Focus sur les pratiques numériques des chercheurs européens en SHS

C’est en lançant une enquête sur les pratiques numériques des chercheurs en SHS que le tout nouveau consortium européen DARIAH (pour Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities), inauguré en août 2014 et installé à Paris, commence à développer les partenariats européens en matière de recherche en SHS.

En se basant sur le partage et la comparaison d’infrastructures nationales déjà existantes, DARIAH a pour objectif de créer une nouvelle infrastructure qui permettra :

  • d’accroître la visibilité de la production scientifique SHS au niveau européen (corpus, bases de données, de publications, etc.) ;
  • de valoriser les réalisations dans le domaine des humanités numériques ;
  • de rendre multilingues un nombre important de ressources, d’outils et de services ;
  • d’établir de nouvelles coopérations entre chercheurs, via les réseaux construits par DARIAH.”

Tout cela passe notamment par la mise à disposition de ressources en libre accès et de logiciels open source. DARIAH est organisé en 4 Virtual Competency Centres (VCC) auxquels participent les 15 membres européens : “e-Infrastructure”, “Research and Education Liaison” (chargé du partage d’expertise entre chercheurs européens dans les différentes disciplines des humanités numériques), “Scholarly Content Management” et “Advocacy, Impact and Outreach”.

 

Pour plus d’information sur DARIA (site européen) : http://dariah.eu/

La date limite pour répondre à l’enquête destinée aux chercheurs en SHS (10 minutes pour répondre) est le 31 janvier 2015 : n’hésitez pas à faire circuler rapidement l’information dans vos réseaux.

 

Parents-école : des relations encore en devenir ?

En juillet 2014, un rapport d’information, déposé par la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale, portait sur les relations entre l’école et les parents. Il marque la nécessité d’une alliance au service de la réussite éducative. Ce rapport n’est qu’un parmi tant d’autres rapports, études, analyses, qui vont dans le même sens. Pourquoi a-t-on tant de mal à travailler ensemble, pourquoi certains parents sont-ils absents, pourquoi d’autres sont-ils invasifs? Comment créer des conditions favorables à la coéducation? Les travaux de recherche permettent de discuter de ces problématiques, notamment pour les parents de milieu défavorisé ou migrants.

Les relations école-parents, que le rapport d’information qualifie d’asymétriques et distendues peuvent être illustrées par les représentations des principaux acteurs concernés : parents, chefs d’établissement, enseignants. Quelles modalités sont alors envisagées pour contrer l’asymétrie des rôles imposés par la société? Dans la plupart des pays de l’OCDE les associations de parents, les pouvoirs publics, les intervenants sociaux se sont emparé d’un concept apparu dans les années 1960, celui de la parentalité.  Il permet sans doute de positiver un discours qui voudrait donner plus de place aux parents dans l’école, tout en cadrant leurs relations avec les autres acteurs et notamment les enseignants, et donc en les “accompagnant” ou en les “soutenant”.

Le Dossier de veille de l’IFÉ de janvier (“Coéducation : quelle place pour les parents?“, n°98), donne quelques éléments de réflexion à partir d’une revue de littérature de recherches.

couv DV 98

Voir aussi : Sur le site du Centre Alain Savary (IFÉ-ENS de Lyon), la page consacrée aux relations école-famille en éducation prioritaire.

EduObs tutorial

English version of éduObs  is now online! Here is a tutorial to help you to become familiar with our directory.

1- Join the directory

Reply to an invitation…

Tutorial_en1

You have been invited to join éduObs and you have followed the link to complete your profile: here you are on a page containing your email address and where you are asked to choose your password. Write down both carefully, as you will need them when you come back to complete or update your profile!

… and log in

tutorial_en7
Already registered, you now want to complete or modify your profile: fill your email address and password in the top black banner of the site… or click “forgot password” if you want to reset it and get a new one.

 

 

 

 

2- Fill your profile

Once registered, you’re invited to fill your profile. It is divided into several parts.

