Lire pour s’instruire et se faire plaisir

lecture experte

 « Lisez pour vivre. Faites à votre âme une atmosphère intellectuelle qui sera composée de l’émanation de tous les grands esprits » (Flaubert, 1857).

Une des grandes missions de l’École est d’apprendre à lire à tous les     élèves. Mais que signifie « savoir lire » aujourd’hui ? Ce n’est pas la simple maîtrise technique de compétences en lecture et écriture mais  le moyen d’accéder à une culture commune et de s’insérer dans la société que ce soit dans la sphère personnelle ou professionnelle. La lecture est le moyen privilégié d’accéder aux savoirs, de construire des connaissances et de comprendre le monde.

Que veut dire savoir lire à notre époque ? Une première définition caractérise l’acte de lire comme la capacité à établir des relations entre les séquences de signes graphiques d’un texte et les signes linguistiques propres à une langue naturelle (phonèmes, mots, marques grammaticales), mais c’est aussi la prise de connaissance du contenu d’un texte écrit. Prendre connaissance, c’est comprendre le sens du texte dans un contexte spécifique. Apprendre à lire revient donc à apprendre à comprendre.

C’est pourquoi le thème de la lecture experte ou lecture compétente est le thème de notre Dossier de veille n°101 du mois de mai 2015 qui aborde les questions des mécanismes cognitifs de la compréhension en lecture et de l’enseignement de la compréhension eu regard de l’engagement subjectif du lecteur.

Collège : les horaires avant/après

L’arrêté du 19 mai 2015 relatif à l’organisation des enseignements dans les classes de collège qui vient d’être publié au JO nous permet de faire un comparatif entre les horaires du dit-décret et les horaires applicables jusqu’au 31 août 2015.

Horaires des élèves de 6ème (fin cycle 3)

Horaires des élèves de 5ème (cycle 4)

Horaires des élèves de 4ème (cycle 4)

Horaires des élèves de 3ème (cycle 4)

* Enseignements complémentaires = accompagnement personnalisé et enseignements pratiques interdisciplinaires.

** dont 3 heures d’accompagnement personnalisé en 6ème, 1 à 2 h les années suivantes (art. 4-1 et 6-1 de l’arrêté).

Le décret + l’arrêté sur le site Legifrance.

Quelques questions en suspens, relatives aux contenus d’enseignement

  • Quid de l’enseignement facultatif du latin ?
    Les programmes du cycle 3 (pour la sixième), puis de cycle 4 (5ème, 4ème, 3ème) mentionnent dans la partie relative à l’étude de la langue et les composantes de la compétence/ savoir-faire « acquérir et maîtriser le sens et l’orthographe des mots » : « L’étymologie et l’emprunt aux langues : découverte des bases latines et grecques, dérivation et composition à partir d’éléments latins ou grecs ». Au cycle 4, on ne découvre plus mais on utilise pour construire des compétences langagières et comparer le français et le latin.
    Le 13 mai dernier la ministre de l’Éducation nationale a demandé au Conseil supérieur des programmes de préciser les programmes sur les langues et cultures de l’Antiquité. “Les langues et cultures de l’Antiquité seront enseignées sous trois formes : dans les programmes de français, qui intègreront désormais des notions d’étymologie latine et grecque ; avec l’enseignement pratique interdisciplinaire (EPI) « Langues et cultures de l’Antiquité », accessible à tous les élèves ; avec un enseignement de complément en langue latine ou grecque, pour les élèves qui le souhaitent” (texte de la saisine).
  • Quid de la découverte professionnelle ?
    On peut la découvrir au hasard du cahier des charges pour les enseignements pratiques interdisciplinaires : « Ils sont […] un lieu privilégié de déploiement du Parcours d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel (Piiodmep) ». Affaire à suivre.

 

 

« Les projets… ça se cuisine ! »

Photo Projet Innovations et fermentationsC’est une des idées qui est ressortie du brainstorming proposé lors du séminaire de l’académie de Créteil destiné aux enseignants de sciences de la vie et de la Terre de lycée ce 12 mai 2015. Et c’est tout à fait vrai, la métaphore que nous allons tenter de filer mettra en lumière les potentielles richesses des projets pédagogiques et les difficultés des enseignants à les mettre en œuvre. Le brainstorming fait par les enseignants présents au séminaire a permis grâce à un padlet bien fourni de lister et d’analyser les points forts de 4 projets présentés par des enseignants de SVT de toute l’académie :
  • « Cerveau et apprentissage » pour que des élèves de seconde en accompagnement personnalisé apprennent à comprendre et à gérer leur stress avec l’expertise de la Cité des sciences et de l’industrie ;
  • « Innovations et fermentations » en terminale S spécialité SVT pour cuisiner des viennoiseries originales (à la vanille, light, bleues…) et comprendre l’action de certains composés sur la levure (projet à l’origine de la métaphore culinaire, bien entendu) ;
  • « Groupement inter-lycéen d’experts en développement durable » pour amener un établissement à être labellisé éco-école grâce à des élèves de seconde en accompagnement personnalisé ;
  • « COP 21 lycéens Ile-de-France » pour simuler avant l’heure le débat international de décembre prochain (Paris-Climat 2015) par les experts du GIEC.
Mais place au savoir-faire culinaro-pédagogique des enseignants, agrémenté de quelques touches de recherches en éducation.

