La parole à l’école

Dans un monde où l’écrit est roi, la parole semble délaissée. Et pourtant, on sent à la lecture des programmes scolaires une prise de conscience de plus en plus importante de la place de l’apprentissage de l’oral à l’école. L’écrit ne peut être le seul axe central face aux nombreuses évolutions communicationnelles d’une société moderne. La construction du langage en tant que savoir disciplinaire devient un enjeu scolaire placé au cœur des apprentissages. L’oral doit être enseigné parce qu’il relève de compétences spécifiques qui ne s’acquièrent pas spontanément lors du développement du langage de l’enfant. Mais les questions à propos de son enseignement et de son évaluation sont vastes et ne trouvent pas toujours écho dans les recherches et dans les instructions officielles.  Pourtant, les situations d’utilisation du langage à l’école nous amènent à aborder l’oral sous de nombreux angles : l’oral comme moyen d’expression (développement personnel, construction de soi),  d’apprentissage ( structurer les champs conceptuels ) et  d’enseignement (transmettre les informations, gérer la classe), mais aussi l’oral comme objet d’apprentissage (maitriser les genres oraux, apprendre à communiquer) et d’enseignement (travailler la verbalisation, l’interaction). Toutes ces dimensions du langage parlé à l’école ont amorcé dans les années 1990 une réflexion scientifique et didactique sur la façon dont pouvait être enseigné l’oral et comment il pouvait trouver sa place dans les apprentissages. C’est face à ces interrogations, et parce que les enjeux liés à la maitrise du langage nous semblent primordiales, que nous avons souhaité aborder ce sujet dans notre Dossier de veille n°117.

Gaussel Marie (2027). Je parle, tu dis, nous écoutons : apprendre avec l’oral. Dossier de veille de l’IFÉ, n°117, avril. Lyon : ENS de Lyon.

 

L’autonomie des établissements en débat

La France est connue pour son système éducatif historiquement très centralisé. Cette caractéristique est souvent accusée d’être un frein aux initiatives, à l’adaptation des écoles à leurs publics et à leurs contextes. L’argument est d’autant plus convaincant quand des indicateurs nationaux ou internationaux soulignent combien le système scolaire français est marqué par les disparités scolaires et sociales. A quoi bon des règles rigides et uniformes si c’est pour accoucher de fortes inégalités ?

D’autres voix se font en revanche entendre contre une libéralisation qui aboutirait à redoubler ces inégalités, en favorisant la mise en place de marchés scolaires. Concurrence et ségrégation accrues seraient alors les effets essentiels d’une plus grande autonomie.

Les études disponibles, en France et au niveau international, soulignent que ce débat est souvent mené à partir des catégories assez grossières, sans prendre en compte les différents niveaux de signification possible des termes employés. L’autonomie a par exemple des effets contrastés selon que l’on évoque l’autonomie administrative ou l’autonomie pédagogique. Elle peut recouvrir des phénomènes largement différents selon qu’il s’agit de permettre aux établissements de recruter librement leurs élèves, de gérer leurs personnels, de  construire leurs programmes ou d’organiser leurs projets pédagogiques. Ce débat ignore aussi bien souvent ce que  les acteurs et les parties prenantes de l’éducation font concrètement de leurs espaces d’autonomie. Enseignants, responsables d’établissements ou parents peuvent tous trouver des raisons variées de vouloir plus ou moins d’autonomie, raisons qu’il s’agit d’abord de comprendre avant d’en discuter la légitimité.

Pour y voir plus clair, la quatrième édition des Entretiens Ferdinand Buisson a donc mobilisé les contributions d’une chercheuse suisse, Laetitia Progin, d’un chercheur belge, Hugues Draelants, et d’une équipe  d’un collège de Villeurbanne (agglomération de Lyon) représentée par deux enseignants, Rémi Voisin et Éric Eberlin, ainsi que par  la principale de l’établissement, Dominique Didier-Viforel. Ces Entretiens seront animés par Hélène Buisson-Fenet et Olivier Rey.

