesses qui ne manquera pas de ringardiser à terme les établissements non lauréats…, mais c’est un autre débat !).

Penser que la défaillance est simplement d’ordre individuelle serait fallacieux, nécessairement. La stabilité désormais connue des taux de promotion et de diplomation, malgré la multitude de dispositifs d’aide mis en oeuvre par les établissements dans les dix dernières années, invite à une appréhension plus stratégique des questions de réussite.

Continuer la lecture de Les systèmes d’enseignement supérieur les moins sélectifs sont aussi les moins performants !

Apporter votre contribution aux enjeux de l’éducation scientifique et technologique

C’est à Saint-Malo du 27 au 30 mars 2018 que se tiendront les 10e rencontres scientifiques de l’ARDIST, l’Association pour la recherche en didactique des sciences et des technologies. Ce sera l’occasion de fêter les 20 ans de l’association, créée en 1998 pour mutualiser et partager les recherches en didactique des différentes disciplines scientifiques et technologiques. Un Dossier de veille est justement en préparation pour faire le point sur ces champs de recherche.

Les rencontres scientifiques de l’ARDIST, qui ont lieu tous les 2 ans, sont un moment d’échange entre toutes les didactiques des disciplines scientifiques et technologiques sur les enjeux, les problématiques, les méthodologies et les résultats des recherches. C’est aussi l’occasion de présenter des contributions de recherches de champs connexes et des ouvertures à des didactiques d’autres disciplines. Ces rencontres scientifiques ont vocation à accueillir toutes les personnes concernées par les didactiques des sciences et des technologies (chercheurs, enseignants, formateurs, étudiants, décideurs, responsables).

Vous avez jusqu’au 31 octobre 2017 pour contribuer à ces rencontres, sous le format que vous souhaitez, sous forme de symposiums ou de communication. Toutes les informations sont disponibles en ligne.

Si vous souhaitez mieux connaitre les chercheurs en didactique des sciences et des technologies, ou si vous voulez vous inscrire en tant que tel, vous pouvez consulter l’annuaire des chercheurs en éducation et formation EduObs, géré par l’IFE.

Les sciences de l’éducation au risque de l’ovalie

Le colloque “Mêlées et démêlés, 50 ans de recherches en Sciences de l’Education” organisé par l’équipe Toulousaine du laboratoire EFTS a réussi la gageure de créer un événement réflexif et festif au service d’une « multi-discipline » scientifique. En séance d’ouverture, D. Lacroix, président de l’université de Toulouse, souligne que ce colloque permet d’inscrire cette discipline émergente dans une histoire, sans faire abstraction des polémiques.

Mélées et  Démélées ? un parallèle assumé

Le ton est ensuite donné par Jean-François Marcel, directeur de l’EFTS qui déroule avec brio l’analogie des sciences de l’éducation avec le maniement du ballon ovale.  Des champs où l’on ne craint pas de s’affronter, de controverser pour échanger, loin des précautions oratoires du « en même temps » (« pas de même temps » martèle l’orateur). On retiendra de sa leçon sommaire de rugby  l’importance des intervalles (la bonne distance du chercheur (et/ou de la chercheuse) avec son objet ?), des passages, des marquages et … des débordements, sans oublier la place de la défense et des adversaires.

Autour de la même thématique, les organisateurs du symposium ont confié à Marguerite Altet la difficile tâche de sélectionneuse des 15 figures marquantes des sciences de l’éducation pour composer une équipe qui gagne : 5 femmes, 10 hommes, qui ont répondu aux deux questions :

  • Quelle est la controverse la plus importante selon vous des sciences de l’éducation ?
  • Comment voyez-vous les sciences de l’éducation dans 20 ans ?

Continuer la lecture de Les sciences de l’éducation au risque de l’ovalie