Continuer la lecture de « « Les projets… ça se cuisine ! » »

Le côté sombre de la méritocratie

En juillet 2014, Jean-Paul Delahaye, Inspecteur général de l’éducation nationale, se voyait confier, par le ministre de l’éducation nationale (B. Hamon) et sur sollicitation du Président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), la mission d’un « travail d’analyse des initiatives partenariales qui permettent la réussite de tous et favorisent l’émergence d’une école pleinement inclusive ». Le rapport de cette mission « grande pauvreté et réussite scolaire » vient d’être présenté publiquement, aujourd’hui, 12 mai.

Dans la lettre de mission, B. Hamon faisait référence aux résultats de PISA 2012 et à l’aggravation des inégalités scolaires en France.

C’est la section de l’éducation, de la culture et de la communication « compétente dans les domaines de la formation initiale, de l’orientation et de l’insertion des jeunes, de l’enseignement supérieur et de la recherche, de la citoyenneté, de l’accès aux droits, de la société de l’information et de la diffusion des savoirs, des activités culturelles, sportives et de loisirs », qui a initié ce travail d’analyse.

Jean-Paul Delahaye a présenté les principales conclusions de ce rapport. En voici les grandes lignes :

Ce rapport aborde une question dont on parle peu : 1,2 million d’enfants, soit un enfant sur dix sont des enfants de familles pauvres ou très pauvres. La France est l’un des pays dans lesquels l’origine sociale pèse le plus sur les destins scolaires.

L’école a une part de responsabilités mais l’échec scolaire est aussi le révélateur des problèmes de l’ensemble de la société.

La question est de savoir pourquoi et pour qui refonder l’école ? Corriger les inégalités, cela veut dire faire réussir les plus pauvres, c’est une question de justice mais aussi de la cohésion sociale.

Le travail de la mission a été centré sur l’enseignement primaire et le collège, avec trois points attention,  (déjà exprimés dans la lettre de mission) : meilleure prise en compte de la précarité de vie des familles en grande difficulté ; amélioration des relations entre les familles pauvres et l’école ; démocratiser la réussite éducative.

Les relations entre École et grande pauvreté montre à la fois des enfants qui sont partiellement ou totalement exclus mais aussi des écoles qui deviennent des lieux refuges, de solidarité, une sorte d’institution d’aide pour les enfants les plus démunis. On constate que les enfants et adolescents en grande pauvreté sont moins disponibles, témoignent de fragilités multiples : problèmes vestimentaires, d’alimentation, impossibilité de participer aux voyages scolaires, problèmes de santé, etc.

Les améliorations à apporter passent par celles :
– des services sociaux et de santé ;
– de l’aide sociale, qui doit être portée à la hauteur de la situation : les fonds sociaux ont été la variable d’ajustement budgétaire, ces dernières années, avec des bourses équivalant à moins de deux euros par jour ;
– des minima sociaux à revaloriser ;
– des efforts de la part des- et vers les collectivités locales, même si les efforts de celles-ci sont notables, mais inégaux sur l’ensemble du territoire.

Le social ne suffit pas, les améliorations doivent être aussi d’ordre pédagogique. Pourquoi malgré les réformes, ça ne change pas? . “L’échec scolaire des plus pauvres n’est pas un accident, dès lors qu’on souhaite conserver un système éducatif dont le choix a été de trier et sélectionner”.

