Les enseignants anglais dopés à l’EX…cellence, …pertise

Un laboratoire d’idées anglais (Institute for Public Policy Research – IPPR) vient de publier un rapport (Hood & Clifton) proposant la création d’un nouvel institut de formation des enseignants, l’Institute for Advanced Teaching (IAT) dans l’objectif de former des enseignants experts, visant l’excellence dans leur enseignement.

Pour le réaliser, l’IAT avancera en trois étapes :

  • Recruter des enseignants qualifiés à haut potentiel, travaillant dans des écoles difficiles, à partir d’un processus rigoureux d’évaluation de leurs connaissances, habiletés et valeurs ;
  • Développer l’expertise de ces enseignants : deux années de formation à temps partiel pour une qualification complétant un emploi à plein temps, accréditation par une université puis à plus long terme par l’IAT, enseignement par des enseignants praticiens experts, sur des campus proches d’écoles performantes fréquentées par des communautés défavorisées ;
  • les transformer en force de changement pour l’éducation, après leur diplomation, pour plus de leadership (et devenir de futurs enseignants à l’IAT).

Pour étayer leur définition de ce que peut être un « enseignant expert », les auteurs du rapport s’appuie sur les travaux de Hattie, qui identifie cinq caractéristiques de l’enseignant expert : haut niveau de connaissances et de compréhension des matières enseignées ; capacité à guider les apprentissages des élèves pour des résultats marquants ; capacité de rétroagir avec les élèves et les faisant progresser, en les motivant, en développant leur auto-efficacité, etc. Pour Hattie, c’est là que réside la différence entre enseignant expert et enseignant expérimenté.

Par ailleurs, ce rapport s’inspire du rapport MCKinsey, publié en 2010, qui déjà, cherchait à construire un système d’enseignement plus performant, à l’instar de celui de l’Ontario, de Singapour ou de Hong-Kong (PISA 2009 était passé par là).

Le rapport de l’IPPR s’inspire cette fois des États-Unis (et des graduate schools of education indépendantes), de Singapour (Academy of Singapore Teachers et sa culture de l’excellence) et de Hong-Kong (Continuing professional development programme-CPD).

Le rapport a été présenté lors de la Schools Week par les huit “academies” contributives au laboratoire d’idées (il s’agit d’écoles publiques à financement mixte) et quelques écoles de formation des enseignants, qui ont lancé un “appel aux armes” pour être rejointe par d’autres écoles et facultés.

À propos de la persévérance scolaire

Je suis intervenu dans le cadre du Plan national de formation, devant des Inspecteurs de l’Éducation nationale de l’enseignement professionnel (IEN ET-EG) pour parler de la
persévérance scolaire. Mes interventions habituelles, depuis la sortie du Dossier d’actualité n° XXX portent sur le décrochage scolaire. Aborder la question sous l’angle de la persévérance oblige à changer de focale et à se mettre l’accent sur la prévention et sur ce qui permet aux élèves de s’engager dans leurs apprentissages. Le lien est rapidement fait avec le travail personnel de l’élève, objet du dernier Dossier de veille publié tout récemment (DV n°111, Représentations et enjeux du travail personnel de l’élève).

perseverance Continuer la lecture de « À propos de la persévérance scolaire »

Tu as fait tes devoirs ?

« Manque de travail ». « Doit apprendre ses leçons ». « Fait semblant de travailler » « Ne travaille pas régulièrement ». « Aucun travail fourni ». « Travaillez plus consciencieusement ». Les bulletins scolaires révèlent le présupposé de notre institution qui veut qu’un élève qui réussit est forcément un élève qui travaille, et inversement. Ceux qui travaillent mais ne réussissent pas peuvent être perçus comme méritants quand même.

On voit bien que la question du travail personnel de l’élève est centrale dans notre école. Cette question est bien souvent réduite à celle des devoirs à la maison, dont on sait qu’ils renforcent les inégalités et qu’ils sont au mieux inefficaces en terme d’apprentissages. Pourtant, tout le monde se plie au rituel des devoirs.

Or le travail pour la classe hors la classe peut avoir lieu dans des lieux très divers, chacun ayant leur spécificité : dans l’établissement scolaire avec les dispositifs d’aide ou les temps d’étude, dans des structures associatives au niveau des communes, en lien plus ou moins étroit avec les politiques de la ville, dans les familles ou encore dans des structures privées qui proposent des cours (particuliers souvent) payés directement par les familles. Les attentes familiales et sociales sont grandes, le travail personnel des élèves étant vu comme une nécessité pour offrir aux enfants plus de chances de réussite scolaire, sociale et professionnelle.

Pourtant, ces différentes aides s’avèrent souvent inefficaces. Le travail personnel de l’élève ne se cultive pas « hors sol ». Pour que l’élève en tire profit, il est important que ces temps soient articulés entre eux, que les aides proposées soient en lien avec les apprentissages qui ont lieu en classe. Et ce travail personnel doit être préparé en classe pour que les élèves arrivent à faire des ponts entre ce qui leur est demandé de faire et puissent se mobiliser sur les tâches à réaliser.

La question n’est donc pas tant celle du « travail personnel », bien difficile à mesurer et dont on évalue la qualité à la quantité de temps passé, que celle de l’engagement des élèves dans leurs apprentissages. Et cet engagement n’est pas uniquement le fait des individus, mais se nourrit des interactions avec le groupe. Le travail personnel se trouve favorisé par le collectif et doit se penser aussi dans un environnement plus large.

Les devoirs à la maison, source de malentendus scolaires entre élèves, enseignants et parents, révèlent les implicites de l’école et les impensés de l’organisation du travail personnel des élèves.

Le dernier Dossier de veille de l’IFÉ tente de faire le point sur le travail personnel des élèves qui interroge le système éducatif depuis plus d’un siècle, mais qui est devenu une question cruciale aujourd’hui pour enrayer les inégalités scolaires grandissantes.

 

Pour citer ce dossier :

Thibert Rémi (2016). Représentations et enjeux du travail personnel de l’élève. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 111, juin. Lyon : ENS de Lyon
http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=111&lang=fr

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search