To proceed from one part to another, you have to save or close the ongoing one. One easily forgets to do so after having filled some fields..

Tutorial_en2

Turorial_en3

To submit your profile, some fields are compulsory (professional address, position, affiliation, category, keywords and authorization), others are not. Don’t panic in case of mistake: you will be able to edit your profile any time as soon as it is validated and displayed.

At the top of your profile, two modes are available : “edit” and “see”.You can switch from one to the other to check what your profile looks like and edit it.

 

3- Validate your profile

Tutorial_en5

Make sure you filled all the mandatory fields and boxes, especially the one at the bottom that authorizes to put your profile on line.

Don’t forget the last step! Go to the top right of the page and click on the green button “validation required”.

 

 

Be careful: the green button might be hidden depending on your monitor or screen display (small size, pads…). Until we solve the problem, we advise you to temporary change the size of displaying (zooming back, 80%…) to display the button

Reminder: there is a Frequently Asked Questions section with more detailed information on éduObs directory (contents, sign up, signing in, publishing, autofilling, updating…).

We look forward to seeing you on éduObs !

À travers l’hommage à un pédagogue

Le 10 janvier, en marge du colloque Condition(s) enseignante(s), Conditions pour enseigner (Lyon), il a été rendu hommage à Philippe Meirieu pour l’ensemble de son œuvre, à l’occasion de son départ en retraite.
La liste des intervenants est ici. La totalité de la séance a été filmée et figure sur youtube.

Un moment est sans doute à retenir, celui de l’intervention d’Éric Favey (Ligue de l’enseignement), intervention qu’il a modifiée compte tenu des évènements des 7 et 9 janvier. Il s’interroge, et nous interroge, sur le processus qui a pu faire que « trois jeunes adultes français passés par notre éducation formelle et non formelle n’aient plus d’autres raisons de vivre que d’assassiner leurs semblables ».

Cette interrogation peut-être complétée, au risque d’ébranler nos sages certitudes, par la lecture des commentaires des enseignants sur la manière dont ils ont pu débattre des évènements, en classe; par les questions que les élèves leur ont posées. Tout cela montre tout le chemin à parcourir pour rattraper les  dysfonctionnements d’une éducation  humaniste (et laïque?), non seulement dans l’école mais hors l’école.

NB : Sur la vidéo youtube, l’intervention d’Éric Favey se situe entre 1h56mn et 2h08mn.

Grandes disparités en Europe concernant les droits d’inscription et les bourses pour les étudiants

La Commission européenne a publié en octobre 2014 un communiqué de presse où elle fait état d’une grande disparité entre les pays européens en ce qui concerne les droits d’inscription et les bourses pour les étudiants.

Dans un récent Dossier de veille sur la jeunesse, il était mentionné les écarts importants selon les pays dans la prise en charge par l’État ou par les familles du coût des études pour les jeunes qui entrent dans l’enseignement supérieur. Entre des pays nordiques où l’État providence assure l’autonomie des jeunes, l’Angleterre où le jeune doit s’assumer seul (emprunts bancaires), les États du Sud où c’est principalement la famille qui assume ce coût, et la France qui se situe un peu au milieu (l’État aide les familles à assumer la poursuite d’étude des jeunes), on comprend que les attributions de bourses dépendent des politiques et des cultures nationales. Il en va de même pour les droits d’inscription des étudiants.

Ces droits sont les plus élevés au Royaume-Uni, mais ils ne sont pas payés immédiatement. Par contre, les droits sont payés à l’avance en Irlande, Italie, Lettonie, Lithuanie, Hongrie, Slovaquie et aux Pays-Bas alors même qu’ils sont assez élevés.

Si dans la plupart des pays, seule une minorité d’étudiants ont droit à une bourse, dans neuf pays, ce sont tous les étudiants qui y ont droit (dont le Danemark, la Finlande, Chypre et Malte) ou une majorité d’entre eux (Luxembourg, Pays-Bas, Écosse, Suède, Norvège).

Pour avoir plus de détails sur les comparaisons par pays :

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search