J.-P. Delahaye propose quatre leviers pour une politique globale au service d’un objectif unique, la réussite de tous les élèves :

  • Concentrer des efforts envers les élèves les plus en difficulté : maintenir et renforcer l’effort dès l’école primaire ; mieux accompagner les élèves socialement défavorisés dans leur travail personnel ; porter une attention soutenue à la scolarisation des élèves allophones et des élèves issus de la communauté des gens du voyage ; réduire l’effectif des classes dans les zones difficiles; donner des marges de manœuvre pour aller vers plus de solidarité ; réfléchir aux choix budgétaires (ex. : coût élevé d’un lycéen).
  • Privilégier le « scolariser ensemble » au cours de la scolarité obligatoire : favoriser la mixité sociale ; encourager les principes d’organisation et de fonctionnement pédagogiques qui semblent le plus efficaces (cycles et transitions entre les niveaux d’enseignement, évaluation, nouveaux rythmes scolaires, outil numérique, éducation artistique, culturelle et scientifique, décisions d’orientation indépendantes des origines sociales, autonomie des équipes pédagogiques) ; préférer la solidarité à l’individualisme et au « chacun pour soi »
  • Adopter une politique de formation et de gestion des ressources humaines pour réduire les inégalités : prendre en compte des conditions de travail difficiles, faire des progrès en matière de formation (sur publics difficile, par exemple) ; répondre à une demande accrue de formation continue de la part des enseignants.
  • Renforcer les alliances éducatives entre l’école et ses partenaires pour conjuguer réussite scolaire et réussite éducative : améliorer les relations entre école et parents pauvres ; prendre l’habitude que tous les parents soient reçus en entretien individuel lors de moments clés du parcours ; relancer l’internat pour la réussite de tous les élèves ; mieux accompagner la scolarité ; souligner le succès des programmes de réussite éducative.

En favorisant la réussite des plus pauvres, le système éducatif permet de sortir de cette pauvreté. Pour ce faire, il s’agit d’organiser et penser l’éducation pour tous et ne pas penser uniquement au 20% qui ne connaitront aucune difficulté. Certains intérêts particuliers ne veulent pas que l’école se transforme. « La méritocratie a une face claire pour ceux qui réussissent et une face sombre pour tous les autres ».

Le rapport est disponible ici.

PS : Comme l’ont écrit quelques twitteurs, on peut s’interroger sur l’absence d’intérêt dans les médias pour les travaux relatifs à la réussite des plus démunis face à l’ampleur des débats sur la réforme du collège et le nivellement par le bas qu’elle entrainerait. Mais demain est un autre jour…

 

Professionnalisation des conseillers pédagogiques dans le supérieur : on avance !

On n’en est pas encore à rendre obligatoire une formation pédagogique, qu’elle soit-elle, pour les enseignants-chercheurs débutants, ni à définir un cadre explicite pour la valorisation de l’engagement pédagogique dans la carrière, mais on progresse, somme toute, là où les inerties sont les moins fortes, évidemment. Les initiatives partent donc du terrain, grâce à la mobilisation de quelques pionniers, et concernent en particulier les “conseillers pédagogiques”, fonction émergente dont les droits, devoirs et valeurs restaient jusqu’à maintenant en France à l’appréciation de chacun… et de tous.

Alors, bien sûr, il existe déjà des lieux d’échange où ceux qui revendiquent cette fonction peuvent partager leur expérience et contribuer à la construction d’une vision commune de la profession, car les conseillers pédagogiques adhèrent volontiers aux vertus du cycle de Kolb, y compris pour eux-mêmes…

cycle-Kolb-1984

 

Je pense en particulier aux rencontres biennales du BSQF qui rassemblent les conseillers pédagogiques de Belgique, de Suisse, de Québec et de France, rencontres qui, de l’avis des participants, constituent un moment fort en termes de développement professionnel (la prochaine se tiendra en Belgique en novembre 2015).

Pour autant, l’inscription de cette fonction dans des approches métier plus formelles, voire plus normatives, ne peut que contribuer à renforcer des positions encore trop fragiles dans les établissements d’enseignement supérieur…

Un premier pas consiste par exemple à concevoir une formation diplômante ou qualifiante dédiée. L’ouverture d’une formation de conseillers et d’ingénieurs pédagogiques pour l’enseignement supérieur, à l’ESPE Toulouse Midi Pyrénées, constitue à cet égard une initiative inédite.

Il s’agit d’un master 2 proposé dans la mention MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) de l’ESPÉ de Toulouse Midi Pyrénées. Le parcours Conseil et Ingénierie pour l’Enseignement Supérieur (CIES) débute en septembre 2015. Il est fruit d’un travail conjoint de trois établissements (ESPÉ, universités Toulouse 2 et 3) mené par une équipe pluridisciplinaire, sous la responsabilité d’Isabelle Chênerie et d’André Tricot.

L’objectif est de former des professionnels capables d’accompagner les enseignants du supérieur dans leurs activités et projets relatifs à l’enseignement et plus largement des professionnels capables d’accompagner les établissements dans leur politique de formation et de développement en matière d’enseignement. La formation est ouverte tant à des étudiants en formation initiale qu’à un public en formation continue, et présente la particularité d’être hybride. Elle est basée sur une alternance entre des séquences de formation à l’université et des séquences en contexte professionnel, et se déroule pour moitié à distance : 136 heures en présentiel, correspondant à 4 semaines de regroupement distribuées dans l’année, et 154 heures à distance, dédiées au travail étudiant encadré.

