Étudiants : des parcours et pratiques pluriels

Si l’on vous donne le mot « étudiant », quelle image vous vient à l’esprit ? Assurément, une représentation unique est impossible et ce sont plusieurs visages qui défilent, se succèdent, tant les parcours, connaissances, histoire et projections sont particuliers. Le dossier de veille n° 106 “Les nouveaux étudiants, d’hier à aujourd’hui” pose ce regard sur les étudiants, au travers de leurs expériences et propose d’observer ce qu’ils vivent.

L’enseignement supérieur comptabilise de plus en plus d’étudiants aux profils hétérogènes : bacheliers professionnels, étudiants étrangers, publics adultes et en formation continue ; à temps partiel, à distance, en césure ; qui envisagent des études de plus en plus longues, ou des cumuls de diplômes soit pour retarder leur insertion, soit se donner plus de chances sur le marché du travail. Les cursus professionnalisants se sont multipliés, et les stages devenus quasi incontournables sont au programme y compris de cursus « classiques ». Le travail salarié étudiant, dont l’évolution est manifeste ces dernières années, n’est pas sans conséquence sur les études et les manières d’étudier.

Qu’en est-il de leur parcours dans le supérieur ? On les dit peu libres de leur choix d’études qu’ils subiraient ou qu’ils s’interdisent… Néanmoins, pour bon nombre d’entre eux, les filières universitaires sont aussi l’espace d’ajustement de trajectoires, qui entraînent réorientations, abandons, formations à la carte ou mises en suspens des études. Autant d’actions comptabilisées regrettablement en échec alors qu’elles concourent à leur expérience. La préoccupation récurrente sur leur devenir professionnel, appuyée par le poids de la société et de la conjoncture économique conduit à s’attacher au rôle du projet dans leur parcours : est-il prépondérant à la réussite des étudiants ? Dans cette perspective, le savoir utilitariste semble prendre le pas sur le savoir intellectuel pourtant plus favorable à leur réussite. Faire évoluer le sens accordé aux études, et par là-même mobiliser ses connaissances, développer de nouveaux apprentissages, réflexifs, avec une pensée critique, pour enfin développer une réflexion sur ses propres manières d’apprendre, sont des étapes progressives du « devenir  étudiant » qu’il s’agit d’accompagner.

Le dossier de veille questionne leur usage des technologies, leurs perceptions vis à vis du monde universitaire et des pratiques pédagogiques déployées, et souhaite apporter un éclairage sur leurs difficultés, déclarées ou observées, ainsi que sur leurs attentes, afin de mieux appréhender les univers des étudiants et poser la question de leur réussite.

Ce dossier est réalisé à l’occasion d’une conférence de consensus organisée conjointement par l’Institut français de l’Education (ENS de Lyon) et la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), à Paris les 16 et 17/12/2015, sur le thème « Réussite et échec dans l’enseignement supérieur ».

Qui veut devenir prof ?

enseignement-superieur-publicPas beaucoup de monde selon le dernier PISA in focus, une des publications mensuelles de l’OCDE.  Seulement 5% des étudiants des pays de l’OCDE s’orientent vers cette profession (3% sont des garçons, 6% des filles). Autre constat, ces étudiants obtiennent des scores en numératie et en littératie moindres que ceux des étudiants qui ne voulant pas être enseignants mais qui se destinent à d’autre professions à qualifications égales. De façon générale, on observe un pourcentage plus important d’une vocation vers le professorat dans les pays où le salaire des enseignants est plus élevé comme l’Indonésie, l’Irlande du sud, le Japon, la Corée, la Turquie et le Luxembourg.

Il n’y a pas que le faible  niveau de rémunération (85% à 92% du salaire d’un personne travaillant à plein temps dans le secteur tertiaire) comme facteur de motivation mais également le peu de valeurs sociales et professionnelles accordées à ce métier. Les étudiants les plus performants ont accès à une large éventail de profession et leur choix se portent sur des carrières mieux valorisées dans la société, plus prestigieuses et mieux rémunérées. Continuer la lecture de « Qui veut devenir prof ? »

Conférence de consensus sur la lecture : l’appel à candidatures pour le jury est lancé

La conférence de consensus sur la lecture organisée par le CNESCO et l’IFÉ se déroulera à l’ENS de Lyon, les 16 et 17 mars 2016.

Après la conférence de consensus organisée en 2003, qui était centrée sur les premiers apprentissages de la lecture, cette conférence visera à faire le point sur les savoirs  qui permettent de réfléchir aux manières de soutenir le développement continu de la compétence de lecture aux différentes étapes de la scolarité obligatoire, en tenant compte des types et genres de textes à lire dans les différentes disciplines scolaires mais aussi de l’évolution et de la diversification des  environnements et des supports de lecture à l’ère numérique.

Elle mobilisera pour cela des expertises issues de différentes disciplines (sciences de l’éducation, psychologie cognitive, didactique, sociologie, sciences du langage…) afin de produire des recommandations pertinentes pour tous ceux qui sont engagés dans des activités professionnelles visant à favoriser les pratiques de lecture : enseignants de la maternelle au lycée, parents, bibliothécaires, documentalistes et  intervenants du milieu culturel.

Comme pour les autres conférences, un jury représentatif des différentes parties prenantes sur cette thématique éducative sera constitué. Il aura pour rôle de produire ces recommandations après avoir lu différentes synthèses et auditionné les experts mobilisés.

Que vous soyez parent, enseignant ou personnel de l’encadrement éducatif, vous pouvez faire acte de candidature jusqu’à début janvier  en renseignant le formulaire en ligne : http://ife.ens-lyon.fr/enquetud/index.php?sid=12371

La conférence est placée sous la présidence d’Olivier Dezutter, professeur à l’université de Sherbrooke (Canada), qui assure le pilotage scientifique. Le jury sera lui présidé par Jean-Emile Gombert, professeur à l’université de Rennes 2 .

Didactique(s) et sciences humaines et sociales : et si on se causait ?

Le 17 novembre dernier, l’Association pour les recherches comparatives en didactique (ARCD) a organisé une journée d’étude autour de la thématique : « Didactique(s) : quel dialogue au sein des sciences de l’homme et de la société ».

Les tentatives de dialogue mais aussi les distances de communication ont été discutées par les intervenants, dans des domaines tels que la didactique des sciences et des technologies (Maryline Coquidé), la didactique du français et les sciences du langage (Ekaterina Bulea-Bronckart), l’approche anthropologique en didactique (Marie-Pierre Chopin), la philosophie (Henri Go) ou la sociologie (Philippe Losego). Chantal Amade-Escot et Marie Toullec-Théry ont réagi aux diverses interventions.

Un colloque organisé en 2012 par la Haute école pédagogique du canton de Vaud « Sociologie(s) et didactique(s) : vers une transgression des frontières » avait déjà évoqué les relations difficiles en termes de pratiques (socialement différenciées), de manière d’aborder les controverses, du rapport entre savoirs et savoirs disciplinaires de la part des enseignants. Cette analyse comparative entre sociologie et didactique posait l’argument suivant : « Longtemps, la sociologie a traité l’école comme une sorte de boîte noire en négligeant les processus d’apprentissage. Les didactiques, quant à elles, se sont essentiellement préoccupées des dimensions cognitives, en négligeant quelque peu les rapports sociaux ». Qu’en est-il actuellement : la sociologie réinvestit-elle l’étude des savoirs scolaires et les didactiques intègrent-elles le social dans leurs différents modèles ?

Continuer la lecture de « Didactique(s) et sciences humaines et sociales : et si on se causait ? »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search