Le rapport Legrand, 30 ans après

Louis Legrand vient de mourir à l’âge de 95 ans. Il ne s’agit pas ici de faire une notice nécrologique, mais de rappeler ce pourquoi (entre autres) Louis Legrand a marqué l’histoire de l’éducation, le rapport qu’on connait sous le nom de “rapport Legrand” mais dont le  titre réel est “Pour un collège démocratique : rapport au ministre de l’Éducation nationale“.

Publié en 1982, soit 7  ans après la loi Haby sur le collège unique, ce rapport présente d’étranges similitudes avec une autre réforme… Tant par les propositions qui y figurent que par les réactions qu’il a suscitées.

Les grandes lignes de ce rapport (publié par la Documentation française)  sont les suivantes :
– aménager dans les classes de 6ème et 5ème des temps de travail en groupes d’élèves de niveau hétérogène et des temps en groupes de même niveau ;
– adapter les programmes nationaux à la diversité des publics et des situations locales ;
– favoriser les activités d’expression et de production technique ;
– renforcer les liens entre l’élémentaire et le secondaire pour faciliter le passage en 6ème ;
– favoriser l’autonomie des établissements pour prendre en compte la diversité des situations locales et transformer la vie des collèges en donnant des pouvoirs et des responsabilités aux partenaires ;
– mettre en place un tutorat destiné à aider les élèves dans leur travail et leur vie scolaire ;
– transformer les fonctions et les services des enseignants qui effectueraient 16 heures d’enseignement + 3 heures de concertation en équipe pédagogique et 3 heures de tutorat.
L’accent est mis sur l’importance du travail en équipe pédagogique et pluridisciplinaire, l’élaboration de projets éducatifs.

Quant aux réactions, on lit par exemple, dans une note de lecture de Gabriel Langouet, dans un numéro de la Revue française de pédagogie (1984) : “Avant même qu’il soit publié et dès sa parution, il a fait l’objet de discussions passionnées, de prises de position parfois tranchées, de polémiques acerbes, à partir d’analyses souvent incomplètes ou fragmentaires: le tutorat ou les services d’enseignement des professeurs par exemple“.

Ça vous rappelle quelque chose?

 Voir la Biographie de Louis Legrand, par Claude Lelièvre.

Observer et évaluer, observer pour évaluer en EPS

Les 17 et 19 octobre derniers, l’association pour l’enseignement de l’éducation physique et sportive (AEEPS) organisait sa première biennale sur le thème « L’observation et l’évaluation au service des progrès des élèves en EPS ».

Outre des conférences surplombantes (l’évaluation pour les apprentissages ; le lien entre les théories de l’apprentissage et les formats d’observation de l’activité des élèves ; la régulation des apprentissages en EPS ; les tensions liées à l’évaluation sommative en EPS), des communications professionnelles, présentant systématiquement des vidéos d’élèves en activité (ou en position d’observateurs) étayaient les problématiques de l’évaluation sous toutes ses formes et approches (sans note, par compétences, pour la réussite, pour la motivation, en auto-évaluation, etc.) mais aussi celles des pratiques enseignantes (observation pour réguler, guider, évaluer ; utilisation des TICE). Continuer la lecture de « Observer et évaluer, observer pour évaluer en EPS »

ÉDULAB – vos visions de l’enseignement supérieur à 10 ans

Vous avez votre petite idée sur ce que sera l’enseignement supérieur dans 10 ans ? Sur l’évolution du métier d’enseignant ? Sur les nouveaux dispositifs pédagogiques et/ou l’usage des ressources éducatives libres ? Sur la manière dont les étudiants travailleront ? Sur les axes stratégiques en matière de gouvernance, sur l’offre de formation, l’aménagement des espaces ? Sur les reconfigurations des espaces-temps pédagogiques liées au numérique ?

À moyen terme, certaines tendances vous paraissent clés ? Certains défis vous semblent impossibles à ne pas relever ? Certaines technologies susceptibles d’être largement adoptées… ou pas ? Vous imaginez des scénarios, vous les appelez de vos vœux, ou bien au contraire vous les redoutez ?

Pourquoi ne pas partager votre vision ?

Comment contribuer ?

Le contenu de votre contribution relève de votre initiative personnelle, elle peut également émaner d’un groupe (d’étudiants par exemple). Il peut s’agir d’un texte et/ou d’un schéma, la tonalité peut être académique ou fictionnelle. Aucun nombre de caractères minimal n’est requis.

Les contributions sont à envoyer au plus tard le vendredi 23 octobre 2015. Tous les détails se trouvent dans l’appel à contributions téléchargeable à cette adresse :

Edulab-2015-appel-a-contributions

(veuillez noter que le lien http://bit.ly/edulab-2015 est désormais expiré)

Que deviendront les contributions ?