Le service Veille et analyses de l’IFÉ devrait apporter une petite contribution à cette belle initiative, et nous en sommes très heureux !

L’étape suivante devrait nous conduire à légaliser le métier de conseiller pédagogique dans la fonction publique, et donc à fixer un cadre juridique pour les recrutements et les promotions de carrière. Autrement dit, il s’agit de définir un nouvel emploi-type de la base nationale Referens, pour compléter ceux qui existent déjà dans la branche d’activité professionnelle F autour des métiers de l’audiovisuel, du multimédia, des TICE et de l’ingénierie de formation…

D’ailleurs un toilettage de tous ces autres profils serait sans doute bienvenu… personnellement je m’y perds un peu et cette segmentation me semble artificielle, voire redondante avec des fonctions qui relèvent davantage de la BAP informatique… non ? Donc à côté

– des ingénieurs des systèmes et techniques de l’audiovisuel et du multimédia (profil) qui étudient et mettent en oeuvre les dispositifs de captation, de traitement, de transmission, de diffusion et de stockage des sources et flux audiovisuels et multimédia pour la production et à la diffusion des ressources TICE,

– des réalisateurs audiovisuels et multimédias (profil) qui réalisent des produits audiovisuels et multimédia dans le cadre de la politique de l’établissement et des moyens de diffusion des ressources pédagogiques et scientifiques qui sont mis à sa disposition,

– des ingénieurs en technologie de la formation (profil) qui étudient et assurent la maîtrise d’œuvre des projets permettant l’intégration des technologies d’information et de communication (TIC) dans l’enseignement,

– et des développeurs multimédia web (profil) qui conçoivent et développent des produits et services multimédia off-line ou on-line dans le cadre de la politique de développement des TICE de l’établissement,

il serait certainement opportun de disposer d’un profil “conseiller pédagogique” dont la mission consisterait à accompagner les enseignants et les équipes enseignantes dans leur développement professionnel pédagogique et qui aurait vocation à participer à la définition et la mise en oeuvre de la politique pédagogique des établissements… Et la boucle serait bouclée ! à suivre ?

 

Où il est encore question de climat scolaire

Nous avons déjà abordé la question du climat scolaire dans ce blog. Tout le monde s’accorde pour dire que travailler sur le climat scolaire pour le rendre meiller est bénéfique pour les apprentissages, et permet de lutter efficacement contre le décrochage scolaire. Les travaux sur la persévérance scolaire l’ont déjà démontré (voir le Dossier d’actualité sur le décrochage scolaire).

Le dernier numéro de Pisa in focus n°50 (Do teacher-student relations affect students’ well-being at school ?) édité par l’OCDE, qui établit une corrélation entre relations enseignants-élèves et bien-être de ces derniers dans leur établissement, ne surprendra personne. Une version française devrait bientôt être mise en ligne.

On peut y lire que les élèves ont plus de chances d’être heureux à l’école s’ils ont de bonnes relations avec leurs enseignants.

Bonheur à l’école et réussite en mathématiques

Un graphique représente le lien entre “bonheur à l’école” et réussite en mathématiques. La France est à peu près dans la moyenne des pays. Ceux qui sont le mieux placés sur ces deux axes sont Singapour, la Chine, le Japon, la Suisse et le Lichtenstein. À l’inverse, les moins bien placés sont le Qatar, l’Argentine, la Grèce, la République slovaque.

Le Kazakhstan, la Thaïlande, l’Albanie, l’Indonésie, le Pérou, le Mexique, la Malaisie font partie des pays où les élèves se sentent bien à l’école mais ne réussissent pas en mathématiques.PISA-1

Sentiment d’appartenance

Le sentiment d’appartenance, fort peu développé en France, est aussi une condition essentielle pour un meilleur climat scolaire et pour favoriser les apprentissages. Un tableau établit un classement basé sur les (bonnes) relations entre enseignants et élèves et le sentiment d’appartenance de ces derniers. La France est classée avant dernier (sur plus de 60 pays)  juste devant le Lichtenstein.PISA-2

Privilégier le bien-être ou la réussite des élèves ?

En ce qui concerne la réussite des élèves en mathématique, la France se situe juste au-desssus de la moyenne européenne (495 contre 494), mais est le pays qui accorde le moins d’importance au bien-être des élèves dans cette discipline par rapport aux autres étudiés.PISA-3

Références

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search