La conférence visera à encourager la réflexion à partir de cas précis, issus d’études ou d’expériences personnelles, où certaines dimensions de l’autonomie sont directement impliquées. Chaque participant a été sollicité pour être porteur de réflexions ou d’expériences qui éclairent ce que peut signifier l’autonomie en contexte d’établissement, avec ses apports et ses limites éventuelles. Il s’agira ensuite, à partir de ces constats, d’identifier dans quelle mesure  l’autonomie des établissements peut faciliter le travail pédagogique des enseignants, pour la réussite éducative de leurs élèves.

La conférence aura lieu le mardi 23 mai 2017 à 18 heures, à l’Institut français de l’Éducation, bâtiment “Buisson” (D8) de l’ENS de Lyon, 19 allée de Fontenay, à Lyon (69007).

Inscription : https://www.weezevent.com/l-autonomie-de-l-etablissement-avec-ou-contre-les-enseignants 

 

 

Comprendre les mutations de l’École

Tel est l’objectif du Magazine de l’éducation, édité par la plate-forme TECHEDULAB, du laboratoire EMA- École, Mutations, Apprentissages (université de Cergy-Pontoise) et dont le numéro zéro vient d’être mise en ligne.

Ce numéro s’intéresse aux programmes des candidats à l’élection présidentielle. Les rédacteurs ont notamment synthétisé les choix politiques par des graphiques en toile d’araignée (ou radar). Continuer la lecture de « Comprendre les mutations de l’École »

Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense

Les clichés sur les étudiantes et les étudiants qui s’inscrivent dans les filières universitaires (ESPE) menant aux carrières de l’enseignement amènent à imaginer des étudiants plutôt bons élèves et plutôt originaires de familles liées à l’enseignement scolaire ou supérieur. Et si l’on se trompait ?

Les résultats de l’enquête 2016 de l’Observatoire national de la vie étudiante (46340 questionnaires traités)  donnent une image assez nette de la population étudiante, dont la catégorie “enseignement/ESPE” qui regroupe les étudiants préparant des diplômes et concours de la profession enseignante (près de 4% du nombre total des étudiants). Quelles sont les caractéristiques de cette sous population ?  En fait, il semble que ceux qui peuplent les filières universitaires menant à l’enseignement  sont issus de milieux socioprofessionnels plus modestes que ceux des autres filières et ont un parcours scolaire d’élèves qu’on qualifie usuellement de “passables” ou “moyens”. Ces constatations moyennes demanderaient bien sûr à être affinées, car elles recouvrent de probables importantes disparités régionales, disciplinaires et académiques. Il convient également de garder à l’esprit que les étudiants inscrits dans ces filières ne sont pas forcément les enseignants de demain : certains  deviennent professeurs sans passer par le master 1 des ESPE et d’autres ne réussissent pas les concours de l’enseignement après leur première année de master (1).

Des étudiants qui sont plutôt des étudiantes

Ces étudiants sont le plus souvent des étudiantes, puisque ces dernières composent 64% des effectifs des filières de l’enseignement. Ces étudiant(e)s sont aussi les plus âgé(e)s en moyenne de l’échantillon global de l’OVE, avec une moyenne de 27 ans, ce qui corrobore d’autres données sur les fréquentes reprises d’études associées à la préparation des concours d’enseignement ou de certaines spécialités dans le domaine de la formation. Peu d’étrangers dans cette catégorie, 4,1%, soit un taux proche de celui qu’on trouve  en CPGE, ce qui est logique dans un domaine professionnalisé orienté vers la fonction publique. Continuer la lecture de « Les étudiants des ESPE et filières d’enseignement ne sont pas forcément ceux qu’on pense »

Reviens Humboldt ! Ils sont devenus fous !

Les coïncidences sont parfois heureuses… à l’heure où C. Musselin publie un nouveau livre sur la course aux standards internationaux, l’IFÉ remet au ministre son rapport sur la transformation des universités et publie son dernier dossier de veille sur la profession académique… trois publications qui entrent en résonance les unes avec les autres pour offrir un panorama sans concession de l’enseignement supérieur français aujourd’hui… Continuer la lecture de « Reviens Humboldt ! Ils sont devenus fous ! »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search