Vos contributions seront examinées par un groupe de vingt-cinq personnes environ (chercheurs, enseignants, ingénieurs et conseillers pédagogiques, institutionnels, étudiants) qui se réunira à guichet fermé mi-novembre prochain à Lyon et qui aura pour mission de défricher les évolutions – perceptibles ou souhaitables – de l’enseignement dans le supérieur, à partir des « visions » qui auront été proposées :

AUST Jérôme, Sciences Po ; BAILLY Basile, université Claude Bernard Lyon 1 ; BARRIER Julien, ENS de Lyon ; COSNEFROY Laurent, ENS de Lyon ; DESCHRYVER Nathalie, université de Fribourg ; FUGIT Jean-Luc, université Jean Monnet Saint Étienne ; GIRET Jean-François, université de Bourgogne ; HOFFMANN Christian, université Joseph Fourier Grenoble 1 ; DE HOSSON Cécile, université Paris Diderot ; JUTAND Marthe-Aline, université de Bordeaux ; LAFAY Fabien, université Jean Moulin Lyon 3 ; LAMEUL Geneviève, Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ; LARROCHE Valérie, université Jean Moulin Lyon 3 ; LEMENER Marielle, université de Bourgogne ; MAJADA Manuel, université de technologie de Compiègne ; MIGNOT-GÉRARD Stéphanie, université Paris-Est Créteil Val de Marne ; OBAJTEK Sylvain, université de Lille 3 sciences humaines et sociales ; PAIVANDI Saeed, université de Lorraine ; PIERRONNET Romain, université Paris Est Créteil ; RAAB Raphaëlle, université Lumière Lyon 2 ; REYNET Olivier, ENSTA Bretagne ; SUSSAN DEPRESLE Mathilde ; université Joseph Fourier Grenoble 1 ; TRALONGO Stéphanie, université Lumière Lyon 2 ; VITOUX Bernard, ENSIC.

Votre contribution sera leur matière première, alors lancez-vous !

En envoyant votre contribution, vous acceptez qu’elle soit rendue publique dans un document numérique qui rassemblera l’ensemble des contributions reçues et les analyses qu’elles auront suscitées.

Cette initiative est le fruit d’un partenariat entre l’IFÉ (Institut français de l’éducation) et la DGESIP (Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle) du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Les apprentissages des élèves vous intéressent?

Et plus largement l’éducation et la formation, sous toutes les formes, les techniques et les contextes?  Il vous reste une semaine (15 octobre , 13h) pour répondre à l’appel à projets de l’ANR.

L’Agence nationale de la recherche propose chaque année un plan d’action comportant des appels à projets. Les projets qui sont sélectionnés bénéficient d’un financement. « Trois types d’outils sont disponibles : les instruments de financement dédiés aux individus ; ceux qui ciblent sur les recherches menées en collaboration et les financements relatifs à l’amorçage de projets ».

Les sciences humaines et sociales, ne représentent pas la majorité des projets proposés (ni des domaines qui composent le plan d’action) et répondent prudemment aux appels à projets. Il s’agirait d’être proactif?

En 2013, 11 projets ont été retenus dans le programme « apprentissages », dont ReVEA (ressources vivantes pour l’enseignement et l’apprentissage), mené par le CREAD, l’IFÉ, S2HEP et STEF, pour un montant de 415 176 euros sur 48 mois  ou Formsciences (Formation des professeurs des écoles à l’enseignement des sciences par la démarche d’investigation : impacts sur les pratiques d’enseignement et les compétences des élèves) chapeauté par l’école d’économie de Paris, pour un montant de 645 424 euros sur 48 mois.

En 2014, ont été sélectionnés (ou reconduits) 6 projets dans le programme « Éducation et formation », 5 projets dans le programme « Formation et éducation » et 4 projets dans le programme « Apprentissages ».

Dans les projets des programmes “apprentissages”, beaucoup de psycho, de neurosciences… on attend avec impatience plus d’équipes en didactique et en sciences de l’éducation.

Enseignement et formation en régime numérique : nouveaux rythmes, nouvelles temporalités?

La revue Distance et Médiations des Savoirs prépare un numéro thématique sur ce sujet.  “L’objectif de ce numéro est de se centrer sur les acteurs de l’éducation (enseignants, concepteurs des dispositifs, institutions, apprenants, etc.), dans la période contemporaine, marquée par le développement du numérique à l’école, à l’université et en formation. Le but est donc de rassembler des contributions offrant un point de vue privilégiant la question des temporalités en régime numérique et sur le vécu des acteurs dans ces situations d’enseignement, d’apprentissage et d’organisation. Plusieurs axes, complémentaires et non exclusifs, pourront ainsi être traités“.
Vous trouverez en pièce jointe le détail de l’appel à contributions  (“manifestation d’intérêt par les auteurs potentiels sur la base d’un texte de 600 signes maximum: 18 décembre 2015”).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search